Où va la Turquie ?

Un mois et demi après la tentative de coup d’Etat du 15 juillet, la complexité de la situation politique dans laquelle se trouve plongée la Turquie, tant sur le plan intérieur qu’international perdure. Ces deux dernières semaines ont été marquées par la visite de délégations européennes, venant du Conseil de l’Europe, du Parlement européen, ou du Conseil européen. Alors qu’Ankara a reproché à ses alliés occidentaux leur attitude équivoque au moment du coup d’Etat, ces délégations ont voulu prendre acte de la tentative de putsch, montrer que les Européens avaient bien pris conscience de sa gravité et apporter un soutien non seulement au gouvernement, mais aussi à la société civile turque et plus généralement à la démocratie. Alors que Federica Mogherini, la haute représentante pour la politique étrangère et de sécurité de l’UE est attendue le 9 septembre en Turquie, ces démarches sont aussi motivées probablement par la volonté plus prosaïque de conforter la mise en œuvre de l’accord turco-européen sur les réfugiés, toujours hypothéqué par la non-application de certaines de ses dispositions, comme la levée des visas pour les citoyens turcs qui désirent se rendre dans l’espace Schengen.

Pourtant l’ampleur des purges qui se poursuivent continue d’inquiéter les observateurs, et amène à s’interroger sur l’évolution politique qui est réellement en cours dans ce pays et sur le rapport de force qui y prévaut entre majorité et opposition dans le nouvel équilibre politique qui s’est créé, un peu artificiellement, ces dernières semaines. Sur le plan international, par ailleurs, l’opération «Bouclier de l’Euphrate», lancée par l’armée turque, le 24 août dernier, contre l’Etat islamique, pour soutenir une reprise de Jarablus et un contrôle de la rive ouest de l’Euphrate par les rebelles syriens, a rapidement reposé la question des rapports avec les Kurdes syriens du PYD, qu’Ankara considère comme des «terroristes», à l’instar des djihadistes. Ici encore, pour ce qui concerne le positionnement turc dans la crise syrienne, un certain nombre d’ambiguïtés et de spécificités compliquées prévalent.

La transformation de l’Etat en marche

Le «grand nettoyage» promis par le premier ministre, Binali Yıldırım, à l’issue de l’échec du coup d’Etat de juillet dernier, s’est poursuivi et a dépassé toutes les prévisions. Dans le cadre de l’état d’urgence, 3 décrets ont été publiés, le 1er septembre, pour licencier massivement de nouveaux fonctionnaires. Le 28 août dernier, de façon significative, le leader du CHP Kemal Kılıçdaroğlu, a estimé que le gouvernement allait trop loin en la matière, en soulignant que, lors des interventions militaires des 12 mars 1971 et 12 septembre 1980, «beaucoup moins de personnes avaient été arrêtées». Il a rappelé, le 5 septembre, que l’état d’urgence ne devait pas servir à emprisonner « tous les opposants ».

Depuis le 15 juillet, en effet, presque toutes les institutions du secteur public ont été touchées par des purges, notamment : le ministère de l’Education (28 163 licenciements) ; le ministère de la Santé (2018) ; le ministère de l’agriculture (733) ; le ministère de la famille (439) ; le ministère des affaires étrangères (215) ; la direction des affaires religieuses (1519) ; le ministère de l’Intérieur (369 licenciements dont 24 préfets et 102 sous-préfets, auxquels s’ajoutent 7669 policiers dont 852 cadres, 323 personnels de la gendarmerie et 2 gardes côtes, ces deux derniers services étant désormais placés sous l’autorité du ministre de l’Intérieur, qui a dû d’ailleurs, lui aussi, démissionner, le 31 août, pour des raisons obscures) ; le ministère de la justice (3390) ; les services du premier ministre (302) ; les universités  (2346) ; la Sécurité sociale (605) ; la télévision publique (312). À cette épuration publique, il faut ajouter les licenciements et autres démissions suggérées dans les institutions éducatives privées (écoles, collèges, universités), dans les milieux d’affaires (dissolution d’organisations patronales «gülenistes», comme la TUSKON, et épuration méthodique d’institutions professionnelles, comme la TOBB, l’union des chambres de commerce et des bourses de Turquie), dans la presse et les médias, dans les Fédérations sportives…

A cela s’ajoutent près de 15 000 militaires, arrêtés au moment du coup d’Etat ou mis à pied par la suite. Le Conseil militaire suprême (Yüksek Askeri Şura – YAŞ), qui s’est tenu le 28 juillet, a reconduit les principaux chefs militaires, qui s’étaient opposés au coup d’Etat, le 15 juillet, mais cette apparente continuité dans le commandement a caché en réalité deux vagues de mise à la retraite de plusieurs centaines d’officiers des trois armes, et surtout une refonte profonde de l’armée, la seule institution qui avait été largement épargnée par les réformes de l’AKP, jusqu’à présent. Les trois armes sont désormais sous l’autorité du ministère de la défense, la composition du YAŞ a été sensiblement modifiée (par l’arrivée en son sein des ministres de l’Intérieur, de la justice et des affaires étrangères), les hôpitaux militaires ont été rapidement placés sous la coupe du ministère de la santé, les académies militaires ont été dissoutes et remplacées par une «Université de la défense nationale».

Cette purge révèle sans doute la réalité de l’implantation du mouvement Gülen dans la société et l’Etat turcs, mais le risque est qu’une bonne partie des personnes licenciées ne soient pas liées à la confrérie proscrite ou ne le soient que marginalement. Le 4 septembre, à Diyarbakır, le premier ministre Binali Yıldırım a annoncé que 14 000 professeurs allaient être suspendus, en l’occurrence pour des liens supposés avec le PKK. Il a précisé que la mesure serait prise «à titre de précaution» (sic), et que la procédure suivie serait la même que celle appliquée pour les personnes poursuivies au titre de leurs relations avec le FETÖ (Fethullaçı Terör Örgütü, Organisation terroriste güleniste ; terme désormais consacré par les milieux officiels turcs pour désigner le mouvement Gülen). On voit donc ici concrètement comment la sanction des «gülenistes» est en train de générer une répression frappant les milieux kurdes. On peut craindre que ce genre d’enchainement ne se généralise à tout type d’activité ou d’acteur «indésirables», de dissidence ou d’opposition. De surcroît, ces licenciements massifs posent le problème du remplacement des personnels congédiés. Dans tous les domaines, il est difficile de trouver rapidement des personnels nombreux, compétents, sélectionnés de façon objective et indépendante. De premiers recrutements hâtifs, déjà effectués dans les secteurs les plus affectés (justice, éducation…), ne sont guère rassurants à cet égard, et indiquent déjà que le processus en cours est en train de conforter la mise en place d’un Etat-AKP.

L’unité post-coup en péril

Politiquement l’un des événements inattendus de la période qui a suivi le coup d’Etat a été l’apparition d’un unanimisme équivoque. Tous les partis représentés au parlement (l’AKP, le CHP, le HDP et le MHP) ont condamné le coup, notamment par une déclaration conjointe. Le CHP a invité l’AKP à manifester avec lui pour la démocratie, à Taksim, le 25 juillet. Recep Tayyip Erdoğan a retiré les plaintes pour insulte à sa personne qu’il avait déposées contre Kemal Kılıçdaroğlu, qui a qualifié le geste «d’élégant». Mais rapidement cette unité a révélé de multiples ambiguïtés. Les Kurdes du HDP en ont été exclus d’emblée, et même si elle a paru se confirmer et culminer pour les trois autres partis, lors du grand rassemblement de Yenikapı, le 7 août, à Istanbul, sa fragilité n’a pas tardé à se confirmer. En atteste l’incident significatif qui vient de se produire à propos de l’ouverture de l’année judiciaire. L’annonce que la cérémonie qui marque cet événement se tiendrait, cette année, dans le palais présidentiel, a provoqué un boycott du CHP et de l’Union des barreaux d’avocats (TBB – Türkiye Barolar Birliği) dont le président, Metin Feyzioğlu, s’était pourtant réconcilié avec Recep Tayyip Erdoğan, le 16 août dernier (on se souvient que le discours de Feyzioğlu, lors de la célébration du 146 e anniversaire du Conseil d’Etat, en  mai 2014, avait provoqué la colère d’Erdoğan, alors premier ministre). Le 2 septembre, chef de l’Etat n’a pas manqué de regretter ces défections, notamment il a critiqué celle du leader kémaliste en des termes peu amènes : «C’est pitoyable. Nous voulions avancer vers l’unité de ce pays, le 7 août, il (Kılıçdaroğlu) prévoyait de ne pas assister au meeting du 7 août à Yenikapı, mais il est venu après que ses amis l’ont poussé à le faire. Nous pensions que nous pourrions marcher ensemble vers l’unité et la solidarité en Turquie.» Pour sa part, le leader du CHP a répondu que manifestement, son parti et l’AKP n’avaient pas la même conception de cette fameuse unité post-coup, en déclarant, en particulier : «Quel était état l’esprit de Yenikapı ? Une démocratie solide. Nous avons dit ‘oui’ à la démocratie. Nous avons dit ‘oui’ à des mesures destinées à éviter les tentatives de coup d’Etat. Ce que le gouvernement de l’AKP a compris de l’esprit de Yenikapı, c’est :  ‘nous ferons tout ce que nous voudrons et l’opposition nous apportera son soutien’. »

Des équilibres politiques post-coup très fragiles

Evoquant la difficulté des observateurs internationaux à comprendre le coup d’Etat en Turquie et ses suites, certains commentateurs ont évoqué la confrontation entre deux conceptions de la démocratie : d’un côté la démocratie libérale « à l’européenne », de l’autre la démocratie encadrée « à la turque ». Or, l’état de la démocratie en Turquie ne paraît pas devoir être évaluée en mobilisant ce genre de préjugés idéologiques, mais d’abord à l’aune de la situation et du rapport de force qui prévalent concrètement, à l’heure actuelle. Dans la nuit du 15 au 16 juillet, un (vrai) coup d’Etat a échoué en Turquie, fort heureusement pour la démocratie. Pour autant, il n’est pas sûr que le sort de celle-ci en sorte conforté, car loin de renouer avec la période antérieure, ce pays a vu s’ouvrir une nouvelle ère politique. L’épuration que nous évoquions précédemment a certes ciblé les auteurs du putsch, mais elle a aussi donné au parti au pouvoir des opportunités et des moyens dont aucun gouvernement civil n’a disposé, depuis l’instauration du pluralisme en Turquie, au milieu du 20e siècle.

Dans un tel contexte, l’unité affirmée, comme le ciment de la démocratie retrouvée, paraît un argument bien fragile, qui cache surtout des préoccupations tactiques qui tôt ou tard seront difficilement conciliables. Pour les partis d’opposition, elle permet d’empêcher l’AKP (dont les militants se sont mobilisés, dans la nuit du 15 au 16 juillet derniers, pour faire échouer le coup) de profiter seul de la situation. Pour le parti au pouvoir, elle permet de légitimer les ambiguïtés de la situation post-coup : l’épuration en cours, mais aussi le nouveau régime qui se met progressivement en place.

Passées les réconciliations de façade, cette unité doit désormais relever 2 défis sérieux. Le premier d’entre eux est de savoir jusqu’où l’opposition pourra accepter la politique mise en œuvre par le gouvernement, notamment en matière de purge et de restructuration. À cet égard, le sort de Can Dündar, l’ancien rédacteur en chef du quotidien kémaliste Cumhuriyet, est actuellement un véritable test. Poursuivi pour avoir publié, en mai 2015, les photos des fameux camions du MİT (Milli Istihbarat Teşkilatı, les services turcs de renseignement) livrant des armes à des belligérants du conflit syrien, sous couvert d’acheminer de l’aide humanitaire, il n’a pourtant pas été directement la cible de la répression dans l’immédiat après-coup. Mais il est, en revanche, significatif qu’il soit prudemment resté à l’étranger où il se trouvait le 15 juillet, et il est inquiétant que son épouse se soit vue récemment interdire de le rejoindre, après confiscation de son passeport. L’autre défi est de savoir ce que contiendra la révision constitutionnelle a minima que le gouvernement tente actuellement de mettre sur pied, en rassemblant une commission composée des partis représentés au parlement. On sait que le gouvernement a buté de longue date sur une réforme qui lui permettait de changer profondément le régime politique. L’opposition acceptera-t-elle de céder l’une de ses dernières cartes et contre quelle contrepartie ?

Les mutations diplomatiques et stratégiques en cours

L’opération «Bouclier de l’Euphrate», qui a vu l’armée turque franchir la frontière syrienne, le 24 août, pour soutenir une offensive militaire des rebelles syriens contre l’Etat islamique, est un tournant en matière de politique étrangère pour un pays dont la diplomatie a souvent été dominée par le souci d’éviter les interventions sur des théâtres extérieurs. Cette initiative vient conforter la volonté de puissance du régime qui se met en place, et les ambitions de son président de jouer dans la cour des grands. Par ailleurs, si cette intervention militaire confirme la volonté d’Ankara de combattre l’organisation djihadiste, à l’origine d’une série d’attentats sanglants sur le territoire turc depuis un an, elle ne fait pas disparaître un certain nombre d’ambiguïtés et de difficultés antérieures. En effet, le développement de cette opération et le nettoyage de la frontière syrienne, sur plus de 90 km entre Azaz et Jarablus, visent aussi à empêcher les Kurdes du PYD de s’installer sur les territoires abandonnés par l’Etat islamique, dans le nord de la Syrie, en particulier sur la rive occidentale de l’Euphrate dont Ankara a fait, depuis l’an dernier, une ligne rouge à ne pas franchir, mais qui l’a été pourtant depuis, en particulier lors de la reprise de l’enclave de Manbij à l’Etat islamique par les Forces démocratiques syriennes. Toutefois, si récemment à l’occasion de de cette offensive, le gouvernement turc a admis la participation (déterminante d’ailleurs) du PYD-YPG à ces forces, ce n’est apparemment que contre l’assurance de Washington que ce contingent kurde se retirerait une fois l’opération terminée. Or, sur le terrain, la situation s’est révélée délicate, puisque des affrontements ont eu lieu entre l’armée turque et des forces kurdes toujours présentes sur la rive ouest de l’Euphrate. Ainsi les Etats-Unis, après avoir trouvé en la Turquie un nouvel acteur pour combattre l’Etat islamique, se retrouvent à devoir arbitrer aujourd’hui un conflit entre Turcs et Kurdes, qui bien qu’engagés dans la lutte contre l’organisation djihadiste, n’en sont pas pour autant devenus des alliés. Il semble néanmoins que Washington soit parvenue, au moins provisoirement, à empêcher que ces affrontements ne dégénèrent en un conflit ouvert, bien que le gouvernement turc ait nié avoir accepté la conclusion d’un accord avec le PYD, annoncé de façon un peu optimiste par un responsable militaire américain.

Quoi qu’il en soit le premier succès de cette incursion militaire a vu la Turquie relancer son idée de création, sur la frontière syrienne, d’une zone de sécurité garantie, qui supposerait aussi l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne et pourrait lui permettre d’éviter l’afflux sur son territoire de nouveaux réfugiés. Cette relance illustre le caractère de plus en plus réaliste de la politique étrangère d’Ankara. Oubliant l’idéalisme teinté d’ottomanisme d’Ahmet Davutoğlu, le nouveau premier ministre Binali Yıldırım, connu pour son pragmatisme, semble surtout être obsédé par l’obtention rapide de résultats concrets. Outre l’opération «Bouclier de l’Euphrate», son arrivée aux affaires a vu une accélération et un aboutissement des processus de normalisation des relations diplomatiques avec la Russie et Israël. À la politique débridée du «zéro problème avec nos voisins», Yıldırım oppose désormais une stratégie qu’il a appelée «la politique du plus d’amis que d’ennemis». Pour l’heure, ces initiatives ont permis à Ankara de se repositionner au Moyen-Orient, et en tout cas de retrouver une place dans le règlement éventuel de la crise syrienne. Mais l’engagement d’une opération militaire, même limitée à des zones frontalières, est susceptible également d’entrainer la Turquie dans un engrenage dangereux, et elle ne peut que justifier un peu plus la situation d’exception, qui règne dans le pays, depuis le coup d’Etat et l’instauration de l’état d’urgence.

JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Anonyme dit :

    Vous faites un lien entre le PKK et les milieux kurdes comme le font la plupart des chroniqueurs européens qui essayent de faire croire à leurs lecteurs que les Kurdes soutiennent le PKK. Monsieur Marcou, le PKK est une organisation terroriste marxiste-léniniste qui ne représente en rien les Kurdes qui eux sont musulmans. Vous devriez le savoir, vous qui êtes expert sur la Turquie… Comme vous le voyez, les affrontements entre les forces armées turques et le PKK donnent le plus de mal aux Kurdes qui sont contraints de quitter leur domicile pour partir à l’ouest du pays (!) et non en Syrie ou en Irak. Cela montre que les Kurdes fuient le PKK et non l’Etat turc qui envisage des dizaines de projets visant à développer la région, hélas les terroristes du PKK sabotent les engins, enlèvent le personnel, etc.. Il y a des dizaines de Kurdes là où je travaille et il existe même un département où le personnel kurde fait le suivi des informations en kurde. Pour comprendre la situation, je vous conseille de lire (si vous lisez le turc évidemment) «Bu delileri bir araya getirmeyecektiniz» de Mete Yarar, expert en sécurité qui explique le vrai visage du PKK et qui commente également à la télévision les activités militaires de la Turquie.
    Vous n’êtes apparemment pas au courant de la coopération entre la FETÖ et le PKK. Savez-vous que des militaires gülénistes avisaient les terroristes du PKK avant même le décollage des jets qui bombardaient des terrains vides ? L’Europe devrait normalement soutenir la Turquie dans sa lutte contre les organisations terroristes (FETÖ, PKK, Daesh) mais elle a mieux à faire… dénigrer sans cesse le gouvernement et surtout Erdoğan. Pourquoi ? Parce qu’un pays musulman veut «jouer dans la cour des grands»…
    Dernièrement, dans la nuit du 15 au 16 juillet, il n’y avait pas que les partisans de l’AKP. Il y avait beaucoup de gens du MHP. Nedim Şener, journaliste qui avait été emprisonné en 2011 dans l’affaire Ergenekon, était dans les rues comme des centaines d’autres personnes comme lui. Des militaires à la retraite dont on ignore les noms et les tendances politiques étaient dans les rues. Pourquoi ? Pour défendre leur patrie des menaces extérieures, pour ne pas que la Turquie devienne l’Egypte, la Syrie ou l’Irak avec lesquels l’Occident joue comme joue un chat avec une souris. La Turquie ne ressemble pas à ces pays et les Turcs l’ont confirmé la nuit du 15 juillet.
    Mete Yarar, également journaliste qui se rend régulièrement sur place pour observer plus sainement les événements, va bientôt publier un livre qui donnera des détails sur la tentative de coup d’Etat du 15 juillet. A lire absolument… Je vous conseil donc de faire un peu plus de recherche et d’arrêter de dénigrer la Turquie à tort en prétextant sans cesse les Kurdes.

  1. 5 décembre 2016

    […] le sillage des nombreux attentats djihadistes qui ont frappé le pays, depuis l’été 2015 (cf. notre édition du 6 septembre 2016). Mais cette initiative a aussi montré que, dans cette zone, Ankara s’employait, tout autant, à […]

  2. 11 décembre 2016

    […] Kurdes du PYD de s’installer sur les territoires évacués par l’organisation djihadiste (cf. notre édition du 6 septembre 2016). Ayant pris au départ l’aspect d’une intervention transfrontalière, l’opération […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *