La Turquie et Israël au bord de la rupture ?


En dépit de la récente entrevue secrète entre Benyamin Eliezer et Ahmet Davutoğlu, la tension continue de monter entre Israël et la Turquie. Dimanche 4 juillet 2010, le ministre turc des affaires étrangères a expliqué à la presse qu’Israël n’avait désormais plus que 3 solutions : s’excuser, accepter la constitution d’une commission internationale, ou faire le deuil de ses relations avec la Turquie. Pourtant, même après le raid israélien contre la flottille «Free Palestine», Ankara n’avait, jusqu’à présent, jamais évoqué une rupture des relations diplomatiques à proprement parler. Mais le 1er juillet, au lendemain de la rencontre Eliezer-Davutoğlu, le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a répété que son pays n’avait pas à s’excuser «du fait que ses soldats avaient du se défendre pour échapper au lynchage de la part d’une foule», tout en regrettant «les pertes en vies humaines». Il a également précisé qu’une indemnisation des victimes (autre condition signifiée par la Turquie à Israël pour une normalisation de leurs relations diplomatiques) n’était pas à l’ordre du jour. Pour finir, le chef du gouvernement israélien a toutefois salué la réunion confidentielle entre son ministre de l’industrie et le ministre turc des affaires étrangères, en déclarant qu’il était «important pour la Turquie comme pour Israël que de tels contacts aient lieu pour éviter la dégradation de leurs rapports».

Répondant au premier ministre israélien, Ahmet Davutoğlu a fait encore monter la tension d’un cran en annonçant que l’espace aérien turc était fermé aux avions militaires de l’Etat hébreu et qu’il le serait peut-être à son aviation civile. Pourtant, la semaine dernière, le même ministre, tout en révélant qu’un avion militaire israélien s’était vu refuser le survol de la Turquie, peu après le raid sur la flottille, avait expliqué qu’une telle interdiction n’avait pas de valeur générale…

En dépit de cette nouvelle escalade verbale, les experts restent persuadé que les deux pays ont trop besoin l’un de l’autre pour aller jusqu’à rompre officiellement. Une telle rupture contribuerait à isoler Israël un peu plus, tandis qu’elle priverait la Turquie de la fourniture d’un matériel militaire, qui est utilisé dans la lutte contre les rebelles kurdes du PKK. Ankara risquerait en outre de compromettre un peu plus sa relation avec les Occidentaux, passablement entamée par l’attitude turque dans le dossier nucléaire iranien. Il est probable que le durcissement de ton turc s’adresse donc surtout aux Etats-Unis dont le président doit rencontrer aujourd’hui même le chef du gouvernement israélien. Ahmet Davutoğlu a d’ailleurs expliqué «qu’il attendait beaucoup de cette rencontre.»

De toute évidence, le gouvernement turc espère que les Etats-Unis sauront fléchir Israël. Cela lui permettrait ainsi de sortir de l’impasse dans lequel il s’est placé en mettant la barre trop haut dans les conditions qu’il demande à Tel Aviv de satisfaire. Mais l’on voit mal quelle solution peut trouver Barack Obama en l’occurrence. Tout le problème est que, dans la course à l’intransigeance qui, depuis le début du mois de juin, oppose la Turquie à Israël, le second a maintenant peut-être moins à perdre que la première. Dès lors, pour sauver la face et rester fidèle à sa fermeté initiale, le gouvernement turc sera-t-il conduit à rompre ? Même si cela est peu probable, on ne peut pas totalement l’exclure.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.