Le troisième sommet de la CICA est dominé par l’affaire de la flottille et le dossier nucléaire iranien


La Conférence sur les mesures pour bâtir la confiance et l’action conjointe en Asie ou CICA (Conference on Interaction and Confidence-Building Measures in Asia) est l’une des nombreuses organisations ou programmes internationaux apparus au cours des deux dernières décennies pour essayer de structurer le nouvel ordre international après la fin de la guerre froide. Issue d’une initiative lancée par le Kazakhstan en 1992, elle a tenu une conférence préparatoire en 1996, puis ses deux premiers sommets à Almaty en 2002 et en 2006, avant d’organiser le troisième à Istanbul, du 7 au 9 juin derniers. Elle rassemble à l’heure actuelle 22 membres (Afghanistan, Azerbaïdjan, Bahreïn, Chine, Égypte, Iran, Jordanie, Kazakhstan Kirghizistan, Mongolie, Pakistan, l’Autorité Palestinienne, Corée du Sud, Israël, Russie, Tadjikistan, Thaïlande, Turquie, Émirats, Irak, Vietnam, Ouzbékistan), 6 Etats (Indonésie, Japon, Malaisie, Qatar, Ukraine, États-Unis) et 3 organisations internationales (ONU, OSCE et Ligue Arabe) ont le statut de membres observateurs. À l’occasion du troisième sommet d’Istanbul, la Turquie a pris la présidence tournante de cette organisation, pour une période de 2 ans.

L’idée, qui est à la base de la création de cette instance, est bien sûr de faire dialoguer tous les membres d’une même aire géographique pour générer des contacts fructueux et créer les conditions de la sécurité en Asie. De fait, l’un des mérites de cette initiative est de réunir des Etats qui sont parfois en désaccord réel, comme la Russie ou l’Iran, voire en conflit ouvert, comme Israël et l’Autorité Palestinienne. La contrepartie de cet universalisme téméraire est évidemment le caractère limité des décisions qui peuvent être prises dans une telle enceinte où les membres en désaccord se supportent plus qu’ils ne se rencontrent ou coopèrent. Lors du troisième sommet d’Istanbul, l’ambassadeur d’Israël en Turquie, qui représentait l’Etat hébreu, est sorti pendant l’allocution de Mahmoud Ahmadinejad et s’est vu attribuer une place marginale dans la photo finale de la conférence. En ce sens, la CICA est très révélatrice de la vie internationale contemporaine où l’on se parle et se rencontre beaucoup, sans que cela ait toujours une influence et des effets véritables sur le cours des conflits ou des désaccords qui font rage.

Eu égard au contexte dans lequel il a eu lieu, le 3e sommet de la CICA, qui s’est tenu à Istanbul, les 7 au 9 juin, a plus encore que les précédents illustré cette logique paradoxale. Le problème du blocus de Gaza et le dossier nucléaire iranien ont largement dominé les débats. Dans ces conditions, comment parvenir à une déclaration finale unanime préservant à la fois les points de vue de la Turquie, d’Israël, de l’Autorité Palestinienne, de l’Iran ou de la Russie? Jusqu’à présent, la CICA a toujours souhaité préserver son universalisme apparent fondateur, en votant ses déclarations finales à l’unanimité. Une semaine après l’affaire de la flottille qui a opposé la Turquie et l’Etat hébreu, et quelques jours avant le vote de nouvelles sanctions contre Téhéran (entre autres par la Russie), il faut bien convenir que l’exercice était particulièrement difficile à satisfaire.

Pourtant, la CICA est finalement parvenue à sauver les apparences dans les deux cas. En premier lieu, le président Gül a rappelé dans son allocution de clôture que «tous les membres du sommet sauf un, avaient condamné le raid contre la flottille humanitaire», tandis que la déclaration finale de la conférence a pudiquement évité de mentionner l’incident. Un aménagement similaire a été trouvé sur la question nucléaire. Tous les Etats membres (sauf un) ont demandé à Israël de se soumettre au contrôle de ses installations nucléaires par l’AIEA, la déclaration finale se contentant de rappeler l’impératif du désarmement nucléaire et les bienfaits du nucléaire civil.

Toutefois, malgré son attentisme, le 3e sommet de la CICA est apparu comme un tour de chauffe des débats qui vont avoir lieu au cours de la semaine sur le dossier nucléaire iranien, puisque Mahmoud Ahmadinejad a prévenu que si des sanctions étaient adoptées, elles auraient pour effet de mettre un terme aux tentatives de médiation diplomatique en cours, tandis que Vladimir Poutine rappelait son soutien à ces sanctions sans pour autant remettre en cause le droit des Iraniens à accéder au nucléaire civil et que Recep Tayyip Erdoğan incitait toutes les parties à suivre la voie ouverte par son pays et le Brésil avec l’accord tripartite du 17 mai.

Au fond lors de son 3e sommet, la CICA a été confirmé dans son statut d’enceinte de rencontre et de discussions sur des dossiers chauds. Mais dès aujourd’hui c’est ailleurs que les décisions importantes se prendront…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.