Les relations turco-américaines à la croisée des chemins

Alors que l’investiture de Donald Trump vient de s’achever, et que s’ouvre la conférence d’Astana, qui ignore les Occidentaux dans la recherche d’une solution négociée au conflit syrien, beaucoup s’interrogent sur l’avenir des relations turco-américaines. «Boostés» par l’élection de Barack Obama qui, en avril 2009, avait réservé à la Turquie l’un de ses premiers déplacements officiels et un discours à la grande assemblée nationale, avant même celui délivré, deux mois plus tard, à l’Université du Caire, les rapports entre Ankara et Washington se sont régulièrement dégradés par la suite, pour devenir carrément exécrables, à la fin du second mandat du président américain.

Les effets de la crise syrienne

C’est la crise syrienne et la décision américaine de ne pas intervenir dans ce conflit (notamment en 2013, lors de l’usage, par le régime syrien d’armes chimiques, présenté pourtant par Washington comme «une ligne rouge» à ne pas franchir) qui ont amorcé cette dégradation. Elle a été ensuite poussée à son comble par le soutien des Etats-Unis aux Kurdes syriens du PYD. À partir de 2014, pendant le siège de Kobanê en particulier, non seulement les Américains ont apporté une aide substantielle au PYD, mais ils ont revu leur approche de cette instance, en la rayant de la liste des organisations terroristes, et en la qualifiant même, en décembre 2015, de «partenaire fiable». À ce contentieux déjà lourd, s’est ajouté à partir de l’été le refus américain d’extrader Fethullah Gülen, considéré par les autorités turques comme le cerveau de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet, ainsi que d’incessantes remarques de l’administration Obama sur la situation inquiétante des droits de l’homme et des libertés en Turquie. Pour certains observateurs, les relations turco-américaines risquaient encore plus de pâtir de l’élection de Donald Trump, dont la campagne avait été émaillée d’initiatives et de propos islamophobes. C’était oublier qu’eu égard au point de délabrement qu’ils avaient atteint, les rapports entre les deux pays ne pouvaient que s’améliorer

Convergence entre Erdoğan et Trump

Et c’est en un sens ce qui s’est produit ! Dès l’élection de Donald Trump, au-delà des démarches protocolaires habituelles, les dirigeants de l’AKP se sont tapageusement réjouis, arguant que ce résultat inattendu était une opportunité de sortir de l’impasse des relations bilatérales passablement détériorées, tout en faisant valoir que, comme les succès d’Erdoğan, en Turquie, la victoire de Trump, aux Etats-Unis, marquait la revanche du vote populaire sur la morgue de l’establishment. Ainsi, lorsque de premières manifestations ont commencé à brocarder le futur président américain et à contester son élection, Recep Tayyip Erdoğan en personne n’a pas hésité à prendre sa défense, en apostrophant ses détracteurs de la même façon qu’il a pris l’habitude de s’en prendre à ses propres opposants. «N’êtes-vous point des démocrates ? Est-ce que la démocratie n’est pas dans les urnes ? Ce résultat est sorti des urnes. Trump est sorti victorieux. Respectez donc cela», déclarait ainsi le président turc le 23 novembre 2016.  Par la suite, la période d’intérim présidentiel et ses incertitudes ont contribué à conforter l’idée qu’avec Trump les rapports entre les deux pays ne pourraient que s’améliorer. Le séjour du fils de Donald, Eric, venu en Turquie, près de Finike, à la fin du mois de novembre, pour chasser la biche sauvage, a été considéré comme un indice supplémentaire d’une relation ascendante. Plus sérieusement, la déclaration du futur président américain en faveur de la création d’une zone tampon, sur la frontière syrienne, pour abriter les réfugiés, et éviter de nouveaux flux migratoires, a été bien accueillie également par le gouvernement turc, qui réclame la création d’une telle aire, depuis le début du conflit.

Les incertitudes de la période intérimaire américaine

Pendant cette période intérimaire, les nouveaux développements de la crise syrienne ont aussi transformé le décor et les équilibres au Proche-Orient. Alors même que l’administration américaine sortante vivait ses derniers instants et se faisait de plus en plus discrète, Russes, Iraniens et Turcs sont parvenus à surmonter leurs divergences pour gérer la crise d’Alep, avant de prendre l’initiative d’une conférence régionale sur la Syrie, qui a commencé le 23 janvier, à Astana, la capitale du Kazakhstan. Cette offensive diplomatique découle d’une intervention militaire de plus en plus marquée de ces puissances régionales dans le conflit. Tandis que les Iraniens sont très investis dans les combats depuis le début, les Russes ont apporté une aide décisive au régime de Damas dans la reprise d’Alep, et ils envisagent maintenant de pérenniser leur présence dans la région, en développant notamment la base de Tartous. Côté turc, l’opération «bouclier de l’Euphrate», menée par l’armée turque dans le nord de la Syrie depuis août 2016, pour appuyer l’Armée Syrienne Libre (ASL) contre Daech, a atteint la ville d’al-Bab. S’éloignant de son aspect d’intervention transfrontalière initiale, elle s’enfonce ainsi de plus en plus en territoire syrien, et a même reçu par deux fois, en janvier 2017, l’appui l’aviation russe. Plus d’une cinquantaine de militaires turcs y ont laissé la vie et l’Etat islamique, fidèle à ses méthodes sordides, a publié une vidéo controversée qui tendrait à prouver que deux militaires turcs faits prisonniers auraient été immolés par le feu. Tout se passe donc comme si le gouvernement turc entendait désormais se poser en premier adversaire de Daech pour faire oublier le rôle joué à cet égard depuis 2014 par les Kurdes syriens, qu’il considère aussi comme une cible dans cette opération. En réalité, contrairement à ce qui se passait il y a deux ans, aujourd’hui les adversaires de Daech ne manquent pas, mais leurs objectifs ultimes ne sont pas pour autant compatibles…

La nouvelle donne des relations turco-américaines

Ainsi dans le nord de la Syrie, quelques accrochages ont opposé les forces turques à celles du PYD. La Turquie considère que, conformément à un engagement pris par l’administration Obama, les Kurdes syriens doivent retourner sur la rive est de l’Euphrate, et se retirer de la région de Manbij, que le PYD, allié aux rebelles syriens, au sein des «forces démocratiques syriennes», avait repris à l’Etat islamique, au début de l’été dernier. Rappelons néanmoins qu’en juillet 2016, avant son élection, Donald Trump s’était déclaré «fan» des Kurdes syriens, et avait naïvement souhaité que Kurdes et Turcs s’entendent pour en finir avec l’Etat islamique. Il est pourtant peu probable qu’une telle option prévale, la Turquie se disant en guerre contre tous les terrorismes qu’ils soient djihadiste, kurde ou… güleniste. À l’occasion de l’investiture du 45e président des Etats-Unis, Recep Tayyip Erdoğan, Binali Yıldırım et leurs émissaires à Washington n’ont cessé de réitérer deux conditions à la normalisation des relations entre les deux pays : fin du soutien au PYD et extradition de Fethullah Gülen. Pour sa part, avant même son entrée en fonction, Rex Tillerson, le nouveau secrétaire d’Etat américain, a déclaré qu’une restauration naturelle des relations turco-américaines étaient en vue, estimant que leurs déboires récents tenaient à la démission de l’administration Obama au Moyen-Orient, et que le rapprochement russo-turc était venu combler le vide créé par la brouille turco-américaine. On peut certes penser que les relations entre les deux pays vont connaître une amélioration, car Ankara n’a pas rompu avec ses alliés occidentaux, ce qui aurait constitué un saut dans l’inconnu que sa nouvelle amitié avec Moscou est encore loin de pouvoir sécuriser. Il reste que le partenaire turc de 2017 a changé. Il a en effet gagné en autonomie dans une posture différente de celle qu’il affectait au moment de la « politique du zéro problème avec nos voisins », puisqu’il ne se présente plus en gentil organisateur des zizanies moyen-orientales, mais veut être un acteur-clé du concert des puissances qui prétendent contribuer à la stabilisation d’une région, fortement ébranlée par les printemps arabes.

Force est de constater en effet, qu’au cours des derniers mois, la Turquie a restauré ou amélioré ses relations avec tous les grands protagonistes de la région. Se rapprochant de l’Arabie Saoudite en 2015, elle a spectaculairement renoué en 2016 avec la Russie, tandis qu’elle parachevait une normalisation de sa relation avec Tel-Aviv. On peut craindre que certaines contradictions n’ébranlent malgré tout l’ordonnancement de cette nouvelle diplomatie turque, que ses promoteurs ont appelé «la politique du plus d’amis que d’ennemis». Mais celle-ci résulte moins d’options stratégiques profondes que d’une tactique privilégiant un pragmatisme froid ; ce qui ne devrait pas déplaire au nouveau locataire de la Maison-Blanche, dont le cynisme n’est plus à prouver. Reste malgré tout qu’un certain nombre de couleuvres devront être avalées de part et d’autre. Voyons donc comment elles le seront et comment l’administration Trump abordera son «nouvel» allié…

JM

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *