L’armée turque exclue de la bataille de Mossoul

La bataille pour la reprise de Mossoul a donc commencé. Le premier ministre irakien, Haidar el-Abadi, a annoncé la nouvelle, le 17 octobre, alors même que la presse turque avait évoqué de premières frappes américaines et françaises sur la ville, deux jours auparavant, dans la soirée du 15 octobre. Il faut dire qu’en Turquie, au cours des dernières semaines, l’imminence de cette offensive n’a cessé d’être commentée, le point central des tous débats étant de savoir bien sûr si l’armée turque participerait ou non à l’opération. Il se confirme ainsi que la réponse est négative, ce que le gouvernement turc semblait avoir compris, dès le 14 octobre, puisque, ce jour-là, Recep Tayyip Erdoğan avait déclaré que son pays aurait un plan B, même si finalement sa participation n’était pas acceptée.

La Turquie désormais en guerre contre Daech

En tout état de cause, si la Turquie est aujourd’hui déçue, voire en colère, c’est parce que, ces derniers mois, elle n’a cessé de proposer ses services à la communauté internationale, et de se repositionner à la pointe de la lutte contre Daech, après avoir entretenu, comme l’on sait, une position équivoque à l’égard de certains groupes radicaux, pendant les premières années de la guerre en Syrie. Plusieurs raisons expliquent ce revirement notable. En premier lieu, depuis l’été 2015, l’Etat islamique a durement frappé ce pays par une série d’attentats qui ont fait plus de 300 morts. En second lieu, depuis janvier 2016, des tirs de roquettes sporadiques mais meurtriers, venant de territoires tenus par les djihadistes, ont régulièrement visé des zones frontalières turques, en particulier la province de Kilis. Enfin, l’immobilisme dont la Turquie a longtemps fait preuve à l’égard de l’Etat islamique, s’est avéré désastreux pour son image internationale, jouant en faveur des Kurdes syriens du PYD-YPG, longtemps seule force au sol, à combattre Daech. Dès lors, depuis plusieurs mois déjà, on sent bien qu’Ankara a décidé de réagir. Depuis l’été 2015, après être entré activement dans la coalition internationale contre l’Etat islamique, le gouvernement turc a intensifié sa lutte contre les cellules dormantes de celui-ci, établies sur son territoire, tout en ripostant par des tirs d’artillerie dans le secteur frontalier qui fait face à Kilis, avant d’y lancer même une opération commando de représailles, au mois de mai dernier. Mais la consécration de ce changement est venue, le 24 août dernier, lorsque l’armée turque est entrée en Syrie, pour chasser l’Etat islamique de Jarablous, lors de l’opération « Bouclier de l’Euphrate ».

Saluée par les Etats-Unis et notamment par le vice-président Joe Biden qui se trouvait, comme par hasard, en Turquie, au moment même où elle commençait, l’opération « Bouclier de l’Euphrate » a marqué le grand retour d’Ankara sur le théâtre syrien dont l’avait écarté sa position ambiguë, au moment du siège de Kobane, en 2014. Pour autant, cette déclaration de guerre turque à Daech ne clarifie pas totalement la situation, car au-delà de son objectif djihadiste, elle reste aussi motivée par la volonté de contenir la poussée kurde sur ses frontières, et d’empêcher la jonction entre l’enclave d’Afrin, sur la rive occidentale de l’Euphrate, et le reste des territoires tenus par le PYD-YPG, sur l’autre rive du fleuve. Pourtant, pendant l’été 2016, la Turquie a accepté que le PYD-YPG participe à la reprise de l’enclave djihadiste de Manbij, au sud de Jarablous, aux côtés des rebelles syriens, mais après avoir reçu la promesse des Américains que les forces kurdes syriennes évacueraient les positions conquises, une fois l’enclave en question libérée. La promesse n’ayant été que partiellement tenue, des affrontements, que les Etats-Unis ont dû apaiser, ont eu lieu entre les forces turques et celles du PYD-YPG. Depuis le problème est de savoir si l’offensive lancée par l’armée turque sur Jarablous se cantonnera à l’opération transfrontalière qu’elle a été jusqu’à présent ou si elle aura vocation à aller plus loin, et notamment à se poursuivre en direction de Raqqa, par une offensive au cœur des territoires djihadistes ; une opération d’autant plus difficile à concevoir qu’Ankara, tout en affirmant que l’armée turque n’agira pas seule, n’acceptera certainement pas de combattre aux côtés du PYD-YPG. Au moins, la Turquie pourra-t-elle s’enorgueillir d’avoir permis, le 16 octobre dernier, à l’Armée syrienne libre, de reprendre le village de Dabiq, devenu emblématique depuis qu’il a donné son nom au magazine anglophone de Daech. Mais cela ne parviendra pas à lui faire oublier son exclusion, au même moment, de la reprise de Mossoul.

La présence turque en territoire irakien contestée

Car en Irak où les djihadistes sont aussi sur la défensive, et où la reconquête de Mossoul est à l’ordre du jour depuis plusieurs mois, une éventuelle implication militaire turque n’a pas fait non plus l’unanimité. A la différence de ce qui se passe en Syrie, la Turquie dispose pourtant de positions anciennes dans le nord de ce pays. De longue date, elle y mène des opérations transfrontalières contre le PKK, notamment dans les montagnes de Qandil. Depuis 2007, le parlement turc reconduit d’ailleurs annuellement une résolution autorisant l’armée à intervenir en Irak, qu’il a étendue à la Syrie, au cours des deux dernières années. Depuis 2007, également, la Turquie entretient en outre un partenariat stratégique avec le gouvernement autonome kurde régional de Massoud Barzani, étant devenue non seulement son allié, mais aussi son poumon économique. Enfin, depuis deux ans l’armée turque dispose d’une base, dans le nord de l’Irak, à Bashiqa, à 20 km de Mossoul. Le statut de ce déploiement militaire turc n’est pas très clair. Selon Ankara, il aurait été demandé par Bagdad, en décembre 2014, après le réchauffement des relations entre les deux pays qui avait suivi le départ de l’ancien chef du gouvernement (chiite) irakien (2006-2014), Nouri el-Maliki ; une version que conteste aujourd’hui le nouveau premier ministre Haidar el-Abadi, mais dont se sont accommodés les Kurdes irakiens, proches de la Turquie et souvent, comme elle, en mauvais termes avec Bagdad. Dans le camp de Bashiqa, l’armée turque entraîne actuellement des forces sunnites arabes et turkmènes irakiennes, qui doivent participer à la reprise de Mossoul.

Quoi qu’il en soit, depuis la fin 2015, le gouvernement fédéral de Bagdad considère cette présence militaire turque comme une violation de souveraineté. Les multiples polémiques qui ont éclaté entre les deux pays, ces derniers mois, n’ont pas manqué de se raviver à l’approche de l’offensive sur Mossoul. Le parlement et gouvernement irakiens ont en effet de nouveau réclamé le départ de l’armée turque, alors qu’Ankara considère le maintien de celle-ci dans la zone, comme légitime et nécessaire. Depuis la chute du régime de Saddam Hussein, en effet, pour justifier ses incursions militaires, la Turquie a régulièrement reproché au nouveau régime irakien de n’être pas en mesure d’empêcher les infiltrations du PKK sur son territoire. Aujourd’hui, selon le gouvernement turc, la présence de son armée à Bashiqa se justifierait encore plus, du fait des positions tenues par Daech dans le nord de l’Irak, à proximité de la frontière turque. Ainsi, le 11 octobre,  lors d’un discours au neuvième conseil eurasiatique musulman, à Istanbul, après avoir affirmé que l’armée turque resterait à Bashiqa, Recep Tayyip Erdoğan a fustigé ceux qui veulent empêcher son pays d’intervenir en Irak et de participer à la libération de Mossoul, en ces termes :  « Certains Etats font des milliers de kilomètres pour conduire des opérations en Afghanistan, et dans beaucoup d’autres endroits, sous prétexte que leur sécurité est en cause, alors que la Turquie, qui a 911 km de frontière avec la Syrie et 350 km de frontière avec l’Irak, ne serait pas autorisée à intervenir contre une menace ici même… Nous n’acceptons pas ce raisonnement tordu. »

Mais force est de constater que la sensibilité de l’Irak sur le sujet a des raisons d’être qui sont anciennes. Après la disparition de l’Empire ottoman, le vilayet de Mossoul, bourré de pétrole, a été perdu par la Turquie nouvelle, et ce sans combattre, face aux Britanniques. Lors du traité anglo-irako-turc de 1926, bon gré mal gré, Ankara a dû accepter le rattachement de Mossoul à l’Irak, et la frontière qui en a résulté. Mais dès lors que l’Irak est divisé et instable, la Turquie qui, nous l’avons dit, s’estime aujourd’hui un droit de regard chez son voisin pour assurer sa sécurité, n’hésiterait peut-être pas non plus à faire valoir ce qu’elle pense être ses droits sur la zone, à plus forte raison si la partition de l’Irak devait s’avérer définitive.

Les enjeux de la reprise de la ville

Le paradoxe d’un retournement de situation saute aux yeux aujourd’hui. En 2014, après l’offensive de Daech en Syrie et dans le nord de l’Irak, les Etats-Unis, qui ne voulaient pas envoyer de troupes au sol, cherchaient désespérément des combattants pour affronter les djihadistes. Deux ans plus tard, alors même que l’Etat islamique est en recul sur tous les fronts, pléthore d’acteurs entendent participer à la victoire qui se dessine. En dehors de l’armée fédérale irakienne et des peshmergas de Massoud Barzani, les prétendants sont nombreux, allant des milices chiites Hachd al-Chaabi, dépendant du premier ministre irakien, aux milices sunnites Hachd al-Watani, entrainées par les Turcs à Bashiqa. Mais les rumeurs les plus folles ont circulé ces derniers jours. Ainsi les Américains auraient garanti aux Turcs que le PKK et le PYD ne seraient pas engagés dans la reconquête de Mossoul, et la Turquie aurait annoncé avoir obtenu des Etats-Unis aussi l’assurance que les milices chiites seraient tenues à l’écart des opérations visant à la reprise de la ville, pour éviter des vengeances à caractère confessionnel.

Pour sa part, lors de son allocution du 17 octobre, annonçant l’offensive sur la ville, le premier ministre irakien, Haidar el-Abadi, a précisé que, seules l’armée et la police irakiennes pénètreraient au final dans la ville. Les autorités turques redoutent néanmoins que des dérapages débouchent sur de nouveaux exodes massifs de réfugiés en direction de leur territoire. Elles se sont d’ailleurs préparées à une telle éventualité, ces derniers jours. Et elles ne sont pas les seules, car les populations arabes, majoritaires dans la zone, disent craindre, elles-aussi, une catastrophe humanitaire, au moment où elles se sentent acculées à choisir entre rester sous la dépendance des djihadistes ou à passer dans des zones kurdes, où elles risquent de n’être pas toujours les bienvenues. Il est probable en outre que les combats et les frappes aériennes nécessaires à la reprise de la ville, feront des victimes parmi les civils. À cet égard, s’inquiétant du sort des habitants de la ville, dans une déclaration intempestive, la Russie de Vladimir Poutine a montré qu’elle avait déjà compris qu’elle pourrait brandir les bombardements de la coalition à Mossoul, pour faire oublier ceux qu’elle a menés, à Alep, aux côtés de l’aviation du régime syrien. Cette initiative russe, qui s’est accompagnée peu après d’un arrêt des bombardements sur Alep, rappelle aussi à quel point les positions des grandes puissances dans ce conflit demeurent éloignées, et elle semble indiquer que, même lorsque la capitale de la province de Ninive sera reprise, les crises syrienne et irakienne seront, elles, loin d’être résolues.

JM

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *