Turquie et Brésil : la voix des émergents


Les récents rebondissements dans le dossier nucléaire iranien pourraient bien être l’illustration d’une nouvelle configuration de l’ordre mondial. En effet, en votant le 9 juin dernier de nouvelles sanctions contre l’Iran, quelques semaines après la tentative de médiation entreprise par la Turquie et le Brésil, le Conseil de sécurité a contré l’accord de Téhéran signé le 17 mai. Les grandes puissances ont certes infligé un camouflet au Brésil et à la Turquie, mais en concluant un tel accord et en votant contre de nouvelles sanctions à l’encontre de l’Iran, ces deux membres non permanents du Conseil de Sécurité ont confirmé la présence de pays émergents sur la scène diplomatique internationale. En effet, qui aurait pu imaginer il y a une dizaine d’années que la Turquie et le Brésil conduiraient une telle médiation? La question du nucléaire est qui plus est propice à une remise en cause des rapports de force internationaux renvoyant à un ordre mondial révolu. En effet, les cinq puissances officiellement dotées de l’arme nucléaire au titre du traité de non-prolifération (TNP) de 1968 siègent également au Conseil de sécurité de l’ONU où elles jouissent d’un droit de veto. Héritage du monde bipolaire, la composition du Conseil est remise en question depuis 1993 pour une intégration de puissances émergentes.

L’accord tripartite signé après la médiation entreprise par le Brésil et la Turquie aurait pu être une alternative aux résolutions du Conseil contre le programme nucléaire iranien. Le dépôt à l’ONU d’une nouvelle résolution dès le lendemain de l’accord puis le vote d’une quatrième vague de sanctions contre l’Iran ont toutefois ramené le Brésil et la Turquie à leur rang de puissances moyennes, les structures officielles internationales où siègent les Cinq grands ne souhaitant pas être doublées par une diplomatie du Sud. Ainsi, l’ONU et l’AIEA ont rapidement fait savoir qu’ils n’accordaient pas grand crédit à l’accord de Téhéran. Le 27 mai, ce fut au tour d’Hillary Clinton de fustiger le rapprochement du Brésil et de l’Iran tandis que Ban Ki-moon avait reconnu l’accord comme «encourageant» mais insuffisant. Selon Catherine Ashton, la responsable de la diplomatie européenne, il ne répondait que « partiellement » aux demandes de l’AIEA. Surtout, alors que ces instances internationales ne sont toujours pas parvenues à régler la question nucléaire iranienne, l’approbation de l’initiative turco brésilienne aurait été un aveu de leur incompétence en même temps que la reconnaissance d’une diplomatie des pays émergents dont les grandes puissances traditionnelles étaient exclues. Les cinq membres permanents du Conseil et l’Allemagne sont saisis du dossier iranien depuis 2003 et ont confirmé qu’ils n’admettraient pas d’intrusion dans leur club. Ankara et Brasilia ont certes manifesté leur amertume en votant contre de nouvelles sanctions à l’encontre de l’Iran, mais il reste que leur initiative s’est soldée par une forme d’humiliation.

Ces évènements s’inscrivent dans le prolongement d’un débat récurrent : celui de la réforme du Conseil de sécurité. En admettant un ou plusieurs pays émergents au sein dudit Conseil, la voix de ces puissances moyennes aurait un tout autre écho. Dans un monde multipolaire salué comme la nouvelle configuration des relations internationales, les nouveaux axes de solidarité, en particulier ceux qui relient les pays émergents, ont mis à mal les anciens rapports de subordination Nord-Sud. C’est dans ce contexte qu’ont pu être signés les accords de Téhéran. Aussi, une réforme du Conseil pourrait refléter ce nouvel ordre mondial et mettre un terme à une gouvernance internationale héritée de la seconde guerre mondiale. Le Brésil et la Turquie sont actuellement membres non permanents du Conseil, respectivement depuis janvier 2009 et janvier 2010. Toutefois, leur voix n’a pas de valeur contraignante et n’a constitué, lors du vote de la résolution 1929, qu’une provocation aux yeux des grandes puissances. Elle fut certes, non des moindres, puisqu’elle a clairement rappelé l’émancipation de la Turquie et du Brésil vis-à-vis de la diplomatie américaine, mais il reste que les Cinq grands sont toujours maîtres du jeu planétaire et que le Brésil a pu amoindrir ses chances d’obtenir un siège permanent au Conseil, projet auquel la France et les Etats-Unis sont favorables.

Dès 2003, certains alliés traditionnels de Washington, dont la Turquie, ont commencé à remettre en cause l’hégémonie étasunienne et, plus largement, occidentale. Depuis l’invasion de l’Irak, à laquelle Ankara était très opposée, les relations entre la Turquie, les États-Unis et Israël, ses alliés traditionnels, ont par exemple été émaillées de crises majeures allant du refus du Parlement turc d’accorder le stationnement et le passage des troupes américaines sur son territoire à la crise du Mavi Marmara. Certains pays émergents se sont déjà affirmés sur la scène économique internationale. Ils ont formé un groupe à l’OMC, le G20, pour faire bloc contre le protectionnisme agricole occidental, contestent la tradition selon laquelle la direction du FMI revient à un Européen et celle de la Banque mondiale à un Américain, et réclament une meilleure représentation au sein de ces instances. Ces pays comptent désormais trouver leur place dans la diplomatie mondiale. Le Brésil est à ce titre un acteur crédible. Dans le dossier du nucléaire iranien, Brasilia a fait valoir son statut de pays du Sud développant un programme nucléaire civil à des fins pacifiques, et n’a pas hésité à critiquer la non adhésion d’Israël au TNP, traité dont l’Iran est signataire et qui reconnaît le droit à l’énergie nucléaire sans visées belliqueuses. Le Brésil est démographiquement puissant et dispose d’une forme d’autonomie vis-à-vis de l’Occident. La Turquie, dont l’économie dépend davantage des puissances européennes, est peut être plus vulnérable. Toutefois, les stratégies brésilienne et turque sont assez voisines. En effet, ces deux pays essayent de s’imposer comme des interlocuteurs indispensables tout en refusant d’être adossés à une superpuissance ou de se replier sur leur statut d’émergents. L’alternative est de construire une diplomatie fondée sur la contestation et non plus seulement sur la puissance, démarche qui garantit une visibilité en même temps qu’un poids dans le jeu diplomatique mondial. La diplomatie contestataire est multiple. La Turquie et le Brésil font preuve de modération afin de gagner en crédibilité et, étant à la charnière des pauvres et des riches, ces pays ont l’avantage de rester audibles par tous ou presque. Ankara, candidate contestée à l’adhésion à l’Union européenne, tient également à dénoncer les formes consacrées de domination dont elle se sent victime. Il reste que ces puissances contribuent à la transformation du système international et les ressorts diplomatiques qu’elles introduisent ne peuvent être tenus pour dérisoires. Ils sont une réponse logique à la montée en puissance de la diplomatie de club qui s’inscrit à contre courant de la diversification des acteurs sur la scène diplomatique internationale. Le Sud émergent y a fait une entrée fracassante avec les accords de Téhéran. Les puissances établies doivent tenir compte de cette réalité nouvelle.
Laetitia Fronval


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.