Ceci n’est pas du fact checking – Hommage à René Magritte

Introduction

Le pacte originel entre lecteur et producteur d’information est basé sur la confiance en l’honnêteté du producteur encadrée par des règles déontologiques. L’avènement d’Internet, en offrant théoriquement la possibilité à n’importe qui de devenir producteur d’information, a remis en cause l’hégémonie des médias traditionnels contraints à l’adaptation pour occuper ce nouvel espace. L’augmentation du flux d’informations produites par des tiers (agences de presse, sites affiliés) dans des délais de plus en plus courts en est l’effet le plus visible. Parallèlement, la généralisation des pratiques de storytelling1 dans tous les secteurs (marques, célébrités, entreprises publiques, partis et hommes politiques…) génère une masse considérable d’informations parfois contradictoires. Cela peut, doit conduire le lecteur à mettre en doute ce qu’il lit, entend ou regarde. La démarche de vérification de la véracité d’une information n’est pas nouvelle, mais ce qui avait autrefois lieu en amont de la publication se fait désormais a posteriori. Le fact checking est issu du journalisme2 et encore largement dépendant de ce corps de métier. Il a pour objectif d’établir le degré de véracité d’une information et, en corollaire, le degré de fiabilité du média producteur. Le fact checking tend idéalement vers la neutralité et revendique généralement apolitisme et transparence dans son fonctionnement et son financement.

En Turquie, deux initiatives de fact checking correspondant à cette acception sont actives depuis quelques années. Il s’agit de Teyit [confirmation, corroboration] qui existe depuis le 26 octobre 2016 et Doğruluk Payı3 [la part de vérité] (17 juin 2014). Toutes deux non partisanes, elles s’appuient sur une méthode et des critères d’évaluation clairement exposés. Les équipes à l’œuvre et les sources de financement sont des informations disponibles publiquement. Sont ainsi passées au crible les informations relevant des légendes urbaines, de l’histoire, de la santé, de l’éducation dans les médias ou les discours politiques.

Mais en ces temps de post-vérité et de faits alternatifs, le panorama peut-il rester si simple ?

La tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, l’instauration consécutive de l’état d’urgence et la gouvernance par décrets visant initialement à purger la fonction publique de la présence des putschistes et de leurs soutiens ont été – et sont encore – abondamment couverts par la presse internationale dans des termes peu goûtés par Ankara. En réponse, la Turquie a développé ces derniers mois une rhétorique largement diffusée dans les médias nationaux et une abondante littérature4 pour faire entendre sa version, érigée en vérité.

Dénonçant pêle-mêle l’influence des réseaux gülenistes à l’étranger, une haine aveugle de l’Occident envers Recep Tayyip Erdoğan et une attitude hypocrite des partenaires de la coalition envers des organisations terroristes comme Daech et le PKK, ce discours cherche désormais à s’exporter. Si l’influence güleniste est indéniable, visible à travers certaines réactions critiquables5, et si l’hostilité systématique envers le président turc est malheureusement palpable dans certains segments de l’opinion étrangère, cette dernière est trop facilement attribuée à l’Occident tout entier et opportunément brandie par le pouvoir pour neutraliser toute critique à son encontre.

La Turquie ne dispose pas de réel réseau lui permettant de publier à loisir dans la presse étrangère – web ou écrite – et ses propres organes de presse en langue étrangère ne disposent pas d’une renommée suffisante. Se tourner vers Internet est donc un choix logique en termes de coût, de temps et d’infrastructure nécessaire.

Sont ainsi apparus sur Internet des doublets de sites et comptes sur les réseaux sociaux (Twitter/Facebook) revêtant les oripeaux du fact checking. Gérés par des agences de pub et/ou de lobbying proches du pouvoir, les sujets abordés collent étroitement à l’actualité et sont servis a minima en turc et en anglais. Nous nous pencherons sur les réalisations de deux acteurs, Bosphorus Global et Erk Ajans en examinant dans un premier temps les sites Internet puis les comptes Twitter associés.

Bosphorus Global : la meilleure défense…

Bosphorus Global, dont l’acte de fondation a émergé de l’archive Gmail du ministre-et-gendre Berat Albayrak piratée par RedHack puis publiée par WikiLeaks en décembre 20166, développe plusieurs produits de fact checking. Le plus ancien, Günün Yalanları [les mensonges du jour] fait figure d’exception à plus d’un titre. Il ne concerne que le public turc, plonge ses racines dans la culture des images parfois fausses ayant circulé durant Gezi sur les réseaux sociaux7 et possède le compte Twitter le plus indépendant du site qui lui est associé. Il fait figure de prototype pour les produits créés par la suite : Fact-Checking Turkey, HDP Facts et FETO Facts.

Les sites et comptes, proposés a minima en turc et en anglais, sont réalisés et maintenus par des professionnels. Ils font abondamment appel à l’illustration (parfois légendée mais non sourcée) et s’appuient sur de l’information publiée dans la presse. Le ton employé est faussement neutre, truffé d’éléments de langage, volontiers autoréférentiel8 et les omissions sont fréquentes. Par exemple, une entrée du site Fact Checking Turkey est consacrée à l’annonce faite par deux sources étrangères selon laquelle RT Erdoğan cherchait à se réfugier en Allemagne la nuit du 15 juillet 20169. Si les deux liens externes illustrant ces dires mentionnent en effet une telle affirmation, l’emploi des termes « allegedly » et « reportedly » indique sans ambiguïté qu’ils la considèrent comme une information non vérifiée. Cette nuance, qui disparaît totalement sur FCT, vide la démarche de rétablissement de la vérité de son sens. Une autre entrée, consacrée aux résultats d’une enquête téléphonique auprès d’hôpitaux publics et privés pour s’enquérir des conditions réelles d’accès à l’avortement en Turquie publiée dans le quotidien Cumhuriyet est réfutée par FCT qui cite uniquement le cadre législatif à l’appui de son argumentation10.

Les thématiques traitées et les informations agrégées de la presse étrangère ou d’opposition révèlent des biais curatoriaux qui trahissent rapidement une ligne pro-gouvernementale. Bosphorus Global fait également montre de sa conception particulière de la vérité lorsqu’un article particulièrement critique est publié sur lui11. Le présentant comme un papier « critique mais équilibré », tous les extraits publiés sur son compte Twitter sont des captures d’écran des passages neutres ou descriptifs, omettant soigneusement les passages gênants.

Capture d’écran de la série de tweets publiés par Bosphorus Global au sujet de l’article de J. Jackson

Pour clarifier le propos, nous avons consigné dans le tableau ci-dessous les particularités des différents produits de fact checking de Bosphorus Global, afin d’en faire ressortir les points communs et les différences. Nous avons cherché à déterminer si le produit propose un contenu rédactionnel original (Contenu propre), s’il agrège du contenu provenant de sources extérieures (Agrégation), le nombre de langues dans lesquelles il est disponible en graissant la langue principale s’il y a lieu. Les modes d’accès à l’information proposés sont passés en revue et des remarques sur la traduction complètent ce tour d’horizon.

PRODUITS BOSPHORUS GLOBAL « FACT CHECKING »
SITE CONTENU PROPRE AGRÉGATION LANGUES DISPONIBLES ACCÈS À L’INFORMATION TRADUCTION
GÜNÜN YALANLARI Oui Non TR Menu
Index de personnes
Index d’organismes
Mise en avant
Tags
Sélection aléatoire
FACT-CHECKING TURKEY Oui Non EN AR Menu
Moteur de recherche
Mise en avant
Tags
Vidéos
Incomplète en arabe : certains éléments de menus non traduits et retard sur la traduction des articles agrégés
HDP FACTS Oui Oui TR EN Moteur de recherche
Menu
Mise en avant
Seules les rubriques rédigées (Sabotage du processus de paix et Chronologie) sont proposées en menu dans le site anglais. Retard sur la traduction des articles agrégés sur la page d’accueil ou choix éditorial
FETO FACTS Oui Oui TR EN AR Menu
Dossiers thématiques
Mise en avant
Recommandation
Moteur de recherche
Vidéos
Dossier téléchargeable
Logique similaire, mais menu et mises en avant différentes. FG et son mouvement sont présentés de manière plus factuelle sur le site en anglais et en arabe, on y parle de ses activités de lobbying, du réseau Gülen au niveau mondial et des crimes qui lui sont attribués. Le site turc établit des liens avec des organisations terroristes, évoque l’infiltration des partis, présente FG en mastermind d’une vaste conspiration

… est toujours l’attaque

Loin de se limiter à rétablir la vérité, Bosphorus Global propose également une approche nettement plus offensive avec le projet Crackdown chronicles qui expose toutes les turpitudes de l’Occident donneur de leçon sur des thématiques à propos desquelles la Turquie est régulièrement épinglée : violences policières, actes de censure des médias, répression exercée sur les universitaires, infractions contre les personnes (insultes, codes vestimentaires) et lois anti-terroristes12. Le site s’ouvre sur un mur de vignettes choc en noir et blanc tandis que le nom s’inscrit en lettres capitales rouge sang. Similaire dans son approche, Chronicles of shame est rien moins qu’une « archive (mondiale) des violations des droits de l’homme, du racisme et des discriminations »13 compilée d’après la presse turque et internationale14. Les articles sont présentés chronologiquement, du plus récent au plus ancien selon une ligne du temps à défilement vertical. Nous avons appliqué la même grille de lecture à ces deux sites.

PRODUITS BOSPHORUS GLOBAL « OFFENSIFS »
SITE CONTENU PROPRE AGRÉGATION LANGUES DISPONIBLES ACCÈS À L’INFORMATION TRADUCTION
CRACKDOWN CHRONICLES Non Oui TR EN AR Moteur de recherche
Menu
Index de pays
Tags (TR EN)
Il n’est pas clair s’il s’agit uniquement d’un retard de traduction ou d’un choix éditorial.
Seul le paragraphe d’accroche est traduit et un lien renvoie vers l’article original.
Le site turc publie des entrées traduites de la presse anglophone
CHRONICLES OF SHAME Oui
(certains titres des entrées)
Oui TR EN AR Carte du monde interactive
Menu
Recommandation
Moteur de recherche
Grande disparité de contenu, les sites turc et anglais semblent complémentaires en raison de la diversité des sources. Un article non traduit sur la page d’accueil du site en arabe et les URL internes laissent penser que ce dernier est calqué sur la version turque

Ces produits révèlent en creux que l’État turc – plus précisément l’AKP devrait-on dire puisque ces initiatives émanent de personnes qui en sont proches – est parfaitement conscient des critiques qui lui sont adressées, puisqu’il choisit de les démonter avec plus ou moins de succès ou de les retourner à l’envoyeur, semblant dire à l’Occident qu’il serait bien avisé de balayer devant sa porte. Las, si certains faits sont indiscutables (violences policières, discriminations et racisme à travers le monde, décisions de justice absurdes ou révoltantes au nom de la lutte contre le terrorisme, menaces sur la vie privée… ), d’autres, tels ceux présentés sous les rubriques Pressions sur les médias et Pressions sur les universitaires15, tiennent difficilement la comparaison et peinent à convaincre. Ces deux rubriques sont visiblement des réponses à l’indignation et l’inquiétude suscitées par les nombreux « tours de vis » visant la presse d’opposition, les emprisonnements de journalistes et les vagues de licenciement d’universitaires signataires de la pétition Universitaires pour la paix16 ou accusés de collusion avec une organisation terroriste.

On serait tenté de dire que le but de ces différentes initiatives médiatiques est d’accumuler le plus possible de contenu sans trop se soucier de sa qualité et sa pertinence plutôt que d’être fidèle aux buts qu’elles affirment poursuivre.

Jamais mieux servi que par soi-même

Dans un registre cette fois-ci ouvertement partisan, il nous semble utile de mentionner le « journal de la progression de la démocratie en Turquie »17 dans lequel l’année 2002 est présenté comme an 0 de la démocratisation du pays. Est-il utile de rappeler que cette année correspond à l’arrivée de l’AKP aux affaires ?

Que dire aussi de cet étrange II. Abdülhamid-Erdoğan18 qui n’a de cesse de tisser les parallèles entre les deux grands hommes, qu’il s’agisse de leur vision, de leur action en tant que gouvernants ou de l’inimitié des puissances étrangères qu’ils se sont attirés au point de faire du second le continuateur du premier ?

« Le projet de “Tunnel maritime” imaginé voici 114 ans par le Seigneur Abdülhamid a été inauguré par Erdoğan sous le nom de tunnel Eurasie. Enfin ! » Capture d’écran d’un tweet du compte Abdülhamid-Erdoğan établissant la filiation du projet de tunnel Avrasya (inauguré en décembre 2016 par RT Erdoğan) à Abdülhamid.

Capture d’écran de la première version du site qui propose de comparer les projets politiques des deux hommes et l’opposition qu’ils ont (eus) à affronter

 

Apparence actuelle du site qui insiste clairement sur la comparaison (visuellement et avec le menu İki yeni TürkiyeDeux nouvelles Turquies) et la continuité (menu Niçin A’in izinde ?Pourquoi dans les traces d’A ?)

Ce dernier produit pourrait n’être qu’anecdotique s’il n’était une confirmation de plus du manque patent d’indépendance – pourtant constamment revendiquée – de l’« ONG » que prétend être Bosphorus Global, par ailleurs très officiellement acteur du oui dans la campagne référendaire du 16 avril prochain19.

Si l’on se penche sur la présence sur les réseaux sociaux de ces produits, on remarque le peu d’attention porté à la popularité des différents comptes : le nombre d’abonnés est en général très bas, tout particulièrement sur Facebook (auquel nous ne nous intéresserons pas davantage), et le taux de publication est lui aussi assez faible. Les données du tableau ci-dessous semblent indiquer que le projet Demokrasi günlüğü est terminé (ou a été rétrogradé dans les priorités) et ne connaît plus qu’une alimentation épisodique. On remarque également que les comptes qui attirent invariablement le plus grand nombre d’abonnés sont ceux qui publient en turc, ce qui amène légitimement à se poser la question de l’efficacité des efforts déployés et/ou de la réalité des objectifs affichés. Est-ce bien l’opinion internationale qu’il est ici question de convaincre et de fédérer ?

« Les Pays-Bas n’ont pas collaboré qu’avec les Nazis pour faire des victimes juives, ils se sont également entendus avec le boucher de Srebrenitsa et sont complices de ce génocide ». Tweet publié le 11 mars 2017 en pleine crise diplomatique entre les Pays-Bas et la Turquie sur la participation des ministres des Affaires étrangères et de la Famille et des politiques sociales à des réunions d’information aux Pays-Bas considérées comme de la propagande électorale sur un territoire étranger.

COMPTES TWITTER DES PRODUITS BOSPHORUS GLOBAL20
COMPTE DATE D’OUVERTURE NOMBRE D’ABONNÉS NOMBRE DE TWEETS PUBLIÉS ACTIVITÉ LA + RÉCENTE21
@gununyalanlari 09/2015 28 281 2379 10/03/2017
@FactCheckingTR 12/2015 2972 1579 10/03/2017
@FactCheckTR_AR 01/2016 417 453 28/02/2017
@HDP_Gercekleri 04/2016 1514 1685 10/03/2017
@HDP_Facts 04/2016 246 870 16/01/2017
@FetoGercekleri 07/2016 23 574 2275 10/03/2017
@FetoFacts 07/2016 607 245 11/03/2017
@FetoFacts_AR 01/2017 94 34 11/03/2017
@CrackdownReport 05/2016 442 986 10/03/2017
@BatiRaporu 06/2016 3687 1043 10/03/2017
@Crackdown_AR 08/2016 174 570 14/10/2016
@UtancGunlugu 02/2016 12 029 2758 11/03/2017
@ShameChronicles 03/2016 565 2315 11/03/2017
@ShameReport_AR 092016 16 7 20/09/2016
@demokrasigunluk 10/2015 1880 2245 11/03/2017
@TimelineTurkey 10/2015 687 1067 11/03/2017
@JournalTurquie 11/2015 368 1339 31/01/2017
@ZeittafelTurkei 12/2015 328 425 20/09/2016
@TimelineTR_AR 12/2015 193 35 19/11/2016
@TimelineTR_RU 02/2016 45 69 09/06/2016
@AHamit_Erdogan 09/2016 41 255 22 08/02/2017
@bizimicineniyi 02/2016 13 651 390 11/03/2017
@BosphorusGlobal 12/2015 1976 317 28/02/2017

Voulant nous pencher sur le réseau d’abonnés de ces comptes, nous avons cherché à dessiner la carte de la communauté qu’ils fédèrent. Ce réseau prend en paramètres les abonnements/abonnés, les tweets, retweets, réponses et mentions des comptes listés dans le tableau ci-dessus. Sur le premier graphe, on distingue plus ou moins clairement à côté de chaque icône représentant un compte Bosphorus Global un petit cercle vert qui signale une tendance à l’autoréférence : le tweet du compte X contient une mention/citation du compte X (utilisé pour dérouler une suite de tweets formant un message continu ou dans des réponses incluant tous les comptes cités).

Exemple d’autoréférence : le compte FCT cite un de ses propres messages

Vue générale du réseau. La légende se trouve sous le second graphe

Réseau des mentions et réponses

Légende

Pour une meilleure lisibilité, nous avons retenu dans un deuxième temps uniquement les réponses et mentions, sans tenir compte des autoréférences. Le schéma obtenu nous permet de confirmer les affirmations basées sur les observations des sites internet : le contenu des messages se base logiquement sur des sources médiatiques externes et ne génère pas de conversation. En outre, les mentions/retweets aux médias, journalistes, hommes politiques et autres faites par les produits BG sont en bien plus grande part (78 % des relations représentées sur le graphe) que les réponses.

@FactCheckingTR est de loin le compte avec le réseau le plus dense. Il partage avec @FactCheckTR_AR un nombre important de citations d’organes de presse et de journalistes. Le compte @FactCheckTR_AR ne cite aucune source arabophone, il est donc confirmé que le site en arabe n’est qu’une traduction du site principal en anglais et n’a pas de ligne éditoriale propre ciblant les médias des pays arabes. Les comptes relevant du projet Demokrasi Günlüğü sont absents du second graphe, ou s’ils sont présents c’est de manière marginale avec un réseau peu dense. Un élément peut nous aider à expliquer l’absence de @JournalTurquie (1334 photos pour 1339 tweets), @ZeittafelTurkei (420 photos pour 425 tweets) et @TimelineTR_RU (69 photos et tweets) : ces trois comptes tweetent de manière identique (une phrase d’accroche + une image datée reprenant le sujet du tweet + éventuellement un lien renvoyant vers le site associé) sans aucune mention ni interaction avec d’autres comptes ce qui laisse penser que l’effort consenti pour ces langues est très limité, voire que leur alimentation est automatisée.

Structure classique des tweets du compte @ZeittafelTurkei. La légende de l’illustration (qui est datée et contient le logo du site) est reprise en accroche, complétée par un lien vers le site associé

Structure classique des tweets du compte @JournalTurquie. La légende de l’illustration (qui est datée et contient le logo du site) est synthétisée en accroche, il n’y a pas de lien vers le site associé. La qualité approximative de la traduction saute aux yeux

Structure classique des tweets du compte @TimelineTR_RU. La légende de l’illustration (qui est datée et contient le logo du site) est reprise en accroche, complétée par un lien vers le site associé

La qualité des traductions est inégale. Si l’anglais, l’allemand, l’arabe et le russe22 sont de niveau acceptable à bon, il n’en est pas du tout de même pour le français.

@FetoFacts_AR et @ShameReport_AR ont une présence anecdotique sur le graphe qu’il est inutile de commenter en raison du peu d’activité de ces comptes, qui tweetent eux aussi de manière passive avec une structure encore plus simple : une phrase d’accroche + lien de renvoi vers le site associé.

@gununyalanlari présente sans surprise un profil différent en prenant presque exclusivement à partie des médias turcs.

Un mot enfin sur la présence incongrue de Lindsay Lohan et Bana Alabed sur ce graphe. Lindsay Lohan est venue en Turquie à l’instigation de Bosphorus Global pour visiter des familles de réfugiés à Sultanbeyli (en périphérie d’Istanbul) ainsi que le camp de Nizip près de Gaziantep à l’automne 201623. Bana Alabed est le nom d’une petite syrienne de 7 ans devenue star sur Twitter grâce au compte géré par sa maman. Lors de l’évacuation des civils de la ville d’Alep menée fin décembre par l’armée turque, la petite Bana et sa famille ont été localisés et transportés par hélicoptère à Ankara où une touchante séance photo a été organisée au palais présidentiel24.

Terminons ce tour d’horizon avec une cartographie des paires de mots les plus employés dans ce corpus. Le graphe ci-dessus présente les paires de mots revenant au moins 40 fois dans les messages collectés, après élimination des mots vides (le, d’, için, avec, or, with…), lemmatisation25 sommaire puis regroupement de paires identiques dans des langues différentes (terör örgütü = organisation terroriste = terrorist organization) pour obtenir un graphe plus lisible. Les formes et couleurs correspondent à des groupes de conversation isolés par l’analyse mathématique, tandis que la taille des symboles représente leur fréquence.

Erk Ajans : vérité sans fards

Erk Ajans est une agence de communication et d’organisation d’événements dont les locaux se trouvent dans l’arrondissement de Fatih. Elle revendique sur son site internet plusieurs réalisations pour le compte de mairies d’arrondissement, le ministère de l’Agriculture, une université privée et la campagne électorale d’un député AKP26. True News Turkey n’étant pas listé publiquement, c’est une requête whois sur le nom de domaine http://www.truenewsturkey.com qui a permis de lui en attribuer la paternité. Le domaine a été enregistré le 4 août 2016 et le mystère de l’identité du commanditaire demeure entier.

« Notre site est un projet à long terme qui a pour objectif de répondre dans leur propre langue aux attaques dont la Turquie est victime dans les médias étrangers. » Tweet de recrutement et de présentation du projet.

« Grâce à TnewsT, vous pouvez partager et traduire avec les autres utilisateurs du site les articles sur la Turquie vus dans la presse étrangère // L’onglet Traduction se trouve sous l’article lui-même. Vous pouvez le commenter librement dans l’onglet Idées // L’onglet Contenus permet d’ajouter des caps/tweets/textes ; ainsi les utilisateurs qui ne connaissent pas la langue peuvent partager en un clic des réactions prêtes à l’emploi // La particularité de TnewsT est de s’appuyer sur la technologie pour être non pas un banal blog de fact checking mais un réseau social, c’est pour cela qu’il est unique au monde. » Série de tweets de recrutement et de présentation du projet.

Tout comme le fact checking alla Bosphorus Global, True News Turkey plonge ses racines dans un souci de rétablir l’équilibre gravement compromis par une couverture à l’étranger partiale et injuste. Ce n’est pas un hasard si True News Turkey est inauguré dans les semaines qui suivent la tentative de coup d’État, car cet événement est élevé au rang en milestone de l’histoire récente par les idéologues de l’AKP27. Pour remplir cette mission de « diplomatie numérique sociale » comme l’annonce le sous-titre du site, True News Turkey s’appuie sur « les internautes connaissant des langues étrangères vivant à l’étranger et unis pour la Turquie » à en croire le pied de page (en gris sur la capture d’écran ci-dessous). Comment Erk Ajans s’y prend-elle pour conjuguer la digital literacy et le patriotisme des Turcs de l’étranger ? Comment donc s’articule ce projet ambitieux de réseau social ?

Pied de page du site True News Turkey

Ferme à caps28 et à clics

True News Turkey est un site communautaire dont tout le contenu est créé par ses membres. L’inscription y est libre et gratuite avec un minimum de formalités. Tous les champs du formulaire ci-dessous sont obligatoires. Renseigner toutes les langues connues permet théoriquement de pouvoir proposer des articles de presse dans ces différentes langues et des traductions de ces langues vers le turc. La liste déroulante permet de renseigner un nombre illimité de langues, mais le site ne prend actuellement en compte que le turc, l’anglais, l’allemand et théoriquement le français (mais aucun article en français n’est proposé dans la base).

Formulaire d’inscription

La qualité de membre de la communauté True News Turkey permet de

  • signaler à la communauté TnT un article de presse, un tweet qui mérite réponse ;
  • commenter tout article signalé par lui ou un autre utilisateur (les commentaires sont appelés idées) ;
  • traduire tout article signalé par lui ou un autre utilisateur ;
  • ajouter à un article/tweet existant un autre article/tweet en rapport avec celui-ci ;
  • proposer à la communauté TnT des créations personnelles (caps, vidéos) pour réutilisation sur Twitter ;
  • feuilleter la bibliothèque des créations, voter pour ses préférées et les utiliser dans ses propres publications ;
  • feuilleter le catalogue des articles signalés et en parler sur Twitter. Cette action, si elle est réalisée à partir de l’interface de TnT, permet à l’utilisateur de gagner des points de réputation ;
  • dialoguer avec les autres utilisateurs en public sur le forum du site ou par message privé ;
  • consulter le profil des autres utilisateurs en cliquant sur leur pseudonyme. Cela permet de voir quels articles un membre a signalés, ses commentaires et ses créations ainsi que les informations qu’il a éventuellement données sur lui (un avatar, une courte biographie, l’adresse de son compte Twitter) ;
  • contacter les modérateurs du site en cas de besoin

Au site sont adossés deux comptes Twitter, @TruenewsTR et @TruenewsTR_de. Le site internet ne renvoie que vers le compte Twitter en anglais.

COMPTE DATE D’OUVERTURE NOMBRE D’ABONNÉS NOMBRE DE TWEETS PUBLIÉS ACTIVITÉ LA + RÉCENTE29
@TruenewsTR 08/2016 12 183 3847 11/03/2017
@TruenewsTR_de 12/2016 1453 255 11/03/2017

Les règles d’utilisation et la FAQ font état d’une modération du site par ses concepteurs (qui ne sont jamais identifiés, contactables via un formulaire) et d’une palette de sanctions30 allant jusqu’à l’exclusion de la communauté des utilisateurs contrevenant au règlement. La longue liste d’attitudes prohibées montre un souci d’éviter toute aventure judiciaire à l’éditeur du site à cause de l’attitude de ses membres et est plus que probablement guidée par l’envie de ne pas produire une armée de trolls incontrôlables. L’invocation de la loi sur les créations intellectuelles et artistiques laisse entendre que les véritables créateurs des caps cèdent de facto leurs droits d’auteur à True News Turkey. Le site se protège également contre les poursuites pour violation du droit d’auteur des visuels utilisés par les membres pour produire les caps en se définissant comme hébergeur31 et s’engageant à retirer du site tout contenu portant atteinte au droit d’auteur sur notification préalable dans un délai de 3 jours ouvrables.

Le projet produit quotidiennement du contenu et fonctionne autour d’un petit noyau d’utilisateurs actifs. Il n’est pas exclu, et même fort probable, que certains de ces utilisateurs soient des salariés de l’agence. À la date du 11 mars, True News Turkey revendique 373 membres qui ont signalé un total de 1088 éléments à la communauté (répartis en 986 articles et 102 tweets) et consigné la diffusion virale de ces éléments dans 13 036 tweets supplémentaires. Les membres ont en outre réalisé 1090 traductions, 1352 caps et envoyé 9328 tweets à partir de l’interface du site32.

Le forum du site (appelé Académie) est peu utilisé mais il porte néanmoins des traces d’une volonté d’organisation des membres. On y trouve des listes de comptes Twitter « ennemis »33  dont il serait bon de se répartir le suivi afin de « monitorer » leur activité et réagir de manière adéquate ou des appels au spam sur tel ou tel utilisateur jugé hostile à la Turquie. Dans d’autres sujets de discussion du forum, on se félicite du succès du projet, soulignant le nombre élevé de retweets qu’obtiennent les publications de @TruenewsTR34.

Sur Twitter, l’activité est intense, en réaction instantanée à l’actualité et beaucoup basée sur les caps. Les messages postés étant assez longs, ils sont répartis sur plusieurs tweets consécutifs, tous illustrés avec le même visuel et un renvoi au site internet. Le ton général est loin de la diplomatie car il épouse les dérapages verbaux qui émaillent la vie politique turque. Voici quelques exemples récents.

Au moment de la crise de Başıka avec l’Irak qui exigeait le retrait des troupes turques

La crise entre Ankara et Berlin au sujet de l’annulation par des maires allemands de plusieurs meetings avec la participation de personnalités de premier plan de l’AKP

Un coup d’œil au réseau des mentions et réponses gravitant autour de ces deux comptes révèle un paysage familier : citation de nombreux médias, politiciens, journalistes et gülenistes. Le grand nombre de mentions indistinctes regroupées en grappe remonte aux premiers mois d’activité du compte, au moment où son style n’était pas totalement défini. Le(s) responsable(s) du compte prenai(en)t alors volontiers à partie des inconnus, pour l’essentiel des militants de la cause kurde. Le compte en allemand n’apparaît pas sur le graphe parce qu’il ne s’engage pas dans des conversations mais fait de la publication simple (phrase d’accroche avec ou sans hashtags + caps + lien vers le site). Les aventures de Lindsay Lohan et Bana Alabed en Turquie semblent avoir marqué la communauté True News Turkey.

Réseau des mentions et réponses de True News Turkey

Le graphe des paires de mots les plus employées est beaucoup plus simple que le précédent et laisse peu de place à l’hésitation quant au thème de prédilection de True News Turkey : la lutte de la Turquie contre la terreur du PKK et de Daech. Le corpus étant plus limité, la fréquence de répétition l’est également. Sont ici représentées les paires de mots revenant au moins 10 fois, à l’exclusion des noms d’utilisateurs qui n’apportent pas vraiment d’information.

Conclusion

Autant TrueNews Turkey que les produits Bosphorus Global procèdent d’une vision fausse du monde parfaitement résumée par l’adage Türk’ün Türk’ten başka dostu yoktur [un Turc n’a pas d’autre ami que le Turc]. La contrefaçon de la démarche de fact checking, le discours de propagande qui en résulte et le ton parfois très agressif déroutent le lecteur de bonne foi et ne suscitent pas l’adhésion. La meilleure preuve de leur totale dépendance idéologique s’observe dans le fait qu’ils épousent exactement le moindre soubresaut de l’actualité, tant dans les sujets que dans le vocabulaire employé. Ils s’inscrivent ainsi sans ambiguïté dans la nébuleuse du discours officiel, partisan et admis.

  1. Le storytelling est une technique utilisée en communication pour mettre en récit à la manière des mythes et contes un message que l’on souhaite faire passer. Cette technique est controversée car le récit produit est régulièrement embelli lorsqu’il n’est pas totalement inventé. []
  2. Ou de ses avatars récents, le journalisme citoyen et le datajournalisme. []
  3. Respectivement https://teyit.org/ et http://www.dogrulukpayi.com. []
  4. Voir à ce sujet un panorama des publications récentes dans S. Kaya et J.-F. Pérouse, « Le « coup d’État manqué » du 15 juillet 2016. Premiers éléments de bibliographie en langue turque », Dipnot 17 mars 2017 https://dipnot.hypotheses.org/2130. []
  5. Citons par exemple le fait de donner une tribune à l’ancien rédacteur en chef du journal Zaman France Emre Demir sur le plateau de France Culture au lendemain de la tentative de coup d’État sans le présenter comme tel (https://www.franceculture.fr/emissions/une-semaine-dans-le-monde/turquie-coup-d-etat-avorte-mais-nouvelle-ere-pour-l), la mise en doute de l’appartenance de l’agence de presse Cihan et du quotidien Zaman à la galaxie Gülen dans un article du New York Times (C. Yeginsu, « Turkey Expands Purge, Shutting Down News Media Outlets », NYT 28 juillet 2016, https://www.nytimes.com/2016/07/28/world/europe/turkey-media-newspapers-shut.html ?_r =0) et dans le journal télévisé de 20h de France 2 (http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/turquie-la-presse-ciblee-par-erdogan_1567273.html) ou bien encore cette opération de whitewashing sur le ton du reportage qui qualifie la thèse de l’état turc d’« absurde » (R. Feneley, « Turkey’s “most-wanted terrorist” and his well-connected friends in Australia », SBS investigations 20 juillet 2016 http://www.sbs.com.au/news/article/2016/07/20/turkeys-most-wanted-terrorist-and-his-well-connected-friends-australia). []
  6. Voir les messages numérotés 50646, 42518, 1928 et 45712 de l’archive Wikileaks Berat’s Box. Pour une enquête détaillée sur la genèse de Bosphorus Global, voir E. K. Sözeri, « Pelikan Derneği : Berat Albayrak, Ahmet Davutoğlu’nu neden devirdi ? [Association Pélican : Pourquoi Berat Albayrak a-t-il renversé Ahmet Davutoğlu ?] », Medium 3 nov. 2016, https://medium.com/@efekerem/pelikan-derne %C4 %9Fi-berat-albayrak-ahmet-davuto %C4 %9Flunu-neden-devirdi-5fabad6dc7de#.6vpcryp54. []
  7. Proposé sous une entrée de menu contenant une entrée intitulée Les mensonges de Gezi passés à la postérité http://gununyalanlari.com/yalan/452-gezinin-efsanelesmis-yalanlari publiée 3 ans jour pour jour après le début des protestations. []
  8. Pour des exemples d’autoréférence, voir : FCT, « Claim : Turkey’s president destroys democracy », 27 juillet 2016 http://factcheckingturkey.com/failed-coup/claim-turkey-s-president-destroys-democracy-283 [référence à FCT et Timeline Turkey, autre produit Bosphorus Global] ; « Claim : Turkish government supports DAESH », 16 décembre 2016 http://factcheckingturkey.com/daesh/claim-turkish-government-supports-daesh-342 [abondantes références à FETO Facts] ; « Editorial : Independent shirks attributing responsibility for terror attacks », 16 décembre 2016 http://factcheckingturkey.com/kurdish-issue/editorial-independent-shirks-attributing-responsibility-terror-attacks-340 [autoréférence + HDP Facts]. []
  9. FCT, « Claim : Turkey’s president seeks asylum in Germany », 17 juillet 2016 http://factcheckingturkey.com/failed-coup/claim-turkeys-president-seeks-asylum-germany-275. []
  10. FCT, « Claim : Abortion no longer “widely accessible” in Turkey », 19 octobre 2016 http://factcheckingturkey.com/women/claim-abortion-no-longer-widely-accessible-turkey-323. []
  11. J. Jackson, « Fact-checkers are weapons in the post-truth wars, but they’re not all on one side », The Guardian 15 février 2017 https://www.theguardian.com/media/2017/feb/15/fact-checkers-are-weapons-in-the-post-truth-wars-but-theyre-not-all-on-one-side. []
  12. Crackdown chronicles http://crackdownchronicles.com/. []
  13. Chronicles of shame http://chroniclesofshame.com/. La Turquie y est doucement égratignée pour créer un semblant d’objectivité. []
  14. La source des informations n’est jamais indiquée dans le site en arabe. []
  15. Dans http://crackdownchronicles.com/category/crackdown-on-media/, 60 cas sont recensés entre 2001 et 2017. Le haut du classement est tenu par les États-Unis (27 cas), la France (10) et l’Allemagne (8). Y sont consignées des pressions sur les journalistes (arrestations, violences policières, condamnations, pressions pour révéler leurs sources, surveillance), des actes de censure , des demandes de retrait/blocage sur Google ou les réseaux sociaux, une procédure lancée contre des journalistes pour révélation de secrets d’État et curieusement, la dernière vague de révélations Wikileaks. http://crackdownchronicles.com/category/crackdown-on-academics/ recense 8 cas dont le plus ancien remonte à 2003 (5 aux USA, 2 au Royaume Uni et 1 aux Pays-Bas). Deux concernent des accusations de liens avec des organisations terroristes, 3 cas sont des suspension de visa et/d’interdiction de territoire/expulsion, 2 renvois (dont 1 Erasmus) et une fermeture de compte par Facebook ( !). []
  16. Le texte de l’appel se trouve sur la page suivante : https://barisicinakademisyenler.net/node/63. []
  17. Il s’agit de Demokrasi günlüğü [journal de la démocratie], qui outre le turc (http://demokrasigunlugu.com/, @demokrasigunluk), est décliné en anglais (http://timelineturkey.com/en/, @TimelineTurkey), en (mauvais) français (http://timelineturkey.com/fr/ @JournalTurquie), en arabe (http://timelineturkey.com/ar/, @TimelineTR_AR – سجل ديموقراطية تركيا), en allemand (http://timelineturkey.com/de/, @ZeittafelTurkei) et en russe (http://timelineturkey.com/ru/, @TimelineTR_RU – График времени Турци). Les traductions ne sont pas entièrement finalisées dans les différentes langues comme l’attestent les menus de navigation partiellement traduits et les rubriques moins nombreuses que dans le site en turc. []
  18. http://abdulhamit-erdogan.com/ ? À la date du 10 mars 2017, ce projet n’est plus listé parmi les réalisations de BG sur son site officiel qui est désormais décliné en français, russe et arabe en plus de l’anglais et du turc. Sur le site II. Abdülhamid ve Erdoğan, qui a connu une mise à jour récente pour inclure des rubriques expliquant le projet de réforme constitutionnelle soumis à référendum, les liens vers les comptes sur les réseaux sociaux ne sont désormais plus visibles même s’ils existent toujours. []
  19. http://bizimicineniyisi.com/. Notons que tous les produis actifs de BG sont actuellement au service de cette campagne en retweetant les publications du compte @bizimicineniyi [@lemieuxpournous] ou via le site FCT qui présente et fait du fact checking autour de la réforme. Le site Abdülhamid-Erdoğan inclut le projet de réforme constitutionnelle dans sa lecture générale de la vie de RT Erdoğan, continuateur et digne héritier du sultan. []
  20. Toutes ces données sont disponibles publiquement par simple consultation des comptes sur Twitter. []
  21. Toutes les valeurs du tableau ont été observées le 11 mars 2017. []
  22. Tous nos remerciements à P.B et J.J. pour leurs commentaires sur les sites et comptes arabophones de cette analyse et à G.A. pour le russe. []
  23. Voir l’annonce intitulée « Merkezimiz koordinatörlüğünde Lindsay Lohan’ın Suriyeli Mültecilerle İlgili Çalışmalarının Medya Raporu » [Rapport média des réalisations coordonnées par notre centre au sujet de Lindsay Lohan et des réfugiés syriens] datée du 21 octobre 2016 à l’adresse http://bosphorusglobal.org/tr/duyurular []
  24. La galerie photo de ce beau moment de public relations est consultable sur le site de l’agence de presse turque Anadolu http://aa.com.tr/tr/pg/foto-galeri/cumhurbaskani-erdogan-7-yasindaki-bana-alabed-ve-ailesini-kabul-etti/0/293576. []
  25. La lemmatisation désigne l’analyse lexicale du contenu d’un texte regroupant les mots d’une même famille. Chacun des mots d’un contenu se trouve ainsi réduit en une entité appelée lemme (forme canonique). La lemmatisation regroupe les différentes formes que peut revêtir un mot []
  26. Voir les rubriques Prodüksiyon et Creative du site http://www.erkajans.com.tr/. []
  27. « Neden True News Turkey ? » http://www.truenewsturkey.com/hakkinda/, également disponible en anglais et en allemand. []
  28. Les caps sont des images légendées créées par les internautes. Le but est de commenter un événement sur un ton tantôt sérieux, tantôt décalé []
  29. Toutes les valeurs du tableau ont été observées le 11 mars 2017. []
  30. Il s’agit, par gradation, de la suppression des publications contrevenant au règlement, de la suspension temporaire du compte et enfin du bannissement de l’utilisateur sur base de son IP pour l’empêcher se réinscrire sous une autre identité. []
  31. « Kurallar », http://www.truenewsturkey.com/hakkinda/kurallar/. []
  32. « İstatistikler », http://www.truenewsturkey.com/istatistikler. []
  33. Ces listes, peu structurées et qui ne semblent pas avoir été suivies d’effets durables, concernent des opposants à l’AKP, des journalistes étrangers et des journalistes ou comptes propagandistes de la mouvance Gülen. []
  34. http://www.truenewsturkey.com/akademi/. []

Isabelle Gilles

Chargée d’édition numérique et des projets de numérisation
Webmaster

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 avril 2017

    […] Commençons par un rappel chronologique afin de bien saisir les modalités dans lesquelles s’est déroulée la campagne. Le 11 février, le Conseil Supérieur des Élections (Yüksek Seçim Kurulu –YSK) a autorisé la participation à la campagne de seulement 11 partis politiques turcs parmi les 95 enregistrés.4 Pourtant, certains partis politiques non autorisés par le YSK ont mis en place des stands, distribué des tracts officiels de leur parti politique et fait entendre leurs convictions dans les rues de la ville. C’est notamment le cas du Parti démocrate (Demokrat Partisi)5 ou encore du Parti de la patrie (Vatan Partisi). On observe également la présence de groupes issus de la société civile comme Atatürkçü Düşünce Derneği (l’association de la pensée d’Atatürk) ou encore des comités de quartiers réunis sous le nom de Hayır Meclisleri. Ces comités, que l’on peut considérer comme des actions citoyennes, rassemblent les actions non partisanes faisant campagne pour le ‘Non’. On retrouve ainsi Hayır Beyoğlu, Hayır Şişli ou Hayır Bakırköy dans ce groupement d’actions citoyennes6. Il est intéressant de souligner que, dans le camp du ‘Oui’, tout un panel d’organisations prétendument citoyennes à fait son apparition. C’est le cas de Türkiye Hukuk, ou encore des Evet Platformu. Ces organisations, apolitiques sur le papier, ont en réalité un lien plus ou moins direct avec l’AKP et sont les composantes d’une stratégie de diversification du camp du ‘Oui’ par l’AKP. Par exemple, la campagne Bizim için en iyisi (le mieux pour nous) a été pilotée par Bosphorus Global, une agence de lobbying se présentant comme une ONG, gérée en coulisses par Berat Albayrak ministre de l’Énergie et gendre du Président Erdoğan (pour de plus amples détails sur les activités de Bosphorus Global, voir notre édition du 20 mars 2017). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *