L’enseignement du 15-Juillet dans les écoles turques : rupture ou continuité dans le processus de fabrique du citoyen républicain ? (1/2)

Pour lire la deuxième partie de cet article, cliquez ici

Introduction

La tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 a provoqué en Turquie un bouleversement dans la vie politique à tel point que plusieurs personnalités politiques membres ou proches de l’AKP n’ont pas hésité à proclamer cette date comme un nouvel an zéro, immédiatement relayés par les éditorialistes de la presse pro gouvernementale1.

Nouvelle boussole du gouvernement en termes de politique, les événements de l’été 2016 ont eu un impact sur un grand nombre de décisions et d’actions à l’échelle internationale, si on songe aux relations entre Ankara et Washington où le dossier du prédicateur Fethüllah Gülen demeure parmi les priorités, ou encore à la fermeture de centaines d’écoles affiliées au mouvement güleniste et remplacées par des écoles de la fondation Maarif favorable à l’AKP, notamment en Asie centrale et en Afrique.
Au niveau national, outre les purges inexorables visant à « nettoyer les institutions » de tout individu soupçonné de sympathie güleniste assimilée à l’appartenance à un mouvement terroriste, de nombreuses mesures visant à établir le 15-Juillet comme pièce maîtresse de la mythologie en voie de constitution qui permettrait au président Erdoğan de rentrer dans l’histoire et de rivaliser avec Atatürk sont mises en place. En faisant accéder la commémoration du 15-Juillet au rang de fête nationale, au même titre que celles instaurées par Mustafa Kemal, lors des premières années de la République, on assiste à l’institutionnalisation d’un épisode de la vie socio-politique turque dont l’importance a été construite dans les semaines suivant la tentative de putsch. L’institutionnalisation de cet événement se traduit également par d’autres biais, dont les changements de noms de lieux et d’établissements en mémoire des victimes officiellement proclamées « martyrs »2 (voir notre édition du 25 juin 2017) ainsi que l’intégration desdits faits au cursus scolaire.

L’école demeure le lieu idéal dont tout pouvoir cherche à s’emparer à des fins idéologiques dans le but d’imposer une représentation du social légitimant la domination d’un groupe sur un, voire des autres- passant dans le présent cas par l’écriture d’une nouvelle histoire de la Turquie contemporaine.  Il s’agit de transmettre des concepts et des valeurs à la génération qui constituera la relève ; dans le cas d’un enseignement s’inscrivant en premier lieu dans le cadre des sciences sociales, c’est-à-dire la triade histoire-géographie-éducation civique- il est plus aisé de percevoir la dimension politique des intentions se dissimulant derrière l’enseignement fourni. Le 15-juillet est présenté par le gouvernement comme l’illustration par excellence de la démocratie turque où le peuple uni se serait mobilisé afin de défendre certains idéaux. Dès lors se pose la question du type de citoyen que l’intégration du 15-Juillet dans le programme scolaire cherche à promouvoir. Se distingue-t-il de du modèle de citoyenneté défendue avant l’arrivée de l’AKP au pouvoir ? Assiste-t-on à une rupture ou au contraire à une continuité avec les pratiques de « fabrique du citoyen » du passé ? Le présent travail tâchera de montrer que malgré des nuances et ajustements idéologiques, une continuité s’observe entre le modèle qui prévalait avant 2002 et celui valorisé sous le régime de l’AKP. Dans un premier temps nous nous pencherons sur l’organisation de l’enseignement de la tentative de putsch dans les manuels scolaires puis de son articulation avec le reste du cursus afin d’établir les spécificités de ces cours et du rapport au politique qu’ils proposent.

Couverture de la brochure consacrée au 15 juillet éditée par le ministère de l’Éducation nationale. Cette brochure est à destination des élèves les plus jeunes.

La tentative de coup d’État dans les manuels scolaires

Suite au dépouillement et à l’analyse minutieuse de quatre enseignements proposés dans les écoles turques au cours des années scolaires 2016-2017 et 2017-2018, plusieurs tendances ont pu être dégagées.

Les enseignements sélectionnés correspondent aux programmes de cours entièrement consacrés au 15-Juillet et aux manuels de sciences sociales [Sosyal Bilgiler], qui comportent chacun un chapitre intitulé « Citoyenneté active »3. En Turquie, les enfants entrent à l’école primaire à six ans. La scolarité se subdivise en trois niveaux, repris dans le tableau ci-dessous.

Niveau Appellation Âge
primaire 1e – 4e ilk okul 6 à 9 ans
collège 5e – 8e ortaokul 10 à 13 ans
lycée 9e – 12e lise 14 à 17 ans

La classe de quatrième est le premier niveau où un cours d’éducation civique apparaît au cursus. Par ailleurs, le manuel de Sosyal Bilgiler 4 est le seul à comporter un sous-chapitre entier réservé aux événements de l’été 2016. À la lecture de ce premier manuel, on aurait pu penser que le 15-Juillet avait été intégré à l’ensemble des livres de cours de sciences sociales, ce qui n’est pas le cas. En effet, si le livre de cinquième a également un chapitre « citoyenneté active », nulle mention du 15-Juillet n’y est faite, bien qu’il ait connu une nouvelle édition en 2017. Les manuels des classes supérieures, malgré une organisation très différente – rendant la comparaison à moult égards malaisée – ne comprennent pas non plus de section spécifique portant sur le 15-Juillet.

L’examen des manuels distribués dans les classes lors de la rentrée 2017-2018, révèle d’autres éléments qui méritent d’être soulignés, comme le fait que les livres d’histoire ne comportent aucune mention du 15-Juillet4. Il est possible que celui-ci soit intégré lors du cours donné oralement par l’enseignant ainsi qu’à travers la distribution de documents annexes. Toutefois, puisqu’il ne fait pas partie du corpus écrit et donc obligatoire, un enseignant en désaccord avec la politique gouvernementale pourrait plus facilement se dispenser de mentionner le 15-Juillet en classe. Cette absence s’explique par le fait qu’une partie des manuels actuellement utilisés ont été approuvés pour la publication en novembre 20155, pour une durée de cinq ans, à partir de la rentrée 2016-2017. Dès lors le ministère de l’Éducation nationale n’a pas été en mesure d’y intégrer le 15-Juillet. Il faudra donc procéder à une étude desdits manuels d’histoire lorsque la nouvelle édition sera disponible à la rentrée 2021-2022. Néanmoins, certains manuels d’autres matières, c’est le cas du manuel de turc de 5e et le manuel sur la Vie du Prophète6) de 11e, ayant connu une réédition postérieure à 2016, ont déjà octroyé une place au 15-Juillet, ce qui illustre le processus d’institutionnalisation de l’événement et de son enseignement, ce dernier revêtant jusqu’alors un caractère spécial et extraordinaire sur lequel nous reviendrons.

L’intégration attendue de cet événement dans le programme du cours d’histoire revêt une importance particulière du fait du rôle de l’enseignement de l’histoire dans le cadre scolaire.

L’historien François Audigier, dans son étude de l’éducation à la citoyenneté dans le contexte de l’école, souligne la corrélation entre trois disciplines à savoir l’histoire, la géographique et l’éducation civique, et leur objectif commun autour d’un projet politique et culturel identique, avec une approche qui leur est néanmoins spécifique7. En ce qui concerne l’histoire en tant que discipline scolaire, outre le fait que c’est la seule histoire à laquelle toute la population d’un État a accès à un certain moment, il faut souligner que c’est un endroit privilégié pour tout gouvernement pour imposer et diffuser une version officielle et légitimée des événements, ce qui lui permet de tenir à l’écart et de restreindre les discours dissonants.

À travers la mise en récit de l’histoire qui intervient immanquablement dans la construction des faits historiques, des éléments sont passés sous silence. Le sociologue Anthony D. Smith estime en effet, que c’est sur un oubli nécessaire de certains moments du passé que se bâtit le discours nationaliste8. C’est le respect de ce tabou qui unit les membres d’un groupe. Au contraire, celui qui brave cet interdit tacite s’exclut de la communauté en question. Dans le cas des événements de juillet 2016, les individus qui en revendiquent une version concurrente risquent de violer les tabous fondateurs de l’unité nationale – quand bien même celle-ci serait plus fantasmée que réelle – et de la mettre à mal.

Les trois disciplines mentionnées ci-dessus ont pour but de transmettre une représentation partagée du monde, d’imposer un référent consensuel, acceptable par tous. À travers le choix de ce qui est enseigné, quand bien même l’impossible exhaustivité motive une nécessaire sélection, se révèlent les finalités, sous-jacentes mais essentielles, recherchées par l’État, et qui ont en réalité des fondements hautement idéologiques et culturels. C’est une certaine représentation du monde qui se retrouve imposée par ce biais ; l’institution scolaire garantit une forme de légitimité aux discours qui y sont tenus du fait qu’ils sont supposés être véridiques. L’école en tant que passage obligé pour l’ensemble de la population d’un État demeure un lieu privilégié de la lutte pour le pouvoir symbolique. Les enseignements fournis représentent les théories orthodoxes et dominantes d’une société et d’une époque données, qu’on peut comparer aux paradigmes introduits par Thomas S. Kuhn9.  Ils constituent une certaine vision du monde qui doit être collective et correspondre à la réalité telle qu’elle aurait existé et continuerait d’exister. C’est également ainsi que se crée la croyance en la légitimité du pouvoir.

Entre l’enseignement dispensé à la rentrée 2016-2017 et celui de la rentrée suivante, 2017-2018, plusieurs différences sont observables. La rentrée ayant immédiatement suivi le 15-Juillet a eu lieu neuf semaines après la tentative de coup d’État. Le programme spécial a dû être mis en place sur ce laps de temps relativement bref : il a non seulement fallu produire, imprimer et distribuer des millions de brochures narrant les faits de l’été – le  dernier mentionné étant  le meeting de Yenikapı du 7 août 2016 – mais en outre organiser un programme de commémoration, avec discours et prises de parole des enfants en présence des familles des victimes de la tentative de putsch. Dans le programme d’activités prévu par le ministère, du moins dans les écoles publiques et dans les écoles imam hatip, la principale activité demeure celle dite « ordinaire » (dans la terminologie d’Audigier, recouvrant les activités telles que la lecture, l’écoute, le visionnage et l’écriture)10 avec 41%, où l’enseignant, figure d’autorité mandatée par l’État afin de respecter un certain programme, est très présente. Les principales activités auxquelles les enfants sont soumis relèvent de la lecture des brochures, abondamment illustrées, mais également l’écoute de discours relatant les événements du mois de juillet, de poèmes et de récitations du Coran par les élèves des écoles imam hatip. On note également l’écriture d’une lettre aux « héros de la démocratie du 15-Juillet », afin que les enfants soient en mesure d’exprimer leurs sentiments et pensées.  Il s’agit de prendre connaissance des faits qui doivent servir de matière aux autres activités. La deuxième source d’accès à l’information est la recherche de documents (dite activité « autonome ») à hauteur de 9%. L’accent est par ailleurs fortement mis sur les simulations, dites activités « ouvertes » (32%), notamment à travers l’écriture de scénarios dans le cadre de spectacles et de concours de courts-métrages et de visites11. D’autres activités sont proposées, comme la création de sites web et la plantation d’arbres en souvenir des « martyrs ».12.

 

  1. « Cumhurbaşkanı : 15 Temmuz milat olmalı« , Sabah, 29.07.2016 ; « 15 Temmuz milat olsun« , Yeni Akit, 05.09.2016 ; « 15 Temmuz milat oldu, hedef büyük Türkiye« , Türkiye, 14.07.2017 []
  2. Sur la signification particulière du terme martyr dans le contexte turc, voir S. Kaya, « La construction sociale et étatique du « martyr » en Turquie : l’exemple du décès des soldats des forces armées turques lors des opérations de lutte anti-terroriste« , Signes, Discours, Sociétés 15, 2015 et Kadriye Eylem Özkaya Lassalle, « Mourir pour que les autres puissent vivre : la fabrication des martyrs dans les organisations de la gauche radicale turque« , Signes, Discours, Sociétés 15, 2015 []
  3. Etkin Vatandaşlık, in Sosyal Bilgiler 4, Ders kitabı, Ömer Faruk Evirgen, MEB, 2017 ; Sosyal Bilgiler 5, Ders kitabı, Ömer Faruk Evirgen, Bilnet Matbaacılık, Istanbul, 2017 []
  4. Tarih 9, sous la dir. de Yrd. Doç. Dr. Mehmet Ali Kapar, MEB, 2017 ; Tarih 10, sous la dir. de Sami Tüysüz, Tuna Matbaacılık AŞ, Ankara, 2017 ; Tarih 11, sous la dir. d’Akın Sever, MEB, 2017, Çağdaş Türk ve Dünya Tarihi 12, Yasemin Okur, Akın Sever, MEB, 2017 ; Çağdaş Türk ve Dünya Tarihi 12b, sous la dir. d’Ergün Akgün, Ersun Balcılar, Bir-Yay Yayınevi, Ankara, 2015 []
  5. Le 30 novembre 2015, selon indications présentes dans les manuels []
  6. Peygamberin hayatı 11, Doç. Dr. Âdem Saraç, Dr. Veysel Akkaya, MEB, 2017 (Din Kültürü ve Ahlah Bilgisi []
  7. AUDIGIER François, « School disciplines, social representations, and the construction of the didactics of history, geography, and civics« , Instructional Science, vol.27(1-2), 1999, p.97-117 []
  8. SMITH Anthony D., Nations and nationalisms in a Global Era, Polity Press, Cambridge, 1995 []
  9. Thomas S. Kuhn introduit en épistémologie le terme de paradigme afin de désigner un ensemble de croyances, valeurs et techniques partagés tacitement par une communauté. Celui-ci transmet une certaine vision du monde autour duquel s’est formé un consensus.  Plusieurs paradigmes peuvent se trouver en concurrence, chaque groupe cherchant à imposer le sien. Si Kuhn a introduit cette notion dans le domaine des sciences, cette idée a été largement reprise et utilisée en sociologie, par la suite. []
  10. AUDIGIER François, « History in the curriculum: the pupils’ perspective« , International journal of historical learning, teaching and research– 2004, vol.5, no 1 []
  11. des lieux qui ont fait le 15-Juillet, comme le pont du Bosphore à Istanbul. Dans les autres localités, il s’agit plutôt des places où ont eu lieu les  veillées démocratiques [demokrasi nöbeti]. Des visites aux familles des « héros », c’est-à-dire des « martyrs » et des « vétérans », sont également prévues []
  12. Les résultats énoncés sont le fruit d’un recensement des activités obligatoires qui ont été organisées dans le cadre de l’enseignement du 15-Juillet. À cette fin, un inventaire a été réalisé sur la base des directives écrites transmises par le ministère de l’Éducation nationale à l’ensemble des écoles d’État, des rapports d’enseignants et ministériel et enfin des brochures sur le 15-Juillet et des manuels scolaires de sciences sociales (Sosyal Bilgiler). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.