L’amitié turco-qatarienne à l’heure de la crise du Golfe

Introduction

Le 5 juin 2017, l’Arabie Saoudite et ses alliés régionaux, l’Égypte, les Émirats Arabes Unis (EAU), le Bahreïn et le Yémen mettent en œuvre une opération coordonnée et de grande ampleur contre l’émirat du Qatar : ils rappellent leurs représentations de Doha, rompent les relations diplomatiques, déclarent la fermeture de toutes leurs frontières aux biens et personnes qatariens (l’Arabie Saoudite est la seule frontière terrestre du Qatar) et l’interdiction pour les avions de l’émirat gazier de survoler leurs espaces aériens. À ces mesures coercitives s’ajoute le rapatriement sous quinze jours de tous leurs ressortissants et l’exclusion des citoyens qatariens de leurs territoires1 . Cette offensive est justifiée par des accusations de « soutien au terrorisme », « d’entreprises de déstabilisation », de financement et de soutien logistique à des éléments hostiles à « la sécurité et la stabilité de la région ». Le 22 juin est transmis au Qatar, par la diplomatie koweïtienne engagée dans une médiation unanimement soutenue, un document contenant 13 exigences dont la réalisation est annoncée par les quatre Etats comme la condition de la reprise des relations. Parmi ces requêtes figurent la dégradation des relations avec l’Iran, la fermeture d’Al-Jazeera, l’expulsion de tous les membres d’organisations considérées par les quatre États comme terroristes et l’arrêt de la coopération militaire avec la Turquie sur le territoire de l’émirat2. Devant le refus du Qatar, ces requêtes se muèrent finalement en six principes largement édulcorés, la fermeture d’Al-Jazeera n’étant par exemple plus perçue comme nécessaire3.
Très rapidement après le lancement de cette opération visant à asphyxier l’émirat qatarien et bien avant la communication de la liste des 13 requêtes puis des six principes, la Turquie décide de s’investir intensément dans cette crise qui menace toute la stabilité régionale. Elle multiplie les déclarations publiques manifestant tantôt le regret et la tristesse, tantôt l’appel au calme et à la médiation4 , tantôt l’injonction directe à l’Arabie saoudite et ses alliés à la retenue5 , voire même au renoncement séance tenante à ce qu’elle dénonce de plus en plus comme une ingérence dans les affaires souveraines du Qatar6. Dès le 7 juin, le Parlement turc vote en procédure accélérée le déploiement immédiat de troupes et de blindés dans la base turque qatarienne, en application de l’accord de coopération défensive bilatéral signé à Ankara en décembre 2014 et ratifié par le Parlement turc le 27 mars 20157 . En d’autres termes, elle décide immédiatement de porter secours à ce petit émirat encerclé par ses voisins.
Les relations entre la République de Turquie et l’émirat du Qatar n’avaient jusqu’à présent pas suffisamment attiré l’attention. À cet égard, il est intéressant de noter à titre d’exemple qu’un livre consacré exclusivement à l’émirat du Qatar et sa politique étrangère comme Qatar, Small State, Big Politics8 , dans sa réédition de 2015, ne fait quasiment aucune référence à la relation avec la Turquie, et jamais de manière spécifique. Côté turc, l’essentiel des publications disponibles s’intéresse plutôt à la relation de la Turquie avec l’Arabie saoudite ou avec « les pays du Golfe », ensemble compris comme une entité politique homogène par le truchement de son Conseil de Coopération (CCG, fondé en 1981). Notons cependant l’exception notable à cette absence que constitue le récent ouvrage de Birol Başkan, Turkey and Qatar in the Tangled Geopolitics of the Middle East9, publié le 12 mai 2016. Selon nous, l’insuffisance de ce traitement tient à au moins deux causes :

  • La première cause a sans doute quelque chose à voir avec une confusion couramment reproduite au sujet des pays du Golfe : ces derniers forment aux yeux du public un ensemble a priori homogène, tant au plan de la structure politique que de la vie culturelle, et dont les intérêts économiques et politiques sont immédiatement convergents. Dans cette perspective, l’hégémon régional est l’Arabie saoudite qui par son poids démographique, économique et son statut de partenaire militaire privilégié des États-Unis, impose le rythme diplomatique dans le Golfe. Il s’agit donc ici en quelque sorte d’une perception métonymique de la péninsule arabique, l’Arabie saoudite l’incarnant entièrement. Ainsi, porter son attention sur un de ces petits émirats où vivent moins d’âmes qu’à Amsterdam ou en Bretagne paraît à la fois désuet et superflu, ce dernier ne vivant qu’à l’ombre de la monarchie saoudienne.
  • La seconde est que le rapprochement turco-qatarien que nous allons développer dans ce travail est récent et qu’il n’avait pour ainsi dire pas encore eu le temps de s’imposer comme une véritable ligne de force des relations extérieures de ces deux pays. Dans cette perspective, l’approfondissement turco-qatarien qui fait l’objet de cet article n’a peut-être pu être perçu que comme un phénomène momentané et donc indigne d’intérêt académique. Car si l’on admet le caractère momentané d’une relation bilatérale, on admet d’une certaine façon qu’il s’agit d’une relation conjoncturelle et donc fortuite, et que cela ne dit rien de décisif sur l’identité internationale de l’un ou de l’autre pays. Pourtant, à cet égard ne nous trompons pas, la relation d’Ankara et Doha est extrêmement instructive.

Nous constatons que le 5 juin 2017, ces deux présupposés – la perception métonymique du Golfe et le caractère contingent de la relation turco-qatarienne – furent simultanément balayés.

  • En premier lieu et de manière évidente, l’unité du Golfe, parce que cette crise interne décrédibilise jusque dans l’opinion publique et pour longtemps l’idée selon laquelle le Golfe serait un ensemble politique solidaire et homogène.
  • En second lieu, parce que les événements consécutifs à l’établissement du « blocus » ont eu au moins un mérite au plan didactique : celui de faire ressortir clairement la vigueur et la solidité des relations entre le gouvernement turc de Recep Tayyip Erdoğan et celui de la famille dirigeante du Qatar, les Al-Thani.

En effet, il ne nous a pas échappé que, dans le cas présent, il s’agissait pour Ankara – et les dernières évolutions du conflit l’ont bien rappelé – bien plus de protéger et de soutenir le Qatar que de se positionner en médiateur. En allégeant la charge matérielle, politique et morale de cette agression, c’est-à-dire en atténuant l’effet de l’opération menée par l’Arabie saoudite et ses alliés, puis en envoyant des troupes et des véhicules militaires, la Turquie a tout de suite accepté de prendre le risque de se les aliéner. C’est d’ailleurs ce que n’a pas manqué de relever l’ambassadeur de l’Arabie saoudite à Ankara, Walid al-Khuraiji, dans une interview avec Daily Sabah : « Nous espérions qu’Ankara reste impartiale afin de conserver des bonnes relations avec tous les pays du Golfe. En soutenant Doha, Ankara a renoncé à sa neutralité en perdant son statut d’acteur impartial proposant une médiation. »10. Il ajoute que « la réception sur son sol d’armées étrangères et de véhicules militaires venant de pays de la région est une escalade militaire dont Doha devra assumer les conséquences.»11 . Cela fait écho à un tweet publié le 25 juin 2017 sur le compte Twitter du ministre des affaires étrangères bahreïnien Khalid Bin Ahmed Al-Khalifa qui avait condamné en des termes équivalents l’escalade militaire que constituait pour lui l’envoi de troupes turques12 .
Ainsi, loin de rentrer dans le rôle impartial qu’elle a voulu incarner entre 2005 et 2008 entre la Syrie et Israël ou en 2010 avec le Brésil dans les négociations sur le nucléaire iranien, il s’agit donc ici de prendre parti dans une logique que d’aucuns qualifieraient de logique d’alliance. Il va sans dire qu’un tel positionnement menace durablement les relations économiques et politiques entre la Turquie et de nombreux pays arabes impliqués (dont le poids économique et démographique est sans commune mesure avec le petit émirat des Al-Thani). En ce qui concerne les autres pays du CCG, elles étaient il y a quelques années encore très prometteuses13 . Pour parler en terme comptable, cet engagement a donc un coût très élevé pour un bénéfice tout à fait incertain. Comment, dans ce cas-là, comprendre l’engagement d’Ankara dans la crise ? En mettant en relief la force de l’amitié turco-qatarienne jusqu’alors passée relativement inaperçue, la crise actuelle fonctionne comme un agent révélateur et, en ce qui nous concerne, une injonction à se pencher plus attentivement sur la relation entre Ankara et Doha. Qu’est-ce qui en elle justifie un tel engagement turc ? Quelle est sa profondeur historique ? Quelle est sa réalité économique ? Comment s’inscrit-elle dans les dynamiques régionales ? Révèle-t-elle une communauté de vues normative, morale et idéologique ou simplement une convergence économique et politique momentanée ?
C’est à ces questions que nous nous proposons dans cet article d’offrir un éclairage, par l’étude successive de quelques-uns des aspects les plus représentatifs des relations entre les deux pays : l’héritage historique de l’époque ottomane, la convergence politique et idéologique remarquable entre les politiques étrangères d’Ankara et de Doha au sujet des Frères Musulmans (FM) ainsi que l’accélération et la multiplication des échanges économiques, financiers et culturels.
Une fois ces éléments approfondis, nous poserons la question de la faisabilité du projet de puissance régionale que la Turquie veut aujourd’hui assumer dans la lointaine péninsule arabique. Au-delà de la meilleure compréhension de cette crise diplomatique majeure et de qu’elle nous apprend des liens qui unissent le Qatar et la Turquie, cet effort nous permettra de faire vivre la réflexion sur la politique étrangère de la Turquie, sur sa mutation maintes fois commentée et sur le bilan de la quête d’influence et de puissance qu’elle mène dans son « Hinterland indispensable » (voir notre édition du 4 avril 2013)14 , le Moyen-Orient.

I) Les continuités historiques du triangle Turquie-Qatar-Arabie saoudite : de 1871 à 2017

Ce retour historique se base sur les travaux publiés en 1997 par Frederick Anscombe dans son livre The Ottoman Gulf : The Creation of Kuwait, Saudia Arabia and Qatar. Nous choisissons de débuter notre étude par le récit des rivalités qui rythmaient à la fin du XIXe siècle la politique du Golfe afin de mettre en perspective la crise actuelle et le rôle qu’y joue la Turquie, Turquie dont nous rappelons que le parti actuellement au pouvoir assume l’héritage ottoman. Cet effort est précieux dans la mesure où nous sommes dans le Golfe en présence de régimes dynastiques, régimes dont les dirigeants sont les héritiers des acteurs politiques de l’époque ottomane et dont les représentations politiques portent vraisemblablement le poids du récit de leurs ancêtres. Nous voulons mettre en valeur le fait que certaines données de la crise de l’été 2017 étaient déjà présentes en 1871, indiquant l’existence d’un continuum à l’œuvre dans la rivalité entre familles royales qatariennes, saoudiennes et émiraties, et la perception que ces dernières ont de la présence turque dans le Golfe persique.
En 1871, la famille régnante de Doha s’appelait déjà Al-Thani et elle était alors dirigée par le cheik Mohammed Al-Thani. À cette époque-là, l’équation qatarienne de conservation du pouvoir devait tenir compte, en plus de la rivalité anglo-ottomane pour le contrôle de la région, de la pression simultanée du Bahreïn et des Saoud qui menaçaient constamment le territoire Al-Thani. Le 26 mai 1871, une armée de 3000 soldats ottomans débarque à Ra’s Tanura, dans l’actuelle Arabie saoudite, avec pour objectif de contrecarrer l’influence britannique, de contenir les progressions de la jeune dynastie Saoud et de pacifier le territoire. En automne de cette même année, le cheik du Bahreïn, qui avait le contrôle du port de Zubara sur la côte Nord-Ouest de la péninsule qatarie exigeait des Al-Thani le paiement d’un tribut annuel15. De l’autre côté, l’expansionnisme de la famille Saoud représentait une menace constante, ces derniers menant des opérations de pillage et de harcèlement allant jusqu’à couper à plusieurs reprises l’approvisionnement en eau de Doha16 . La famille Al-Thani, soucieuse de préserver l’intégrité de son territoire et son autonomie, décida de recourir à l’Empire ottoman pour sa protection : Qasim, le fils de Mohammed Al-Thani, requit alors l’aide de Nafiz Pacha, qui avait reçu l’ordre formel de ramener le Qatar dans le giron impérial17. Ce dernier envoya immédiatement plusieurs bannières ottomanes à Qasim pour signifier symboliquement l’inclusion du Qatar dans l’Empire. Il en fit installer trois dans les places symboliques (Doha) et les régions contestées (Al-Udeid par exemple, à l’endroit où se trouve aujourd’hui la plus grande base américaine du Moyen-Orient, revendiquée à l’époque par le cheik d’Abu Dhabi) afin de garantir, grâce au poids du sultan, l’inviolabilité du territoire Al-Thani18 . Il est intéressant de noter que les Al-Thani, en 1871, étaient déjà d’habiles praticiens de ce qu’on appellerait aujourd’hui l’open-door policy et la volonté de nouer des relations avec des acteurs antagonistes, principe sur lequel nous reviendrons, mais qui est une part essentielle de l’identité internationale de Doha, source de succès diplomatiques incontestables19 mais aussi de l’ire des quatre États. Les Al-Thani jouaient à l’époque un jeu d’équilibriste subtil entre la suzeraineté ottomane et la position britannique. Ainsi, quand, en juillet 1871, un officier britannique est envoyé pour enquêter sur la présence turque et les drapeaux ottomans nouvellement installés dans le port de Doha, le patriarche Mohammed Al-Thani explique que le cheik du Koweït a lourdement insisté, qu’en dépit de cela lui-même n’avait pas accepté, mais que son fils a agi sans son consentement20. Frederick Anscombe s’interroge : les Qatariens étaient-ils « un groupe fièrement indépendant et contraint à contrecœur de se mettre au service des Ottomans par un chef tribal respecté » ? Où étaient-ils « des sujets dévoués du sultan »21 ?
Résumons donc la situation : le clan Al-Thani subit une intense pression organisée par les puissances voisines et notamment les Saoud, l’émir d’Abu Dhabi et celui du Bahreïn, ces dernières ne supportant pas l’insolente quête d’autonomie et d’indépendance qatarienne. Il est somme toute assez fascinant de constater que cette dernière phrase, mot à mot, s’applique aussi bien à la situation de 1871 qu’à la crise du Golfe en cours depuis le 05 juin 2017. Les descendants des anciens cheiks rejouent le même acte. Le Qatar conteste l’hégémonie péninsulaire rêvée par la puissance saoudienne voisine, et cherche à cette fin des parrains extérieurs pour garantir l’inviolabilité de son territoire. En 1871, l’Empire ottoman, qui veut réaffirmer sa position dans le Golfe dans un contexte de concurrence avec les Britanniques, est le bouclier idéal. En 2017, la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan envoie des troupes et des blindés dans sa base militaire afin de garantir l’inviolabilité du territoire qatarien. Tout se passe comme s’il existait une sorte de continuum géopolitique à l’œuvre dans les équilibres de puissance du Golfe, et qu’au sein de ce continuum, les Turcs se réinsèrent aujourd’hui pour retrouver le rôle qu’ils cherchaient à jouer jadis : juges de paix entre les familles royales et obstacles contre l’ambition régionale hégémonique de la famille Saoud.
Sans prétendre expliquer 2017 avec 1871, ce retour en arrière à la vertu d’ajouter à l’analyse le relief de l’histoire, c’est-à-dire dans le cas présent de permettre de mieux appréhender les représentations politiques des familles héritières aujourd’hui, la perception qu’ils ont de leurs identités nationales et plus particulièrement leurs rapports respectifs à la quête d’autonomie qatarienne, au fédéralisme des EAU, à la projection turque ou au rêve hégémonique saoudien.

Réalité contemporaine de l’amitié entre la Turquie et le Qatar

Au-delà de ce continuum, n’oublions pas que l’Empire ottoman et la République de Turquie à l’ère du Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkinma Partisi, AKP) évoluent dans des univers radicalement différents. La Turquie du XXIe siècle est une adepte du libre-échange et de l’intégration économique. Cette dernière a ainsi maintes fois fait la démonstration de son comportement d’État-marchand rationnel (trade state) résilient aux aléas géopolitiques. Elle n’a cessé de multiplier les traités économiques bilatéraux avec des États aux positions internationales antagonistes (Iran et Israël par exemple), d’engager de nombreux partenariats avec le Kurdistan autonome irakien en dépit de la crispation kurde à l’intérieur de son territoire, ou de donner un exemple édifiant du business-as-usual dans ses relations avec Israël. Elle a donc démontré en de multiples occasions qu’il n’y avait pas de thème politique suffisamment décisif qui vaille que l’on sacrifie des partenariats trop stratégiques ou des perspectives économiques pour les entreprises et l’économie turques. Ceci rend encore moins intuitive la compréhension du risque que prend la Turquie dans ses relations avec le reste du Golfe en soutenant avec une telle vigueur le petit émirat, car il met directement en danger la capacité turque à mener à l’avenir cette diplomatie et cette économie du grand écart.
Notons d’ailleurs que ce problème est aussi celui du Qatar et ne se limite pas aux échanges économiques. En effet, les pratiques diplomatiques turque et qatarienne ont ceci en commun qu’elles accordent toutes les deux une place importante à la médiation et ont régulièrement été soucieuses de faire valoir et de revendiquer une éthique de la neutralité, éthique nécessaire à l’acceptation d’initiatives médiatrices par des parties en conflit. Doha et Ankara à sa suite sont dans cette crise contraints par l’Arabie saoudite et l’EAU de renoncer à cette ambition et de s’insérer dans la logique « d’axes » et de « camps », logique à laquelle elles avaient auparavant cherché à échapper. Par exemple, en 2010, en même temps que la Turquie menait une médiation visant à rompre l’isolement iranien sur la question du nucléaire (voir nos éditions des 20 janvier 2008, 8 avril 2010, 15 décembre 2011 et 21 janvier 2013), Recep Tayyip Erdoğan recevait de la monarchie saoudienne le prix international du roi Fayçal.
Alors, comment comprendre l’engagement et le risque pris par Ankara ? Une partie de l’explication réside dans deux phénomènes parallèles qui se sont mutuellement renforcés depuis le début de la décennie 2010 : la multiplication des échanges économiques, des investissements financiers et des interactions culturelles et la convergence des politiques étrangères turques et qatariennes sur le rapport aux Frères musulmans, sujet critique de la politique du Golfe et révélateur d’une communauté de vue politique et idéologique. Nous choisissons de traiter cette dernière en premier, compte tenu de l’antériorité et de la fonction causale qu’elle occupe probablement dans le timing du rapprochement turco-qatarien.

II) La Turquie et le Qatar : les deux parrains internationaux des Frères musulmans

Les points de convergence des diplomaties turque et qatarienne sont très nombreux et la constance avec laquelle ils se retrouvent depuis quelques années à soutenir les mêmes formations politiques dans le monde arabe est impressionnante : soutien au Hamas dans la bande de Gaza et dans le monde, soutien aux mêmes factions en lutte contre le régime de Bachar El-Assad en Syrie, soutien aux Frères musulmans, soutien à Mohammed Morsi et condamnation du coup d’État qui le dépose, refus de s’aliéner la République Islamique d’Iran ou du moins d’adhérer systématiquement au narratif de la menace iranienne que développe les Saoudiens et les Émiratis. Au total, Turquie et Qatar ont tous les deux encouragé un « axe disruptif » depuis le début des révolutions arabes, soutenant en Tunisie, en Libye, en Syrie et en Égypte les mouvements issus de l’islam politique (parlementaire ou radical) face aux régimes autoritaires et conservateurs. Cette convergence prend aussi la forme d’une culture et une pratique diplomatique commune aux deux pays, révélant d’une certaine manière des identités internationales en phase. Turquie et Qatar partagent comme nous l’avons déjà évoqué la volonté d’échapper aux logiques d’axes et d’alliances, la pratique de l’open-door policy à l’égard de responsables politiques en exil parfois considérés comme terroristes par des pays partenaires (Frères musulmans, Hamas ou talibans), les tentatives de médiation entre pôles antagonistes (Iran et États-Unis, Israël et le monde arabe), la diplomatie du grand-écart plus généralement, et enfin le recours massif aux structures de pouvoir alternatives à l’État (soft-power, médias, ONGs, investissements privés).
Chacun de ces exemples pourrait individuellement témoigner avec succès de la communauté de vues d’Ankara et de Doha. Mais pour rester fidèle à l’esprit initial de ce travail et éclairer l’actualité de la crise golfienne, concentrons-nous sur l’une des complicités turco-qatariennes qui est directement l’objet de l’ire des « quatre États » et fait d’ailleurs l’objet d’une majorité des requêtes communiquées au Qatar le 22 juin 2017. Il s’agit du soutien médiatique, financier et politique aux Frères musulmans (FM). Pourquoi ce sujet en particulier ? Car en même temps qu’il est révélateur de l’identité internationale que veulent incarner le Qatar et la Turquie, il est perçu par les régimes saoudien, émirati et égyptien comme une menace existentielle. Ikhwan, qui a joué un rôle décisif dans la formation des administrations émiraties, koweïtiennes ou qatariennes22 est en effet perçu par ces pays comme une menace mortelle pour la stabilité des régimes dynastiques23 . Il en va évidemment de même pour l’Égypte de Sissi qui a pris le pouvoir en renversant le gouvernement FM de Mohammed Morsi et a mené une répression féroce contre ses sympathisants. Cette crainte existentielle explique pour une bonne part la violence et l’intensité avec lesquelles a été exécutée cette opération de blocus.
Au total, démontrer la convergence entre la politique étrangère turque et le soutien qatarien aux FM permet de répondre à la question des causes de cet engagement turc : Ankara s’engage car, en critiquant aussi violemment les activités politiques du Qatar au Moyen-Orient vis-à-vis des mouvances fréristes égyptiennes ou syriennes par exemple, c’est aussi la Turquie qui est de facto attaquée.
Il s’agira donc d’abord de mettre en valeur le soutien d’Ankara et de Doha aux FM et ensuite de l’opposer à la perception extrêmement négative qu’en ont les régimes saoudiens, émiratis et égyptiens.
Au début de ce mois de juin 2017, Recep Tayyip Erdoğan faisait sous le drapeau turc une rabia, le signe de ralliement international des Frères musulmans, en référence au nom de la mosquée autour de laquelle se sont déroulés les massacres d’août 2013 perpétrés par le régime égyptien contre des sympathisants du gouvernement déchu de Mohammed Morsi. Le président turc accomplit donc ici un geste chargé symboliquement d’une grande violence politique, geste d’ailleurs interdit par la loi égyptienne et pouvant valoir jusqu’à cinq ans de prison ferme. C’est à la fois une attaque directe contre le régime militaire de Sissi (dont la prise de pouvoir violente a été constamment dénoncée par la Turquie et le Qatar comme un coup d’État illégitime – voir nos éditions des 18 et 21 avril 2015) et un geste de soutien à la confrérie islamique fondée par Hassan El-Banna, « organisation terroriste » selon l’Égypte, les EAU et l’Arabie saoudite.
L’AKP, en tant que parti héritier de l’islam politique turc, partage beaucoup de points communs avec les FM. Ayant été régulièrement réprimés par le régime kémaliste et l’imaginaire islamique turc étant marqué par le souvenir traumatique des coups d’État militaires et des dissolutions de partis, les responsables AKP et les acteurs de l’islam politique turc du Refah Partisi (RP) et du Saadet Partisi (SP) ont régulièrement affirmé leur soutien à la cause des FM, et réciproquement. Ce fut par exemple le cas du voyage de Rached el-Ghannouchi, leader du parti islamique tunisien Al-Nahda (Renaissance) en 2011 pour les funérailles de Necmettin Erbakan (voir notre édition du 2 mars 2011), leader historique de l’islam politique turc, où il le décrivit comme un « grand frère » et une figure majeure de l’islam politique international, de la stature de Sayyid Qutb ou Hassan al-Banna24 . Ainsi, lorsque les élections postrévolutionnaires en Égypte et en Tunisie sont remportées par des partis politiques arabes identifiés à la mouvance frériste (Al-Nahda en Tunisie donc, Liberté et Justice en Égypte), l’AKP reconnaît très rapidement la légitimité de leur pouvoir et les soutient intensément, fidèle en ce sens au soutien qu’il avait apporté au Hamas après les élections remportées à Gaza en 2006. Ces partis fréristes incarnent pour la diplomatie AKP la souveraineté démocratique et islamique du peuple face à l’autoritarisme séculaire des forces arabes conservatrices, tissant le parallèle avec l’expérience historique du parti AKP qui a réussi à triompher de l’establishment kémaliste. On voit ainsi apparaître en Turquie et ailleurs toute une littérature qui interroge la faisabilité d’un « modèle AKP »25 au Moyen-Orient postrévolutionnaire. Rached Ghannouchi, toujours, affirma alors que la combinaison réussie en Turquie de l’islam et de la modernité était un modèle pour la Tunisie (voir notre édition du 23 mai 2013) . Il en va de même en Égypte26. La « communauté épistémique davoutolienne »27, identifiée et décrite par Jean-Baptiste le Moulec dans sa thèse de doctorat28, s’empresse dans la même logique de soutenir et de légitimer le soutien de l’AKP à ces partis fréristes. De nombreux articles viennent ainsi défendre leur identité démocratique et leur vaste assise populaire29 , le caractère moderne et innovant de leur action politique30 et même l’extension des pouvoirs de Mohammed Morsi31. Dès son élection, la Turquie annonce de nombreux investissements, le prêt de 2 milliards de dollars32 , la signature d’accords bilatéraux, cherchant en quelque sorte à inaugurer un « axe » Turquie-Egypte. Le coup d’État réalisé par Sissi a évidemment été fermement condamné par la Turquie33 et le Qatar, quand l’Arabie saoudite et les EAU l’ont largement cofinancé, soutenu et reconnu.
Preuve s’il en faut de l’amitié entre les FM et Recep Tayyip Erdoğan, les éloges qu’en faisaient en 2014 Yusef Al-Qaradawi, figure influente de la pensée radicale frériste, qui le qualifiait de « calife du monde musulman » et de leader naturel pour l’Islam au XXIe siècle34. Al-Qaradawi fut accueilli comme beaucoup d’autres figures d’Ikhwan à Doha, au grand dam de l’Arabie saoudite et des EAU35. Le Qatar a lui aussi largement soutenu Mohammed Morsi, financièrement d’abord, avec plus de 5 milliards de dollars de don, un accord d’engagement sur 18 milliards d’investissements sur cinq ans et une prise de position majoritaire de QInvest Company dans la principale banque financière égyptienne, EFG Hermes36. L’émirat s’était aussi engagé à fournir un approvisionnement gratuit en gaz naturel liquéfié37 (Liquefied natural gas, LNG, le Qatar étant le premier exportateur mondial). Mais, si la Turquie de l’AKP a voulu multiplier des liens avec les FM à la faveur de l’opportunité politique des « Printemps » (voir nos éditions des 2 et 5 août 2011), la relation de confiance avec le Qatar est un phénomène ancien38. Comme leurs voisins saoudiens et émiratis, dès les années 1950 et 1960, les élites FM éduquées, chassées d’Égypte par la répression nassérienne, sont venues dans les émirats du Golfe et ont constitué les forces vives de l’administration, de l’éducation, de l’action sociale et de la recherche, jusqu’à former ce que certains considèrent être un « État dans l’État. »39 . Cependant, les Émiratis et les Saoudiens, au tournant des années 1990 et 2000 ont considéré qu’ils étaient devenus des menaces et ont organisé leur répression40 . Alors qu’ils étaient perçus par ces derniers comme une menace existentielle, le Qatar a continué de leur fournir un soutien matériel et logistique et à les accueillir sur son territoire41, provoquant l’agacement de ses voisins jusqu’à la crise diplomatique de 2014 au cours de laquelle les ministères émiratis et saoudiens avaient rappelé leur ambassadeur. Le Qatar avait à l’époque consenti à interdire de territoire plusieurs responsables FM afin de renouer les relations avec ses voisins. L’épisode de 2014 peut être compris comme le coup de semonce de l’opération enclenchée le 5 juin 2017.
Mais l’élément le plus décisif de l’aide qatarienne aux FM est la formidable caisse de résonance qu’a été pour la confrérie islamique la chaîne d’information Al-Jazeera. Ainsi, le même Yusuf Al-Qaradawi qui annonçait en 2014 Erdoğan comme le « nouveau calife » a animé pendant plusieurs années une émission extrêmement populaire (plusieurs dizaines de millions d’auditeurs cumulés) de théologie islamique sur la chaîne qatarienne, al-Sharīʿa wa al-Ḥayāh, (La Charia et la Vie). Al-Jazeera a par ailleurs joué un rôle décisif dans la couverture et la promotion des révolutions arabes de 2010-2011, se constituant en allié objectif des fréristes de toute la région. Quand les intellectuels turcs de la communauté épistémique « davoutolienne » recouraient aux outils de la science politique pour soutenir les régimes arabes issus des FM (voir notre édition du 28 mars 2013), la chaîne qatarie en assurait la diffusion et la communication internationale.
Ce soutien turco-qatarien aux différents acteurs et organisations émanant des FM est depuis le début des Printemps arabes la cible régulière de la désapprobation des EAU et de l’Arabie saoudite. Ainsi, à cet égard suffit-il pour s’en convaincre de lire un article d’une presse saoudienne ou émiratie comme Gulf News ou Al-Arabiya, dénonçant le soutien qatarien aux « terroristes » de l’organisation, les rendant co-responsable de la formation d’Al-Qaïda ou de l’organisation de l’État Islamique42 . Les « Printemps » et l’ère d’instabilité qu’ils inauguraient pour les régimes autoritaires du Moyen-Orient ont contribué à rendre le soutien disruptif de la Turquie et du Qatar aux forces d’oppositions islamiques émanant des Frères Musulmans de moins en moins tolérable. L’Arabie saoudite par exemple s’est sentie extrêmement menacée par les succès des mouvances fréristes égyptiennes et syriennes dans les premières années des révolutions arabes : le renforcement croissant des FM risquait de profiter à la formation jordanienne frériste, le Front d’Action Islamique, et entraîner ainsi un effet géographique de domino menaçant la pérennité des familles régnantes golfiennes43 . Un témoignage particulièrement poignant de cette crainte ancienne des familles régnantes à l’égard d’Ikhwan a été un câble diplomatique révélé par Wikileaks, celui du département d’État américain en 2004. Dans celui-ci, l’actuel président de la fédération émiratie Mohammed Bin-Zayed, alors prince héritier, estimait qu’il y avait « jusqu’à 700 FM infiltrés » dans différentes strates de la société, et « 50 à 60 membres de la confrérie dans l’armée. »44. Plus grave encore, il ajoutait que 50 à 80% des 60 000 membres des forces armées des EAU « pourraient adhérer à l’appel à la sédition d’un religieux de la Mecque, » ajoutant que s’il insistait trop sur certains sujets, il risquait « la lapidation par ses propres citoyens. »45. Même si ce genre de communication répond à des objectifs stratégiques et que les données approximatives qu’elle charrie ont peu de valeur scientifique pour comprendre l’imprégnation de la société émiratie par les FM, elles trahissent tout de même un état de méfiance et même d’angoisse des responsables émiratis vis-à-vis des FM. Elles sont en tout état de cause symptomatiques de la crainte qu’inspire Ikhwan chez les familles régnantes. Autre déclaration révélatrice, Dhahi Khalfan, le général en chef de la police de Dubaï disait en mars 2012 que les FM prévoyaient la « prise de contrôle » des monarchies du Golfe. Il précise : « Mes sources disent que la prochaine étape [des FM] est de transformer les monarchies du Golfe en gouvernements fantoches (…). Le point de départ sera le Koweït en 2013, suivi des autres États du Golfe en 2016. »46 .
Ainsi, quand l’embrasement géopolitique régional transforme la menace rampante d’hier en menace active, en menace agissante, cela force les régimes inquiétés à adopter des contre-mesures de rétorsion de plus en plus explicites et intensives contre les deux parrains internationaux, Ankara et Doha. Ainsi en a-t-il été de la suspension d’un investissement majeur des EAU en Turquie (12 milliards de dollars du fonds public émirati TAQA investi dans le domaine de l’énergie au charbon) après que cette dernière a condamné en des termes violents la prise du pouvoir par Abdeh Fatah El-Sissi47. Ainsi en a-t-il été en 2014 de la crise diplomatique du CCG au cours de laquelle les EAU, le Bahreïn et l’Arabie saoudite avaient rappelé leur ambassadeur au motif que le Qatar, en soutenant les Frères Musulmans, se rendait coupable « d’interférence » dans leurs affaires domestiques. Cette décision avait fait suite à un prêche de Yusuf al-Qaradawi sur la chaîne qatarienne48. Ainsi en est-il aujourd’hui, après ce coup de semonce de 2014, de l’opération punitive organisée par les quatre États.
Il se trouve aussi que les rumeurs régulières à propos du soutien financier et logistique occulte des EAU à la tentative de coup d’État en Turquie le 15 juillet 2016 ont poussé plus encore la Turquie à solidifier son amitié avec le Qatar. Quelle que soit la véracité ou la crédibilité de ces rumeurs, le fait que des journalistes pro-gouvernementaux citent une déclaration du ministre des affaires étrangères turques allant de ce sens49 (il invoque un pays du Golfe sans citer lequel) suffit à supposer leur impact dans le rapport turc aux EAU. Et quand la fédération émiratie a été parmi les derniers États à annoncer sa condamnation de la tentative du 15 juillet, alors qu’une chaîne de télévision proche du pouvoir avait annoncé prématurément la « victoire » des militaires, le Qatar quant à lui condamnait instantanément la tentative et déclarait son soutien à R.T Erdoğan50.
Nous n’avons pas ici le loisir de développer un autre point sur lequel est observable une communauté de vues entre le Qatar et la Turquie et qui constitue aussi un sujet critique de l’équilibre géopolitique golfien : les relations avec l’Iran51 . Il se trouve en effet que le Qatar (qui partage avec l’Iran le North Gas Field, la plus grande réserve de gaz naturel du monde) et la Turquie ont tous les deux manifesté, à des degrés divers, une volonté de ne pas s’aliéner outre mesure Téhéran et de pratiquer entre l’Arabie saoudite et l’Iran une politique de balance. Le narratif invoqué à ce moment-là sera alors tantôt du registre de la nécessité du dialogue avec un voisin52, tantôt de la volonté de dépasser des conflits confessionnels53 . Le Qatar et la Turquie, tous deux fidèles à l’identité internationale médiatrice qu’ils ont régulièrement cherché à incarner ces dix dernières années, ont par exemple été tous les deux des soutiens d’un accord sur la question du nucléaire iranien afin de mettre fin à l’isolement de la République Islamique.

III) Les relations bilatérales entre la Turquie et le Qatar : accélération et multiplication des échanges

1) Les accords de coopération entre la Turquie et le Qatar

Jusque dans les années 2000, les relations bilatérales entre la Turquie et le Qatar se résument, au plan légal, à deux accords de coopération signés en mars 1985, le premier portant sur la coopération économique et technique, le second sur la coopération culturelle. Le 25-26 décembre 2001, une visite officielle d’Hamad Bin Khalifa Al Thani constitue le point départ de la constitution du cadre légal des relations bilatérales et de la coopération à venir. D’après le site du ministère des Affaires étrangères turc54, ces relations s’intensifient dans la période 2008-2011, période inaugurée par la signature en mars 2008 d’un Protocole d’Entente (PE) entre Qatar Investment Authority (QIA) et l’agence étatique Turkey Investment Support and Promotion Agency. Durant cette période, Recep Tayyip Erdoğan réalise trois visites officielles dans le petit émirat. Notons que ces rapprochements n’ont à ce stade-là encore rien de spécifique au Qatar, des accords comparables étant simultanément signés avec chacun des pays du Golfe. C’est d’ailleurs l’ensemble des ministres des Affaires étrangères du CCG qui déclare en septembre 2008 la Turquie comme un partenaire stratégique, le premier pays extérieur au Golfe à obtenir ce titre55.
En 2011, un PE établit une commission économique bilatérale qui prolonge ces efforts et inaugure une période d’approfondissement considérable des relations turco-qatariennes jusqu’à nos jours, approfondissement qui dépassera largement le cadre économique. Trois nouvelles étapes jalonnent ce processus de rapprochement bilatéral : l’accord sur la coopération pour l’entraînement militaire (juillet 2012), le PE visant à l’établissement d’un Comité Stratégique Suprême (décembre 2014) et enfin, l’accord de coopération défensive signé en décembre 2014 et ratifié par le Parlement turc en 27 mars 201556. Au début du mois de décembre 2015, le président turc en visite officielle au Qatar, annonce la signature de quinze nouveaux accords bilatéraux, la fin des visas, et l’ouverture de la fameuse base militaire turque. Il s’agit de la première base militaire de l’histoire de la République de Turquie dans le Golfe Persique, la deuxième plus forte présence militaire turque en dehors de ses frontières (après Chypre) et en définitive, la démonstration ultime de la solidité des liens qui unissent maintenant Ankara et Doha.

2) Échanges et investissements

Le timing de l’accélération des échanges entre la Turquie et le Qatar est immédiatement relié à la chronologie internationale de ces dix dernières années, et notamment aux deux séries d’événements majeurs qui ont impacté les flux économiques moyen-orientaux : la crise économique et les « Printemps arabes ».
D’abord, l’augmentation des investissements immobiliers et financiers qatariens en Turquie, encouragée par le PE de mars 2008, a été largement favorisée par la crise financière de 2008 et ses conséquences désastreuses en Europe occidentale. Comme le décrivent Claire Beaugrand et Dilek Yankaya dans un article de l’ouvrage Istanbul, capitale régionale et ville-monde57 , la récession planant sur le Vieux Continent a incité les investisseurs golfiens à regarder avec plus d’attention une Turquie dont la croissance économique, l’identité islamique, le dynamisme urbain et la résilience à la crise économique internationale constituaient des atouts considérables pour « l’argent du Golfe ». Ce phénomène cependant était un phénomène golfien bien plus qu’un phénomène qatarien proprement dit. En revanche, c’est à partir du début des « Printemps » arabes et la complicité turco-qatarienne à leur sujet qu’on a pu discerner un rapprochement bilatéral spécifique. Pour commencer, elles les ont inévitablement amenés à multiplier leurs échanges militaires et à offrir de nouveaux débouchés pour l’industrie de l’armement turque. Entre 2011 et 2014, en cadence donc avec le déclenchement des révolutions arabes, la Turquie a établi avec le Qatar des contrats de défense pour une valeur de 120 millions de dollars incluant un attirail de défense varié (plateformes maritimes, bateaux de patrouille, etc.)58.
Il paraît assez clair que dans l’amitié entre les Turcs et les Qatariens, ce sont les convergences politiques régionales qui ont introduit la nécessité de multiplier les interactions économiques, et non l’inverse. « Les relations politiques sont excellentes, mais il y a encore du chemin à parcourir en matière de commerce et d’investissement », disait en décembre 2013 le ministre des finances turc d’alors, Mehmet Şimşek59 . À n’en pas douter, les deux pays s’appliquent alors avec empressement à parcourir ce chemin. Les échanges économiques ont ainsi été multipliés par 30 au cours des dix dernières années60 . La force et la rapidité avec laquelle ils ont cru tiennent aussi pour beaucoup à l’évidente compatibilité entre les importantes liquidités qatariennes issues de la rente gazière et la très forte croissance que connaissait l’économie turque ces dernières années. Cette dernière est ainsi un marché de premier choix pour investir non seulement dans l’immobilier ou le dynamique secteur bancaire, mais aussi dans les médias ou l’agroalimentaire. À cet égard, le Qatar est très actif: avec plus de 20 milliards de dollars d’investissements directs à l’étranger (IDE) en Turquie61, le Qatar figure à la deuxième place des investisseurs étrangers en Turquie62.
Attardons-nous sur quelques secteurs-clés dans lesquels se déploient ces interactions fructueuses : l’immobilier, la construction, le secteur bancaire et l’agroalimentaire.
Les groupes immobiliers qatariens font régulièrement l’annonce de grands investissements en centaines de millions de dollars dans les destinations touristiques de Turquie. Ainsi, Barwa Group, qui avait déjà co-réalisé des résidences sur le littoral stambouliote de Zeytinburnu (the Ottomare Suites), a alloué un demi-milliard dans la construction de résidences et de centres commerciaux en Turquie63 . Le groupe Qatar’s Retaj Hotel & Hospitality annonce en 2015 un plan de 700 millions de dollars d’investissement sur deux ans pour prolonger la stratégie engagée avec ses hôtels, l’un à Istanbul et l’autre à Yalova64.
Au Qatar, le dynamique secteur de la construction turque (et plus généralement l’expertise en matière d’infrastructure) trouve une multitude de débouchés où il peut faire valoir ses compétences sur de gigantesques projets. En 2006, la société Baytur obtenait un contrat de 124 millions de dollars pour la construction du Musée islamique du Qatar et un contrat de 245 millions pour la construction de la Bibliothèque nationale qatarienne. La même année, c’est la TAV Airports Holdings (turco-autrichienne) qui signait un contrat d’une valeur de 869 millions de dollars pour la construction d’un nouveau terminal pour l’aéroport international de Doha, en plus d’en assurer la gestion65 . Mais c’est la victoire de la candidature qatarienne pour l’organisation de la coupe du monde de football 2022 qui offrira à l’économie turque son fruit le plus juteux. Ainsi, le pharaonique chantier du métro de Doha, pour la construction duquel étaient en compétition près de 700 sociétés internationales, a été gagné par une entreprise turque. Ce projet à 4.4 milliards de dollars est le plus gros contrat jamais obtenu par une société turque à l’étranger66. R.T Erdoğan, en décembre 2013, lors de l’inauguration du nouveau bâtiment de l’ambassade de Turquie à Doha, annonçait que 35 entreprises turques étaient impliquées dans des projets au Qatar, pour un montant total de plus de 12 milliards de dollars67. Cette somme considérable, qui suffirait per se à expliquer l’intensité des relations économiques entre les deux pays et l’importance du Qatar pour la Turquie, prend un sens supplémentaire quand on la compare à celle des contrats turcs en Arabie saoudite par exemple : en 2013, 12.2 milliards de contrats au Qatar contre 12.4 milliards de contrats en Arabie saoudite68 . Cette mise en perspective nous offre deux informations : d’abord, elle nous rappelle que le risque qu’Ankara prend dans ses relations avec l’Arabie saoudite contredit l’hypothèse selon laquelle la Turquie de 2017 serait toujours un « simple » État marchand. Mais surtout, compte tenu des poids économiques, démographiques et politiques comparés de l’Arabie saoudite et du Qatar, le fait que ces nombres soient équivalents dans l’absolu en dit surtout long sur l’intensité de l’amitié entre la Turquie et le petit émirat gazier.
Les investissements qatariens se déploient aussi dans le secteur bancaire et financier. En 2013, Commercial Bank of Qatar (Banque commerciale du Qatar, QBG) est devenu l’actionnaire majoritaire d’Alternatif Bank devenant le premier opérateur qatarien sur le territoire turc. QBG est suivie en 2016 par la Banque Nationale du Qatar (QNB) qui acquiert 99,81% des parts de Finansbank en les rachetant à la Banque Nationale de Grèce69. D’après l’ambassadeur du Qatar en Turquie, ces opérations de rachat seront amenées à se poursuivre dans les années à venir70.
Dans le domaine de l’agroalimentaire, en plus de l’achat de terres arables, les investissements qatariens se tournent vers de nombreuses entreprises turques du secteur, domaine décisif pour une économie qatarienne extrêmement dépendante de l’importation. La holding qatarienne Al-Sraiya a pris des parts importantes dans la célèbre chaîne de pâtisserie Mado71 et Çaykur, la célèbre entreprise de thé, aurait été acquise par le Qatar (bien que cette information soit officiellement niée)72. Le fonds souverain qatarien d’investissement (QIA) a également acquis 40% de la société alimentaire turque Banvit73, productrice de volaille.

3) Échanges culturels

Les échanges culturels, inaugurés par le succès des séries télévisées turques auprès du public qatarien74 , se sont accélérés à partir des années 2013 et 2014. Cette dernière date était d’ailleurs « l’année de la Turquie » au Qatar, durant laquelle furent organisés manifestations et événements relatifs à la culture et au folklore turcs. Pendant cette année, Doha a ainsi organisé et accueilli un festival entièrement consacré à la culture turque75. Dans sa visite de décembre 2013 à Doha dont nous avions déjà parlé, Erdoğan annonçait l’ouverture d’un centre culturel Yunus Emre au Qatar. Ces centres, qui sont l’équivalent turc de l’Institut Goethe ou de l’Institut Cervantès, sont des canaux importants pour le soft power turc et un outil de promotion privilégié du modèle culturel et politique turc76.
Al-Jazeera a aussi eu une contribution utile dans le rapprochement turco-qatarien. Ainsi, en 2011 est annoncé le lancement d’Al-Jazeera Türk77 , « outil de diplomatie publique destiné à être partagé entre Ankara et Doha.»78. Le directeur qui est choisi est un journaliste pro-AKP, Gürkan Zengin, qui a réalisé deux ouvrages hagiographiques sur A. Davutoğlu (2012 ; 2013) et ne cache donc pas son admiration pour la doctrine éponyme et la place qu’elle donne au Moyen-Orient79. Ainsi, Ankara cherche par-là à profiter elle aussi de la chaîne championne du soft power qatarien, porte-voix des révolutions arabes et cible de l’ire des quatre États aujourd’hui engagés contre le Qatar. En ce qui concerne l’audiovisuel de divertissement, c’est le groupe qatarien BeIn Media qui rachète en juillet 2015 Digitürk, la plus large plateforme de télévision payante de Turquie80 .

Conclusion et réflexions sur la puissance régionale turque

Cet article se donnait pour objectif d’explorer la relation turco-qatarienne, relation dont la vigueur et la profondeur ont été soudainement mises au jour par la récente crise diplomatique du Golfe et l’empressement avec lequel la Turquie s’est rangée aux côtés de l’émirat gazier. Nous avons d’abord découvert que, bien que le retour de la Turquie dans le Golfe soit un phénomène récent (milieu des années 1980), l’amitié entre les Turcs et les Al-Thani répond à une logique historique ancienne. À la fin du XIXe siècle, les Al-Thani cherchaient grâce à la bannière ottomane à maintenir leur autonomie et l’inviolabilité de leur territoire face au cheik d’Abu Dhabi et à l’expansionnisme saoudien, et l’Empire ottoman à réinstaller son influence dans le Golfe à travers Doha. Les données essentielles de cette équation sont toujours présentes dans la crise actuelle, qu’il s’agisse des dynasties régnantes, de l’ambition hégémonique saoudienne, de la projection turque ou de la quête d’indépendance qatarienne.
Dans l’époque contemporaine, le rapprochement entre la Turquie et le Qatar s’est déroulé en deux phases. La première phase correspondait au rapprochement de la Turquie avec les pays du CCG, entamée au cours de la première décennie 2000 et culminant en septembre 2008 lorsque le CCG fit de la Turquie son partenaire stratégique, le premier pays hors du Golfe à obtenir ce titre. Cette première phase correspondait pour la Turquie à une période de projection moyen-orientale ambitieuse, portée par une doctrine qui accordait une place décisive au libre-échange et à l’interdépendance économique. Il faut attendre le déclenchement des Printemps arabes en 2010 pour que commence la deuxième phase, celle d’un rapprochement spécifique entre la Turquie et le Qatar. Ces deux pays se retrouvent avec une remarquable constance du même côté des luttes violentes qui déchirent le Moyen-Orient, incarnant à eux deux un axe disruptif qui, en Tunisie, en Égypte, en Syrie ou en Libye, veut mettre fin aux régimes autoritaires et séculaires au profit des partis issus de la mouvance des FM. Cette complicité idéologique se retrouve aussi dans le soutien apporté au Hamas dans la bande de Gaza ou le refus de céder systématiquement au narratif de la menace iranienne. Nous avons également compris que, sur tous ces sujets critiques de la géopolitique du Golfe, le Qatar et la Turquie se trouvent dans les positions antagonistes à celles qu’occupent les EAU et l’Arabie saoudite.
Et à mesure que les points de concorde des diplomaties qatariennes et turques deviennent de plus en plus nombreux et décisifs, les échanges économiques, financiers et culturels accompagnent et encouragent cette dynamique. En quelques années, le Qatar se retrouve le deuxième investisseur étranger en Turquie, tandis que Doha offre au secteur de la construction turque les plus importants contrats de l’histoire de l’économie turque. Un point que nous n’avons pas traité dans le développement, mais qui sera vraisemblablement amené à jouer un rôle décisif dans l’avenir des relations entre la Turquie et le Qatar est la question de l’énergie. Le Qatar, premier exportateur de LNG au monde, a régulièrement manifesté sa volonté de répondre massivement à la demande gazière de la Turquie81. Il est en effet impossible d’ignorer les perspectives que les colossales réserves qatariennes peuvent offrir à la Turquie et à sa demande d’énergie sans cesse croissante. Les responsables turcs ont par ailleurs affiché avec constance leur volonté de diversifier leurs approvisionnements en gaz naturel, encore aujourd’hui pour une large part directement acheminés de Russie. Cependant, si les ressources gazières qatariennes sont des forces d’attraction de long terme, il semblerait qu’il ne soit pas possible que la Turquie en importe en grande quantité d’ici aux dix prochaines années, pour des raisons logistiques et légales82.
Ainsi, les causes profondes de cet engagement turc ne doivent pas se résumer à une géopolitique de l’énergie. Avec la relation entre la Turquie et le Qatar, nous sommes en présence d’une authentique amitié bilatérale, qui se rencontre et s’alimente dans tous les domaines décisifs du politique. L’attelage de la relation entre Ankara et Doha est d’une rare solidité : une communauté de vues historique, morale et idéologique soutenue par une remarquable convergence d’intérêts économiques et énergétiques à long terme.

Sur la Turquie dans le Golfe persique : comment comprendre la puissance régionale ?

Pour qui s’est intéressé aux méthodes et au rythme de la diplomatie turque (ritmik diplomasi) au Moyen-Orient dans la dernière décennie, l’engagement confiant d’Ankara dans cette crise a sans doute quelque chose de familier. Il participe en effet de la conviction plus générale qu’a acquise la diplomatie turque à l’ère AKP de détenir la capacité de peser sur le cours des événements dans les pays arabes. En d’autres termes, c’est la croyance d’Ankara dans la capabilité et la légitimité de la Turquie à être une puissance régionale. Le concept de puissance régionale, à bien y regarder, est problématique à au moins deux égards quand il s’agit de la Turquie au Moyen-Orient :

  • D’abord, personne n’ignore que déterminer de quelle « région » la Turquie relève dans sa politique étrangère n’est pas uniquement imposé par des contraintes géographiques (comme ce serait le cas pour l’Australie ou l’Argentine) mais relève aussi d’une définition politique de « l’identité turque ». Le journaliste Jean-Philippe von Gastrow le disait en ces termes : « Dans le réseau complexe de ses relations internationales, la Turquie se trouve prise dans un jeu de miroirs qui lui renvoie constamment la question de son identité. »83 . Au XXe siècle, la politique étrangère de la Turquie, prise en étau entre la rigidité géopolitique de la Guerre froide et l’emprise idéologique du kémalisme, avait considéré que sa région d’influence serait l’Occident et le bloc atlantique. Depuis que ces deux paramètres ont disparu de l’équation internationale des décideurs à Ankara, la Turquie à l’ère de AKP s’est intensément engagée dans tout le Moyen-Orient au nom de la redécouverte de son héritage ottoman et de sa profondeur stratégique84 , mais ce phénomène est récent. Ainsi, la projection régionale de la Turquie n’est pas aussi mécanique que ne le sera celle de l’Égypte ou de l’Arabie saoudite, et elle se doit de justifier sa légitimité à appartenir à une région ou à une autre par un effort supplémentaire de production d’un narratif historique et culturel ad hoc.
  • La deuxième question est celle de la définition du Moyen-Orient, terme vague sur lequel il n’existe pas vraiment de consensus. S’agit-il d’une aire culturelle, religieuse, géographique ? Et si le Moyen-Orient syrien est frontalier de la Turquie et donc probablement appartenant à la même région, est-ce également vrai quand il s’agit du Golfe persique ?

Il est nécessaire, à ce sujet, de dépasser les éléments de langage de la diplomatie turque et de s’affranchir du narratif AKP de la légitimité culturelle et historique de la Turquie au Moyen-Orient. Qu’est-ce, au juste, que la puissance régionale turque ? Où commence-t-elle ? Où s’arrête-t-elle ? La Turquie peut-elle y prétendre et en assumer le rôle dans la lointaine péninsule arabique ? À bien y regarder, ces interrogations posent en filigrane le problème conceptuel de la définition de la puissance régionale : à partir de quel moment peut-on prétendre à ce statut ?
Pour mettre en perspective la situation turque actuelle avec une réflexion académique sur les conditions de définition de la puissance régionale, attirons l’attention sur l’un des travaux publiés par le German Institute of Global and Area Studies (GIGA, Hambourg, Allemagne), institut qui s’est régulièrement posé la question de la définition du concept. Un des chercheurs du GIGA, Daniel Flemes, identifiait dans un article consacré à l’Afrique du Sud quatre critères décisifs : la revendication d’un leadership, les ressources de la puissance (power ressources), l’utilisation d’instruments de politique étrangère et l’acceptation par les autres acteurs régionaux de ce leadership (acceptance of leadership)85. L’application de ces quatre critères à la situation turque se révèle riche en enseignements. Si les familiers de la mutation de la politique étrangère turque depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP conviendront probablement avec nous que les trois premières conditions sont remplies par Ankara, il apparaît que le dernier critère est bien plus problématique.
La Turquie a initialement cherché à jouer dans la crise du Golfe le rôle de force d’interposition, rôle qui par définition aspire à être entre deux positions, et non attaché à l’une ou l’autre. Pourtant, malgré le fait que le narratif officiel ait voulu la présenter comme un raisonnable partisan de la désescalade, son action la place de facto, dès les premiers jours, comme la puissance protectrice du Qatar menacé. Comme nous l’avons vu, le gouvernement turc annonce à cette fin l’acheminement de plusieurs tonnes d’aliments, et surtout, autrement plus significatif, l’envoi de troupes et de blindés dans la base turque de l’émirat le 7 juin 2017. Force est donc de constater qu’elle n’a pas réussi (ou plutôt pas cherché outre mesure) à diffuser l’image d’une puissance régionale apaisante et médiatrice, renonçant par ce positionnement à réaliser le potentiel régulièrement revendiqué par la diplomatie turque : pouvoir être non seulement un acteur audible par tous86 mais surtout un médiateur impartial des conflits de la région87. La rhétorique officielle, qui résume cet envoi de troupes armées à la simple application de l’accord bilatéral ratifié en 2015, ne suffit évidemment pas à convaincre les EAU et l’Arabie saoudite. La liste des treize requêtes conditionnant la reprise des relations est d’ailleurs très claire quant à la façon dont est perçu l’engagement d’Ankara : les quatre États exigent purement et simplement la fermeture de la base militaire turque au Qatar (2e exigence dans la liste des 13, si l’ordre a un sens) et l’arrêt de la coopération militaire avec la Turquie engagé en 2015. Et, trahissant en ce sens et d’une manière somme toute assez caricaturale l’ambition turque d’un leadership d’arbitre dans les conflits arabes, Recep Tayyip Erdoğan n’a pu s’empêcher de répondre à cette exigence par une proposition à l’Arabie saoudite qu’il avait déjà faite en 2014 : installer une base militaire équivalente sur le territoire saoudien88. Le royaume wahhabite s’est évidemment empressé de refuser l’offre du président turc. Autre illustration de ce décalage, les déclarations d’étonnement et de frustration faites par Mithat Rende, l’ancien ambassadeur (2007-2009) de Turquie au Qatar et relayées par le journal Al-Monitor : « Nous ne nous y attendions pas. Personne ne nous a consultés. […] La Turquie n’est pas considérée comme un acteur (player). Si nous l’avions été, ils nous auraient demandé notre avis. »89.
Dans un entretien réalisé par France 24 à Ankara avec R.T. Erdoğan le mercredi 5 juillet 2017, il revient sur ces événements et s’interroge devant le journaliste : pourquoi la présence militaire turque poserait problème alors même que la présence militaire française ou américaine est acceptée par tous90 ? Comparer la projection internationale de la République de Turquie à celle de deux pays membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU n’a évidemment rien d’anodin et trahit l’ambition de la quête de statut du président turc. Souvenons-nous à cet égard que la diplomatie turque a régulièrement revendiqué sa légitimité à rejoindre le « club » des membres permanents, en même temps qu’elle critiquait le caractère inique de sa structure91.
Ainsi, l’épisode de la crise du Golfe est non seulement symptomatique d’un « nouvel » esprit de la diplomatie turque, mais aussi et surtout du décalage entre sa prétention à être une puissance régionale au Moyen-Orient et la réception contestée de cette ambition. Cette contestation se mue en méfiance ouverte chez les forces arabes conservatrices qui dénoncent régulièrement les ingérences turques. Le régime égyptien d’Abdeh Fatah El-Sissi n’a pas supporté la condamnation turque du coup d’État que le général a réalisé en 2013. L’Armée nationale Libyenne (ANL) autoproclamée (dirigée par Khalifa Afthar, ancien officier supérieur de Kadhafi dont les troupes, soutenues par l’Égypte et les EAU contrôlent tout l’Est libyen) dénonce le soutien turc aux « terroristes » libyens92. Et aujourd’hui, parmi la liste des exigences adressée au Qatar figurait donc en deuxième position la désapprobation de la présence militaire turque dans le Golfe.
Ce rejet pose de manière directe la question de l’effectivité du statut de puissance régionale qu’on accorde régulièrement à la Turquie. La grille de lecture de Daniel Flemes fonctionne ainsi comme un révélateur cruel du caractère encore inachevé – car inaccepté – de la projection régionale turque dans le monde arabe.
Cependant, les critères de Daniel Flemes, et notamment celui de l’acceptabilité, ne sont peut-être pas complètement adaptés à la compréhension des équilibres régionaux du Moyen-Orient. Si l’on s’en tient à une définition maximaliste du Moyen-Orient (du Maghreb à l’Iran), existe-t-il une puissance dans cette région dont la projection soit acceptée par tous les autres ? Étant donné la diversité ethnique et confessionnelle de cette région ainsi que l’extrême polarisation des luttes politiques (conflit palestinien et guerre civile syrienne), il n’existe pas de projection régionale consensuelle, sauf à ce qu’elle soit réduite à une diplomatie de « niche ». Et si les médiations koweïtiennes réunissent des acteurs de toute la région, elles ne suffisent pas à faire du Koweït une puissance régionale à moins que l’on réduise la puissance régionale aux seuls troisièmes et quatrièmes critères de la définition précédente. Recourir aux critères qu’utilisaient Daniel Flemes pour l’Afrique du Sud revient à vrai dire à rendre impossible l’émergence d’une puissance régionale au Moyen-Orient en 2017, et à interdire l’usage de ce terme dans le cas de l’Arabie saoudite, d’Israël ou de l’Iran. Si le critère de l’acceptabilité joue un rôle important dans la déconstruction du narratif AKP de la légitimité turque, il ne suffit donc peut-être pas à interdire à la Turquie le statut de puissance régionale au Moyen-Orient.
Øyvind Østerud écrivait en 1992 un article intitulé « Regional Great Powers »93. Cette fois-ci, il partait à la recherche des conditions à réunir pour autoriser à parler d’une « grande puissance régionale ». L’amalgame des notions de « grande puissance » et de « puissance régionale » suggère que de tels États sont capables d’exercer une influence à la fois sur la scène régionale et sur la scène internationale. Cette approche exclut donc de facto le cas des pays comme le Koweït dont nous parlions dans le point précédent. Ces quatre critères sont l’inclusion géographique au sein de la région en question, la capacité à affronter une coalition de n’importe quels autres États de la région, une influence importante dans les affaires régionales et la possibilité d’être aussi une grande puissance sur la scène internationale. Le critère qui a retenu notre attention et qui nous paraît particulièrement pertinent dans le cas des puissances régionales au Moyen-Orient contemporain est le deuxième, celui concernant la capacité à affronter une coalition d’autres États régionaux. Ainsi, Israël a démontré sa puissance régionale face aux coalitions arabes qui l’ont affronté en 1967 et 1973. Ainsi, le succès avec lequel les formations pro-iraniennes mettent en échec des coalitions arabes au Yémen ou en Syrie semble être un indicateur de la puissance régionale de la République islamique d’Iran. Éventuellement, si l’engagement turc aux côtés du Qatar contribue à infléchir la position des quatre États et à les faire reculer, il sera possible de dire qu’elle a revendiqué avec succès dans le Golfe persique le statut de puissance régionale.

  1. Dans un souci de rigueur lexicale, nous attirons l’attention sur le fait que, comme l’a d’ailleurs souligné la diplomatie saoudienne, qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un blocus, car il n’est pas question ici d’empêcher par la force les biens et les personnes d’entrer et de sortir du territoire qatarien, mais « simplement » l’interdiction d’utiliser l’espace terrestre et aérien de l’Arabie saoudite, du Bahreïn, des EAU et de l’Égypte. Étant donné la géographie enclavée de l’émirat du Qatar, il est cependant évident que cette nuance ne modifie qu’à la marge l’effet d’une telle opération. Nous prenons cependant la peine de le préciser, car ce détail n’a rien de négligeable, pour la simple et bonne raison qu’il permet aux flux entrants et sortants du pays de passer par les territoires voisins non hostiles, c’est-à-dire ceux qui se situent au nord du Qatar. Les biens et les personnes qatariens sont donc en quelque sorte « invités » par la situation et la géographie du Golfe à passer par… l’Iran. []
  2. Associated Press, « What are the 13 demands given to Qatar? » 23 juin 2017 – http://gulfnews.com/news/gulf/qatar/qatar-crisis/what-are-the-13-demands-given-to-qatar-1.2048118 []
  3. Lederer, Edith M., « Arabs urge Qatar to accept 6 principles to combat extremism », Washington Post, 19 juillet 2017 https://www.washingtonpost.com/world/middle_east/arabs-urge-qatar-to-accept-6-principles-to-combat-extremism/2017/07/18/836f95f4-6c28-11e7-abbc-a53480672286_story.html?utm_term=.4132d2aa1478 []
  4. Conférence de presse de Mevlut Çavuşoğlu le lundi 05 juin à Ankara, dans laquelle il appelle au maintien du dialogue et à la résolution pacifique du problème. Voir : http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/tension-dans-le-golfe-comment-ont-r-agi-les-chefs-de-gouvernement-arabes-et-du-monde []
  5. “Erdogan vows to stand by “Qatari brothers” amid crisis”, Al-Jazeera, 10 juin 2017. http://www.aljazeera.com/news/2017/06/erdogan-vows-stand-qatari-brothers-crisis-170609204946107.html []
  6. Erdoğan s’est exprimé sur le sujet devant une mosquée d’Istanbul le dimanche 25 juin 2017, considérant que « la méthode des 13 requêtes est illégale au regard du droit international, car il est interdit d’attaquer ou de mettre en péril la souveraineté d’un pays. » Rapporté par Reuters. http://www.reuters.com/article/us-gulf-qatar-turkey-idUSKBN19G06H []
  7. « Turkey to establish military base in Qatar », Gulf News, 19 juillet 2015 http://gulfnews.com/news/mena/turkey/turkey-to-establish-military-base-in-qatar-1.1630691 []
  8. Kamrava, Mehran. Qatar: Small State, Big Politics. Ithaca; London, Cornell University Press, 2013. []
  9. Başkan Birol. (2016) Enter Turkey and Qatar. In: Turkey and Qatar in the Tangled Geopolitics of the Middle East. Palgrave Pivot, New York []
  10. « Saudi official: Turkish military base in Qatar ‘complicates’ the situation». 30 juin 2017. Al-Arabiya : http://english.alarabiya.net/en/News/gulf/2017/06/30/Saudi-official-The-Turkish-military-base-in-Qatar-complicates-the-situation.html []
  11. Idiz, Semih. « Qatar becoming another debacle for Turkey», 7 juillet 2017, Al-Monitor: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/07/turkey-qatar-will-doha-crisis-be-another-debacle-for-ankara.html. []
  12. Compte Twitter de Khalid bin Ahmed al-Khalifa, statut posté le 25 juin 2017 https://twitter.com/khalidalkhalifa/status/879089591726346243 []
  13. Bülent Aras, “Turkey and the GCC: An Emerging Relationship, Middle East Policy, Vol. XII, No. 4, Hiver 2005 et Başkan Birol, “Turkey-GCC Relations: Is There a Future?”, Insight Turkey, Vol. 13, No. 1, 2011, pp. 159-173. – Turkey – GCC Relations – Future Insight – Turkey Golf States XXI []
  14. Ahmet Davutoglu, Stratejik Derinlink, Küre 2001 []
  15. Anscombe Frederick F., The Ottoman Gulf: The creation of Kuwait, Saudia Arabia and Qatar. Columbia Univrsity Press, New York. 1997. p.32 []
  16. Ibid []
  17. Ibid. Information extraite par Anscombe Frederick de Irade Dahiliye 44930, volume I, p.5. []
  18. Ibid. p.33 []
  19. Dilanian Ken, Cassata Donna, Shah Amir, « How Qatar helped win Bowe Bergdahl’s release, » Associated Press, 2014. https://www.csmonitor.com/USA/Latest-News-Wires/2014/0603/How-Qatar-helped-win-Bowe-Bergdahl-s-release []
  20. Anscombe Frederick F., The Ottoman Gulf: The creation of Kuwait, Saudia Arabia and Qatar. Columbia Univrsity Press, New York. 1997. p.33 []
  21. Ibid []
  22. Roberts, David, “Qatar and the Muslim Brotherhood: Pragmatism or Preference?” Middle East Policy, Vol. XXI, No.3, Automne 2014 et Freer, Courtney, « Rentier Islamism: The Role of the Muslim Brotherhood in the Gulf », LSE Middle East Centre Paper Series | 09, Novembre 2015 []
  23. Freer, Courtney. « The Muslim Brotherhood in the Emirates: Anatomy of a Crackdown» 17 décembre 2015. Middle East Eye: http://www.middleeasteye.net/essays/muslim-brotherhood-emirates-anatomy-crackdown-1009823835 []
  24. «Rachid Ghannouchi Visits IHH Headquarters In Istanbul; Praises Necmettin Erbakan», 18 avril 2011, Global muslim brotherhood daily watch: https://www.globalmbwatch.com/2011/04/18/rachid-Ghannouchi-visits-ihh-headquarters-in-istanbul-praises-necmettin-erbakan/ []
  25. Groc, Gérard. « Le « modèle turc » : un serpent de mer polymorphe ». Carnets de l’IREMAM, 7 mars 2013: https://iremam.hypotheses.org/2190 []
  26. Jabbour, Jana et Le Moulec, Jean-Baptiste, « Dix ans de politique étrangère turque au Moyen-Orient », dans Théorie et pratique des RI au Moyen-Orient, ouvrage collectif coordonné par Pierre Berthelot, Éditions du Cygne, 2013: https://www.academia.edu/22062682/Dix_ans_de_politique_%C3%A9trang%C3%A8re_turque_au_Moyen-Orient_de_lid%C3%A9alisme_doctrinaire_au_pragmatisme_contraint []
  27. Cercle des chercheurs de l’establishment universitaire conservateur turc ayant, via leurs publications, prolongé, alimenté et actualisé la doctrine Davutoğlu à des fins de légitimation de la politique étrangère turque. []
  28. Le Moulec, Jean-Baptiste, Janissaires du savoir : Sociologie des producteurs et diffuseurs du savoir sur le Moyen-Orient en Turquie (1998-2015), thèse présentée et soutenue le 7 décembre 2016 à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université) []
  29. Aknur, Müge. « The Muslim Brotherhood in Politics in Egypt: From Moderation to Authoritarianism? », Uluslararası Hukuk ve Politika 9, n°33 (2013) []
  30. Ibid []
  31. Özhan, Taha. « New Egypt versus the Felool : Struggle For Democracy ». Insight Turkey 15, n°1 (2013):13-24 []
  32. Oktav, Özden Zeynep. « The Arab Spring and Its Impact on Turkey-GCC States Partnership ». Siyasal Bilgiler Fakültesi Dergisi, I/1. 2016 []
  33. Bastion, Jérôme. « Turquie : le soutien indéfectible d’Erdogan aux Frères musulmans égyptiens ». 21 août 2013. RFI : http://www.rfi.fr/moyen-orient/20130821-turquie-le-soutien-indefectible-erdogan-freres-musulmans-egyptiens []
  34. Kliegman, Aaron «Official in Turkey’s Ruling Party Refers to President Erdogan as ‘Caliph’». 19 mars 2015. center for security policy https://www.centerforsecuritypolicy.org/2015/03/19/official-in-turkeys-ruling-party-refers-to-president-erdogan-as-caliph/ et «Muslim brotherhood ‘Godfather’ Qaradawi yesterday in Istanbul: « Erdoğan is the leader of Islamic world »». 23 avril 2016. MFS-The other news: http://www.mfs-theothernews.com/2016/04/muslim-brotherhood-godfather-qaradawi.html []
  35. Roberts, David. «Qatar and The Muslim Brotherhood: Pragmatism or Preference? ». Middle East Policy volume XXI, numéro 3, septembre 2014 []
  36. Summer, Said. «Qatar Doubles Aid to Egypt. » New York Times. 8 janvier 2013 []
  37. Summer, Said. «Qatar Promises Free Fuel to Egypt, » Wall Street Journal. 10 juin 2013 []
  38. Roberts, David. «Qatar and The Muslim Brotherhood: pragmatism or preference? ». Middle East Policy volume XXI, numéro 3, septembre 2014 []
  39. Freer, Courtney. « The Muslim Brotherhood in the Emirates: Anatomy of a Crackdown», 17 décembre 2015, Middle East Eye: http://www.middleeasteye.net/essays/muslim-brotherhood-emirates-anatomy-crackdown-1009823835 []
  40. Ibid. []
  41. Roberts, David. «Qatar and The Muslim Brotherhood: pragmatism or preference? ». Middle East Policy volume XXI, numéro 3, septembre 2014 []
  42. «How Al Qaradawi foments terror in the Arab world». 3 juillet 2017. Gulf News: http://gulfnews.com/opinion/thinkers/how-al-qaradawi-foments-terror-in-the-arab-world-1.2052647 []
  43. Oktav, Özden Zeynep. «The Arab Spring and Its Impact on Turkey-GCC States Partnership». Siyasal Bilgiler Fakültesi Dergisi, I/1. 2016. []
  44. Freer, Courtney. « The Muslim Brotherhood in the Emirates: Anatomy of a Crackdown» 17 décembre 2015. Middle East Eye: http://www.middleeasteye.net/essays/muslim-brotherhood-emirates-anatomy-crackdown-1009823835 []
  45. Cable diplomatique Wikileaks 2004 []
  46. “Islamists Plot Against Gulf, Says Dubai Police Chief,” Agence France-Presse, Mars 2012. []
  47. Sağlam, Erdal. «UAE Investment Casualty of Turkey’s Egypt Policy», 1er septembre 2013. Al-Monitor: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2013/08/foreign-policy-affects-turkeys-exports-foreign-investments.html []
  48. «Arab states withdraw ambassadors from Qatar in protest at ‘interference’» 5 mars 2014. The Guardian: https://www.theguardian.com/world/2014/mar/05/arab-states-qatar-withdraw-ambassadors-protest []
  49. Sharma, Suarj, « Les Émirats-Arabes-Unis accusés d’avoir financé la tentative de coup d’État en Turquie », Middle East Eye, 14 juin 2017, http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/les-mirats-arabes-unis-accus-s-d-avoir-financ-la-tentative-de-coup-d-tat-en-turquie []
  50. Notons à ce sujet que le timing avec laquelle les puissances étrangères ont condamné la tentative de coup d’État a été présenté depuis par les responsables turcs comme le nouveau critère essentiel, l’examen révélateur de l’amitié ou de l’hypocrisie des relations de la Turquie avec nombre de ses alliés. Le plus récent exemple à l’heure de l’écriture de ces lignes étant l’entretien accordé à France 24 par le président turc, où Erdoğan dénonce la tiède et tardive condamnation de la tentative de coup d’État. Cette stratégie a ainsi servi d’outil justificateur à une série de repositionnements stratégiques. C’est le cas du réchauffement russo-turc, qui est mis en relation dans le discours officiel turc avec la promptitude de Moscou à condamner la tentative de coup d’État. Dans la même logique, les tensions avec l’Union Européenne et les États-Unis d’Amérique sont justifiées par R.T Erdoğan par leur « mépris de la démocratie turque » exprimé par le manque de fermeté dont l’Occident aurait fait preuve dans la condamnation de la tentative. []
  51. Le 7 juin 2017, deux jours après le déclenchement de la crise, le ministre des affaires étrangères iranien se rend à Doha où il rencontre R.T Erdoğan et Mevlüt Çavuşoğlu. http://www.ntv.com.tr/dunya/iran-disisleri-bakani-cevad-zariften-ankaraya-ziyaret,8N7zEHn3qUitYdudvy41Eg []
  52. « Serious dialogue’ needed with Iran – Qatar », Gulf News, 04 aout 2015 : http://gulfnews.com/news/gulf/qatar/serious-dialogue-needed-with-iran-qatar-1.1561291 []
  53. “Sunni-Shiite divide ‘driven by politics’ – Qatar”, Gulf News, 29 septembre 2015 : http://gulfnews.com/news/gulf/qatar/sunni-shiite-divide-driven-by-politics-qatar-1.1591905 []
  54. Site du Ministère des Affaires étrangères turc, « Relations entre la Turquie et le Qatar », http://www.mfa.gov.tr/turkey-qatar-relations.en.mfa []
  55. Oktav, Özden Zeynep. « The Arab Spring and Its Impact on Turkey-GCC States Partnership ». Siyasal Bilgiler Fakültesi Dergisi, I/1. 2016. []
  56. «Turkey-Qatar Agree to Military Cooperation». 6 mars 2015. Middle East Monitor: https://www.middleeastmonitor.com/20150306-turkey-qatar-agree-to-military-cooperation/ et Cochrane, Paul. « Revealed: Secret Details of Turkey’s New Military Pact with Qatar». 27 janvier 2016. Middle East Eye: http://www.middleeasteye.net/news/turkey-qatar-military-agreement-940298365 []
  57. Beaugrand Claire, Yankaya Dilek, « La fabrique d’une ville-monde orchestrée par l’État. Effets urbains et politiques des investissements immobiliers du Golfe à Istanbul ». Dans Istanbul, capitale régionale et ville-monde, revue Anatoli, Numéro 7, CNRS éditions. p.257 []
  58. Turkey CGC relations : Trends and outlook Rapport d’Oxford gulf and arabian peninsula studies forum en cooperation avec la plateforme de cooperation internationale, Oxford, 2015 []
  59. Tastekin, Fehim. « Political relations are at a perfect level and there is a lot of distance to cover in commerce and investments ». 9 mai 2014. Al-Monitor: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2014/05/turkey-qatar-economic-ties-strengthen.html []
  60. Site du ministère de l’économie turc : http://www.ekonomi.gov.tr/portal/faces/home/disIliskiler/ulkeler/ulke-detay/Katar []
  61. Öztürk, Özgül. « Türkler Katar’dan 20 milyar $ bekliyor ». 28 avril 2017. Akşam : http://www.aksam.com.tr/guncel/turkler-katardan-20-milyar-s-bekliyor/haber-618576 []
  62. « Qatar investors see big-ticket new opportunities in Turkey». 26 août 2015. Gulf Time: http://www.gulf-times.com/story/452684/Qatar-investors-see-big-ticket-new-opportunities-i []
  63. Site internet de la promotion et du support de l’investissement en Turquie, 2015 http://www.invest.gov.tr/en-US/infocenter/news/Pages/201015-qatari-hotel-chain-expands-in-turkey.aspx []
  64. Ibid. []
  65. Foley Sean, « Turkey and the Gulf states in the twenty first century », MERIA Journal Volume 14, Number 03 (Sep 2010), Turkey []
  66. “Dev ihaleyi Türk şirketleri kazandı”, Sabah, 06 mai 2014 http://www.sabah.com.tr/ekonomi/2014/05/06/dev-ihaleyi-turk-sirketleri-kazandi []
  67. « Başbakan Erdoğan Katar’da açılışa katıldı ». 04 décembre 2013. Sabah : http://www.aksam.com.tr/siyaset/basbakan-erdogan-katarda-acilisa-katildi/haber-266394 []
  68. Turkey CGC relations : Trends and outlook Rapport d’Oxford Gulf and Arabian Peninsula Studies Forum, Oxford, 2015 []
  69. Site internet de la promotion et du support de l’investissement en Turquie, 2015 http://www.invest.gov.tr/en-US/infocenter/news/Pages/221215-qatari-qnb-acquires-turkey-finansbank.aspx []
  70. « Qatar plans new investment in Turkey’s banking, agricultural sectors: Envoy », Hürriyet Daily news, 14 mars 2016 http://www.hurriyetdailynews.com/qatar-plans-new-investment-in-turkeys-banking-agricultural-sectors-envoy-.aspx?pageID=238&nID=96433&NewsCatID=345 []
  71. Site internet de la promotion et du support de l’investissement en Turquie, 2015 http://www.invest.gov.tr/en-US/infocenter/news/Pages/turkeys-mado-inks-deals-with-venture-capital-bank-and-alsraiya-holding.aspx []
  72. Sönmez, Mustafa. « Qatari money increasingly important for Turkey ». 31 mai 2017. Al-Monitor: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/05/turkey-qatar-how-important-doha-money.html#ixzz4mPyWn1ci []
  73. Ibid. []
  74. Gonzales-Quijano, Yves. « L’attraction de la modernité turque « à la turque » dans le monde arabe à travers les productions audiovisuelles » in Schmid Dorothée (dir.), La Turquie au Moyen-Orient : Le retour d’une puissance régionale ?, Paris, CNRS Éditions, 2011 []
  75. « Katar-Türkiye Ilişkileri Para Basacak », 12 avril 2014. Ihlas Haber Ajansı : http://www.iha.com.tr/haber-katar-turkiye-iliskileri-para-basacak-347782 []
  76. Kaya, Ayhan et Tecmen, Ayşe. « The role of common cultural heritage in external promotion of modern Turkey: Yunus Emre cultural centres », Research Paper, No. 4, Istanbul, European Institute of Bilgi University, 2011 : http://openaccess.bilgi.edu.tr:8080/xmlui/handle/11411/197 []
  77. « Al Jazeera’nın Türk ortağı kim? İlk kez ortaya çıktı ! », 4 février 2011. medyafaresi : http://www.medyafaresi.com/haber/al-jazeeranin-turk-ortagi-kim-ilk-kez-ortaya-cikti/58618 []
  78. Le Moulec, Jean-Baptiste, Janissaires du savoir : Sociologie des producteurs et diffuseurs du savoir sur le Moyen-Orient en Turquie (1998-2015), thèse présentée et soutenue le 7 décembre 2016 à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université), p.206 []
  79. Ibid. []
  80. Site internet de la promotion et du support de l’investissement en Turquie, 2015 : http://www.invest.gov.tr/en-US/infocenter/news/Pages/qatar-based-bein-media-group-acquires-digiturk.aspx []
  81. « Qatar ready to accomodate Turkey’s LNG changing needs », 15 février 2017. Agence gouvernementale turque Anadolu : []
  82. Okumuş, Olgu. « Will Turkey be able to replace Russian gas with Qatari imports? », 4 décembre 2015, Al-Monitor: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2015/12/turkey-russia-qatar-cannot-replace-russian-gas.html []
  83. Von Gastrow, Jean-Phillipe. « Turquie, pays musulmans et islam », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, Vol. 50, No. 1, 1988, p. 181 : http://www.persee.fr/doc/remmm_0035-1474_1988_num_50_1_2261 []
  84. Davutoğlu, Ahmet. Stratejik Derinlik, Küre, 2001 []
  85. Flemes, Daniel. « Conceptualising Regional Power in International Relations: Lessons from the South African Case », GIGA Working Paper, No. 53, 1er juin 2007 : http://repec.giga-hamburg.de/pdf/giga_07_wp53_flemes.pdf []
  86. « Le ministre des Affaires étrangères turc peut tenir un meeting très amical à Téhéran puis se rendre au Caire comme un Égyptien, et aller prononcer un discours à Bruxelles comme n’importe quel dirigeant européen : il n’y a aucune contradiction à cela », extrait d’un entretien réalisé pour la chaîne PBS par Charlie Rose en 2011 avec Ahmet Davutoğlu, consulté sur : https://charlierose.com/videos/15331 []
  87. Davutoğlu, Ahmet. « Turkey’s Mediation: Critical Reflections from the Field », Middle East Policy, Hiver 2013 []
  88. « Saudis ‘reject’ Turkey offer to build base in kingdom », 18 juin 2017. Al-Jazeera : http://www.aljazeera.com/news/2017/06/saudi-rejects-turkey-offer-build-base-kingdom-170617130342162.html []
  89. Idiz, Semih. « Qatar becoming another debacle for Turkey », 7 juillet 2017. Al-Monitor : http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/07/turkey-qatar-will-doha-crisis-be-another-debacle-for-ankara.html []
  90. Interview réalisé par France 24 avec Recep Tayyip Erdoğan au palais présidentiel turc à Ankara le 5 juillet 2017, consulté sur : https://www.youtube.com/watch?v=73xQTdYHpY0 []
  91. Jabbour, Jana. Turquie : L’invention d’une diplomatie émergente, CNRS éditions, 2017 []
  92. « Official says Qatar, Sudan and Turkey are ‘triad of terrorism’ in Libya », 29 juin 2017. Al-Arabiya : http://english.alarabiya.net/en/News/gulf/2017/06/29/Libyan-army-complains-about-foreign-backed-domestic-terrorism-.html []
  93. Østerud, Øyvind. « Regional Great Powers » in Neumann, Iver B. (eds.). Regional Great Powers in International Politics, Londres, Palgrave Macmillan, 1992 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *