Risque d’engrenage en Syrie et fragilité de la relation russo-turque

Trois soldats turcs ont été tués dans le nord de la Syrie, le 24 novembre 2016, par une frappe aérienne du régime de Damas, tandis qu’une dizaine d’autres étaient blessés, parfois gravement. L’un de ces blessés est d’ailleurs mort à l’hôpital militaire de Gaziantep, un jour plus tard, alors même qu’un nouveau militaire turc périssait dans un accrochage avec Daech. Ainsi, en deux jours, l’armée turque a perdu 5 soldats en Syrie, ce qui porte à 17 le total des pertes enregistrées, depuis le début de son intervention en territoire syrien, il y a plus de 3 mois, et ravive la crainte d’un engrenage dangereux.

L’opération « bouclier de l’Euphrate », 3 mois déjà…

Le 24 août dernier, des unités blindées et environ 350 soldats turcs sont entrés en Syrie pour appuyer les forces rebelles syriennes de l’ASL, qui ont entrepris de chasser Daech d’un territoire qui longe la frontière turque, et va de la rive occidentale de l’Euphrate jusqu’à l’enclave kurde d’Afrine. Cette opération militaire, baptisée « bouclier de l’Euphrate », a confirmé la « déclaration de guerre » d’Ankara à l’Etat islamique, réitérée par les dirigeants turcs, dans le sillage des nombreux attentats djihadistes qui ont frappé le pays, depuis l’été 2015 (cf. notre édition du 6 septembre 2016). Mais cette initiative a aussi montré que, dans cette zone, Ankara s’employait, tout autant, à contrer le développement de la présence des Kurdes du PYD-YPG. Ces derniers alliés aux rebelles syriens ont repris, cet été, à Daech, la région de Manbij, au sud du secteur où se développe actuellement l’opération « bouclier de l’Euphrate ». La Turquie avait alors accepté cette implication kurde, contre l’engagement américain qu’une fois les opérations terminées, le PYD-YPG quitterait les territoires reconquis, et retournerait sur la rive est de l’Euphrate. Même s’il a été annoncé à plusieurs reprises, ce retour n’a pourtant eu lieu que partiellement. Si bien qu’au cours de leur offensive en Syrie, les troupes turques qui ont principalement affronté Daech, se sont aussi heurtées parfois au PYD-YPG, enregistrant au bout du compte des pertes, qui ne sont pas négligeables, et auxquelles sont venus s’ajouter les 4 soldats victimes de la frappe du régime syrien (au total, 17 soldats turcs ont été tués en Syrie depuis le 24 août : 12 face à Daech, 1 face au PYD-YPG et 4 par la frappe aérienne du régime de Damas).

Le premier affrontement direct avec Damas

La frappe meurtrière syrienne du 24 novembre n’est pas un événement anodin, car depuis le début de l’opération « bouclier de l’Euphrate », c’est la première fois que la Turquie perd des soldats dans une confrontation avec Damas. Se considérant toujours comme le seul représentant légitime de l’Etat syrien, le régime de Bachar el Assad avait d’emblée dénoncé l’offensive militaire turque comme une violation de sa souveraineté et, le 22 octobre, il avait même affirmé avoir activé son système de défense radar afin de frapper, le cas échéant, l’aviation turque opérant dans son espace aérien. C’est ce qui avait amené l’armée de l’air turque à ne plus survoler territoire syrien pendant la vingtaine de jours qui ont suivi. Mais, le 11 novembre, après une concertation avec les Russes et les Américains, elle avait repris l’air en Syrie, pour appuyer les opérations au sol en cours. En dépit donc de l’absence de troupes syriennes loyalistes dans la zone de l’opération « bouclier de l’Euphrate », la menace d’une confrontation avec Damas s’avère belle et bien réelle. La perte de ces soldats le 24 novembre est venue subitement le rappeler, et peut faire craindre à la Turquie le risque que représente son implication dans un conflit syrien devenu particulièrement complexe.

Le risque d’une réactivation de l’antagonisme régional turco-russe

La frappe syrienne s’est révélée, de surcroît, potentiellement très lourde de signification. Intervenue le 24 novembre, soit un an après que des F-16 turcs ont abattu un SU-24 russe sur la frontière turco-syrienne (cf. notre édition du 25 novembre 2015), elle a fait craindre une reprise de la brouille russo-turque qui s’en était ensuivie et qui s’était achevée, en juin dernier, par la décision de Vladimir Poutine d’accepter « des regrets » turcs. C’est d’ailleurs l’effort de normalisation des relations entre les deux pays, engagés depuis, et le maintien de contacts permanents, qui ont immédiatement permis à Russes et Turcs de se parler, après la frappe syrienne, et de désamorcer les risques de malentendus.

Il reste que l’initiative prise par Damas est particulièrement troublante, car l’avion syrien (un albatros) est parti d’une base contrôlée par les Russes, pour frapper la Turquie, à une date particulièrement symbolique… La Russie, humiliée lors de l’affaire du SU-24 abattu, a-t-elle réglé un vieux compte, en utilisant les services de son allié syrien ? Une initiative syrienne a-t-elle effectivement échappé à Moscou, pour tenter de réamorcer un contentieux russo-turc qui n’est pas encore soldé ? Quoi qu’il en soit, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdoğan se sont parlés à deux reprises au téléphone, les 25 et 26 novembre, moins pour évoquer l’incident, que pour se rassurer mutuellement sur l’état de leurs relations. Tandis que les deux leaders évoquaient la crise humanitaire d’Alep, un drame sur lequel la Turquie avait été étonnamment aussi silencieuse que les gouvernementaux occidentaux ces dernières semaines, ils ont réaffirmé leur intention de poursuivre la normalisation de leurs relations et souligné l’importance de la visite du premier ministre Binali Yıldırım à Moscou, le 6 décembre prochain.

La Turquie à nouveau isolée au Moyen-Orient

Cette visite est en effet plus que jamais nécessaire pour clarifier la situation entre les deux pays, dont la relation s’est d’ailleurs encore obscurcie, après les contacts qu’ont eus leurs leaders respectifs. De passage en Turquie, le 1er décembre, le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, a affirmé que, ni la Russie, ni son allié, le régime syrien, n’était à l’origine de la frappe du 24 novembre. L’explication a relancé les supputations du gouvernement turc dont le porte-parole, Numan Kurtulmuş, a averti que la vérité serait faite sur cette affaire, et que la Turquie détenait les enregistrements radars nécessaires lui permettant d’établir ce qui s’était réellement passé. Entretemps, c’est une déclaration de Recep Tayyip Erdoğan, qui a plongé les Russes dans la perplexité. Le 29 novembre, le président turc a en effet affirmé que la Turquie était entrée en Syrie (lors de l’opération « Bouclier de l’Euphrate »), essentiellement pour en finir avec le régime de Bachar el Assad. Le Kremlin a accueilli cette déclaration avec surprise, en demandant, à son tour, des explications.

Quelles qu’en soient les causes, cette suite d’incidents tombe bien mal pour la Turquie, car il montre que ses liens avec son grand voisin russe sont loin d’être totalement stabilisés, au moment même où par ailleurs sa relation avec ses alliés occidentaux est confrontée à des tensions et à des incertitudes sans précédent. Avec les Etats-Unis, Ankara entretient d’incessantes polémiques depuis un an, causées principalement par l’appui américain aux Kurdes du PYD-YPG. Avec l’Union Européenne, parallèlement, dans le contexte des purges qui ont suivi la tentative de coup d’Etat du 15 juillet, les rapports n’ont jamais été aussi mauvais. Le 24 novembre, le parlement européen a même voté une motion demandant le gel des négociations d’adhésion de la Turquie. Certes, le gouvernement turc vient d’achever sa réconciliation avec Israël, tandis que  l’opération « bouclier de l’Euphrate » a été analysée comme le grand retour d’Ankara dans la recherche d’un règlement de la crise syrienne. Mais ces acquis sont loin de permettre à la diplomatie turque de retrouver confiance et sérénité. Elle apparaît plutôt de nouveau sans points d’appui au Moyen-Orient, la subite réconciliation russo-turque de juin dernier que l’on présentait comme une alternative à l’inconstance des rapports turco-occidentaux ayant été sérieusement ébranlée par la frappe syrienne du 24 novembre et ses suites. Décidément la relation entre Russie et Turquie reste fragile.

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 11 décembre 2016

    […] a bien sûr relancé les interrogations sur l’état véritable des relations russo-turques (cf. notre édition du 5 décembre 2016). Le 9 décembre dernier, à la veille du double attentat de Beşiktaş, la Turquie a décidé de […]

  2. 20 décembre 2016

    […] Alors même que la Russie décidait de maintenir le sommet tripartite prévu, Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine en personne se sont accordés, lors d’une conversation téléphonique, pour voir dans l’attentat d’Ankara une «provocation destinée à porter atteinte aux relations entre la Russie et la Turquie». Il est donc sûr que les rapports entre les deux pays ne seront pas affectés, dans l’immédiat, par ce nouveau coup. Il reste que, passée l’émotion des premières heures et les manifestations d’empathie, naturelles le plus souvent en pareil cas, ce nouveau développement tragique risque de continuer à travailler en profondeur une relation entre Russie et Turquie, qui reste malgré tout fragile. En poste en Turquie depuis 2013, l’ambassadeur Karlov, qui avait été aussi en fonction en Corée du Nord, était connu pour son sang-froid, notamment celui dont il avait fait preuve lorsque l’aviation turque avait abattu, le 24 novembre 2015, un SU-24 russe sur la frontière turco-syrienne ; un incident qui devait provoquer six mois de brouille intense entre Moscou et Ankara. Dans le discours qu’il était en train de prononcer avant sa mort, évoquant les relations russo-turques, le diplomate russe avait une fois de plus souligné  « qu’il était plus facile de détruire que de construire ». Il savait donc bien que si les deux pays avaient fait assaut de bonne volonté, ces dernières heures, pour essayer de polariser l’attention de la communauté internationale sur l’efficience de leur nouvelle diplomatie conjointe, il ne fallait pas oublier non plus qu’ils campaient sur des positions stratégiques pas toujours compatibles, notamment en ce qui concerne le conflit syrien (cf. notre édition du 5 décembre 2016). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *