La TÜSIAD critique les résultats de l’ouverture kurde du gouvernement


Alors que les espoirs de règlement de la question kurde qu’avait provoqués l’initiative «d’ouverture démocratique», orchestrée par le gouvernement de l’AKP, au cours de l’été 2009, s’amoindrissent, les médias turcs se sont fait l’écho des réactions des différentes parties concernées par le problème. Une voix quelque peu atypique s’est fait entendre : celle de la TÜSIAD (Türk Sanaycileri ve İşadamları Derneği), l’Association des Industriels et des hommes d’affaires turcs, qui a ouvertement critiqué la stratégie gouvernementale. Selon le journal Hürriyet dans un article daté du 24 juin, Ümit Boyner (photo), la présidente du conseil d’administration de l’association, a ainsi déclaré que

«la mauvaise gestion de l’initiative, les ambigüités concernant son contenu et la déception qu’elle a créée sont tout à la fois attristantes et déprimantes».

La critique est directe et sévère, mais elle n’est pas vraiment surprenante. En effet, ce n’est pas la première fois que l’association prend ainsi position, cela s’inscrit en fait dans sa tradition, qui est davantage celle d’un think tank que d’une organisation patronale. En 1979, huit ans après sa création, la TÜSIAD critiqua ouvertement le gouvernement Ecevit, facilitant probablement la chute de ce dernier. En 1997, elle participa à l’initiative civile qui s’opposait au gouvernement de l’islamiste Necmettin Erkaban et qui aboutit, avec l’intervention de l’armée, au «coup d’Etat postmoderne». Ainsi, la dimension politique de l’association n’est pas nouvelle, et il en est même un élément central. Sur son site Internet, la TÜSIAD exprime clairement ses idées politiques, se présentant comme un acteur primordial dans le processus de démocratisation et d’approfondissement de l’Etat de droit en Turquie. Il est ainsi question de démocratie, de droits fondamentaux, du statut du pouvoir judiciaire… Plusieurs réformes sont proposées par l’association, notamment celle de l’abaissement du seuil de 10% nécessaire à toute formation politique afin d’obtenir une représentation au niveau national. La TÜSIAD défend donc ce qu’elle considère comme ses intérêts, en insistant sur la nécessité d’un règlement des conflits internes en Turquie, car ceux-ci constituent selon elle des obstacles au développement économique.

C’est par ailleurs l’identité même de l’association qui s’oppose à celle de l’AKP, rendant ces déclarations encore moins surprenantes. Il suffit pour cela de considérer l’image transmise par la présidente de l’association. Ümit Boyner est une femme d’affaires, habillée à l’occidentale, incarnant une certaine forme de modernité. L’association défend l’idée d’une Turquie européenne, laïque et républicaine, correspondant aux standards économiques et politiques occidentaux. L’AKP semble quant à lui incarner une approche différente, notamment à travers l’épouse de Recep Tayyip Erdoğan, antithèse d’Ümit Boyner avec son voile et ses tenues strictes. L’islam modéré défendu par le parti et sa base partisane, composée notamment de nombreux petits entrepreneurs des régions anatoliennes, sont également très éloignés de ce que la TÜSIAD représente. Ces petites et moyennes industries sont en effet sous-représentées au sein de l’association, alors qu’elles sont très présentes au sein de la MÜSIAD (Müstakil Sanaycileri ve İşadamları Derneği), l’organisation indépendante des industriels et hommes d’affaires, une instance rivale proche de l’AKP, mise en place depuis une dizaine d’années.

Mais cette prise de position critique face au gouvernement de l’AKP ne doit pas faire oublier les ambiguïtés de la TÜSIAD, qui ne peut s’opposer franchement au pouvoir, car celui-ci a réalisé certaines avancées dans des domaines économiques qui lui sont chers. Ainsi le gouvernement a sans conteste œuvré en faveur de l’intégration de la Turquie à l’Union Européenne, il a également mis en place des réformes de libéralisme économique que réclamait la TÜSIAD. C’est en réalité une véritable relation d’interdépendance qui s’est instaurée entre les deux parties. La TÜSIAD a besoin de l’appui du gouvernement, ou du moins de sa tolérance, afin de mener à bien ses activités de lobbying, et elle ne peut par ailleurs pas s’opposer à un gouvernement qui met en place des réformes qu’elle a appelées de ses vœux depuis si longtemps. Du point de vue du gouvernement, l’activisme de la TÜSIAD est un atout pour ses négociations auprès des instances communautaires. La TÜSIAD participe en effet à l’amélioration de l’image de la Turquie auprès de ces dernières en offrant un visage moderne, réformiste et démocratique du pays. Elle a su devenir un interlocuteur de premier plan non seulement pour les acteurs économiques de l’Union européenne, mais également pour ses acteurs politiques. La TÜSIAD incarne en quelque sorte la Turquie dont rêvent certains milieux dirigeants de l’UE.

La position de la TÜSIAD est donc singulière et inconfortable à bien des égards. Elle ne peut s’afficher ni franchement du côté de l’establishment laïque, lié à l’armée, ni totalement de celui du gouvernement de l’AKP. Pourtant, lors du coup d’Etat postmoderne, elle n’a pas hésité à se positionner dans le camp de l’armée. Mais adopter une telle position aujourd’hui nuirait sans aucun doute à sa crédibilité, puisque son engagement pro-européen et démocratique implique qu’elle milite pour l’affaiblissement du rôle de l’armée dans le système politique turc. L’adhésion à l’UE est en outre de plus en plus vécue par l’opposition comme un moyen de lutter contre la prépondérance des militaires, ce qui expliquerait les avancées réalisées par l’AKP dans ce domaine. Dans ce contexte, la TÜSIAD se place aux côtés de l’AKP. Cependant, l’association semble changer de camp lorsqu’elle prend position contre la candidature d’Erdoğan à l’élection présidentielle de 2007 ou lorsqu’elle critique l’ «ouverture démocratique». Oscillant entre ces deux pôles de la vie politique turque, la TÜSIAD essaye de ménager l’un et l’autre, tout en conservant sa position d’interlocuteur privilégié auprès des instances européennes. Il semble que l’association ait jusqu’à présent réussi à ne pas se transformer en institution partisane, ce qui lui ôterait a priori son image d’organe indépendant motivé par la promotion d’une forme d’intérêt général, image qui suscite la confiance des acteurs européens. Les récentes déclarations de sa présidente se situent donc dans la continuation cette ligne et révèlent l’exercice d’équilibrisme auquel se livre la TÜSIAD, depuis longtemps déjà.

Anne-Laure Mahé


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.