Le double attentat de Beşiktaş intervient dans un contexte politique et économique particulièrement difficile pour la Turquie

Un nouvel attentat est survenu à Istanbul vers 22h30, le 10 décembre 2016. Deux bombes ont explosé successivement dans le quartier de Beşiktaş. La première, portée par un véhicule, visait les forces de police anti-émeute, traditionnellement stationnée à proximité du stade de Beşiktaş, où venait de s’achever un match entre le célèbre club d’Istanbul et Bursaspor. La seconde, a été déclenchée, 45 secondes plus tard, dans le parc de Maçka, contigu au stade de Beşiktaş. Le bilan provisoire est de 38 morts et 155 blessés dont 14 très grièvement. Ce double attentat s’ajoute à une liste qui semble interminable.

Depuis le début de l’année 2015, la Turquie a été frappée par 57 attentats sur son territoire, principalement à Istanbul, Ankara et dans les provinces kurdes du sud-est du pays. Les plus meurtriers ont été : les attentats de Suruç (33 morts, le 20 juillet 2015, voir notre édition du 23 juillet 2015), de la gare d’Ankara (102 morts, le 10 octobre 2015, voir notre édition du 11 octobre 2015), de l’aéroport d’Istanbul (45 morts, le 28 juin 2016), de Gaziantep (57 morts, le 20 août 2016), attribués à l’État islamique ; les attentats d’Ankara (des 17 février et 13 mars 2016, 38 et 37 morts), de Vezneciler à Istanbul (12 morts, le 16 juin 2016), revendiqués par les TAK (Terênbazê Azadiya Kurdistan – Les Faucons de la liberté du Kurdistan), une organisation kurde dissidente du PKK. Rien que pour l’année 2016, le bilan total des attentats survenus en Turquie atteint le chiffre terrible de 272 victimes.

Un jour de deuil national a été proclamé par le gouvernorat d’Ankara, et le président de la République, qui se trouvait à Istanbul (dans sa résidence officielle de Tarabya), au moment des faits, a décidé de reporter un voyage officiel qu’il devait effectuer au Kazakhstan. Ce nouvel attentat a été unanimement condamné par la communauté internationale. Il relance, toutefois, les interrogations sur la pertinence des orientations stratégiques, suivies par Ankara, au cours des dernières années. Il survient surtout dans un contexte politique et économique particulièrement dégradé.

Des implications stratégiques importantes en Syrie et en Irak

Pays longtemps réputé pour sa réticence à s’impliquer dans les crises régionales et les conflits de ses voisins (un héritage de la diplomatie kémaliste), la Turquie est devenue un acteur central des crises irakienne et syrienne, depuis 2011. Il était bien sûr impossible que ce pays qui, depuis 5 ans, a accueilli sur son sol plus de 3 millions de réfugiés, soit épargné par les conséquences du délitement des États irakien et syrien. Mais, au fur et à mesure que les crises s’approfondissaient à ses frontières, le gouvernement turc a accru le degré de ses engagements. En Syrie, il a dès le départ affiché une hostilité déclarée au régime de Bachar el Assad, puis a tenté d’enrayer la montée en force des Kurdes syriens du PYD, en se voyant reprocher une attitude ambiguë à l’égard de l’État islamique jusqu’à l’été 2015. En Irak, allié au gouvernement kurde de Massoud Barzani depuis 2007-2008, il s’est brouillé durablement avec le régime chiite de Bagdad. Ces implications sur les terrains syrien et irakien ont contribué à détériorer ses relations avec ses alliés occidentaux, notamment les Américains, auxquels Ankara reproche leur soutien au PYD kurde, en Syrie. Elles l’ont aussi amené à se retrouver confronté à la Russie, depuis que celle-ci apporte son soutien militaire actif au régime de Bachar el-Assad.

Aboutissement de ces engagements successifs : au cours de l’été dernier (le 24 août 2016, très exactement), la Turquie s’est directement impliquée dans la crise syrienne, en déclenchant l’opération «bouclier de l’Euphrate», une intervention militaire visant à chasser l’Etat islamique de la frontière turco-syrienne, et à empêcher les Kurdes du PYD de s’installer sur les territoires évacués par l’organisation djihadiste (cf. notre édition du 6 septembre 2016). Ayant pris au départ l’aspect d’une intervention transfrontalière, l’opération «bouclier de l’Euphrate» tend à se pérenniser, depuis le début de l’automne. L’armée turque a en effet perdu une vingtaine de soldats, principalement dans des affrontements avec Daech, mais aussi parfois dans des accrochages avec le PYD. Plus récemment elle a été victime d’une frappe aérienne, qui pourrait avoir été menée par le régime Damas ou par ses alliés, ce qui a bien sûr relancé les interrogations sur l’état véritable des relations russo-turques (cf. notre édition du 5 décembre 2016). Le 9 décembre dernier, à la veille du double attentat de Beşiktaş, la Turquie a décidé de renforcer son intervention en dépêchant 300 hommes de ses forces spéciales, ce qui double en réalité les effectifs engagés dans l’opération «bouclier de l’Euphrate»…

Un changement de régime en cours

Le double attentat de Beşiktaş intervient également le jour même de la présentation, au parlement, par le gouvernement turc, du projet de révision constitutionnelle, visant à instaurer un régime présidentiel. Cet événement est l’aboutissement d’une entreprise annoncée de longue date par Recep Tayyip Erdoğan, en particulier, depuis son élection à la présidence, au suffrage universel qui, en 2014, a transformé, dans les faits si ce n’est en droit, le régime parlementaire turc, en une sorte de système semi-présidentiel de plus en plus autoritaire. Cette évolution, qui a accru les tensions dans la société turque, connaît une accélération, depuis l’échec de la tentative de coup d’état du 15 juillet dernier, le gouvernement ayant repris le projet avec la ferme intention de le faire aboutir. Ayant obtenu au cours des dernières semaines, l’appui du parti nationaliste MHP, le premier ministre, Binali Yıldırım, espère obtenir une approbation de cette révision constitutionnelle par au moins 330 députés, ce qui pourrait lui permettre d’organiser, au printemps prochain, un référendum pour faire adopter définitivement le projet.

L’amendement constitutionnel, présenté le 10 décembre au parlement, transforme le régime turc en régime présidentiel. Le chef de l’État devient la principale institution exécutive avec la suppression du premier ministre, et la création d’une vice-présidence. Il a notamment le pouvoir de décréter l’état d’urgence et de dissoudre l’assemblée nationale. Il peut, le cas échéant, faire l’objet d’une sorte de procédure d’impeachment, déclenché par la majorité renforcée d’un parlement qui comprendrait désormais 600 députés (et non plus 550, comme précédemment). Le changement de régime interviendrait en 2019, à l’issue des prochaines élections présidentielles et législatives.

Pour l’heure, il est probable que le président et le gouvernement au pouvoir vont trouver, dans le double-attentat de Beşiktaş, un argument supplémentaire pour mener à bien cette présidentialisation, prolonger l’état d’urgence et poursuivre les purges qui se sont accélérées depuis le coup d’état manqué du 15 juillet dernier…

La fin de la résilience de l’économie turque

L’économie turque a longtemps fait l’admiration des marchés internationaux par sa capacité à résister, tant à une situation internationale difficile, qu’à une situation intérieure de plus en plus tendue. Ni les crises syrienne et irakienne depuis 5 ans, ni la reprise de la guérilla kurde du PKK depuis 2015, ni la brouille avec la Russie et ses conséquences sur le tourisme au cours des derniers mois, ni même le coup d’état et ses purges depuis le 15 juillet, ne paraissaient devoir être fatals à une économie émergente, qui continuait à afficher un taux de croissance moyen de près de 3%.

Toutefois, la baisse tendancielle de la livre turque, observée depuis de nombreux mois, s’est accélérée depuis le coup d’état, pour devenir spectaculairement inquiétante à l’automne. C’est ce qui a amené, au cours des derniers jours, le président turc à demander à ses concitoyens de changer leurs devises étrangères en monnaie nationale, alors même qu’il engageait des pourparlers, avec ses voisins russe et iranien, pour que les échanges commerciaux mutuels puissent être désormais réglés en devises locales. Le président a mené, en outre, une véritable croisade, contre l’avis des experts économiques les plus réputés du pays et de la Banque centrale, en faveur d’une forte baisse des taux d’intérêt, tout en vouant aux gémonies les agences de notation internationales, qui dégradent régulièrement la note de la Turquie.

Récemment, les experts expliquaient que le capital étranger abandonnait progressivement la Turquie, et que ce mouvement risquait de s’accélérer avec la décision probable de Donald Trump d’accroître les taux d’intérêt aux États-Unis. Dans un tel contexte, l’économiste Selva Demiralp, professeure à l’université Koç, estimait que le premier problème de la Turquie était désormais l’incertitude qui prévalait dans le pays du fait d’un cadre régional dégradé, des tensions crées par la polarisation politique intérieure et de l’insécurité résultant de la multiplication des attentats…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Free Syrie dit :

    Les occidentaux accusaient la Turquie d acheter le pétrole à daesch,récemment J.Kerry à affirmer que c est juste une rumeure lancer par la CIA pour faire mauvaises images à la Turquie. La Turquie lutte et luttera jusqu au dernier terroriste qu il soit daesch pkk pyd feto.
    Les occidentaux jouent un double jeu avec les Turcs, mon point de vu est que la stratégie pour faire chuter RTE est la même qu’ utilisé par les anglais contre l’ empire Ottoman avec Lawrence d’Arabie (espion infiltré), mais cette fois-ci se n est pas une personne mais un groupe terroriste le pyd entité pkk en syrie et peut être même daesch. Les americains ont donné des armes antichar il y a quelques jours et sa ouvertement au pyd.
    La Turquie à bcp d’ennemis visible et caché, que Dieu aide se peuple et tt ceux qui sont opprimés par les capitaliste.

  1. 20 décembre 2016

    […] était lui-même survenu, une semaine après le double-attentat de Beşiktaş, le 10 décembre (cf. notre édition du 11 décembre 2016 et l’article de Jean-François Pérouse du 18 décembre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *