L’action culturelle privée à Istanbul. Les acteurs et leurs évolutions au prisme du virage autoritaire

adobe-pdfMémoire présenté par Benoît JACQUEMET sous la Direction d’Élise Massicard et Aude Signoles en vue de l’obtention du grade de Master 2 à l’IEP (Université Aix-Marseille) en 2018.

La Turquie a connu une activité culturelle intense dans les années 2000. Particulièrement à Istanbul ont fleuri de nombreuses initiatives culturelles privées. Une initiative pionnière en ce domaine est la fondation d’Istanbul pour la Culture et les Arts (IKSV) qui soutient le festival international de cinéma d’Istanbul. Ces activités culturelles portées par le secteur privé (des ONG, des fondations, des associations ou des entreprises) ont émergés dans les années 80, dans un contexte d’ouverture de la Turquie aux échanges internationaux. La multiplication de leur activité et leur concentration dans les années 2000 ont permis d‘inscrire Istanbul dans le réseau des capitales culturelles (Șeni 2010). En témoigne la désignation d’Istanbul capitale européenne de la culture en 2010 dont la candidature a été portée par ces acteurs (Ecorys 2011). L’action culturelle du secteur privé, à la fois portée sur l’international et le rôle qu’elle joue dans la vitalité de disciplines culturelles de tradition occidentale (beaux-arts, cinéma, théâtre, musique classique, opéra et ballet) font de ces structures en quelques sortes les dépositaires de la vision kémaliste de la culture (Monceau 1998). Engagée dès les premières années de la nouvelle république turque, qui a été fondée en 1923, la culture a joué un rôle important dans le processus de réforme engagé à cette période par le fondateur de la Turquie Mustafa Kemal Atatürk. Pendant la période de l’Etat Kémaliste (1923-1950) la culture était considérée comme un outil nécessaire à la propagation du sentiment national, au dépassement des traditions héritées de l’empire Ottoman. Le gouvernement mis en place une stratégie holiste de développement dont le but était la création d’une culture turque moderne et laïque3. Dans la logique du révolutionnarisme propre à la doctrine kémaliste, les anciennes institutions culturelles visant à former l’élite artistique de l’empire ottoman ainsi que les conservatoires de musique ont été transformés à l’aide de budgets conséquents (Katoğlu dans Ada et Ince 2009). L’école d’art Sanayi-i Nefise Mektebi (école des beaux arts et de l’industrie) fondée par Osman Hamdi Bey, célèbre peintre de l’époque du sultan Abdülhamid II a été transformée en « Güzel sanatlar akademisi» (école des beaux arts) en 1928. A partir des années 30, l’enseignement des instruments et de la musique ottomane est remplacée par l’enseignement de la musique et des instruments occidentaux dont l’enseignement est assuré par des professeurs qui ont suivi une formation en Europe. Ainsi, la Turquie s’est rapprochée des standards culturels européens et occidentaux par une forte action de l’Etat.

Comment est-ce que le secteur privé de la culture évolue et envisage son travail dans un contexte de changement double ; de réorientation symbolique des politiques culturelles turque et de détérioration de la liberté d’expression ? De quelle manière le contexte politique vient altérer ou remettre en cause les activités du secteur privé de la culture d’Istanbul ?

L’étude des acteurs privés de la culture et de leur évolution depuis la fin des années 2000 nous permet d’aborder plusieurs questions. Il permet tout d’abord de présenter des réflexions autour de l’action publique turque et de son évolution. Ces acteurs privés qui ont pris en charge une partie de l’action publique, notamment la diplomatie culturelle, sont caractéristiques de l’implication grandissante d’acteurs privés dans l’action de l’Etat à partir des évolutions néolibérales qu’ont connu de nombreux pays à partir des années 80. Il s’agit donc de voir en quoi l’étude d’acteurs spécifiques illustre les développements de l’Etat en Turquie. Qu’est-ce que l’étude de ces acteurs permet de comprendre de l’évolution de la manière qu’a l’Etat turc de gérer ses relations avec des acteurs privés ? Comment est-ce que ces acteurs arrivent à poursuivre leurs objectifs de manière autonome ? Comment est-ce que l’Etat contraint leur action ?
Le second objectif de ce travail est de s’interroger sur la transformation de la société turque. Les acteurs étudiés permettent de regarder des phénomènes de changements que connaît la Turquie. La consolidation du pouvoir de l’AKP et sa volonté de s’affranchir de l’héritage kémaliste a poussé certains auteurs à parler d’un « Kulturkampf », d’une guerre culturelle, entre deux Turquie qui seraient opposées (Kalaycıoğlu 2012 et Polo dans Girard, Polo, et Scalbert-Yücel 2018). Qu’est-ce que l’étude du secteur privé de la culture à Istanbul nous permet d’appendre sur l’évolution de ce clivage dans un contexte de consolidation du pouvoir de l’AKP ?


Isabelle Gilles

Chargée d'édition numérique et des projets de numérisation Webmaster

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.