La campagne du référendum d’avril 2017 à Istanbul : Une lutte visuelle urbaine

La campagne pour le référendum constitutionnel du 16 avril 2017 a commencé fin février pour les différentes formations politiques, partisanes du Evet – Oui ou du Hayır – Non. Ces deux termes ont, durant les intenses semaines de campagne, occupé une place prépondérante dans la vie quotidienne des stambouliotes et de tous les Turcs en général. Depuis le début de l’année 2017 on a ainsi pu observer une intensification croissante de l’activité politique en Turquie, atteignant son paroxysme dans la dernière semaine de campagne. Durant cette période, la vision d’un slogan du Oui ou du Non est rapidement devenue un élément inévitable, tellement chaque rue, chaque axe, chaque place, s’est transformé en un théâtre d’affrontement entre les deux camps qui se sont exprimés massivement dans les urnes le 16 avril 20171. Cette campagne a été caractérisée par l’omniprésence de l’AKP, son utilisation des ressources étatiques et la mobilisation de l’état d’urgence pour contrer les activités du camp du ‘Non’2. L’opposition a donc dû faire campagne sur des terrains partisans non exploités par l’AKP afin de rivaliser avec le camp du ‘Oui’. En quoi le caractère asymétrique de cette campagne a-t-il déterminé la méthode et les actions des camps du Evet et du Hayır ?

La carte ci-dessus renvoie à cette bataille visuelle. Elle a été réalisée au cours d’observations dans différentes localités d’Istanbul3. L’idée n’a pas été de faire le décompte de chaque affiche ou banderole Evet et Hayır – la tâche aurait été titanesque – mais plutôt de permettre au lecteur de découvrir comment est disposé le matériel politique dans les quartiers d’Istanbul. La carte rassemble ainsi six catégories d’éléments : stands de partis politiques, tracts ; affiches, banderoles ; panneaux publicitaires ; divers (stickers, tags, peintures…) ; meetings et manifestations ; bureaux des partis politiques. Pour tous les exemples donnés dans cet article, le lecteur pourra se référer à la carte interactive afin de visualiser les différents apports du matériel politique.

Cette classification géographique non exhaustive est un outil utile pour effectuer une analyse de la campagne du référendum. Entre quadrillages des grands axes, spectres électoraux des suffrages précédents ou schéma de disposition des stands de partis politiques, nous allons voir que plusieurs éléments caractérisent la campagne du référendum dans les rues d’Istanbul.

Commençons par un rappel chronologique afin de bien saisir les modalités dans lesquelles s’est déroulée la campagne. Le 11 février, le Conseil Supérieur des Élections (Yüksek Seçim KuruluYSK) a autorisé la participation à la campagne de seulement 11 partis politiques turcs parmi les 95 enregistrés.4 Pourtant, certains partis politiques non autorisés par le YSK ont mis en place des stands, distribué des tracts officiels de leur parti politique et fait entendre leurs convictions dans les rues de la ville. C’est notamment le cas du Parti démocrate (Demokrat Partisi)5 ou encore du Parti de la patrie (Vatan Partisi). On observe également la présence de groupes issus de la société civile comme Atatürkçü Düşünce Derneği (l’association de la pensée d’Atatürk) ou encore des comités de quartiers réunis sous le nom de Hayır Meclisleri. Ces comités, que l’on peut considérer comme des actions citoyennes, rassemblent les actions non partisanes faisant campagne pour le ‘Non’. On retrouve ainsi Hayır Beyoğlu, Hayır Şişli ou Hayır Bakırköy dans ce groupement d’actions citoyennes6. Il est intéressant de souligner que, dans le camp du ‘Oui’, tout un panel d’organisations prétendument citoyennes à fait son apparition. C’est le cas de Türkiye Hukuk, ou encore des Evet Platformu. Ces organisations, apolitiques sur le papier, ont en réalité un lien plus ou moins direct avec l’AKP et sont les composantes d’une stratégie de diversification du camp du ‘Oui’ par l’AKP. Par exemple, la campagne Bizim için en iyisi (le mieux pour nous) a été pilotée par Bosphorus Global, une agence de lobbying se présentant comme une ONG, gérée en coulisses par Berat Albayrak ministre de l’Énergie et gendre du Président Erdoğan (pour de plus amples détails sur les activités de Bosphorus Global, voir notre édition du 20 mars 2017).

Concernant le CHP, deuxième force politique du pays, principale formation d’opposition et chef de file de la campagne du ‘Non’, le parti a choisi de faire campagne sans arborer son traditionnel logo. Comme annoncé par Tekin Bingöl, vice-président du CHP lors du lancement de la campagne, « Nous n’utiliserons pas le nom ni le logo du parti durant cette campagne. Ce n’est pas une élection partisane mais nationale et générale ».7 C’est donc avec le slogan « Geleceğim için Hayır » [Pour mon avenir, Non] et un logo arborant un soleil avec une petite fille, illustrant la symbolique de l’avenir à un vote pour le ‘Non’, que le CHP a choisi de faire campagne8. Ainsi la rue est devenue une véritable arène politique où une multitude d’acteurs, avec plus ou moins de légitimité et de moyens, ont fait campagne en faveur du Evet ou du Hayır.

L’emplacement le plus politisé durant la campagne est le meydan (place principale) du quartier. C’est là que l’on retrouve le schéma classique de disposition des stands politiques. Les quatre partis présents au Parlement y sont constamment représentés : AKP et MHP pour le camp du ‘Oui’ ; CHP et HDP pour le camp du ‘Non’. On assiste alors à un duel. C’est au stand qui distribuera le plus de tracts et qui parviendra à réunir le plus de personnes, c’est celui qui parviendra à diffuser sa musique de campagne plus fort que les autres qui remportera la bataille. Contrairement à la rue et aux grands axes, le meydan des quartiers est marqué par la présence du quatuor parlementaire, et cela, en dépit de la couleur politique du quartier en question. Ainsi, à Bağcılar, un quartier où l’AKP a réalisé un score de 61 % aux élections de novembre 2015, le meydan a vu l’installation des stands de l’AKP, du MHP, du CHP et du HDP. Toutefois, dès lors que l’on s’éloigne de ces grandes places, on retrouve une tendance : un taux de présence de banderoles et affiches Evet ou Hayır calqué sur l’affiliation partisane du quartier en question. C’est le cas des quartiers de Beşiktaş, Kadıköy ou encore Sarıyer, traditionnels bastions du CHP, où l’on observe une domination de l’espace visuel par des messages prônant le Hayır. À l’inverse, dans des quartiers ou des arrondissements comme Fatih, Kasımpaşa ou Sütlüce c’est presque un monopole du Evet que l’on observe.

Si les places constituent un espace important, la campagne visuelle va également se dérouler sur les grands axes. L’idée est évidemment d’atteindre le maximum de personnes. Sur ces grands axes, le spectacle est dans les airs. Les banderoles géantes sont accrochées aux ponts, flottent dans le ciel, occupent les espaces publicitaires ou bien masquent les façades gigantesques de certains bâtiments en construction. En s’éloignant de ces grands axes, dans des petites ruelles mois fréquentées, la présence visuelle de la campagne s’amoindrit largement jusqu’à même disparaître.

Au niveau argumentaire, ce qui caractérise la campagne, c’est la diversité du camp du ‘Non’. On observe ainsi des dizaines de partis politiques et organisations qui font campagne pour le Hayır. La diversité, amène une multitude de points de vue sur le référendum : droits des femmes, revendications ouvrières, mouvements de jeunesse ou encore syndicats de toutes sortes. On observe également des formations de droite hard kémalistes, nationalistes ou turquistes, ou le Vatan partisi qui soutiennent le ‘Non’, pour des raisons qui diffèrent largement de celles d’autres formations du même camp9. Le Saadet partisi, bien qu’il n’ait pas fait campagne, s’est prononcé pour le ‘Non’. Cette diversité donne à l’électeur un panel d’opinion qui lui permet de forger son vote. C’est également grâce à cette coexistence de formations de sensibilités différentes, reflétant la complexité du paysage politique turc, que le camp du Hayır a pu obtenir un score aussi haut. Dans le camp adverse, on peine à trouver des affiches autres que celles de l’AKP et très accessoirement du MHP10. Il est tout  de même intéressant de noter qu’à l’inverse de ses adversaires, le camp du Evet a présenté un matériel visuel évolutif. On observe ainsi quatre générations différentes sur les deux mois qu’auront duré la campagne, toutes avec une identité visuelle propre et une unité de ton. Le site officiel de la campagne menée par l’AKP baptisé Kararımız Evet [Notre décision est Oui] propose en téléchargement tout ce matériel et permet d’observer l’évolution des thèmes, des promesses de stabilité et prospérité, de l’éradication du terrorisme, de la nécessité d’un homme fort pour un État fort à une adhésion relevant de l’affectif.

S’il fallait dresser une tendance générale de cette campagne à deux vitesses, marquée par les ressources étatiques de l’AKP largement supérieures aux formations politiques du camp du Hayır, c’est l’omniprésence du Evet, donc de l’AKP, dans la rue. La bataille, inégale, a été sans surprise remportée par l’AKP durant cette campagne, à travers ses innombrables banderoles, affiches et panneaux publicitaires11. Pourtant, le camp du Hayır, presque invisible dans les médias, a su trouver dans la rue un moyen d’expression public qu’il n’a pu trouver nulle part ailleurs (durant la campagne, un décret d’urgence a permis de passer outre la loi sur l’égalité de temps de parole des acteurs durant la campagne)12. Si, comme mentionné précédemment, l’AKP a réalisé un travail de terrain titanesque pour mettre en place des banderoles dans tous les recoins de la ville, le camp du Hayır, à travers ses différentes formations politiques, s’est fait une place dans l’espace visuel urbain. Mieux, c’est au niveau des stands de partis que le camp du ‘Non’ arrive à rivaliser avec l’AKP. En effet, c’est à travers la discussion et l’échange d’idées que les partisans du ‘Non’ ont su faire campagne. Cette pratique illustre donc un retour aux vielles techniques traditionnelles de démarchage politique. En effet, face à une machine politique telle que l’AKP, le camp du Hayır a réalisé un travail de fond, moins dans l’apparat et dans l’excentrique mais plus à travers la distribution de tracts, le porte à porte et la discussion dans les différents stands, comme nous le confiait les responsables des bureaux HDP et CHP de Beyoğlu13. Cette conclusion a pu être confirmée par les résultats du vote à Istanbul, où le Hayır l’a emporté à 51,4 %. L’AKP, victorieux à Istanbul depuis 199414 n’a pas pu l’emporter, malgré la présence visuelle colossale de la campagne du Evet.

Cette campagne mélange ainsi techniques traditionnelles de démarchage politique et l’usage de nouvelles technologies avec les réseaux sociaux (chaque acteur de cette campagne dispose d’une page Facebook et d’un compte Twitter, souvent créé spécialement pour l’évènement). Si, comme nous l’avons vu, l’AKP a monopolisé l’espace public et médiatique en plus du quadrillage des quartiers par la création de bureaux éphémères d’information, l’opposition a donc dû déplacer sa campagne sur des thèmes et des techniques permettant de mener campagne et de faire valoir ses arguments.

La période post-référendum qui s’ouvre est désormais incertaine. Marquée par une victoire étriquée du ‘Oui’ à 51,4%, l’opposition a fait appel et refuse de reconnaître les résultats promulgués par le YSK car une polémique s’est ouverte sur la décision du Conseil Supérieur des Élections de changer la loi électorale le dimanche 16 avril à 17h amenant à comptabiliser les bulletins non tamponnés officiellement au sein des bureaux de vote. Ainsi, dans la semaine qui a suivi les résultats du référendum des manifestations quotidiennes (qui se poursuivent encore dans certains cas) ont pu être observées dans les quartiers d’opposition de Beşiktaş, Kadıköy et Bakırköy. On retrouve ainsi cette tendance partisane dans des quartiers spécifiques, prolongeant la campagne dans la période de l’après référendum.

  1. Alors que les deux précédents référendums, organisés en 2007 et 2010 avaient atteint respectivement 67,5 et 73,3 % de taux de participation, le référendum d’avril 2017 a obtenu un taux de 85,3 % de participation (Chiffres de l’Agence Anadolu). []
  2. http://www.hurriyetdailynews.com/the-most-controversial-vote-in-turkey-in-years.aspx?PageID=238&NID=112135&NewsCatID=409 []
  3. Observations réalisées par Sümbül Kaya et Florian Fiquet. []
  4. OSCE Office for Democratic Institutions and Human Rights, Interim report 17 March – 7 April 2017, P.1 http://www.osce.org/odihr/elections/turkey/310646 []
  5. Chaque exemple est illustré par une photo et un emplacement de stand ou d’affiche sur la carte interactive. []
  6. http://tercihhayir.org/index.html []
  7. http://www.ulusalajans.com/politika/chp-hayir-kampanyasina-hazir-2904.html []
  8. Sur la carte interactive, seuls les stands politiques du CHP ont été marqués par un logo CHP, afin de rendre compte de la disposition des forces politiques. Pour le reste, c’est le logo Hayır de la campagne du CHP qui est utilisé. []
  9. Voir http://www.sozcu.com.tr/2017/gundem/son-dakika-haberi-hangi-parti-referandumda-ne-oy-kullanacak-1661303/ []
  10. Voir carte interactive. []
  11. L’AKP est la seule formation politique de cette campagne à avoir pu afficher des banderoles géantes de 20 à 30 mètres de hauteur sur les façades d’immeubles en chantier []
  12. OSCE Interim report op. cit., p.2 []
  13. Entretiens réalisés le jeudi 13 avril au bureau HDP de Beyoğlu à Tarlabaşı par Sümbül Kaya et Florian Fiquet. []
  14. À l’époque, Recep Tayyip Erdoğan est élu maire d’Istanbul sous l’étiquette du Refah Partisi dont la scission amènera à la création de l’AKP en 2001. []

Florian FIQUET

Etudiant en Master Moyen-Orient à l’Université de Genève. Réalise un stage à l’IFEA

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *