La Turquie dénonce l’augmentation incontrôlée du trafic pétrolier dans le Bosphore et les Dardanelles.

Alors même que les Etats-Unis affrontent une marée noire sans précédent depuis le naufrage de la plate-forme «Deepwater Horizon», fin avril, le gouvernement turc a convié, à Istanbul, jeudi 1er juillet, une vingtaine de trusts pétroliers à participer à une rencontre qui avait pour but de trouver des solutions pour réduire les risques que fait courir aux populations et à l’environnement l’augmentation incontrôlée du trafic de tankers dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles. «En 2009, 51424 navires sont passés par le Bosphore, qui traverse Istanbul, dont une bonne proportion de tankers, c’est quatre fois plus qu’à Panama et trois fois plus qu’à Suez», a déclaré Veysel Eroğlu, le ministre turc de l’environnement, en estimant que les détroits turcs ne pouvaient supporter une augmentation infinie du passage de cargos et de tankers.

Chaque jour, entre 150 et 200 tankers s’engagent dans les deux détroits et, à l’occasion de leur passage dans le Bosphore, traversent une mégapole de plus de 13 millions d’habitants. La navigation dans ces détroits est particulièrement dangereuse. Le Bosphore, en particulier, effectue un coude et comporte des passages resserrés (moins de 500m de large). Il est sillonné en permanence par de petits bateaux de pêche et par les transports en commun maritimes qui font la liaison entre les parties asiatique et européenne d’Istanbul.

L’augmentation du trafic dans le Bosphore et les Dardanelles est un phénomène qui est lié à l’augmentation du commerce mondial, et qui est observable sur d’autres canaux ou détroits stratégiques, un peu partout dans le monde. Mais, dans le cas turc, le danger est aggravé par la croissance rapide et importante du passage de matières dangereuses, en particulier d’hydrocarbures. Cette situation est la conséquence de l’ouverture, depuis le début des années 90, des champs pétrolifères et gaziers de l’ex-URSS (Turkménistan, Azerbaïdjan, Kazakhstan, Russie…) au marché international. Elle a justifié, au cours des dernières années, la création d’oléoducs et de gazoducs permettant de contourner ces détroits, en particulier le très coûteux BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan) qui évacue le pétrole de la mer Caspienne en franchissant des sommets de plus de 2000 mètres dans le Caucase, avant de rallier le port méditerranéen de Ceyhan dans le sud-est de la Turquie. Mais ces efforts ne sont pas suffisants. Et lors de la réunion du 1er juillet, le gouvernement turc a plaidé pour l’accélération des projets d’oléoducs en cours, notamment le Samsun-Ceyhan qui traversera l’Anatolie du nord au sud en reliant la mer Noire à la Méditerranée, et le Bourgas-Alexandroupolis, qui reliera la côte Bulgare à un port du nord-est de la Grèce, en longeant la frontière de la Turquie d’Europe. Dans les deux cas, il s’agit d’acheminer des hydrocarbures de la mer Noire à la Méditerranée, en évitant les fameux détroits. Selon les experts turcs, ces nouveaux couloirs pétroliers permettraient d’absorber 50 millions de tonnes de pétrole brut par an, soit le tiers du trafic qui passe actuellement par le Bosphore et les Dardanelles.

Lors de la rencontre du 1er juillet, le gouvernement turc souhaitait donc surtout provoquer une prise de conscience de la gravité de la situation par tous les protagonistes de ce dossier, afin que l’on puisse s’engager rapidement dans la recherche de solutions concrètes. «En 10 ans, le trafic des tankers a augmenté de 130%», a déclaré, le ministre des transports Binalı Yıldırım. De nombreux praticiens et experts ont estimé que l’on frôlait quotidiennement la catastrophe et que la situation était devenue intenable. Si certaines compagnies pétrolières ont compris la nécessité de trouver des voies terrestres alternatives, d’autres, tirant partie des allégements découlant de la création de nouveaux pipelines en profitent pour augmenter leur propre trafic dans les détroits Le gouvernement turc voudrait que toutes les compagnies s’engagent dans la recherche de voie alternative et qu’elles financent un fonds destinés à couvrir les accidents éventuels.

Toutefois, Ankara n’entend pas remettre en cause un statut des Détroits, qui est étroitement associé à l’indépendance de la République, et en apparaît comme un attribut presqu’aussi important que le Traité de Lausanne. À l’issue de la Première guerre mondiale, le Traité de Sèvres prévoira, en 1920, l’internationalisation des deux détroits (Dardanelles et Bosphore) mais le Traité de Lausanne, en 1923 (après la victoire turque dans la guerre d’indépendance), les rendra à la Turquie, en les démilitarisant sous le contrôle d’une commission internationale. Finalement, en 1936, le Traité de Montreux permettra aux Turcs de fortifier ces détroits et d’imposer des restrictions de passage aux navires de guerre, en temps de paix.

Ce contrôle de détroits où la liberté de circulation est néanmoins assurée est donc, pour la Turquie, un atout stratégique à double tranchant, qui peut se révéler difficile à assumer, y compris dans d’autres cas que celui du problème posé par la circulation des hydrocarbures. On se souvient, en effet, qu’en août 2008, au moment de la guerre en Géorgie, les Russes avaient rappelé à la Turquie les responsabilités que lui confère sa qualité de gardienne des détroits, en lui demandant notamment de ne pas accepter le passage de navires de guerre américains dont le tonnage excéderait les limites autorisées par le Traité de Montreux (nos éditions des 25 et 30 août 2008). Le Bosphore a certes un charme irremplaçable mais, de tout temps, il a été aussi une voie semée d’embûches. La période contemporaine ne semble malheureusement pas démentir ce constat.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.