La cause palestinienne en Turquie à l’heure du déménagement de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem

Le 6 décembre 2017, le président américain Donald Trump a fait part à la communauté internationale de sa volonté de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et d’y déménager l’ambassade des États-Unis. Cette annonce a eu un retentissement mondial et a aussitôt fait l’objet de vives critiques de la part de la grande majorité des États du monde1. Les pays musulmans ont été particulièrement virulents pour condamner cette décision impliquant la troisième ville sainte de l’islam. Parmi eux, la Turquie s’est immédiatement imposée comme le leader de la lutte pour la défense de Jérusalem face aux États-Unis et à Israël.

Depuis la fondation de l’État israélien en 1948 et jusqu’à très récemment, la Turquie ne s’est guère impliquée dans le conflit israélo-palestinien. Sa proximité avec Washington et Tel Aviv l’a incitée à la retenue comparativement à un monde musulman largement anti-israélien. C’est seulement à partir de la fin des années 1990 qu’Ankara a vraiment commencé à s’impliquer en faveur de la cause palestinienne. Accéléré depuis l’arrivée au pouvoir du parti AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi – Parti de la Justice et du Développement) en 2002, ce processus a contribué à détériorer les bonnes relations que la Turquie entretenait avec Israël. Ainsi, trois crises ont principalement marqué les relations turco-israéliennes au cours des dix dernières années, chacune d’entre elles ayant un rapport direct à la question palestinienne. La première fait suite à l’opération « plomb durci » menée par l’armée israélienne sur la bande de Gaza fin 2008, et à laquelle Recep Tayyip Erdoğan, alors Premier ministre de la Turquie, s’est fermement opposé (voir notre édition du 2 février 2009)2. La deuxième est la conséquence de la mort de 10 citoyens turcs en 2010, lors de l’arraisonnement par Tsahal du navire turc Mavi Marmara transportant de l’aide humanitaire à destination de Gaza (voir notre édition du 1 juin 2010). La troisième fait suite au déménagement de l’ambassade américaine de Tel Aviv vers Jérusalem et est actuellement en cours. Si la première de ces crises semble constituer un point de rupture symbolique, les deux suivantes ont été plus intenses et ont conduit à une véritable rupture des relations diplomatiques entre les deux États. Les relations sont au point mort depuis que les ambassadeurs, ainsi que les consuls d’Istanbul et de Jérusalem, ont été rappelés dans leur pays d’origine au cours du mois de mai 2018.

L’attitude virulente désormais adoptée par la Turquie vis-à-vis de l’État hébreu peut surprendre lorsque l’on connait l’histoire des relations turco-israéliennes. Dès 1948, Ankara s’est en effet démarqué des autres pays musulmans en devenant le premier d’entre eux à reconnaitre l’existence d’Israël. Bien que discrets, de réels liens se sont noués avec Tel Aviv qui voyait en la Turquie un allié régional de poids dans un Moyen-Orient qui lui était largement hostile3. C’est surtout au cours des années 1990 qu’un rapprochement considérable a lieu (coopération sécuritaire, militaire, économique…) dans le contexte des Accords d’Oslo qui avaient considérablement rapproché Israël de l’Autorité palestinienne. L’apaisement des tensions entre Israël et le monde arabe a en effet permis à Ankara de développer ses liens avec Israël tout en évitant de se mettre à dos les pays arabo-musulmans.

Ce rapprochement avec Israël n’a pas empêché la Turquie de développer dans le même temps un intérêt croissant pour la Palestine. Cela va de pair avec l’émergence d’une nouvelle politique étrangère en Turquie, désormais plus forte économiquement, et de ce fait de plus en plus tournée vers le Moyen-Orient et non plus exclusivement vers l’Occident. Bien que cette approche se soit surtout développée sous l’AKP, notamment sous l’influence d’Ahmet Davutoğlu (voir notre édition du 4 avril 2013)4, ses prémices sont visibles dès le mandat d’Ismail Cem comme Ministre des affaires étrangères (1997-2002)5. Cependant, ce nouvel intérêt de la Turquie pour la question palestinienne ne doit pas être interprété comme la volonté d’afficher un soutien explicite à la Palestine. L’objectif pour Ankara est plutôt de capitaliser sur son image d’acteur neutre afin de se poser en potentiel médiateur dans le conflit israélo-palestinien (voir notre édition du 29 novembre 2007). Cette politique atteint son paroxysme lorsque la Turquie tente d’établir un dialogue entre le Hamas, le Fatah et Israël après les élections législatives de 2006, puis lorsque le pays se lance dans un processus de paix entre Israël et la Syrie en 20086. L’opération menée par l’armée israélienne à Gaza à la fin de l’année 2008 et qui a fait 1400 morts côté palestinien entraîne la fin de cette politique de médiation. À partir de ce moment-là, le gouvernement turc prend clairement position en faveur de la Palestine, jusqu’à donner à la Turquie l’image d’un pays leader de la défense de la cause palestinienne. La Turquie renoue ainsi avec les aspirations de sa propre population, largement favorable aux Palestiniens.

Particulièrement instables au cours de ces dix dernières années, les relations turco-israéliennes ont fait l’objet de nombreux développements au sein de la littérature académique, en particulier dans des articles scientifiques, tant en français qu’en anglais. En revanche, la relation que la Turquie entretient vis-à-vis de la Palestine a été assez peu traitée. En outre, l’acteur étudié est plutôt l’État turc, la société civile étant généralement laissée de côté. Notre objectif sera ici d’étudier l’importance et la visibilité accordées à la cause palestinienne dans l’espace public turc et d’en déterminer les caractéristiques. Pour cela, nous nous intéresserons principalement à trois acteurs : l’opinion publique turque, les ONG menant des actions en lien avec la question palestinienne, et la classe politique. Il s’agira de s’intéresser aux motivations qui animent ces acteurs, à leur rôle et à leur influence, ainsi qu’à leurs complémentarités. En valorisant l’étude des acteurs non-étatiques, cet article se situera dans une approche transnationaliste, permettant de mettre en avant le rôle joué par la société civile, très mobilisée sur la question palestinienne, sans toutefois négliger l’importance de l’institution étatique.

Cette recherche se basera en particulier sur des observations des manifestations pro-palestiniennes qui se sont déroulées à Istanbul entre décembre 2017 et mai 2018, par le biais de l’étude de vidéos et photos de ces évènements. Nous nous baserons également sur des déclarations et discours relatifs à la question palestinienne issus des principaux partis politiques et ONG turques. De plus, étant donné l’actualité du sujet, cette recherche se basera aussi sur des sources journalistiques à travers le suivi de la presse, principalement turque et israélienne.

Le soutien à la cause palestinienne fait largement consensus dans la société turque, à la fois au sein de la population et entre les différentes formations politiques (I). Pourtant, la défense de la cause palestinienne dans l’espace public est essentiellement issue des milieux religieux, qu’il s’agisse de partis politiques ou d’associations (II). Le pouvoir instrumentalise ainsi la cause palestinienne par le biais de la religion et de la solidarité islamique pour se légitimer auprès de l’électorat turc et du monde arabe (III).

Le soutien à la cause palestinienne : un consensus largement partagé en Turquie

Bien que les gouvernements turcs aient tardivement adopté un discours nettement pro-palestinien, le soutien à la cause palestinienne en Turquie n’est pas nouveau. Celui-ci est bien ancré, tant au sein de la population que de la classe politique. La question palestinienne semble ainsi faire consensus et constituer un élément fédérateur en Turquie.

Un soutien très marqué au sein de l’opinion publique

Le conflit israélo-palestinien ne constitue pas un clivage en Turquie puisque malgré la proximité historique entre Tel Aviv et Ankara, la population se positionne quasi-unanimement en faveur du peuple palestinien. Selon un sondage du Pew Research Center paru en 20077, seuls 4% des Turcs exprimaient une sympathie pour Israël, tandis que 67% se disaient en faveur de la Palestine. La proximité historique, religieuse et culturelle qui unit les Turcs et les Palestiniens peut expliquer cette inclinaison pro-palestinienne de l’opinion publique. La Palestine est un territoire particulièrement important aux yeux des Turcs, d’une part parce qu’il s’agit d’un ancien territoire de l’Empire ottoman, et d’autre part parce qu’il s’agit de la « Terre Sainte ». Ainsi, le statut de Jérusalem et le contrôle des lieux saints constituent-ils deux issues majeures du conflit israélo-palestinien pour la population turque8. Ceci explique que la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par les États-Unis en décembre 2017 ait cristallisé les tensions à l’encontre de l’État hébreu en Turquie. D’après un sondage effectué par l’institut Gallup international à la fin de l’année 20179, la Turquie se positionnerait parmi les pays dont la population est la plus largement opposée à la déclaration de Donald Trump. 96% des Turcs se déclarent ainsi défavorables à la décision du président américain, tandis que seuls 1% y est favorable. Ces chiffres placent même la Turquie devant la moyenne des pays arabes en ce qui concerne l’opposition à Trump. En effet, selon l’institut Gallup international, 94% des sondés se disent défavorables à la décision du président américain si l’on prend en compte l’ensemble du monde arabe.

La population turque a affiché haut et fort son soutien à la cause palestinienne, principalement par le biais d’une présence accrue dans la rue. En effet, de nombreuses manifestations très fréquentées sont organisées dès qu’un important évènement se produit en Palestine. Ceci est particulièrement vrai depuis les années 2000. De larges rassemblements ont par exemple eu lieu au printemps 2002 dans le contexte de la deuxième intifada, en 2009 lors de l’opération « plomb durci », et bien sûr suite à l’affaire du Mavi Marmara. Des commémorations en hommage aux victimes du Mavi Marmara font d’ailleurs l’objet de rassemblements annuels tous les 31 mai depuis 2010. La tenue de telles manifestations n’est pas nouvelle. En effet, des meetings annuels ont lieux en Turquie depuis 1980 à travers la Journée Mondiale d’Al-Quds. Cette initiative lancée en Iran par l’Ayatollah Khomeiny faisait suite à la décision israélienne de faire de Jérusalem sa capitale officielle et fut très suivie en Turquie. La question du statut de la ville sainte a à nouveau poussé les Turcs à descendre dans la rue au cours de ces derniers mois. Depuis l’annonce faite par Donald Trump le 6 décembre 2017, les rassemblements de soutien aux Palestiniens se sont en effet multipliés dans le pays. Elles regroupent de larges pans de la société, et peuvent notamment compter sur la présence de nombreuses femmes et enfants. Par ailleurs, de nombreux citoyens turcs étaient présents lors des manifestations s’étant tenues à Al Aqsa10. C’est surtout le milieu associatif qui contribue à la mobilisation de la population turque. Il constitue un important canal pour permettre à la société civile d’être informée sur la question palestinienne et de faire entendre sa voix. L’ONG İHH [İnsani Yardım Vakfı] (voir à ce sujet le mémoire d’Elen Le Chêne publié en 2013) est particulièrement active en la matière. Elle est l’association turque la plus présente dans l’espace public et a acquis une réputation internationale en organisant l’envoi du Mavi Marmara vers Gaza en 2010. En outre, l’İHH produit régulièrement des brochures et vidéos explicatives visant à sensibiliser la population à la cause palestinienne en retraçant l’histoire du conflit et en transmettant des photos et des chiffres clés. L’ONG dispose à cette fin d’un centre de recherche, l’İNSAMER [İsani ve Sosyal Araştırmalar Merkezi], qui produit régulièrement des rapports. La forte implication de la population et du milieu associatif illustre ainsi le large consensus dont le soutien à la cause palestinienne fait l’objet au sein de la société civile. Ce consensus est également observable au niveau politique.

« Rapport de situation humanitaire en Palestine », IHH-İNSAMER, mai 2017
Extrait d’une vidéo de l’IHH sur le conflit israélo-palestinien, « Kudüs İşgal Altında! [Jérusalem occupée !] » – Genç İHH, Youtube

Un consensus politique pour le soutien à la cause palestinienne

Au niveau de la classe politique également, la question palestinienne ne constitue pas un clivage. Alors qu’ils ont longtemps manifesté une certaine neutralité, les principaux partis politiques turcs affichent aujourd’hui leur soutien à la cause palestinienne et dénoncent l’attitude d’Israël dans le conflit. À l’origine, ce sont surtout les mouvements islamiques qui ont les premiers cherché à promouvoir une politique pro-palestinienne, s’accompagnant d’une rhétorique antisioniste. La rhétorique antisioniste débute surtout à partir des années 1970, notamment sous l’influence de Necmettin Erbakan et dans le contexte de l’émergence de l’islam politique en Turquie. Cette rhétorique s’est poursuivie à travers les formations politiques ayant succédé à son parti, le MNP (Millî Nizam Partisi – Parti de l’Ordre National)11. On la retrouve bien sûr aujourd’hui au sein des partis découlant de cette tradition politique, à savoir l’AKP et Saadet Partisi (Parti de la Félicité). Cependant, elle ne se limite pas aux partis d’obédience islamique. En effet, un consensus politique est observable sur la question palestinienne. La cause palestinienne a par exemple toujours bénéficié d’un soutien marqué de la part des mouvances révolutionnaires d’extrême-gauche, imprégnées par le tiers-mondisme et hostiles à Israël. L’ensemble des partis politiques ont désormais rejoint des aspirations de politique étrangère largement partagées par l’opinion publique. Ce revirement politique se concrétise par une politique de plus en plus ouvertement pro-palestinienne, ainsi que par une détérioration croissante des relations turco-israéliennes.

L’annonce de Donald Trump le 6 décembre 2017 a ainsi suscité des réactions similaires au sein de la classe politique turque, aussi bien en ce qui concerne le parti au pouvoir que l’opposition. Recep Tayyip Erdoğan et les responsables de l’AKP ont immédiatement manifesté leur réprobation et leur indignation face à la situation. Depuis, le président turc a multiplié les déclarations hostiles à l’encontre d’Israël et des États-Unis, et s’est imposé comme un acteur incontournable de la question palestinienne, applaudi dans le monde musulman pour sa fermeté face à Donald Trump et Benjamin Netanyahu. La gestion de la question de Jérusalem par le gouvernement n’a pas réellement suscité d’opposition de la part des autres partis politiques. Ceux-ci ont unanimement condamné la reconnaissance de Jérusalem comme capitale, le transfert de l’ambassade américaine ainsi que la répression des soulèvements palestiniens par l’armée israélienne12.

Une déclaration du HDP13 affirme ainsi que

« La reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d’Israël par le président des États-Unis, Donald Trump, est une tentative de provocation très dangereuse qui doit être immédiatement arrêtée, et qui sape les initiatives de paix ».

Meral Akşener, la présidente du İyi Parti a quant à elle déclaré14 que

« Trump […] a non seulement profondément blessé le monde islamique, mais également les négociations de paix israélo-palestiniennes. Je condamne fermement cette situation ».

Le CHP (Parti Républicain du Peuple) et le İyi Parti se sont également tous les deux prononcés pour la reconnaissance de Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine, tout comme le président turc lorsqu’il a convoqué un sommet exceptionnel de l’OCI à Istanbul15. Après l’inauguration de la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem le 14 mai 2018, l’AKP et le MHP ont ainsi signé une déclaration commune avec le principal parti d’opposition, le CHP, afin de dénoncer les violences israéliennes ayant causé la mort d’une soixantaine de Palestiniens dans la bande de Gaza16.

Le CHP avait également appelé au rappel de l’ambassadeur turc en Israël, allant ainsi dans le même sens que la décision prise par Erdoğan de rappeler ses ambassadeurs à Washington et à Tel Aviv, et d’expulser temporairement l’ambassadeur israélien à Ankara.

Le soutien à la cause palestinienne est donc largement partagé en Turquie et dépasse les clivages politiques, partisans et religieux. Cependant, force est de constater que la présence de la question palestinienne dans l’espace public turc est largement captée par les milieux religieux et conservateurs.

L’accaparement de la question palestinienne dans l’espace public par les organisations islamiques

La cause palestinienne bénéficie d’une importante visibilité dans l’espace public turc (meetings, manifestations, affiches etc.). Celle-ci est principalement le fait d’organisations d’obédience islamique, en premier lieu l’İHH et l’AKP qui fondent leurs discours sur la solidarité islamique.

Les organisations et partis islamiques comme acteurs de premier plan : l’exemple de l’İHH et de l’AKP

Appel au rassemblement à Yenikapı le 10 décembre 2017

L’annonce du 6 décembre 2017, puis l’inauguration de la nouvelle ambassade américaine le 14 mai 2018, ont donné lieu à de fortes réactions en Turquie. La question palestinienne s’est imposée dans l’espace public, en particulier à travers la multiplication des manifestations et rassemblements pro-palestiniens. L’İHH est particulièrement active au sein de ces évènements, en tant qu’organisatrice ou bien en les relayant sur les réseaux sociaux. L’ONG était par exemple présente à Istanbul lors des rassemblements du 8 décembre à la Mosquée de Fatih et du 10 décembre à Yenikapı.  La tenue de la manifestation annuelle en hommage aux victimes du Mavi Marmara le 31 mai a aussi été l’occasion de protester contre le déménagement de l’ambassade des États-Unis et contre les violences israéliennes dans la bande de Gaza. En dehors de la société civile, le gouvernement lui-même s’est fortement impliqué pour protester contre les États-Unis et Israël, d’une part en multipliant les initiatives sur la scène internationale et d’autre part en mobilisant la population turque. Deux exemples : (1) L’annonce de Donald Trump a été immédiatement suivie le 13 décembre par la convocation par Erdoğan d’un sommet extraordinaire de l’OCI (Organisation de la Coopération Islamique) à Istanbul ; (2) L’explosion des violences à Gaza le 14 mai a poussé l’AKP à organiser un grand meeting le 18 mai à Yenikapı. Qu’ils soient à l’initiative de l’İHH ou de l’AKP, ces rassemblements ont un point commun. Les deux organisations y utilisent la même rhétorique prônant la défense de Jérusalem et de la Palestine au nom de la solidarité islamique et de la protection d’Al Aqsa.

L’identité islamique de l’İHH et de l’AKP leur confère une certaine vision du conflit, basée sur une rhétorique religieuse. Qualifiée d’« ONG islamique »17, l’İHH se distingue en effet par ses actions humanitaires et de plaidoyer ciblant les populations musulmanes. Fondée en 1992 par la branche allemande de Milli Görüş, l’ONG visait à l’origine à aider les populations musulmanes de Bosnie. Elle a aujourd’hui élargi ses terrains d’action parmi lesquels le Moyen-Orient et la Palestine font figure de priorité. L’İHH s’est impliquée en Palestine dès 1998 et possède un bureau à Gaza et une représentation en Cisjordanie. Son implication dans le dossier palestinien, en particulier l’affaire du Mavi Marmara, lui a permis de gagner en visibilité à travers la multiplication des affiches, publications et manifestations sur le sujet, tout en satisfaisant les aspirations de ses donateurs. L’İHH a été créée avec le soutien du parti Refah et est donc issue d’une tradition commune à l’AKP et à Saadet. Il existe ainsi une certaine porosité entre les membres de l’İHH et ceux de l’AKP, des députés de l’AKP ayant par exemple été impliqués dans la flottille de 2010 à destination de Gaza18. Les deux organisations se caractérisent donc par d’importantes similarités idéologiques, notamment du point de vue de la question palestinienne. La figure de Necmettin Erbakan, fondateur du parti de la prospérité (Refah Partisi) et figure de l’islam politique turc, est ainsi largement revendiquée par l’İHH. Lors du meeting pro-palestinien du 10 décembre 2017 à Yenikapı, de grands portraits d’Erbakan et du sultan Abdülhamid II étaient ainsi affichés sur la scène principale, soulignant l’usage d’une rhétorique basée sur la religion.

Affiche appelant au rassemblement à la mémoire des victimes du Mavi Marmara le 31 mai à l’initiative de l’İHH

L’İHH comme l’AKP ont fait de Gaza et de Jérusalem leurs sujets de prédilection. Au cours des rassemblements de protestation qui ont eu lieu depuis décembre 2017, des slogans tels que Kudüs İslamındır (Jérusalem est à l’islam) et Kudüs Müslümanların başkentidir (Jérusalem est la capitale des Musulmans) ont été particulièrement mobilisés. En outre, l’İHH et l’AKP affichent une certaine proximité avec le mouvement islamiste palestinien Hamas. Suite aux élections législatives palestiniennes de janvier 2006, la Turquie a pris acte de la victoire du Hamas, et a appelé la communauté internationale à respecter ce résultat au nom du respect de la démocratie19. Ankara a également mené des efforts de médiation afin de convaincre le Hamas de reconnaître Israël et de collaborer avec le Fatah à l’occasion d’une rencontre en février 200620. Plus récemment, le 15 mai 2018, Erdoğan affirmait dans un Tweet 21 :

« Le Hamas n’est pas une organisation terroriste et les Palestiniens ne sont pas des terroristes. Il s’agit d’un mouvement de résistance qui défend la Palestine contre l’occupant ».  

Le maintien de forts liens entre l’İHH et la bande de Gaza après 2006 et l’envoi de matériel sur place ont aussi incité à penser que les deux organisations entretiennent des liens entre elles, raison pour laquelle Israël a placé l’İHH sur la liste des organisations qu’elle considère comme terroristes22. Ainsi, lors des différentes manifestations pro-palestiniennes en Turquie, il est usuel de voir des drapeaux du Hamas, voire d’Al Qaida, se mêler aux drapeaux palestiniens et turcs, ce qui atteste de la dimension islamique que revêt le soutien à la cause palestinienne en Turquie.

Une opposition qui peine à s’imposer

Face à la popularité dont bénéficie la défense de la cause palestinienne aux yeux de l’opinion publique turque, la marge de manœuvre de l’opposition est limitée pour soutenir les Palestiniens et critiquer Israël sans toutefois apporter un soutien à l’AKP. Malgré leur manque de visibilité dans l’espace public en ce qui concerne la question palestinienne, les partis d’opposition tentent pourtant de faire entendre leur propre voix. C’est par exemple le cas du CHP et du HDP. Ils n’hésitent pas à dénoncer l’inefficacité des prises de position du gouvernement et son hypocrisie. Le maintien de forts liens économiques et commerciaux avec Israël, l’accord de réconciliation post-Mavi Marmara en 2016 et la proximité de l’AKP avec les États-Unis et l’État hébreu sont ainsi dénoncés. Le gouvernement se contenterait de faire des déclarations hostiles à l’encontre d’Israël, sans toutefois mener des actions concrètes et efficaces pour améliorer le sort des Palestiniens et faire avancer le processus de paix. L’objectif pour ces partis d’opposition est de montrer que le gouvernement ne va pas suffisamment loin dans la défense de la cause palestinienne et de remettre en question la sincérité de l’intérêt porté aux Palestiniens. Suite à l’explosion des violences à Gaza en mai 2018, des députés du CHP et du HDP ont d’ailleurs déposé une proposition de débat parlementaire visant à mettre fin à tous les accords commerciaux, militaires et politiques liant la Turquie à Israël23. Le rejet de cette proposition par les députés de l’AKP a ainsi permis à l’opposition de montrer les limites de la rhétorique anti-israélienne de l’AKP et de dénoncer l’instrumentalisation qui est faite de la question palestinienne.

L’instrumentalisation de la cause palestinienne par le pouvoir via la promotion de la solidarité religieuse avec les « frères » palestiniens

La Turquie d’Erdoğan se pose en nouveau leader de la cause palestinienne à travers l’utilisation d’une rhétorique religieuse, mettant en avant le devoir pour les Turcs de soutenir les Palestiniens au nom de la défense du monde musulman. En faisant cela, le gouvernement instrumentalise la question palestinienne afin de s’attirer les faveurs des électeurs turcs d’une part, et d’augmenter la puissance régionale de la Turquie auprès des pays musulmans d’autre part.

La cause palestinienne : une opportunité électorale et de légitimation interne

En organisant son propre meeting de protestation contre l’inauguration de la nouvelle ambassade américaine le 18 mai 2018, l’AKP a encore une fois montré sa volonté de s’impliquer directement dans la question palestinienne. En convoquant des sommets de l’OCI le 13 décembre 2017 et le 18 mai 2018, le président Erdoğan souhaitait lancer une initiative diplomatique et inter-étatique. Le meeting du 18 mai en revanche s’adressait directement au peuple turc et à ses sympathisants qui s’y étaient réunis en grand nombre. Il ne faut pas oublier le contexte politique interne dans lequel s’est déroulé ce meeting. La crise diplomatique entre Israël et la Turquie est intervenue dans un moment de campagne électorale précédant les élections présidentielles et législatives du 24 juin 2018. Bien que centré sur la question de Jérusalem, le meeting du 18 mai ressemblait davantage à un meeting de campagne réunissant l’électorat traditionnel de l’AKP. L’opposition a ainsi dénoncé une récupération politique de la cause palestinienne à des fins électorales24. L’affaire du Mavi Marmara a particulièrement contribué à sensibiliser le peuple turc à la cause palestinienne et à l’impliquer davantage dans sa défense. La mort de dix citoyens turcs a permis de faire de la Turquie un acteur directement impliqué dans le conflit et de mobiliser un nouveau répertoire discursif faisant appel à la figure du martyr. Les militants de l’İHH décédés dans l’opération de 2010 sont ainsi considérés comme des martyrs turcs de la cause palestinienne dont les portraits sont mis en avant par l’İHH et par l’AKP, en particulier lors des rassemblements organisés en mémoire de l’événement chaque 31 mai. Ces martyrs sont ainsi au centre de la mise en récit d’une mémoire ayant pour effet de délocaliser le conflit israélo-palestinien en l’important en Turquie. L’invocation de la question palestinienne peut être très efficace pour mobiliser un électorat plutôt religieux et conservateur déjà acquis au vote AKP mais aussi au Parti Saadet. C’est aussi un sujet consensuel susceptible de mobiliser un pan beaucoup plus large de la société turque.

La question palestinienne au service des ambitions régionales de la Turquie

S’impliquer dans le dossier palestinien constitue pour le gouvernement turc un moyen d’étendre son influence dans le monde arabo-musulman. Le regain d’attention porté à la question palestinienne au cours de ces dernières années s’inscrit ainsi dans le contexte de la doctrine Davutoğlu qui vise à recentrer la politique étrangère turque sur son aire d’influence régionale traditionnelle. Étant donnée la portée symbolique conférée à la cause palestinienne dans les pays musulmans, en particulier arabes, le soutien aux Palestiniens constitue un outil d’influence primordial au Moyen-Orient. Les prises de positions intransigeantes d’Ankara vis-à-vis d’Israël ont largement contribué à la popularité de la Turquie et du président Erdoğan. Depuis le mois de décembre 2017, le président turc s’est imposé comme un porte-parole des populations musulmanes afin de défendre la ville sainte de Jérusalem et son statut. L’organisation du sommet extraordinaire de l’OCI à Istanbul le 13 décembre a été pour lui l’occasion de prendre la tête de la lutte. Sa proposition de reconnaitre Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine a été suivie par les autres membres de l’organisation25. Ankara est parvenue à imposer son leadership sur la question palestinienne, alors que celui-ci était jusqu’alors monopolisé par l’Iran.

La Turquie tire également profit de la mobilisation de la société civile turque, à la fois en Palestine et ailleurs dans la région. En effet, les actions sur le terrain de l’İHH (construction d’écoles et d’hôpitaux, rénovation de mosquées etc.), ainsi que la forte médiatisation de l’affaire du Mavi Marmara, ont contribué à y donner une image positive de la Turquie dans son ensemble, et pas uniquement de l’ONG. Malgré l’indépendance officielle qu’il existe entre le gouvernement et l’İHH, les actions de cette dernière ont permis à la Turquie de développer son soft power régional et ont facilité l’ambitieuse politique étrangère du pays au Moyen-Orient. De même, l’arrivée au pouvoir de l’AKP a facilité les actions et la visibilité de l’ONG26 et lui a permis d’obtenir le statut d’utilité publique27. L’influence croissante de la Turquie est également observable sur place via la TİKA, très active au sein des territoires palestiniens, en particulier à Jérusalem-Est. Cette agence gouvernementale a ouvert un bureau à Ramallah en 2005 afin d’assurer une assistance à la Palestine de la part de la Turquie28. Les actions de l’organisation inquiètent, celle-ci étant notamment soupçonnée de d’entretenir des liens avec le Mouvement islamique en Israël29. L’Arabie Saoudite et la Jordanie dénoncent ainsi la présence turque à Jérusalem, considérant que le gouvernement tente de s’accaparer un contrôle sur la ville et ses lieux saints. L’Autorité palestinienne elle-même voit d’un mauvais œil l’implication du gouvernement turc, étant donné les liens présumés entre l’AKP et le Hamas30.

Conclusion

Les sondages d’opinion et les déclarations des différents partis politiques nous montrent bien que la question palestinienne fait l’objet d’un large consensus en Turquie. Cependant, l’observation des nombreux rassemblements et manifestations pro-palestiniennes de ces derniers mois nous montrent que ce sujet est accaparé par les organisations islamiques. En effet, l’İHH et l’AKP monopolisent l’espace public turc en la matière. Le discours pro-palestinien majoritaire en Turquie se base en premier lieu des aspects liés à la religion, c’est-à-dire sur la volonté de défendre une terre abritant des lieux saints et un peuple musulman. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que la décision de Donald Trump concernant la ville sainte de Jérusalem ait suscité une vive réaction. Si l’organisation İHH semble principalement motivée par son idéologie humanitaire et islamique, les motivations du gouvernement AKP vont au-delà de l’idéologie et sont en réalité très pragmatiques puisqu’elles servent ses intérêts politiques, tant au niveau interne que régional.

Bibliographie

Sources institutionnelles

Ouvrage

  • JABBOUR, Jana. La Turquie. L’invention d’une diplomatie émergente. CNRS éditions. Paris. 2017.

Articles scientifiques

Travaux de recherche

  • ALSAFTAWI, Mohammed. « Turkish Policy Towards Israel and Palestine. Continuity and Change in the Relations of the Turskish-Palestinian-Israeli Triangle Under the Rule of the Justice and Development Party (AKP) (2002-2016) », Thèse sous la direction de Dries Lesage, Universiteit Ghent, Janvier 2017.
  • LE CHENE, Elen. « L’İHH, une diplomatie humanitaire complémentaire de la politique étrangère turque au Moyen-Orient. Etude de cas : la Palestine et la Syrie », Mémoire de recherche sous la direction d’Aude Signoles, OVIPOT 2012.

Presse

Discours

  • ÇAVUŞOĞLU, Mevlüt. Discours à l’Assemblée générale des Nations Unies. New-York. 21 décembre 2017.
  • ERDOĞAN, Recep Tayyip. Discours au Forum économique mondial. Davos. 29 janvier 2009.
  • ERDOĞAN, Recep Tayyip. Discours au Sommet de l’OCI. Istanbul. 13 décembre 2017.
  • ERDOĞAN, Recep Tayyip. Discours lors d’une manifestation de soutien aux palestiniens. Istanbul. 18 mai 2018.

Photos et vidéos

  • Rassemblement devant le consulat américain, Istanbul, 7 décembre 2017.
  • Manifestation devant la Mosquée de Fatih, « Vendredi de la colère », Istanbul, 8 décembre 2017.
  • Manifestation devant Sainte-Sophie, Istanbul, 9 décembre 2017.
  • Meeting national à Yenikapı, Istanbul, 10 décembre 2017.
  • Marche de soutien à Ahed Tamini, Istanbul, 23 décembre 2017.
  • Meeting à Yenikapı, Istanbul, 18 mai 2018.
  • Manifestation en hommage aux victimes du Mavi Marmara à Istiklal Caddesi, Istanbul, 31 mai 2018.

Sondages

  1. Le 21 décembre 2017, une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU condamnant la décision américaine a été votée par 128 États (sur 172 États-membres). []
  2. L’intervention d’Erdoğan, connue sous le nom de « one minute », face à Shimon Peres lors du Forum de Davos le 29 janvier 2009 est particulièrement emblématique. Elle peut être considérée comme la première étape de la détérioration des relations turco-israéliennes. []
  3. Ceci correspond à l’adoption par Israël de la doctrine de « l’alliance périphérique » théorisée par David Ben Gourion. Il s’agissait pour l’État hébreu de se trouver des alliés régionaux (Turquie, Iran, Éthiopie…) pour contrebalancer les mauvaises relations avec ses voisins arabes. []
  4. Ministre des Affaires étrangères (2009-2014) puis Premier ministre (2014-2016), Davutoğlu est le principal initiateur de la politique étrangère de l’AKP, théorisée dans son ouvrage Stratejik Derinlik [La profondeur stratégique] paru en 2001.  []
  5. ERTOSUN Erkan, « Turkey and the Palestinian Question: the Shift of Roles in Foreign Policy », Digest of Middle East Studies, 2016 (vol 26, n°1), p.205. []
  6. Ibid, pp. 207-2011. []
  7. Pew Research Center, « Global Unease with Major World Powers. Chapter 5 : View of the Middle East Conflict », 2007 http://www.pewglobal.org/2007/06/27/chapter-5-views-of-the-middle-east-conflict/ . []
  8. ARAS Bülent, « Turkey and the Palestinian Question », SETA policy brief, 2009, p.7. []
  9. Gallup International, « Attitudes Towards the Recognition of Jerusalem as Israeli Capital », Décembre 2017 http://www.gallup-international.com/wp-content/uploads/2018/01/2017_USA-Decision-on-Jerusalem.pdf. []
  10. I24news, « Jordan, Saudi Arabia, PA warn Israel of Erdogan’s Jerusalem agenda: report » https://www.i24news.tv/en/news/international/middle-east/178225-180628-jordan-saudi-arabia-pa-warn-israel-of-erdogan-s-jerusalem-agenda-report, 28 juin 2018. []
  11. RIFAT N. Bali, « The Image of the Jew in the Rhetoric of Political Islam in Turkey », CEMOTI, 1999 (n°28), pp. 95-108 [https://doi.org/10.3406/cemot.1999.1485]. []
  12. L’ensemble des partis politiques représentés lors des élections présidentielles du 24 juin 2018 ont ainsi protesté contre la décision américaine (AKP-MHP, CHP, HDP, İyi parti, Saadet Partisi, Vatan Partisi). []
  13. HDP, « Trump, Kudüs kararı ile bölgesel bir savaşın fitilini ateşlemeye çalışıyor » https://www.hdp.org.tr/tr/basin/basin-aciklamalari/trump-kudus-karari-ile-bolgesel-bir-savasin-fitilini-ateslemeye-calisiyor/11299, 7 décembre 2017. []
  14. CNN Türk, « Meral Akşener’den Trump’a ‘Kudüs’ tepkisi » https://www.cnnturk.com/turkiye/meral-aksenerden-trumpa-kudus-tepkisi] 6 décembre 2017. []
  15. ERDOĞAN Recep Tayyip, Discours au Sommet de l’OCI, Istanbul, 13 décembre 2017. []
  16. Agence Anadolu, « Une déclaration commune du Ak Parti, CHP et MHP dénonce les crimes d’Israël » []
  17. JABBOUR Jana, La Turquie. L’invention d’une diplomatie émergente, CNRS éditions, Paris, 2017, p.99. []
  18. JABBOUR Jana, op.cit., p.103. []
  19. ARAS Bülent, « Turkey and the Palestinian Question », SETA policy brief, 2009, p.6. []
  20. ERTOSUN Erkan, « Turkey and the Palestinian Question: the Shift of Roles in Foreign Policy », Digest of Middle East Studies (vol 26, n° 1), 2016, pp.209-210. []
  21. Recep Tayyip Erdoğan, Twitter (@RT_Erdogan), 15 mai 2018. []
  22. TUSIRAY Melis, WERS Michael, « What is the IHH? Issue brief on the foundation for human rights and freedoms and humanitarian relief », Center for American Progress, 2010, p.1. []
  23. CHEVIRON Nicolas, « La campagne électorale d’Erdoğan dopée par les violences de Tsahal à Gaza », Médiapart [en ligne : https://www.mediapart.fr/journal/france/190518/la-campagne-electorale-d-erdogan-dopee-par-les-violences-de-tsahal-gaza] 19 mai 2018. []
  24. CHEVIRON Nicolas, op.cit. []
  25. Extraordinary Islamic Summit Conference, « Istanbul declaration on ‘freedom for Al Quds’ », Istanbul, 13 décembre 2017. []
  26. JABBOUR Jana, op.cit., p.99. []
  27. LE CHENE Elen, op.cit., p.16. []
  28. Republic of Turkey – Ministry of Foreign Affairs. « Turkey’s Political Relations with the State of Palestine » [en ligne : http://www.mfa.gov.tr/turkey_s-political-relations-with-the-palestinian-national-authority.en.mfa], consulté le 11 juin 2018. []
  29. TOI Staff, « Israel said planning measures to restrict Erdogan’s influence in Jerusalem », The Times of Israel [en ligne : https://www.timesofisrael.com/israel-planning-measures-to-restrict-erdogans-influence-in-jerusalem-report/], 7 juillet 2018 (consulté le 23/07/18) []
  30. I24news, « Jordan, Saudi Arabia, PA warn Israel of Erdogan’s Jerusalem agenda: report » https://www.i24news.tv/en/news/international/middle-east/178225-180628-jordan-saudi-arabia-pa-warn-israel-of-erdogan-s-jerusalem-agenda-report, 28 juin 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.