Les relations turco-occidentales malmenées par le coup d’Etat et ses suites

Dans une interview au Frankfurter Allgemeine Zeitung, le 31 juillet dernier, le ministre turc des affaires étrangères, Mevlüt Çavusoğlu, a évoqué une possible remise en cause du fameux accord du 18 mars sur les migrations, entre l’Union européenne (UE) et la Turquie, si Bruxelles ne lève pas rapidement l’obligation de visa, pesant encore sur les ressortissants turcs désireux de se rendre dans l’espace Schengen (cf. notre édition du 3 mai 2016). Cette remarque du chef de la diplomatie turque a fait suite à une déclaration du commissaire européen, Günther Oettinger, qui a expliqué que cette levée de visas ne pourrait intervenir cette année, eu égard à la répression en cours depuis l’échec du coup d’Etat.

Depuis l’accord du 18 mars sur les migrations, le système de renvoi des migrants de Grèce en Turquie a asséché les flux migratoires vers l’Europe. L’UE, pour sa part, a ouvert, en juin, un nouveau chapitre du processus de négociations, et promis 6 milliards d’Euros pour l’accueil des réfugiés, mais elle n’a pas accepté de lever l’obligation de visa, en estimant que la Turquie devait encore réformer sa législation sur le terrorisme. La tentative de coup d’Etat du 15 juillet a différé le règlement de ce dossier, dont le contentieux pendant est en train de se réveiller, et de tendre un peu plus les relations turco-occidentales. Car, bien que l’Union européenne, les Etats-Unis, l’OTAN et la plupart des pays européens aient condamné le coup d’Etat, l’AKP et le gouvernement turc considèrent, depuis le début, que les prises de position occidentales sont restées bien trop tièdes. De là à penser qu’au-delà d’un appel de pure forme à un respect de l’ordre constitutionnel, les Occidentaux auraient secrètement souhaité que le coup d’Etat réussisse, il n’y a qu’un pas qu’ont déjà franchi allègrement nombre de dirigeants turcs, à commencer par le premier d’entre eux. Plusieurs abcès de fixation se chargent ainsi, depuis le 15 juillet, d’alimenter un feu qui couve entre Ankara et plusieurs capitales occidentales…

Gros temps sur les relations turco-américaines

Le 29 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a durement critiqué une remarque du général américain Joseph Votel (commandant du CENTCOM). Ce dernier avait en effet estimé que la répression du coup d’Etat était en train d’affaiblir la lutte contre Daech, et le président turc en a conclu que le général Votel se mettait du côté des putschistes. Certes, lors de sa visite en Turquie, le 1er août, le chef d’état-major américain, Joseph Denford, a de nouveau condamné avec véhémence la tentative de coup du 15 juillet, mais il s’est vu à nouveau signifier par le premier ministre Binali Yıldırım, la nécessité impérative d’extrader Fethullah Gülen. Cette question centrale entretient une atmosphère conflictuelle entre les deux pays. Parce que l’affaire dépasse la simple personne de Gülen et ses agissements, on voit mal en effet, Washington consentir à la demande turque qui a déjà fait l’objet de deux requêtes officielles. Or, alors même que le gouvernement turc a fait de la «dégülénisation» le cœur même de la répression du putsch et de la restructuration de l’Etat qu’il est en train de conduire, il est peu probable qu’il accepte de bonne grâce un refus américain, qui lui apparaîtra en outre comme la preuve de la complicité existant entre les Etats-Unis et les putschistes.

L’idée de cette complicité gagne d’ailleurs du poids en Turquie à l’heure actuelle, parce qu’elle n’est pas avancée que par les seuls milieux gouvernementaux. Dans une interview à la chaine CNN Türk, le 1er août 2016, le général İlker Başbuğ, chef d’état-major de 2008 à 2010 et “bête noire” à l’époque du gouvernement de l’AKP (mais aussi victime plus tard des procureurs gülenistes puisqu’il fût emprisonné dans le cadre de l’affaire Ergenekon, entre 2012 et 2014), n’a pas hésité à voir la main des Etats-Unis derrière la tentative de coup d’Etat du 16 juillet et ses conjurés gülenistes, déclarant notamment : «Il y a eu un soutien étranger dans ce soulèvement. Ce serait contre nature qu’il n’y en ait pas eu un. Où Gülen réside-t-il ? Aux Etats-Unis. Qui lui donnent des moyens d’action ? La CIA… Est-ce sans raison que Gülen a un permis de séjour ? Pensez-vous que les services renseignement ne se servent pas de lui ?» Dans une interview au quotidien pro-gouvernemental Daily Sabah, le 5 août 2016, le célèbre journaliste d’opposition Nedim Şener défend lui aussi l’idée d’une complicité entre le FETÖ (Fethulahçi Terör Örgütü – Organisation terroriste güleniste) et la CIA. Poursuivi avec son collègue Ahmet Şık, par le procureur Zekerya Öz, probablement pour avoir mis en lumière l’infiltration güleniste dans l’appareil d’Etat (en particulier dans la police), il a connu une détention de plus d’un an, entre mars 2011 et mars 2012 (cf. notre édition du 6 mars 2011). Selon lui et depuis le début, le mouvement Gülen est «un projet américain lié à la CIA». C’est la raison pour laquelle, il pense que «les Etats-Unis sont derrière la tentative de coup d’Etat» et qu’ils  «ne vont pas extrader Fethullah Gülen».

Le 6 août, face à la rumeur montante d’un complot américain provenant, tant de milieux officiels que des médias pro-gouvernementaux ou d’opposition, l’ambassadeur des Etats-Unis en Turquie, John R. Bass, a une nouvelle fois démenti, avec force, toute implication de son pays dans la tentative de coup d’Etat du 15 juillet, en expliquant qu’il avait lui-même été «surpris et choqué» par l’événement. Prudemment (alors qu’une délégation du ministère américain de la justice doit venir en Turquie, la semaine prochaine) il ne s’est, toutefois, pas prononcé sur l’avenir de la demande d’extradition de Gülen présentée à son pays avec de plus en plus d’insistance, mais il a dit craindre que cette «recrudescence d’antiaméricanisme» n’entame durablement le développement des liens commerciaux entre les deux pays qu’il s’est attaché à promouvoir, depuis qu’il a pris ses fonctions, il y a deux ans.

Incidents diplomatiques avec plusieurs pays européens

Les relations ne sont guère plus reluisantes avec plusieurs pays européens. Officiellement, pour des raisons de sécurité, le gouvernement allemand, conforté par une décision en référé de sa cour constitutionnelle, a refusé que Recep Tayyip Erdoğan puisse s’adresser par visioconférence, à ses partisans rassemblés, le 31 juillet, à Cologne, pour condamner le coup d’Etat. Cette décision a été jugée «inacceptable» par Ankara, qui y a vu une atteinte à la liberté d’expression, et qui a convoqué l’ambassadeur d’Allemagne en Turquie. Les relations entre la Turquie et l’Allemagne sont également tendues parce qu’Ankara a demandé à Berlin, le 29 juillet dernier, de mettre sous contrôle les établissements liés au mouvement Gülen en Allemagne. Le gouvernement turc soupçonne aussi ce pays d’abriter deux procureurs gülenistes emblématiques, qui ont fui la Turquie en août 2015 : Zekerya Öz qui, avant d’en être dessaisie en avril 2012 (cf. notre édition du 2 avril 2012), avait instruit la fameuse affaire Ergenekon qui a conduit à l’arrestation de centaines de militaires entre 2008 et 2013 ; et Celal Kara qui fut à l’origine du scandale de corruption qui éclaboussa le gouvernement de l’AKP, les 17 et 25 décembre 2013 (cf. notre édition du 18 décembre 2013).

L’Autriche est également dans l’œil du cyclone. Les allusions turques à une possible remise en cause de l’accord migratoire avec l’UE ont en effet suscité un accrochage entre Mevlüt Çavusoğlu et son homologue autrichien, Sebastian Kurtz. Par un tweet, le chef de la diplomatie autrichienne a dit qu’il n’acceptait pas l’ultimatum de Çavusoğlu et que l’Europe devait protéger ses frontières ; une remarque à laquelle le ministre turc a répondu par un autre tweet : «Il n’y a pas d’ultimatum Sebastian, c’est mon opinion, liberté d’expression, cher ami.»  Ce premier échange a pris une tout autre dimension, lorsque le chancelier autrichien, Christian Kern, a suggéré que l’UE pourrait mettre un terme à la procédure d’adhésion de la Turquie, provoquant une réplique immédiate et sentie du chef de la diplomatie turque qui, le 5 août, sur la TGRT, a trouvé cette remarque «hideuse» et qualifié l’Autriche de «capitale du racisme radical».

C’est pour des raisons sensiblement différentes que les relations entre Ankara et Rome se sont envenimées, ces derniers jours. Mais force est de constater qu’elles sont également affectées par une ambiance conflictuelle qui tend à se généraliser. Le 2 août 2016, Recep Tayyip Erdoğan en personne a demandé à la justice italienne de s’occuper de la mafia, plutôt que de son fils, Bilal, mis en cause dans une affaire de blanchiment d’argent. Par tweet, là encore, le premier ministre italien Matteo Renzi a répondu : «Dans ce pays, les juges suivent la loi et la Constitution italienne, pas le président turc, cela s’appelle l’Etat de droit». Cette remarque a suscité une réponse rapide de l’intéressé qui, rappelant que son fils devait retourner à Bologne pour achever son doctorat, a déclaré dans une interview sur la RAI : « Dans cette ville, ils m’appellent dictateur et ils manifestent pour le PKK. Pourquoi personne n’intervient ? C’est ça l’Etat de droit ? Cette affaire pourrait compromettre nos relations avec l’Italie. »

Dans ce contexte de tensions, on doit observer néanmoins que la Suède a réaffirmé son attachement à la poursuite des négociations d’adhésion avec la Turquie. Lors d’une interview au journal Expressen, le 6 août, la ministre suédoise des affaires étrangères, Margot Wallstrom, a en effet déclaré : «Nous sommes d’avis qu’il faut maintenir le dialogue avec la Turquie».

Tensions avec les alliés occidentaux sur fond de recherche d’un consensus national

Antérieurement, le 2 août, s’adressant à des investisseurs internationaux, Recep Tayyip Erdoğan avait franchi un seuil supplémentaire dans l’escalade, en déclarant que les Occidentaux avaient pris le parti du coup d’Etat, et en se disant très déçu par le soutien de ses alliés : «Maintenant je vous le demande : ‘est-ce que l’Occident apporte son soutien à la terreur ou non’ ? ‘Est-ce que l’Occident est du côté de la démocratie ou du côté des coups d’Etat et de la terreur’ ? Malheureusement l’Occident soutient la terreur et les coups d’Etat.» Suite à cette accusation, le président turc est allé jusqu’à évoquer un complot préparé à l’intérieur et conçu de l’étranger.

On peut s’interroger sur les raisons du développement de cette surenchère anti-occidentale. En premier lieu, sur le plan international, il est probable qu’elle vise à allumer un contre-feu, en neutralisant les critiques occidentales contre les purges qui s’accentuent de jour en jour en Turquie, et touchent quasiment toutes les institutions et tous les secteurs de la société. Même la fédération de football de Turquie et le TÜBİTAK (équivalent du CNRS en Turquie) viennent d’être affectés par l’épuration en cours ! En second lieu, sur le plan national, elle vise à raviver un anti-américanisme existant de longue date dans ce pays, et à exploiter le sentiment peu favorable à l’Europe qui s’est développé dans la société turque au cours des derniers mois, même chez les partisans les plus convaincus d’une intégration européenne de la Turquie. Ces derniers ont en effet été fortement déçus par la stratégie égoïste de l’UE, lors la crise des migrants. Ils reprochent aux Européens d’avoir relancé la candidature turque en ouvrant de nouveaux chapitres de négociations, non par conviction profonde, mais pour défendre leurs intérêts étroits. Ainsi à l’heure actuelle, en Turquie, a pris corps un sentiment anti-européen, allant de ceux qui soupçonnent Bruxelles de ne voir dans leur pays qu’un concierge des flux migratoires proche-orientaux, à ceux qui accusent carrément les Occidentaux d’être complices du coup d’Etat.

Ce sentiment diffus de menace venant de l’étranger constitue un terreau propre à conforter le nouveau régime qui est en train de se mettre en place, et qui est plus que jamais à la recherche d’un consensus national. Le 7 août prochain, à l’appel de Recep Tayyip Erdoğan, se tiendra, à Yenikapı (le quartier, à Istanbul, où a été célébré l’anniversaire de la prise de Constantinople, ces deux dernières années) un grand rassemblement, dédié à «la démocratie et aux martyrs (de la tentative de coup d’Etat)». Ce rassemblement cultivera un peu plus l’unanimité ambiante qui domine la vie politique turque depuis l’échec du coup d’Etat du 15 juillet, puisqu’outre l’AKP, les partis d’opposition MHP et CHP y participeront. Après un temps d’hésitation, le leader kémaliste, Kemal Kılıçdaroğlu a même annoncé sa participation. Seuls les Kurdes du HDP, qui n’ont pas été invités, manqueront ainsi à l’appel.

JM

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *