La Turquie et l’OTAN. Malgré les divergences politiques, les intérêts stratégiques priment 

Pour citer cet article : Antoine Aucuit, "La Turquie et l’OTAN. Malgré les divergences politiques, les intérêts stratégiques priment ," in Observatoire de la vie politique turque, 18 février 2019, https://ovipot.hypotheses.org/15252.

En Turquie comme en Occident, des voix s’élèvent pour qu’Ankara se retire de l’alliance militaire.
Mais la coopération et l’assistance mutuelle sont toujours d’actualité entre la Turquie et l’OTAN.
Le pragmatisme devrait prévaloir sur les dissensions politiques.

La Turquie sortira de l’OTAN et les bases américaines seront fermées »1, promettait en mai dernier le candidat du Parti de la Patrie (VatanPartisi) Doğu Perinçek en cas de victoire aux élections présidentielles turques de juin 2018. « La Turquie ne peut plus être un pays soumis au système atlantique. Sa place est en Eurasie », poursuivait-il. De nombreux acteurs politiques et observateurs occidentaux partagent cette ambition, mais pour d’autres raisons. Là où le candidat du parti communiste et nationaliste turc, dont les résultats aux élections minorent par ailleurs la portée de ses déclarations2, militait pour l’indépendance nationale et tournait le regard vers l’Asie centrale, les partisans occidentaux de la sortie de la Turquie de l’OTAN déplorent avant tout l’instabilité de l’alliance avec la Turquie et la faible fiabilité d’Ankara compte tenu de ses engagements dans les conflits au Levant. En France3 comme aux États-Unis4, certains regrettent l’incapacité de l’OTAN et de ses pays membres à mettre fin aux interventions turques à la frontière syrienne contre les Kurdes, alliés des Occidentaux en première ligne dans la guerre contre les groupes djihadistes. Au point de remettre en cause la présence turque au sein de l’alliance atlantique depuis 1952.

Reprendre le contrôle du nord de la Syrie

Ceci ne constitue qu’un des nombreux points d’achoppement sur lesquels butent les relations entre Washington et Ankara. L’alliance tactique américaine avec le PYD (Parti de l’Union démocratique) et les YPG (Unités de protections du peuple) pour lutter contre l’organisation État islamique en Syrie mine leurs relations bilatérales. Les deux organisations syriennes kurdes, ramifications politique et militaire du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan), sont perçues par Ankara comme des organisations terroristes menaçant la sécurité de ses citoyens et l’intégrité territoriale de la Turquie. Plus qu’un enjeu sécuritaire, la question kurde est vitale pour le chef d’État turc.

En janvier 2018, l’armée turque a lancé l’opération « Rameau d’olivier » avec ses alliés rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) pour déloger les groupes kurdes du nord-ouest de la Syrie. En mars, les forces turques reprenaient la ville d’Afrin désertée par les combattants kurdes et promettaient, par la voie de leurs soldats et de leur chef d’État5, de poursuivre leur chemin jusqu’à Manbij, ville qui abrite une zone militaire américaine et où les forces de la coalition internationale travaillent de pair avec les Kurdes. On risquait alors une confrontation entre des unités de deux membres majeurs de l’OTAN. Un compromis, dont les détails n’ont jamais été rendus publics, fut toutefois trouvé entre Mike Pompeo et Mevlüt Çavuşoğlu au mois de juin, prévoyant l’évacuation des Kurdes sans violence6. L’incendie a été rapidement éteint, les États-Unis préférant la préservation d’un partenariat historique plutôt qu’un affront militaire. Depuis, les revirements du Président Trump ont semé le trouble sur les intentions de Washington concernant le règlement du conflit syrien. Se prononçant d’abord en faveur du retrait total sous trente jours des troupes américaines de Syrie en décembre dernier, le chef d’État américain a été contredit publiquement par son propre conseiller à la sécurité nationale John Bolton qui souhaitait fixer des conditions au retrait américain, parmi lesquelles la garantie de la sécurité des forces kurdes qui ont combattu aux côtés de la coalition, propos que le Président turc avait considéré « inacceptables et impossibles à digérer ». Les deux parties semblent désormais s’accorder sur la mise en place d’une safe zone de 20km dont les contours sont encore à définir, sans que la Turquie n’acceptent de donner les garanties de sécurité des forces kurdes qu’elles considèrent comme terroristes.

Une perte de confiance durable

Outre les divergences liées à l’implication des deux pays dans le conflit syrien, les relations entre les États-Unis et la Turquie ont été minées par de nombreux différends depuis quelques années. Les élites politiques au sein de l’administration des deux États se sont souvent retrouvées en opposition. Depuis l’accession de l’AKP au pouvoir en 2002, toute une série de désaccords majeurs ont perturbé les relations entre les deux pays, notamment sur la guerre en Irak en 2003. À l’origine déjà, les Turcs demandaient aux Américains un investissement plus important auprès d’Ankara dans la lutte contre les séparatistes kurdes du nord de l’Irak7, en échange de la fourniture d’hommes pour l’opération militaire en Irak et de l’acceptation du déploiement de 60 000 soldats américains au sud de la Turquie. Le rejet par le parlement turc du déploiement de ses effectifs militaires avait été vécu comme un affront par Washington et avait, déjà, entamé la confiance entre les deux pays. L’épisode de la flottille entre la Turquie et Israël en 2010 ou encore les votes turcs contre les sanctions américaines visant l’Iran à l’ONU n’ont fait que confirmer cette méfiance mutuelle.

La recrudescence des tensions à l’été 2018

À l’heure actuelle, les points de tension sont toujours conséquents entre les États-Unis et la Turquie. Ankara demande régulièrement l’extradition de Fethullah Gülen, à la tête du mouvement Hizmet et exilé en Pennsylvanie depuis 1999, considéré comme l’organisateur principal du coup d’État raté du 15 juillet 2016, ce que Washington refuse. À l’inverse, les Américains réclamaient avec insistance la libération du pasteur Andrew Brunson, retenu en prison par les autorités turques pour cause de soutien à des « organisations terroristes », comprendre le PKK et le mouvement güleniste. Installé dans la région d’Izmir depuis une vingtaine d’années, il était à la tête d’une petite église protestante et était suspecté par la justice turque d’avoir tissé des liens étroits avec des membres de la confrérie Gülen et du PKK. Ce genre d’accusation est devenu monnaie courante depuis la tentative avortée de putsch et la vague d’arrestations qui s’en est suivie depuis juillet 2016. Donald Trump, à l’approche des élections de mi-mandat, a fait de la libération du pasteur une affaire personnelle durant l’été, assurément motivé à l’idée de séduire l’électorat évangélique sur la scène domestique. Objet d’une crise diplomatique entre les États-Unis et la Turquie, l’affaire Brunson a pris un tournant économique lorsque la justice turque a refusé de libérer le pasteur en juillet 2018. En guise de représailles, Donald Trump a décidé unilatéralement le doublement des taxes à l’importation d’acier et d’aluminium turcs, les portant respectivement à 50 et 20 %. Il s’en est suivi une crise monétaire aiguë, révélant les fragilités de l’économie turque et sa dépendance vis-à-vis du dollar. Quand bien même la justice turque a finalement ordonné la libération du pasteur en octobre dernier, la relation entre la Turquie et les États-Unis s’est fortement dégradée.

À cela s’ajoutent les tensions liées aux sanctions américaines en Iran. Alors que Washington demandait aux Turcs de ne plus commercer avec l’Iran pour son approvisionnement en hydrocarbures, le ministre de l’économie turc Nihat Zeybekci avait signalé que la Turquie continuerait de poursuivre ses intérêts nationaux en dépit des sanctions, sauf si l’ONU venait à voter une résolution allant dans le sens des Américains8. Les activités de la banque turque Halkbank avaient déjà exaspéré les États-Unis. Un de ses salariés avait notamment organisé un schéma financier visant à échapper aux sanctions américaines à l’encontre de l’Iran9. La justice outre-atlantique l’a condamné à 32 mois de prison, sentence moins importante que prévue mais dont la portée politique affaiblie une fois de plus la confiance entre les administrations des deux pays, alors que Recep Tayyip Erdoğan emploie à intervalles réguliers un discours complotiste et anti-impérialiste.

Parallèlement, la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan a entamé depuis 2017 un rapprochement avec la Russie. Impensable en 2015 avec la crise qui avait frappé les deux pays après qu’Ankara ait abattu un appareil russe ayant franchi son espace aérien, la Turquie a annoncé publiquement son souhait de vouloir commander des batteries missiles S-400 russes. La décision turque d’acheter un système de défense aérienne russe en décembre dernier, qui sera par ailleurs livré en 2019, a une nouvelle fois sapé la confiance mutuelle entre les États-Unis et la Turquie. De fait, la livraison d’armement s’accompagnera d’opérations de maintenance, ce qui permettra aux Russes d’accéder à un complexe militaire d’un membre de l’OTAN. Avec pour effet d’alimenter les crispations des Américains et des alliés, la Turquie d’Erdoğan semble délibérément jouer la carte de l’axe Russo-Iranien de façon à faire pression sur l’Occident et obtenir de meilleurs accords futurs.

La Turquie et l’OTAN, inséparables malgré tout

Pour autant, ces désaccords et tensions n’impliquent pas nécessairement une rupture. D’où l’intérêt de dissocier la relation qu’entretient la Turquie avec les États-Unis de celle avec l’OTAN. La Turquie est également consciente des garanties de sécurité que lui assure une place au sein de l’OTAN, ce qu’aucun autre pays n’est capable de lui offrir. Il est donc vital d’y demeurer. Pour l’OTAN, Ankara représente aussi un atout considérable.

Elle héberge en effet la deuxième plus grande armée de l’organisation, derrière les États-Unis. À l’échelle internationale, la Turquie occupe la quinzième place en termes de dépenses militaires. En 2017, la Turquie a dépensé près de $18,2 milliards en armement, soit une augmentation de 46% par rapport à 200810, ce qui en fait le troisième plus gros budget militaire au Moyen-Orient, devant l’Iran et Israël.

Dépenses militaires (en milliards de $)

Le contexte interne et régional y est pour beaucoup, mais toujours est-il que la Turquie est devenue un acteur militaire central de la région et donc un appui de poids pour l’OTAN. L’alliance militaire stratégique avec la Turquie est d’autant plus primordiale qu’Ankara accueille un poste de commandement de forces terrestres de l’OTAN à Izmir, le LANDCOM. Créé en 2012, ce poste s’insère dans le cadre de l’interopérabilité des forces terrestres de l’OTAN et vise à déployer un commandement terrestre en cas d’opération conjointe. La Turquie héberge aussi, dans le cadre du système de défense anti-missile de l’OTAN (NATO Ballistic Missile Defence, BDM), un radar AN/ TPY-2 sur la base militaire de Kürecik, à Malatya. Prise en 2010, cette décision permet à l’OTAN de détecter et d’identifier, grâce au radar, des missiles balistiques ennemis. Les informations sont ensuite automatiquement transmises à d’autres outils de défense aérienne de façon à intercepter les missiles étrangers. Doğu Perinçek s’était d’ailleurs servi de ce dispositif comme argument contre la présence américaine sur le sol turc, assimilant le radar à une protection dissimulée d’Israël vis-à-vis de l’Iran11, ce qui serait une humiliation nationale. Mais cet argument de campagne ne résiste pas aux intérêts croisés de la Turquie et de l’OTAN. La base aérienne d’Incirlik, près d’Adana, a également servi de rampe de lancement de raids aériens contre l’organisation État islamique. Sans compter que la Turquie a participé à de nombreuses opérations de l’OTAN dans les Balkans, en Afghanistan et au large de la Somalie, alors que ses forces navales ont été impliquées dans des opérations multilatérales sous le mandat de l’ONU.


Présence de l’OTAN en Turquie. Carte réalisée par l’auteur, sur Adobe Illustrator

C’est donc peu dire que la Turquie, fort de sa position géographique et de son ancrage dans l’alliance atlantique, constitue un partenariat stratégique essentiel dont l’OTAN ne peut se passer. Il faut ainsi bien avoir à l’esprit que ce sont les intérêts stratégiques des États qui, en dernière instance, impulsent l’action politique. Même s’il est possible de voir resurgir fréquemment de telles tensions, étant donné les nombreux points d’achoppement entre la Turquie et les États-Unis, la nécessité de préserver l’alliance stratégique entre Ankara et l’OTAN restera le fondement de la relation bilatérale entre les deux pays. L’ambassadrice américaine auprès de l’OTAN Kay Bailey Hutchison le confirme de ses propres aveux : « la Turquie est un allié solide de l’OTAN et le restera »12.

  1. « Perinçek: NATO’dan çıkacağız, üsleri ABD’den alacağız! », Aydınlık, 18 juin 2018, disponible à https://www.aydinlik.com.tr/perincek-nato-dan-cikacagiz-usleri-abd-den-alacagiz-politika-haziran-2018. []
  2. Le Vatan Partisi a réalisé un score de 0,2% aux élections présidentielles. []
  3. Desuin, Hadrien, « ll faut exclure la Turquie de l’OTAN », Le Figaro, 13 mars 2018, [en ligne] disponible à http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2018/03/13/31002-20180313ARTFIG00199-il-faut-exclure-la-turquie-de-l-otan.php []
  4. Totten, Michael J., « Time to Kick Turkey Out of NATO ? », World Affairs Journal, 18 janvier 2018, [en ligne] disponible à http://www.worldaffairsjournal.org/blog/michael-j-totten/time-kick-turkey-out-nato. []
  5. « Syrie : alerte maximale à Minbej, menacée par une offensive turque », Capital, 3 avril 2018, [en ligne] disponible sur https://www.capital.fr/economie-politique/syrie-alerte-maximale-a-minbej-menacee-par-une-offensive-turque-1280902. []
  6. Kaval, Alan, « Compromis de façade entre Washington et Ankara sur Manbij », Le Monde, 6 juin 2018, [en ligne] disponible à https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/06/06/compromis-de-facade-entre-washington-et-ankara-sur-manbij_5310548_3218.html []
  7. Bras, Olivier, « Américains et Turcs veulent tourner la page », RFI, 22 juillet 2003. []
  8. « US demand to stop oil trade with Iran not binding for Turkey: Minister », Hürriyet Daily News, 27 juin 2018, [en ligne] disponible à http://www.hurriyetdailynews.com/us-demand-to-stop-oil-trade-with-iran-not-binding-for-turkey-minister-133872. []
  9. Weiser, Benjamin, « Turkish Banker in Iran Sanctions-Busting Case Sentenced to 32 Months », New York Times, 16 mai 2018, [en ligne] disponible à https://www.nytimes.com/2018/05/16/world/turkish-iran-sanctions-trial.html. []
  10. Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) Fact Sheet, mai 2018. []
  11. « NATO Tehdidine Kürecik hamlesi », Aydınlık, 20 novembre 2017, [en ligne] disponible à https:// www.aydinlik.com.tr/155480. []
  12. « The United States and NATO: A Conversation With Kay Bailey Hutchison », Council on Foreign Relations, 11 octobre 2018, [en ligne] disponible àhttps://www.cfr.org/event/united-states-and-nato-conversation-kay-bailey-hutchison. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 juin 2019

    […] acteur majeur au sein de sa stratégie de défense : achat des S-400 (voir nos éditions des 18 février et 29 mars 2019), coopération dans la résolution des guerres en Syrie… Enfin, à l’Est, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.