Entretien avec Hanefi Avcı sur la tentative de coup d’état du 15 juillet (2/2)

L’original a été diffusé sur le site Medyascope.tv le 19 juillet 2016 sous le titre “Hanefi Avcı ile 15 Temmuz darbe girişimi”.
Il est disponible sur Medyascope.

Transcription : Hakan Karakaya
Traduction : Isabelle Gilles

L’art et la manière du camouflage

: Au début de ma carrière de journaliste, j’ai écrit un article sur le renvoi de cadets placés par la Cemaat à Kuleli et Bursa Işıklar en 1986 (voir notre traduction publiée le 15 août 2016). Ils ont été découverts. Je me souviens parfaitement que le directeur du lycée militaire de Kuleli à l’époque était Yaşar Büyükanıt. Chaque année au Conseil militaire suprême (YAŞ), des soldats en lien avec la Cemaat étaient renvoyés de l’armée. Nous savons que depuis longtemps, l’État-major voit la confrérie Fethullah Gülen comme un ennemi, qu’il a découvert que la Cemaat tentait de s’infiltrer dans ses rangs et a tenté de stopper cette infiltration. L’État-major a en outre tenté d’identifier ceux qui auraient malgré tout réussi à passer entre les mailles du filet et les a jeté dehors les uns après les autres.

Capture d'écran du communiqué publié par les putschistes sur le site Internet des Forces armées turques le 16/07/2016

Capture d’écran du communiqué publié par les putschistes sur le site Internet des Forces armées turques le 16/07/2016

HA : Pour l’essentiel, ils n’ont expulsé que les mauvaises personnes, ils n’ont que très rarement visé juste, car la Cemaat peut assumer des rôles et identités différents selon les milieux où elle se trouve. Elle a émis une fatwa dans ce sens. Tout le monde pensait que tous ceux qui portent le voile ou le turban appartiennent à la Cemaat. Ils ont toujours mis a la porte les mauvaises personnes. Bien au contraire, c’est en partie grâce à ces renvois que la Cemaat a pu se protéger. Pour empêcher le renvoi de leurs membres, ils ont adapté leur comportement. Ils ont commencé à consommer de l’alcool ou à se comporter comme s’ils en consommaient. Il leur a été dit qu’ils pouvaient s’habiller librement, danser. C’est ainsi qu’un grand nombre s’est camouflé.

 : Une double identité.

HA : Ils ont adopté une double identité pour se cacher. Les musulmans qui pratiquaient leur foi au grand jour ont été pris pour des Fethullahçı, et c’est ainsi que l’armée a majoritairement expulsé les mauvaises personnes. La proportion [de Fethullahçı parmi les expulsés] était aux alentours de 5-6 %.

 : J’avais interviewé un officier Nakchibendi qui avait été mis à la porte. Il m’avait dit à l’époque

« on faisait nos prières dans la mosquée de la caserne, les Fethullahçı priaient dans leurs maisons ou ne fréquentaient pas la mosquée. Nos femmes étaient voilées, les leurs ne se couvrent pas la tête. »

Et pourtant c’est eux qui ont été mis dehors.

HA : Évidemment, ceux qui ne connaissent pas, qui ne comprennent pas comment fonctionne la Cemaat ont étiqueté comme membres de la Cemaat toutes les personnes portant le foulard. La même erreur a été commise dans beaucoup d’administrations, par exemple dans la police, des cadets de l’Académie de police sont venus me voir en disant

« la Cemaat nous a donné des instructions dès 2010, ‘vous ne ferez plus vos prières, il est hors de question que qui que ce soit vous voit faire vos ablutions.’ »

Le gouvernement a voulu agir en 2010 contre ceux qui font la prière, mais la Cemaat a dit

« vous ne ferez jamais la prière en présence d’autrui. Vous ferez vos ablutions dans les toilettes ou pratiquerez le tayammum1. Vous prierez en regardant 32 points. »

Ils se cachent ainsi depuis 2010. Pourquoi ? « Parce que cela pourra nous être utile à l’avenir » disaient-ils. C’est comme cela que nombre d’entre eux se sont cachés. Qu’est-ce qu’on entend aujourd’hui ? « Mais comment ce général peut-il faire partie de la Cemaat ? » Et pourtant, nombre d’entre eux en sont. Il y a évidemment dans le tas des gens qui n’en font pas partie et ont été contraints, utilisés.

Planification et déroulement du coup : entre théories et rumeurs

 : Nous savons que la Cemaat a un énorme potentiel d’attraction, elle peut compter sur des gens qui lui sont extérieurs, cela dans différents secteurs, comme la police par exemple où je peux citer beaucoup de noms que l’on connaît en tant qu’ülkücü qui roulent pour elle. Parmi ces gens, il y a des noms très connus. Pour ce qui est de la tentative de putsch, d’après ce que j’ai compris, il est possible qu’une partie des hauts gradés ne fassent pas partie de la Cemaat mais aient bizarrement décidé de lier leur sort au sien.

HA : Je pense qu’il y a trois groupes. Un groupe composé de membres de la Cemaat qui a joué un rôle actif. Un deuxième groupe de personnes qui n’en sont pas mais sont des gens qu’elle peut utiliser. Mettons par exemple qu’on assigne une tâche au commandant de brigade de Çankırı ou Çorum, qu’on lui ordonne de faire appliquer la loi martiale. Sur place, personne d’autre ne peut s’en charger parce qu’il y a peu d’hommes à cet endroit. Ils pensent dès lors qu’il se sentira obligé d’obéir à cet ordre. Le troisième groupe est formé par ceux qui ont utilisé la force en n’étant au courant de rien. Par exemple, on convoque les simples soldats et on leur ordonne d’aller quelque part, ce soldat n’a pas le loisir de refuser. Les subalternes, tout particulièrement les appelés, iront là où on leur dit d’aller sans discussion. L’enquête permettra de séparer le bon grain de l’ivraie, mais pour le moment tout le monde est livré à la même enseigne. Je suis de ceux qui pensent qu’un traitement différent sera réservé à ceux qui n’appartiennent pas à la Cemaat.

 : Depuis le 15 juillet vous êtes sans aucun doute devenu une source précieuse grâce à vos informateurs. Que s’est-il réellement passé ? On dit que la date et l’heure ont été avancées, on cite des noms et les dépositions qu’ils ont faites au procureur émergent peu à peu.

HA : En fait, je m’informe plutôt par la presse. Comme tout le monde est sur les dents pour faire la lumière sur cette affaire, je ne veux pas poser de questions là-dessus. Mais en recoupant les événements avec ce que je sais, je tente de leur donner du sens. La presse est la meilleure source. Ceux qui s’y expriment nous indiquent quelle est la direction à suivre, quels cours prendront les événements. D’après mes observations, il y a un contingent de membres actifs de la Cemaat que la Cemaat a coordonné. Des officiers en vacances sont revenus, ceux qui étaient ailleurs aussi et ils se sont mis au travail. Ces cadres ont pris en main le gros œuvre, les opérations d’Ankara et Istanbul.

 : Ceux qui ont pris part aux échanges WhatsAp, par exemple.

HA : Eux, et d’autres personnes dont je pense que le nom finira par sortir. Mais en dehors de ceux-là, ils n’ont pas d’hommes aux quatre coins de l’Anatolie. Ils les ont concentrés là [ndt : à Ankara et Istanbul]. En Anatolie, ce sont en grande partie des gens qui ne leur sont pas opposés ou, comme dit plus tôt, des gens qui ont reçu des instructions parce qu’ils pensaient qu’ils pouvaient compter sur leur obéissance. De toute manière, si le coup avait réussi, ils ont pensé que les trente deniers3 qu’ils en tireraient les contenteraient. En dépit de tout cela, on comprend que pas grand monde n’a parlé et qu’ils n’ont pas vraiment fait beaucoup d’efforts pour se trouver des alliés.

 : Une théorie à laquelle je vois beaucoup de gens adhérer est la suivante : le coup d’état aurait compté à l’origine beaucoup plus de partisans, peut-être s’y étaient-ils engagés, mais sentant le vent tourner et pressentant un fiasco, nombre d’entre eux – tout particulièrement parmi les hauts gradés – se seraient finalement désistés. Est-ce que c’est une possibilité ?

HA : Elle est très faible. Même si c’était vrai, cela ne pourrait concerner que très peu de personnes, car la répartition des tâches avait été faite bien en amont. Des messages ont été envoyés à des heures bien précises de la nuit, les rôles avaient été distribués. Il y a des gens qui ont pris activement part mais dont le nom n’apparaît pas, même si on sait qui ils sont. Des cas mineurs de défection sont possibles, mais dans les grandes lignes le tableau est net.

Des traits caractéristiques

 : Que va-t-il se passer ensuite ? Est-ce qu’on en a fini avec les arrestations au sein de l’armée ou est-ce qu’il y en aura d’autres ? Un ancien de l’armée me disait qu’il en reste encore beaucoup.

HA : Je pense que certaines personnes noircissent le tableau. On a contenu le danger, il n’y a plus personne qui puisse prendre la suite de ces opérations. Il est possible qu’il reste çà et là du menu fretin, mais ils ne sont plus de taille à s’organiser comme avant. Cette confrérie est très intéressante, elle fait des tas de choses sans jamais rien revendiquer. Ses adeptes sont des gens qui cachent leur identité, leur personnalité à ce point. Nous n’avons vu aucun visage, on a parlé d’une junte, le  « Conseil pour la Paix dans la Patrie »4. C’est qui ce conseil ? Ils n’ont même pas fait leur communiqué eux-mêmes, ils l’ont fait lire par la présentatrice. Si vous croyez en ce que vous faites, vous vous mettez en avant et faites le travail vous-mêmes. Rien, il n’y a personne.

 : Une tentative de coup d’état orpheline.

HA : Orpheline. Regardez ce qui s’est passé durant les 17 et 25 décembre. Ils ont mis tout le monde sur écoute. Les ministres, le Premier ministre, ils ont fait des dossiers sur tout le monde. Mais personne n’a fait un pas en avant en disant  « Ils ont mal agi, je les ai placés sur écoute et j’ai fait mon enquête. » Personne. Ce que je veux dire, c’est que si leur démarche était légitime, il y aurait du monde pour la revendiquer, or il n’y a personne. Il n’y a même pas quelqu’un pour dire « On a fait ça pour la Cemaat. » Et pour le coup d’état, pareil, personne ne se met en avant.

 : Est-ce qu’à votre avis on verra ce genre de choses au moment des procès ?

HA : Ceux qui sont directement impliqués dans le coup d’état et n’ont aucune chance de s’en sortir pourront peut-être jouer cette carte, mais ils ne prononceront jamais le nom de la Cemaat. Ils pourront rejeter la faute sur la hiérarchie ou dire avoir subi des pressions.

 : Ils peuvent se défendre politiquement.

HA : Oui, c’est aussi mon avis. Pour le moment, ceux qui sont impliqués et n’ont pas encore été arrêtés cherchent à fuir et sauver leur peau. Ils pensent à fuir à l’étranger. Je pense que le réseau de la Cemaat existe encore à l’international. Ce réseau peut les exfiltrer. Nous n’avons pas encore exploité ce réseau. Nous ne voyons pas l’organisation de la Cemaat qui est sous notre nez. Que dit-on ? Qu’il y a des putschistes, or tous ceux-là ne sont que des pions. Nous n’avons pas vu ceux qui sont aux commandes de ce coup d’état, tout comme nous n’avons pas vu ceux derrière le 17 décembre. Nous avons vu 3 policiers et 3 procureurs, mais le donneur d’ordre, celui qui insuffle la direction, qui assure la coordination entre les institutions, qui est-il ? On ne parvient pas à le faire apparaître.

 : Vous dites que ces officiers ont été placés très jeunes dans l’armée par la Cemaat. D’un autre côté, ce sont des militaires professionnels. S’ils peuvent s’élever jusqu’au grade de général, c’est qu’ils font bien leur travail. Il y a une chose qui me chiffonne, nous avons été témoins de scènes incroyables, comme ces tanks qui roulent sur les civils, cela apparaît aussi dans les conversations WhatsAp. Ils sont sanguinaires et impitoyables. D’où est-ce que ça vient ? Est-ce à mettre au crédit de leur qualité de militaires ou de leur engagement dans la Cemaat ? Quelle peut bien être la raison de cette implacabilité, surtout vis-à-vis de civils ?

HA : C’est un trait commun à toutes les idéologies radicales. Cela se retrouve dans les organisations d’extrême gauche ou dans les organisations séparatistes. Il n’y a pas d’hésitation à avoir lorsqu’il s’agit de réaliser les objectifs et idéaux de son mouvement. Personne ne rechignera à utiliser les armes, pourvu qu’il en ait reçu l’ordre. Une instruction venue d’en haut sera appliquée à la lettre. On l’a déjà vécu par le passé. Ils ont placé de faux documents dans les maisons et ont fait condamner sur base de ces documents (voir notre édition du 12 janvier 2009).

 : Bien entendu, nous avons encore ces cas en mémoire, mais là, par exemple, à 500 mètres de chez moi un muhtar a été abattu d’une balle dans la tête par un capitaine. On est bien au-delà de la création de fausses preuves.

HA : Croyez-moi, je n’exagère pas, s’ils avaient réussi leur coup d’état, nous aurions vu toute la barbarie dont ils sont capables. On leur a dit d’ouvrir le feu et ils l’ont fait ; on leur a dit de tuer, ils l’ont fait.

Des biens et objectifs de la Cemaat

 : Cette confrérie n’est pas seulement implantée en Turquie, elle est présente dans le monde entier. On connaît sa vitrine à l’international, l’islam modéré, le dialogue interreligieux, la douceur et tout le reste. En mettant tout le reste de côté, si on parvient simplement à prouver que ceux qui ont bombardé le Parlement ont reçu leurs instructions de Pennsylvanie, est-ce que cela n’hypothèque pas leurs écoles à travers le monde et la possibilité pour Fethullah Gülen de vivre aux États-Unis ? Est-ce que ce n’est pas une situation très dangereuse ?

HA : Ils avaient escompté reprendre les rênes en Turquie, car ils ont perdu des biens et pensaient bien pouvoir les reprendre. Ils n’espéraient pas seulement écarter le Président ou l’AKP, car ils auraient pu y parvenir autrement. La présence de la Cemaat, son visage et ses buts ne sont pas les mêmes en Turquie et dans le reste du monde. C’est également valable pour d’autres organisations. L’un existe à l’étranger pour faire de la publicité et de la propagande, l’autre est chargé de recruter des cadres et de mettre la main sur des ressources. L’objectif et les activités de la Cemaat sont en Turquie. Sa présence à l’étranger est une autre chose. Personne n’avait eu maille à partir avec cet autre visage de la Cemaat jusqu’aux années 2006-2007. Jusque là, ils n’avaient pas fait de vague ni commis de délit. Ils prenaient place dans les institutions, c’était simple. Mais à partir d’un certain point, ils se sont mis petit à petit à enfreindre la loi pour parvenir à leurs fins. Le degré d’illégalité et le manque de scrupules a atteint des sommets incommensurables. À cette époque, elle procédait de cette façon, aujourd’hui elle ouvre le feu, elle bombarde, demain elle recourra au sabotage.

 : C’est quoi la suite ?

HA : Il est encore beaucoup trop tôt pour le dire. Mais je pense que l’objectif à court terme pour la Cemaat sera de tenter de protéger ses cadres et de cacher ceux qui ont pu s’enfuir. Mais cela n’entame en rien leur détermination. Comme je l’ai écrit en 2013,

« ces gens-là sont capables de se compromettre au-delà de toute rédemption et mettront le pays en grave danger. Ils ne se contenteront pas de salir l’avenir et s’en prendont même au passé. »

Vraiment,  rien n’est simple. Tout le monde les pensait finis après le 17 décembre, mais ce n’était qu’une phase. Aujourd’hui – certes, ils ont mis la Turquie dans les ennuis, mais la Cemaat a essuyé un sérieux revers – elle est toujours là. On a arrêté X et mis Y en examen, mais nous devons comprendre qui constitue l’équipe dirigeante de la Cemaat, celle qui lui insuffle son esprit, sa direction ; nous devons comprendre comment elle fonctionne. Il ne suffit pas d’en attraper quelques-uns et de les jeter en prison. Nous devons agir avec plus d’intelligence et adopter des contre-mesures efficaces face à cette confrérie.

Dysfonctionnements et nécessité de létat de droit

 : Monsieur Avcı, vous appartenez aux Renseignements et avez joué un rôle dans la modernisation de cette institution. On parle d’une défaillance des services de renseignements dans ce cas précis. Beaucoup de bruits circulent sur ce que le MİT aurait déclaré à telle heure. Mais finalement, cela fait bien longtemps que l’on sait que la Cemaat est infiltrée et organisée au sein de l’armée, on a des noms. On peut supposer qu’une partie d’entre eux sont sous surveillance. Peut-on raisonnablement soutenir qu’une telle organisation impliquant des centaines de personnes passe inaperçue ?

HA : Il y a beaucoup de choses à dire. En premier lieu, nous sommes face à une énorme défaillance du renseignement. Deuxièmement, même si les renseignements ont été collectés, il y a une énorme défaillance dans leur traitement et leur analyse. Troisièmement, une énorme erreur dans la prise de décision, je veux dire par là, quand bien même vous auriez entre les mains tous les éléments, vous connaitriez tous les détails – on en a même fait des bouquins – si personne ne prend la peine de les lire et de prendre les mesures qui s’imposaient…

 : Ils ne s’attendaient probablement pas à ce que cela prenne de telles proportions.

HA : Certainement, mais tout de même, si vous saviez que ces gens étaient si organisés, pourquoi n’avoir pris aucune mesure ? Personne ne peut répondre à cela. Et pourquoi n’y a-t-il eu aucune décision politique ? Tout le monde a commis des erreurs.

 : Une rumeur prétend que Tayyip Erdoğan aurait eu connaissance de la tentative de putsch et aurait laissé faire, que les mesures qu’il prend actuellement ne servent qu’à légitimer son projet de présidentialisation du régime, qu’il aurait tout fomenté. Cela vous semble-t-il plausible ?

HA : Pour moi, ces théories sont aussi fausses qu’idiotes. Il n’y a aucune chance que ceci soit un coup monté. Tous ces morts et ces blessés auraient donc joué la comédie ? Des dizaines de milliers de personnes auraient joué la comédie ? C’est complètement impossible. Il est clair et net que c’est une opération de la Cemaat, mais il est clair également que ce gouvernement a depuis longtemps du mal à adopter la fermeté nécessaire à l’égard de cette confrérie. On a du mal à les expurger de l’appareil d’État, soit parce que les décisions ne sont pas prises ou parce que d’une manière ou d’une autre, l’État ne parvient pas à exercer ses prérogatives. On rencontre le même phénomène dans l’État-major. Il est de notoriété publique que les décisions qui s’imposent ne sont pas prises. C’est ainsi que nous en sommes arrivés là.

Et de toute façon, l’État turc a du mal à appréhender les anomalies. Nous avons besoin d’un système qui nous permette de comprendre. Nous avons besoin d’un système où quelqu’un se dise qu’il n’est pas normal qu’un avion tanker décolle d’Adana pour se diriger vers Istanbul, on a besoin de savoir que du personnel en vacances a repris son poste ou qu’il y a du mouvement au sein des compagnies. Où que l’on regarde, on constate des manquements. En adoptant une vue d’ensemble de l’État, on constate des trous béants dans les systèmes de sécurité, des carences ; beaucoup de choses n’ont pas été détectées et des problèmes sont restés sans solution. Le problème est détecté mais sa résolution est ajournée. On décide d’intervenir après la catastrophe. Rien n’a été fait pour empêcher les agissements de cette organisation.

 : Beaucoup de gens ont été écartés, des policiers, des gouverneurs, etc. On parle de milliers de personnes. Jusqu’à présent, dans les opérations de petite envergure menées dans la police – des policiers renvoyés pour appartenance à la Cemaat – on se demandait par qui ils seraient remplacés. Comme vous le savez, il en a été beaucoup question dans la police. Il ne s’agissait pas seulement de recruter des hommes, mais des hommes de confiance. Où trouver autant de personnes ? Il y a beaucoup d’enseignants qui sont en attente d’une affectation qui peuvent prendre la place de ceux qui ont été écartés, mais comment régler le problème de la police et de l’armée ?

HA : La fonction publique est pléthorique en Turquie, cela ne créera pas de gros problèmes. Par exemple, si la totalité des effectifs de la police est de 250 000 hommes, en supprimer 10 000 cela fait beaucoup et pourtant, cela n’est pas si grave que cela. Pour l’armée par contre, je pense que c’est un peu plus délicat et que cela créera des difficultés, un traumatisme dont les effets seront durables. C’est pour cela qu’il est important que chacun, à commencer par les responsables au sommet de l’État, adopte une réaction mesurée et appropriée. Il n’est nul besoin de céder à la panique, tout peut se régler pas à pas. Les décisions qui sont prises en ce moment sont exagérées, mais nécessaires. Il est vital d’écarter de l’appareil d’État toute personne en mesure d’entrer en contact avec cette confrérie. Les enquêtes qui débuteront bientôt permettront de déterminer qui n’est pas impliqué avec cette organisation et ces personnes devront être réintégrées dans leur grade. En dehors de l’armée, les mises à pied sont des mesures d’urgence, et je pense que tout sera réglé promptement.

 : On voit que ce sont majoritairement des électeurs de l’AKP qui sont sortis dans la rue. Mais à l’Assemblée, les partis ont publié une déclaration commune. On s’attend d’un côté à ce que l’autoritarisme de Tayyip Erdoğan se renforce ou de l’autre que la démocratie en sorte renforcée après avoir surmonté ce traumatisme que nous veons de vivre. Quelle est l’hypothèse que vous jugez la plus plausible ?

HA : Évidemment, je vois ces craintes exprimées tant dans la presse internationale que dans la presse nationale.

 : Parce qu’il y a une presse nationale ?

HA : Qu’elle soit minoritaire ou uniquement sur Internet, elle se fait le reflet de ces craintes. N’en tirer que la leçon « plus jamais de coup d’état » ne suffit pas.

Je pense qu’il est nécessaire que chacun prenne conscience qu’il nous faut créer une société saine et forte, mettre en place un état de droit démocratique qui nous garantisse à tous une coexistence paisible. Quand la Cemaat s’est lancée dans cette tentative – bien évidemment, elle cherchait à prendre sa revanche – elle tablait sur l’impopularité du gouvernement élu, elle se disait que les gens qui se sont mobilisés durant Gezi se soulèveraient.

 : Comme le front contre Tayyip Erdoğan qui s’est formé en Occident.

HA : C’est ça… Je pense que tout le gouvernement, y compris le Président et le Premier ministre doivent en tirer les conséquences. C’est la foi en la démocratie qu’ont les Turcs qui les a sauvés. Le coup n’aurait pas été mis en échec s’il n’y avait eu que les partisans de l’AKP dans les rues. Les médias turcs ont fait preuve d’une grande dignité. Ce sont des chaînes de télévision qui ont été accusées d’être proche de la Cemaat qui ont sauvé ce gouvernement. Si ce soir-là CNN Türk n’avait pas diffusé cette entrevue avec le Président, les choses ne se seraient pas déroulées de cette façon. Vous voyez, les gens que vous accusiez vous sont venus en aide. Les partis d’opposition accusés à longueur de journée de collusion avec la Cemaat – j’ai toujours dit qu’aucun parti en Turquie ne collabore avec la Cemaat, mais les partisans de l’AKP prétendaient que le CHP et le MHP sont parallèles5 – lui ont apporté un soutien indéfectible. Au CHP, du leader aux députés en passant par ses partisans descendus dans la rue, tous ont pris clairement position. Le MHP a eu la même attitude. Le HDP a déclaré « nous défendons la démocratie, nous sommes solidaires du gouvernement en place ». Tous les groupes de gauche et de droite sont descendus dans la rue.

Les tournées de conférences et de dédicaces des livres que j’ai publiés m’amènent à voyager un peu partout en Anatolie. Partout je tiens le même discours. Si toutes les institutions de ce pays sont démocratiques, tout le monde est en sécurité. Si la société civile, l’opposition, l’Assemblée nationale, les partis ne sont pas ce qu’ils sont censés être dans le cadre d’une démocratie et qu’un danger survient, personne ne sera en mesure de vous protéger. Sur ces questions, la Turquie est sur une mauvaise pente. Je dis toujours : « Si demain trois soldats se mutinent, la société civile, la loi et l’opposition vous protègeront ».

Si la Turquie veut se protéger, elle doit renforcer toutes les instances démocratiques. Si vous ne renforcez que la présidence de la république ou le gouvernement en affaiblissant tout le reste, vous ne pouvez garantir cette protection. L’armée, par le passé, a affaibli toutes les autres institutions. Il n’y avait qu’elle, pas question de droit, de partis politiques, d’Assemblée ni de société civile.

Un beau jour, la Cemaat est arrivée et personne n’a pu voler au secours de l’armée pendant qu’elle se faisait grignoter. Pourquoi ? Parce que le droit comme la société civile avaient été amputés, l’opposition était impuissante, c’est ainsi que tout le monde est resté spectateur. Aujourd’hui, il se passe exactement la même chose. Si nous renforçons une institution6 au détriment de toutes les autres, rien ne pourra la protéger en cas de danger. Nous devons bâtir une société dans laquelle tous les mécanismes démocratiques – la société civile, la loi, les partis politiques, le parlement – remplissent le rôle qui leur revient.

 : L’une des craintes la plus fréquemment exprimée est que les mesures contre le coup d’état et les putschistes n’en viennent à englober tous ceux qui se tiennent à bonne distance du gouvernement, tous ceux qui émettent une critique, bref que cela ne tourne à une chasse aux sorcières.

HA : Si vous détenez tous les pouvoirs entre vos mains, il suffit que je vous renverse pour faire tomber tout le système.

 : Samedi soir à 23h30, l’accès à notre site Medyascope a été interdit par le ministère des Télécommunications avec 10 autres sites. Tous ces sites appartenaient à la Cemaat. La raison du blocage peut être différente, mais le fait que le blocage de notre site intervienne en même temps que ceux-là signifie-t-il que l’État pense que nous sommes de la Cemaat ? Si l’État ignore encore que je n’ai rien à voir avec la Cemaat c’est une autre paire de manches ; s’il en a parfaitement connaissance et malgré tout nous met dans le même panier – nous avons pu faire rectifier le tir, mais bon – qui peut dire ce qui peut arriver à je ne sais combien d’autres ? Sous le prétexte de la lutte contre la Cemaat il y aura bien une ou deux personnes dont on règlera le compte par ce biais. Ce qui veut dire que l’état de droit est plus que jamais nécessaire.

HA : Absolument. Un système démocratique fonctionnel est primordial pour que tout le monde puisse vivre tranquillement et en paix dans ce pays. Ce système est porteur de ses propres garanties. Ce que vous dites est très juste. Nous pouvons être guidés par des réflexes, mais il faut que le tir soit rapidement corrigé. De la même manière que vous avez pu régler votre problème, le cas de ceux qui ont été mis à pied ou arrêtés à tort doit être réglé. Nous devons tous faire preuve de patience. Je pense que les fonctionnaires de police et de la justice qui n’ont rien à voir avec tout cela seront très rapidement identifiés.

 : Tout le monde est loin d’afficher le même optimisme.

HA : Pourtant nous n’avons pas d’autre choix que la patience. Nous traversons une période très dure. Je pense que les dirigeants du pays ont en main des informations que nous ignorons, et c’est pourquoi ils ratissent si large. Nous devons nous montrer patients. Évidemment, l’enquête se devra tout autant d’incarcérer ceux qui ont des liens organiques avec la Cemaat que de réparer les torts causés aux innocents.

 : Pour terminer, je voudrais vous demander votre opinion sur le sort qui, à votre avis, attend Fethullah Gülen : restera-t-il en Amérique, sera-t-il extradé ou expulsé du pays ?

HA : Je suis de ceux qui pensent que l’avenir s’annonce très sombre pour la Cemaat. Même si les États-Unis ne l’extradent pas, ses avoirs là-bas seront passés au crible et qu’on l’incitera à quitter le pays. On ne le laissera plus vivre tranquillement, parce qu’ils connaissent la Cemaat mieux que nous, ils savent encore mieux que nous que la Cemaat est derrière toute cette affaire. Sans l’ombre d’un doute, l’Occident connaît bien la Cemaat.

 : Probablement la CIA connaît-elle plus que la Turquie les tenants et les aboutissants de ce coup d’état orchestré – comme nous le pensons vous et moi – par la Cemaat.

HA : Face aux événements, les services occidentaux adoptent une démarche scientifique, ils les étudient et les analysent en profondeur. Il y a 7 ou 8 mois de cela, un scientifique allemand est venu en Turquie. Il menait des recherches sur la présence de la Cemaat en Afrique. Ce chercheur était entré en contact avec les gens de la Cemaat et avait travaillé 15 mois en tant que prof dans une de leurs écoles en Afrique. Ensuite, il était parvenu à les convaincre de le laisser séjourner 12 jours dans un de leurs dortoirs. Lors de son séjour en Turquie, il a rencontré tout le monde, des pro- et anti-Cemaat. Il n’a pas encore rédigé son rapport. Un chercheur allemand qui étudie la présence de la Cemaat uniquement en Afrique y consacre tout ce temps. Ici, personne ne lit ni ne recherche, mais les étrangers produisent de très bonnes analyses. Que ce soit en Amérique ou en Europe, ils connaissent fort bien la Cemaat. Ils n’ont pas besoin que nous produisions une quelconque preuve de sa culpabilité. Leurs services de renseignement leur ont fourni l’information.

 : Je vous remercie, ceci conclut notre entretien sur la tentative de coup d’état du 15 juillet.

  1. également appelée ablution sèche ou purification de substitution []
  2. c’est-à-dire statique, sans les gestes et génuflexions prescrites. Dans l’islam, seuls les malades sont autorisés à prier de cette façon []
  3. le terme original employé est ulufe, qui désigne à l’origine la solde des janissaires mais est employé dans la langue courante pour désigner un bien acquis en récompense d’une mauvaise action []
  4. en turc, Yurtta Sulh Konseyi. Ce nom est tiré du titre du discours au peuple turc Paix dans la patrie, paix dans le monde prononcé par Atatürk le 20 avril 1931.  « Feuille de route » ayant longtemps guidé la politique étrangère turque, ces mots sont indissociablement liés au kémalisme dans la société turque. []
  5. Les membres de la Cemaat sont accusés d’avoir créé une structure parallèle au sein de l’État. Par assimilation, toute personne soupçonnée/accusée de collusion avec elle se voit affublée du sobriquet de  »parallèle«  []
  6. Hanefi Avcı sous-entend la présidence []

Ruşen Çakır

Ruşen Çakır est un journaliste né en 1962 à Hopa diplômé du Lycée de Galatasaray. Entre février 1981-août 1982, il est détenu aux prisons militaires de Hasdal et de Metris. Il interrompt ses études supérieures à l’Université du Bosphore et travaille pour différents revues et quotidiens (par ordre chronologique : Tempo, Cumhuriyet, Milliyet et Vatan, et les chaînes de télévision CNN Türk et NTV). Il a dirigé le Programme “Démocratie, Société civile et Monde islamique” à TESEV (Fondation turque des études économiques et sociales). Depuis le 20 octore 2014, il écrit ses articles dans le quotidien Habertürk. Francophone et anglophone, Çakır a participé à de nombreuses conférences en Turquie et à l’étranger. Il a enseigné sur “La pensée politique islamique contemporaine et la Turquie” à l’Université de Marmara, et sur “l’Islam, la démocratie et la société civile” à l’Université de Buffalo dans l’État de New York. Il est membre de l’Association de Galatasaraylılar et du Club de Galatasaray, et siège au Conseil d’Açık Toplum Vakfı (Open Society).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *