Les élections de juin 2018 à Istanbul : constances et inflexions

« Merci Istanbul. Notre peuple a gagné. La Turquie a gagné » (Fatih)
27 juin 2018

« Merci Istanbul. Notre peuple a gagné. La Turquie a gagné » (Üsküdar) 27 juin 2018

Dans la continuité de nos essais « à chaud » pour les précédents scrutins (voir notre édition du 26 avril 2017), et bien que les résultats définitifs n’aient pas encore été communiqués – ils sont annoncés pour le 5 juillet par le YSK -, on peut à ce stade proposer une première analyse des résultats des élections du 24 juin 2018 pour le département d’Istanbul, avec toutes les réserves de rigueur concernant la fiabilité des résultats (sans parler de leur équité1). Rappelons d’abord que ce département rassemble à lui seul près de 25% des électeurs du pays, soit un peu plus de 10 millions2. C’est dire son caractère assez déterminant : 98 députés en tout (dont 43 sous le ticket AKP et 7 MHP) ont été désignés, sur les 600 que va compter la nouvelle assemblée. De plus, Istanbul concentre les « quatre Turquie » géo-socio-politiques qu’aime à distinguer le directeur de Konda Bekir Ağırdır, à savoir la Turquie urbanisée, individualiste et séculaire, la Turquie conservatrice et nationaliste de l’Anatolie centrale et des rives de la mer Noire, la Turquie kurde et la Turquie de l’AKP qui fait synthèse et lien entre les trois3.

Même si « comparaison n’est pas raison », on peut essayer de comparer les résultats provisoires de ces scrutins à ceux des premières élections présidentielles au suffrage universel direct d’août 2014, ainsi qu’à ceux des deux législatives de 2015 (tenues coup sur coup en juin et novembre). Il ressort globalement de cette analyse liminale que les positions de l’AK Parti à Istanbul sont encore bien conservées malgré un plafonnement voire un essoufflement pour les législatives par rapport à novembre 2015, que l’écart entre les résultats aux législatives et ceux aux présidentielles est moins important que dans l’ensemble du pays, que le vote de soutien au HDP dans les arrondissements acquis au CHP apparaît nettement et enfin que le « Bon Parti » est parvenu à prendre quelques positions aux marges de la métropole.

  1. Pas de « perte d’Istanbul » par l’AK Parti

L’imminente perte d’Istanbul par l’AKP annoncée par certains commentateurs après le référendum d’avril 2017 a sans doute été un peu rapidement imaginée. Si pour les législatives l’érosion en valeurs relatives – plus significative du fait de l’augmentation du nombre d’électeurs d’un scrutin à l’autre  – se poursuit, celle-ci est assez réduite. Même si l’AKP obtient 42,52% aux législatives, contre 48,75% en novembre 2015, le recul à Istanbul est moins sensible que dans l’ensemble du pays et dans tous les arrondissements l’AKP obtient un score supérieur, parfois très supérieur, à celui de juin 2015, à l’exception de Tuzla, Şile, des Îles-aux-Princes et de Kadıköy. Certains arrondissements peu acquis à l’AKP ont même enregistré des augmentations sensibles de ce parti aux législatives (toujours par rapport à juin 2015), à l’instar de Çatalca (de 33,03% à 37,9%), Küçükçekmece (35,62% à 38,5%) et Esenyurt (de 36,81% à 39,4%).

Et si le candidat Erdoğan obtient un résultat inférieur de deux points au résultat national, fort du précieux soutien du MHP, il a cependant atteint la barre des 50% en dessous de laquelle était resté le « oui » au référendum d’avril 2017. L’attachement à l’ancien maire d’Istanbul qui a su dès cette période se construire et entretenir sa propre légende de sauveur et de protecteur des opprimés, à l’homme « qui se tient droit devant le monde4 »…, n’a donc pas vraiment fléchi, surtout dans les milieux modestes tributaires du système de redistribution contrôlé par l’AKP et sensibles aux promesses de grandeur, de développement et d’enrichissement. La manière de thanato-politique à la turca bricolée par le président Erdoğan depuis 2015 – avec son allié à la tête du MHP – semble avoir aussi porté, à travers sa rhétorique émotionnelle du martyre comme accomplissement ultime de la citoyenneté5. Le tout sur fonds d’engagement guerrier en Syrie et Irak et de recrudescence des violences à l’Est du pays.  Par ailleurs, l’amnistie sur les constructions illégales habilement annoncée juste avant le scrutin paraît avoir aussi joué en faveur de l’AKP, comme en témoigne la ruée post-élections vers l’administration du cadastre de personnes soucieuses – contre argent liquide ! – de légaliser et pérenniser leur situation foncière.

« Nous remercions notre président Monsieur Recep Tayyip Erdoğan qui a fait de nous des propriétaires légitimes grâce à la loi d’amnistie. Signé : les habitants du quartier »

Mais malgré tout un avertissement a été adressé et les premières déclarations des leaders de l’AKP semblent montrer qu’ils ont « reçu le message », dans la perspective des élections locales de mars 2019…

  1. Une étonnante stabilité de la hiérarchie des arrondissements pro-AKP et de leurs performances

L’examen des premiers résultats arrondissement par arrondissement révèle une étonnante permanence dans le profil et la hiérarchie des arrondissements (tab. 1, 2, 3, 3 & 4). En d’autres termes, les bastions périphériques de l’AKP stabilisés depuis le milieu des années 2000 demeurent, avec des scores d’une constante frappante : Sultanbeyli, toujours en tête (67% pour Erdoğan et 69,44% pour la coalition AKP/MHP/BBP dite CUMHUR), puis Esenler (67% et 67,46%) et Arnavutköy (66% et 66,95%) pour les trois arrondissements se distinguant par plus de 15 points au-dessus de la moyenne stambouliote aux élections présidentielles ; puis Sultangazi (62,31% et 62,48%) et Bağcılar (61,34 et 61,90%), autres territoires privilégiés de l’AKP. À l’élection présidentielle d’août 2014 ces cinq arrondissements avaient déjà obtenu des scores très élevés, soit respectivement : 69,56% (S.Beyli), 66,54% (E.), 65,09% (A.), 61,42% (S.Gazi) et 60,59% (B.). À l’inverse, les bastions CHP continuent à s’individualiser très nettement : Beşiktaş (18,5% pour le candidat Erdoğan, soit moins encore qu’en août 2014), Kadıköy (20,29%), Bakırköy (24,02%), Adalar (27,12%), et, dans une moindre mesure, Sişli (29,90%).

Les deux seuls arrondissements qui présentent une anomalie dans cette stabilité sont Beyoğlu et Eyüp(sultan) où alors qu’Erdoğan y avait obtenu en août 2014 respectivement 57,5% des suffrages et 55,3%, il n’en recueillait – sous réserve d’infirmation par les résultats définitifs – que 52,2% et 50,70% en juin 2018, sans que le Saadet y fasse des scores différents de la moyenne départementale. À Üsküdar6, où on avait déjà constaté au référendum d’avril 2017 un décrochage (46,66% de « oui »), la chute est moins forte, mais néanmoins sensible (51,55% en août 2014 contre 48,81% en juin 2018). Pour expliquer ce détachement des anciens bastions de l’islam politique turc par rapport aux nouveaux dans la lancinante dynamique d’adhésion à Erdoğan, faut-il incriminer des dynamiques d’ascension sociale, des effets socialement sélectifs du renchérissement de l’immobilier ou ceux d’un vague ressentiment pro-güleniste qui trouverait là une expression électorale après les purges post-coup d’État ?

Tab. 1 : Les arrondissements « incontestés » de l’AKP en juin 2015, en avril 2017 et en juin 2018

Nom AKP-06 15 ERDO-08 14 EVET-04 17 ERDO-06 18 AKP/MHP/BBP-06 18 AKP-06 18

(moy. : 42, 7)

Sultanbeyli 56,99 69,56 70,05 68,74/68,907 68,38/68,44 57,2
Esenler 55,06 66,54 66,43 67 67,46 56,7
Arnavutköy 50,81 65,09 66,69 66,03 65,95 54,4
Sultangazi 51,06 61,42 61,63 62,31 62,48 53,6
Bağcılar 50,02 60,59 61,07 61,34 61,90 51,7
Gaziosmanp. 47,56 58,99 56,96 58,82 59,62 51,5
Pendik 48,31 58,69 57,35 58,45 59,45 48,4
Ümraniye 47,95 56,2 55,41 56,25/56,46 56,91 48,1
Beykoz 46,14 55,8 53,13 55,88/56,12 56,82 48
Bayrampaşa 45,60 56,33 53,1 55,74 56,88 48
Güngören 44,95 54,40 53,63 55,58 56,31 47,7
Başakşehir 45,41 53,49 53,93 54,76 55,04 47,3
Kağıthane 45,87 56,53 54,11 55,86 56,92 46,5
Çekmeköy 44,43 54 52,38 53,81 54,53 44,7
Şile 44,78 53,20 51,44 52,99/53,17 54,59 44,5
Bahçelievler 42,76 51,2 50,39 51,95 52,59 44,2
Sancaktepe 42,23 53,9 52,11 51,55 51,7 43,1

Tab. 2 : Les marges disputées en recomposition sociale (AKP : moins que sa moyenne stambouliote)

Nom AKP-06 15 ERDO-14 EVET-17 ERDO-18 AKP/MHP/BBP-18 AKP-06 18
(moy. : 42, 7)
Maltepe 34,22 41,47 38,55 40,35/40,43 41,25 34,2
Avcılar 33,66 41,39 41,02 42,69 43,62 35,8
Sarıyer 35,03 42,33 42,05 43,69 44,63 36,3
Beylikdüzü 35,53 43,5 41,16 43,22 44,56 36,4
Ataşehir 37,39 49,1 43,03 44,11 44,78/45,04 37,5
Çatalca 33,03 40,5 39,82 42,87 44,12 37,9
Kartal 37,74 45,90 43,44 45,1 45,99 38,2
Küçükçekmece 35,62 45,02 44,35 46,17 47,35 38,5
Büyükçekmece 37,89 45,64 44,29 45,54 46,43 38,5
Esenyurt 36,81 49 47,52 47,50 47,55 39,4
Tuzla 43,15 52,69 50,65 51,7/51,89 52,75 42,5

Tab. 3 : Les anciens bastions de l’islam politique stambouliote

Nom AKP-06 15 ERDO-14 EVET-17 ERDO-06 18 AKP/MHP/BBP-18 AKP-06 18
Fatih 44,30 54 51,41 54,01 54,51 44,78
Zeytinburnu 41,76 52,9 50,87 52,71 53,46 44,5
Beyoğlu 43,06 57,5 50,2 52,20 53,01 45,01
Eyüp(sultan) 41,22 55,3 48,52 50,70 51,77 43,5
Üsküdar 41,85 51,5 46,66 48,81/49,09 49,93 42,2

 Tab. 4 : Les arrondissements CHP : les riches rivages

Nom AKP-06 15 ERDO-14 EVET-04 17 ERDO-06 18 AKP/MHP/BBP-06 18 AKP-06 18
Beşiktaş 15,25 32,5 17,37 18,50 18,83 15,7
Kadıköy 18,33 22,4 20,1 20,29/20,4 20,74 17,6
Bakırköy 19,81 24,9 22,6 24,02 24,82 20,2
Adalar 23,19 29,3 26,34 27,12 27,64 22,9
Şişli 24,18 32,9 29,04 29,90 30,27 25,5
Silivri 32,40 40,33 40,47 42,65 43,71 33,6
  1. Moins d’écart entre le candidat Erdoğan et son parti

Cependant, l’écart à Istanbul entre les résultats du candidat Erdoğan et ceux de son parti l’AKP (42,48% pour 50%) est inférieur à l’écart de plus de 10 points constaté au niveau national (42,56% pour 52,6%). C’est seulement dans les arrondissements où le MHP est bien implanté (Şile, Çatalca, Silivri) que cet écart se rapproche de la différence nationale, dans une continuité étonnante avec le département de Tekirdağ marqué par une forte poussée du MHP, pour les arrondissements de Çatalca et de Silivri. Cette relative singularité d’Istanbul, comme des autres grandes agglomérations d’ailleurs, tient sans doute à la faiblesse relative du MHP à Istanbul et au caractère limité du « retour au MHP » des électeurs qui avaient pu voter pour l’AKP aux législatives de novembre 2015.

  1. Nette visibilité de la stratégie du vote de soutien au HDP dans les bastions CHP

En ce qui concerne ces bastions du CHP, justement, les résultats disponibles révèlent très nettement la stratégie de certains électeurs du candidat CHP pour les présidentielles de délibérément, pour les législatives, soutenir le parti HDP de façon à lui permettre de passer le barrage national des 10% pour pouvoir être représenté à l’Assemblée nationale (tab. 5). Cette stratégie qui a fait dire à certains analystes que c’était l’ouest du pays qui avait sauvé le HDP – alors que, compte tenu des conditions démocratiques déplorables dans l’est après les épisodes de violence de 2015-2016, le HDP y a sensiblement perdu en influence8 – est particulièrement repérable aux Iles-aux-princes (Adalar) où alors que le HDP fait un score de 23,3%, le candidat S. Demirtaş ne récolte que 8,5% des suffrages. Et à Beşiktaş (16,37%/2,34%), Kadıköy (13,67%/2,53%) et Sişli (18,17%/5,51%), les scores du HDP sont les meilleurs enregistrés jusque-là dans une législative et à chaque fois très supérieurs à ceux de Demirtaş. Cette stratégie constitue une preuve que le HDP est bien devenu, en tout cas pour une fraction des électeurs non « ethniquement captifs », un « parti de Turquie », composante à part entière du jeu politique national.

Le décalage entre le score du HDP (12,6% aux législatives9) et le score du candidat Demirtaş (7,2%) à Istanbul est de ce fait supérieur à l’écart constaté au niveau national. En outre, dans les bastions stambouliotes du mouvement kurde comme Esenyurt, Sultanbeyli, Sancaktepe ou Arnavutköy cet écart est beaucoup moins important, sans être négligeable, surtout pour les arrondissements à présence alévie ; soit respectivement : 22,08/16,83%, 18,02/15,15%, 18,83/12,38% et 15,73/13,48%.

Par ailleurs, le HDP progresse par rapport aux législatives de novembre 2015, mais reste, sauf dans les arrondissements CHP évoqués plus haut, en dessous de ses scores de juin 2015. De même (et de façon peu surprenante) le score de Demirtaş aux présidentielles de 2018, à l’exception des Iles où une stratégie de « votre utile » (pour le candidat İnce) semble avoir été adoptée, n’est qu’assez sensiblement inférieur à celui d’août 2014 malgré l’absence de campagne.

Tab. 5 : Scores de Dermirtaş le 10 août 2014 et le 24 juin 2018, résultats du HDP le 7 juin 2015 et en juin 2018

Nom de l’arrondissement Demirtaş-

08 2014

7 juin 2015-HDP Juin 2018-HDP Demirtaş-06 2018
Esenyurt 17,18 22,59 22,08 16,83
Sultanbeyli 16,21 20,77 18,02 15,15
Sancaktepe 14,72 19,69 18,83 12,38
Adalar 13,8 21,20 23,3 8,25
Bağcılar 13,67 16,89 15,10 11,98
Arnavutköy 13,6 18,15 15,73 13,48
Zeytinburnu 13,21 16,51 15,18 11,63
Beyoğlu 13,07 16,69 16,36 10,38
Sultangazi 12,17 16,91 15,16 10,22
Başakşehir 15,04 14,48 9,97
  1. L’inscription d’un nouveau parti… aux interstices et périphéries

Que dire enfin du İYİ Parti, formation politique instituée il y a moins d’un an qui est parvenue tout de même à envoyer huit députés (sur un total de 43 !) pour le département d’Istanbul ? Partons des arrondissements où ce parti a réalisé des scores supérieurs à sa moyenne départementale (8 % pour les législatives et 4,8% pour les présidentielles).

Tab. 6 : Les sept arrondissements les plus acquis au İYİ Parti en juin 2018

Arrondissements Législatives (moy. : 8%) Présidentielles

(moy. : 4,8% )

Score MHP en juin 2015

(moy.  8,59%)

Score du Genç Parti aux législatives de nov. 2002
Çatalca 15,4% 10,18% 15,3% 19%
Şile 12,8% 8,90% 16,9% 13%
Bakırköy 11,9% 5,67% 11,6% 7%
Bayrampaşa 10,9% 5,99% 14,9% 14%
Beylikdüzü10 10,8% 5,60% 11,8%
Silivri 10,8% 6,81% 13,4% 13%
Büyükçekmece 10,2% 5,62% 12% 9%

On remarque d’abord un déséquilibre entre la rive européenne et la rive anatolienne (où, mis à part Şile, Üsküdar11 semble avoir été l’arrondissement le plus réceptif de cette rive à ce parti, avec 5,81% pour les présidentielles et 9,9% des suffrages valables aux législatives). Ce déséquilibre est sans doute lié à la chronologie contrainte des implantations locales du parti. Mais on peut aussi faire à ce stade l’hypothèse d’un effet « troisième circonscription12 » doublé d’un effet « candidat », avec notamment la personnalité de l’ancien ministre d’État Abdul Ahat Andican, qui jouit d’une notoriété non négligeable – un des trois élus İYİ Parti de cette circonscription. A. A. Andican fait figure de politicien expérimenté et respecté, dont les étiquettes politiques ont changé au fil du temps : député ANAP en 1995, il est à nouveau élu aux législatives d’octobre 2015, comme député MHP cette fois-ci ; et fait partie des élus MHP à avoir suivi Meral Akşener en 2017. Ümit Beyaz (nouveau en politique : il est né en 1971, alors qu’Andican est de 1950), autre élu İYİ Parti de cette circonscription, s’est distingué par une campagne de terrain et de proximité particulièrement active13 au cours de laquelle il paraît avoir beaucoup investi de sa fortune personnelle (il est à la tête d’un important groupe de développement immobilier14).

Le score de l’İYİ Parti à Bakırköy comme à Beylikdüzü est d’ailleurs sans doute en relation avec ce candidat dont le groupe est très présent dans ces arrondissements : avec Bakırköy City 1 et 2 ou Capacity à Bakırköy ; et Beyaz City, Beyaz Vadi Konakları, Park Teras à Beylikdüzü….

Qu’ont en commun ces sept arrondissements ? Une situation périphérique, un vieil ancrage de l’extrême-droite pour cinq d’entre eux (Çatalca, Şile, Büyükçekmece, Beylikdüzü et Silivri), une base économique encore marquée par l’agriculture et une présence relativement faible de l’AK Parti (à l’exception de Bayrampaşa pour les deux dernières caractéristiques). Bref, Bakırköy mis à part, il s’agit de fronts pionniers de la métropole, non verrouillés par les anciens partis, accessibles aux nouveaux entrants dans le jeu politique.  En cela, les territoires de prédilection de l’İYİ Parti rappelle un peu ceux du « Parti Jeune » (Genç Parti) des élections de 2002.

Comme l’écrit ouvertement et triomphalement le quotidien Star aux lendemains des élections « Et que continuent les projets géants ! »… Mais jusqu’à quand ?

  1. Pour le département d’Istanbul, des recours ont été déposés par différents partis d’opposition concernant des irrégularités dans certains bureaux de vote des arrondissements de Kağıthane, Başakşehir et Bağcılar. []
  2. 38 480 policiers avaient été mobilisés à Istanbul pour le jour des élections. []
  3. Voir Hürriyet, 26 06 2018, p. 17. []
  4. Pour reprendre les termes d’un homme âgé interrogé à Kasımpaşa le 20 juin 2018, soit deux jours avant le meeting tenu par le candidat Erdoğan dans son quartier de naissance ; sur ce meeting « express » très ciblé, qui s’inscrivait dans un programme (héliporté) de sept successifs à Istanbul, le même jour, voir : https://tr.sputniknews.com/turkiye/201806221033979942-erdogan-secimler-miting-beyoglu/  []
  5. Les cérémonies d’enterrement de membres des forces de sécurité – tués au Kurdistan turc, en Syrie ou en Irak -, sur lesquelles l’AK Parti voudrait avoir un strict monopole, ont ainsi été l’objet d’une instrumentalisation politique croissante. Les martyrs et le martyre sont devenus des composantes à part entière de la nouvelle économie politique turque, au même titre que l’industrie de l’armement en plein essor. []
  6. Qui, contrairement à la plupart des arrondissements, se caractérise aux législatives par un plafonnement des pourcentages obtenus par l’AKP : 41,85% en juin 2015 et 42,2% en juin 2018. []
  7. Nous donnons parfois deux valeurs, quand les sources consultées ne convergent pas tout à fait… avant la publication des résultats définitifs. []
  8. Voir « Kayyumlu bölgelerde HDP oy kaybetti », Hürriyet, 26 06 2018, p. 20. L’absence d’explication de cette baisse dans la presse du mainstream ne doit pas surprendre.  []
  9. Soit un résultat peu éloigné de celui des législatives de juin 2015 (13,1%). []
  10. Beylikdüzü n’existait pas en tant qu’arrondissement en 2002. Était inclus dans Büyükçekmece. []
  11. Compte tenu de ce qui a été dit plus haut pour cet arrondissement, l’hypothèse d’un glissement de déçus d’Erdoğan vers le nouveau parti peut être risquée. []
  12. Celle-ci comprend respectivement Çatalca, Silivri, Bakırköy, Beylikdüzü et Büyükçekmece, soit cinq des sept arrondissements où l’İYİ Parti a fait les meilleurs scores ! []
  13. Voir : http://www.gazete2023.com/siyaset/iyi-partinin-en-renkli-adayiumit-beyaz-h76724.html []
  14. Voir son site Internet : http://www.beyaz-insaat.com []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.