L’évolution de la diplomatie publique turque sous l’AKP : l’exemple des activités de la TIKA dans les Balkans

Pour citer cet article : Romain Lachambre, "L’évolution de la diplomatie publique turque sous l’AKP : l’exemple des activités de la TIKA dans les Balkans," in Observatoire de la vie politique turque, 6 mars 2019, https://ovipot.hypotheses.org/15260.

Introduction

Lors d’un discours devant le Parlement européen le 17 avril 2018, le Président français Emmanuel Macron a défendu l’intégration des Balkans occidentaux dans l’Union Européenne, sous conditions d’un approfondissement des réformes, face au risque de voir la région se détourner vers la Russie ou la Turquie1. Cette déclaration n’est pas passée inaperçue à Ankara. Le lendemain, le porte-parole du ministère des Affaires Étrangères Hami Aksoy2 s’est défendu d’une telle rivalité entre l’UE et la Turquie dans les Balkans. Dans un communiqué écrit, il explique ainsi que la vision des Balkans « comme une sphère d’influence n’est pas constructive ». Il a également tenu à rappeler que la Turquie, étant également un pays balkanique, poursuit ses objectifs principaux dans la région de « maintien et de renforcement de la paix, de la stabilité et du développement durable », et qu’elle « continue à supporter l’adhésion de tous les pays de la région à l’Europe et aux institutions euro-atlantiques. » Pour éviter de telles incompréhensions, Hami Aksoy invite ainsi la France à « essayer de mieux comprendre les efforts de la Turquie pour contribuer à la stabilité dans les Balkans ».

Le présent article cherche à mieux appréhender la présence turque dans les Balkans à travers son institution diplomatique TIKA3 (Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı, Agence turque de coopération et de coordination), créée en 1992 et active dans la région depuis sa création. Le cas de la présence de la Turquie dans les Balkans est notamment intéressant car le pays entretient une relation historique riche et complexe avec ses voisins balkaniques. Son ancêtre, l’Empire ottoman, a marqué profondément la région pendant plus de cinq siècles. Si la nouvelle République turque entretient des relations assez limitées avec ses anciennes provinces ottomanes, l’ouverture libérale de la politique étrangère turque de Turgut Özal4 dès les années 1980 marque un retour progressif de la Turquie dans la région. L’étude des activités de la TIKA dans les Balkans offre ainsi un cas d’étude pertinent pour observer comment la Turquie cherche à revenir dans un territoire ayant longtemps fait partie de son aire d’influence politique et culturelle, au moyen de différents types d’actions (aide au développement (APD), aide humanitaire, coopération culturelle, etc.).

ShkelzenRexha – Mosquée de Sinan Paşa de Prizren (Kosovo), construite en 1615 et restaurée par la Tika – CC BY-SA 4.0

S’interroger sur la présence turque dans les Balkans nécessite de prendre en compte l’ensemble des acteurs et des institutions présents sur place. Or, l’analyse de la politique étrangère turque se concentre généralement sur la diplomatie traditionnelle (d’État à État),  mais peu ou pas assez sur l’outillage diplomatique turc. Pourtant, ce dernier s’est particulièrement enrichi ces dix dernières années. Comme l’expliquait Hakan Fidan5 en 2013, la plupart des travaux sur la politique étrangère de la Turquie s’intéressent davantage aux différentes régions où la Turquie est présente ainsi qu’à ses enjeux inhérents, mais peu sur les importantes restructurations institutionnelles pour mener son agenda global6. Cette nouvelle architecture institutionnelle, largement impulsée par Ahmet Davutoğlu qui accède au poste de ministre des Affaires étrangères en 2009, comprend des instruments servant la diplomatie publique, culturelle, l’aide au développement et la médiation diplomatique. Ce nouvel outillage diplomatique traduit selon Fidan « une compréhension plus libérale des relations internationales »7 de la Turquie, en ce qu’elle traduit une approche fonctionnaliste de la coopération internationale, en insistant sur l’institutionnalisation. Cette transformation de la politique étrangère est notamment justifiée par les demandes de différents acteurs de la société civile (groupes d’intérêts économiques, ONG, etc.), qui sont ainsi plus impliqués dans les processus décisionnels. Yohanan Benhaïm8 parle de « coproduction de la politique étrangère », englobant les acteurs publics et privés (réseaux économiques, religieux, ONG, etc.), pour mieux comprendre le changement de paradigme de la politique étrangère turque depuis l’arrivée de l’AKP au pouvoir en 2002, résultant de l’évolution du rapport de forces entre civils et militaires au sein des institutions étatiques. Il est ainsi important d’avoir en tête les travaux de Graham Allison9, qui permet de mieux déconstruire l’image souvent trop unifiée de l’exécutif. La décision fédère des intérêts divers et exprime des rationalités multiples. La connaissance de cet outillage diplomatique est essentielle pour comprendre l’impact du soft power turc à l’étranger, concept dont nous allons discuter ci-dessous. L’étude des activités d’une de ces agences permet donc de mieux comprendre la manière dont les stratégies d’influence sont mises en place dans les organisations institutionnellement liées à l’État turc10. La TIKA, par ses activités élargies, au carrefour de l’action humanitaire, l’aide au développement et la coopération culturelle, est un cas d’étude intéressant à cet égard.

La TIKA est généralement appréhendée comme participant au soft power de la Turquie. Or, il convient de revenir en profondeur sur ce concept pour mieux le comprendre et éviter certains écueils11. Comme il est précisé dans l’article introductif12 de ce numéro, une littérature florissante s’est développée depuis le début des années 2000 sur le «  nouveau » soft power de la Turquie. Le terme a été employé la première fois en 1990 par Joseph Nye, qui le définit de la manière suivante :

Soft cooptive power is just as important as hard command power. If a State can make its power seem legitimate in the eyes of others, it will encounter less resistance to its wishes. If its culture and ideology are attractive, others will more willingly follow. If it can establish international norms consistent with its society, it is less likely to have to change. If it can support institutions that make other states wish to channel or limit their activities in ways the dominant state prefers, it may be spared the costly exercise of coercive or hard power.13

Sa théorie est enrichie au fur et à mesure, notamment dans son livre Soft Power : the Means to Success in World Politics14, où il identifie trois sources de soft power pour un État : sa culture, ses valeurs politiques et sa politique étrangère. Enfin, il introduit la notion de smart power, qui réfère à la complémentarité entre le hard et le soft power. Il soutient ainsi que le moyen le plus efficace pour un pays d’améliorer ses capacités de puissance est de combiner les stratégies de ces deux types de puissance. Mais il est nécessaire de remettre la création de cet outil dans son contexte. Le but principal de l’analyse du soft power était de montrer que les États-Unis n’étaient pas une puissance déclinante et que le pays devait, selon Nye, dans un contexte géopolitique d’après-guerre froide, maintenir sa puissance à travers l’utilisation du soft power. Dès sa création, le soft power, présenté comme un concept scientifique, est également utilisé pour faire des recommandations aux décideurs politiques. La frontière entre l’analyse scientifique et le discours politique apparaît ainsi brouillée. Le champ du savoir paraît de plus enchevêtré avec le champ du pouvoir, les concepts comme celui de soft power peuvent ainsi être vus comme des instruments de l’hégémonie américaine. Ainsi, l’utilisation du concept dans le contexte académique rencontre le problème d’une frontière brouillée entre une catégorie de pratique et une catégorie d’analyse. Le concept de diplomatie publique15, par ailleurs souvent utilisé de manière interchangeable avec le concept de soft power, rencontre le même problème. La diplomatie publique peut être appréhendée comme une composante du soft power, ce qui souligne l’argument qu’un État possède la capacité de promouvoir ses intérêts à travers une autopromotion consciente. Mais là aussi, ces notions tendent à être mobilisées par des consultants qui proposent des méthodes et des pratiques pour aider des pays à promouvoir leur influence.

S’agissant de la littérature sur le soft power, la Turquie a été l’objet de nombreuses études universitaires et d’expertises, où le concept a surtout été utilisé d’une manière normative. Il est ainsi considéré comme le pouvoir d’une Turquie démocratisée et de marché libre, dont la capacité à combiner l’islam et la démocratie est regardée comme une source d’inspiration pour les pays arabes. Benjamin Gourisse16 nous met ainsi en garde contre les lignes de débat culturalistes qui se concentrent sur la compatibilité entre l’islam et la démocratie, pour s’interroger sur la difficulté pour les valeurs démocratiques à s’imposer dans la région. Ainsi, la qualification de soft power reflète souvent une vision subjective, qui facilite l’émergence de significations stéréotypées et préjudiciables. Les limites entre le concept scientifique et l’idéologie sont donc brouillées, la labellisation du soft power devient un enjeu politique « where analysis, causes and effects, actors and vectors, scales and contexts, theoretical and empirical dimensions lose clarity. »17 Enfin, le concept de soft power repose sur une approche stato-centrée, il dépend de la capacité de l’État à utiliser ses différents outils pour accroitre son pouvoir sur la scène internationale. D’une part, l’État turc, souvent présenté comme centralisé, souffre d’un manque d’autonomie du reste de la société comme le montre « l’appropriation privée des partis politiques, et reste perméable à des enjeux partisans. »18 D’autre part, la vision de l’État comme homogène ne permet pas d’envisager que la coalition des différents acteurs participant à la coproduction de la politique étrangère, étatiques ou privés, aient des intérêts et des agendas différents. Dans le cas de la Turquie, les interactions entremêlées entre les élites sociales, l’État, l’armée et les groupes religieux, peuvent résulter en des initiatives privées qui vont contre l’intérêt de l’État turc. Réciproquement, la lutte avec les acteurs privés peut mener la diplomatie turque à agir de manière contradictoire avec les intérêts d’une expansion de l’influence turque. Il faut ainsi considérer ces nombreux écueils lorsque l’on discute du soft power de la Turquie. La TIKA doit donc être envisagée comme faisant partie d’un tissu d’acteurs hétérogène constituant la présence turque à l‘étranger, qui malgré des efforts de coordination, peut être mis en concurrence avec les autres acteurs.             

Les Balkans sont une région de l’Europe du Sud-est. Aujourd’hui encore, sa définition géographique exacte est disputée. Bordée par la mer Adriatique au nord-est, la mer Ionienne au sud-est, la mer Égée au sud et au sud-est, ainsi que la mer Noire au nord-est, la frontière nord des Balkans connaît plusieurs définitions selon les critères géographiques ou culturels que l’on lui confère. Selon ses rapports, la TIKA privilégie une définition large, incluant ainsi l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Moldavie, le Monténégro, le Kosovo, la Hongrie, la Macédoine, la Roumanie, la Serbie et même l’Ukraine (en tant qu’agence d’aide au développement, l’agence ne peut avoir des bureaux que dans des pays officiellement considérés comme « en développement », Grèce et Bulgarie en sont ainsi exclus). Cette vision des Balkans correspond surtout à la partie européenne des territoires de l’Empire ottoman à son apogée. Cependant, nous limiterons les Balkans dans cet article, compte tenu de la présence institutionnelle de la TIKA et de la définition plus communément admise19, à l’Albanie, la Bosnie, La Croatie, le Kosovo, le Monténégro et la Serbie. Ces pays des Balkans partagent un passé commun. Provinces ottomanes pendant plusieurs siècles, ayant acquis leur indépendance entre le début du XIXe siècle et le début du XXe siècle, ayant passé plus de quarante ans sous des régimes communistes, s’orientant aujourd’hui vers le bloc euro-atlantiste (candidature à l’adhésion de l’UE et de l’OTAN), les États balkaniques connaissent des trajectoires historiques et des enjeux actuels similaires.

Il s’agit donc, par l’étude d’une institution de la diplomatie publique turque, d’observer l’évolution du dispositif de la politique étrangère turque et de son rapport aux pays balkaniques. Comment expliquer la hausse significative des activités de la TIKA dans les Balkans ? Quelle place occupe la TIKA dans la diplomatie turque dans les Balkans ? Qu’est-ce que ses activités nous permettent de comprendre des relations de la Turquie avec les pays des Balkans ? De la vision de la Turquie des Balkans ?

L’hypothèse principale est que la TIKA, d’abord limitée par des problèmes organisationnels et de manque de ressources (I), est devenu un outil diplomatique indispensable dans la stratégie d’influence de l’AKP (II). L’activité de l’agence dans les Balkans permet de servir le discours de l’AKP d’une puissance turque « empathique » et « bienveillante » à l’égard de toutes les communautés, tout en préservant son image de protecteur des musulmans (III). Mais le manque d’information quant à la réception du travail de l’agence nous invite à nuancer son impact en termes de soft power.

Le timide retour de la Turquie dans les Balkans : l’action limitée de la TIKA dans la décennie 90

La Turquie et les Balkans: de la conquête ottomane à la redécouverte de la région en fin de Guerre froide

On ne peut comprendre les relations entre la Turquie et les pays des Balkans sans prendre en compte le lourd héritage historique qu’ils partagent. En effet, la région balkanique a appartenu durant cinq siècles à l’Empire ottoman, dont il est possible de résumer les conquêtes en quelques dates : 1371, bataille de la Marica (Evros) ; 1389, bataille de Kosovo Polje ; 1453, chute de Byzance ; 1465, conquête de la Bosnie-Herzégovine ; 1526, bataille de Mohács, qui ouvrit la route de Vienne. Le retrait de l’Empire est un long processus qui s’étendit sur plus d’un siècle, partant du premier soulèvement serbe en 1804, puis du début de l’insurrection grecque en 1821, jusqu’aux guerres balkaniques de 1912-1913. Pendant cette période, on ne parlait pas des Balkans, mais de Turquie d’Europe ou de Roumélie. L’Empire ottoman, ancêtre de la République de Turquie, a ainsi profondément marqué la région balkanique, tant au niveau culturel, religieux que politique. Ces marques sont toujours visibles aujourd’hui.20. Mais cet héritage n’est généralement pas bien perçu21. En effet, comme l’écrit Nathalie Clayer22, « au-delà de l’association entre nation et religion chrétienne, c’est aussi l’affirmation de l’altérité − et même l’inimitié23 − face à l’Empire ottoman, aux Turcs et à l’islam, qui devint l’un des fondements des nouveaux États. » Ainsi, les Turcs et les musulmans, termes pouvant être interchangeables pour  les populations balkaniques, ont souvent été rejetés ou assimilé aux nouveaux États, victimes d’indifférence sociale et d’autonomie contrôlée en matière religieuse. De plus, pour la quasi-totalité des États balkaniques, la période ottomane est synonyme d’occupation et de colonisation24.

Les Balkans avaient pour l’Empire ottoman une importance stratégique et symbolique. S’ils s’étendent d’abord dans son environnement proche au détriment de l’Empire romain d’Orient et des émirats turkmènes anatoliens, les premières grandes conquêtes de la dynastie d’Osman s’effectuent dans la région balkanique, qui devient le « cœur de l’Empire »25, comptant parmi ses provinces les plus riches. De plus, la haute administration ottomane et les cadres de l’armée comptèrent dans leurs rangs bons nombre de brillants éléments originaires des Balkans26, à l’instar de la célèbre famille albanaise Köprülü. La perte des territoires balkaniques a été un réel traumatisme pour l’Empire, d’autant plus qu’elle a été accompagnée de vagues migratoires de millions de réfugiés musulmans des Balkans vers l’Anatolie, les muhacir, totalement démunis, et que la majorité des dirigeants du Comité Union et Progrès (CUP) au pouvoir lors des guerres balkaniques provenait de la région, ainsi que bon nombre de cadres fondateurs de la République turque.

Toutefois, le nouveau régime républicain instauré par Mustafa Kemal en 1923 s’ancre dans un territoire clair et défini par le Traité de Lausanne, sans aucune ambition expansionniste pour ce qui est des Balkans. Les principes de non-ingérence et de neutralité dominent la politique étrangère turque, et les relations avec les pays des Balkans peuvent se comprendre dans un cadre de politique de bon voisinage27. Si les relations avec les pays communistes des Balkans sont limitées pendant la Guerre froide, l’éloignement de l’isolationnisme kémaliste traditionnel et de la posture de « gendarme des frontières de l’Occident face à la menace communiste »28 fait place à une ouverture libérale de la politique étrangère turque sous Turgut Özal dès les années 1980, renforcée dans le contexte de choc de bloc de l’est, permet à la Turquie de réinvestir dans son environnement proche29.

L’effondrement du bloc de l’est et le passage à un ordre international post-Guerre froide offre à la Turquie de nouveaux espaces de manœuvres,  qu’elle saisit en lançant de nouvelles initiatives dans différentes régions, surtout dans le Caucase, le Moyen-Orient, l’Asie centrale ou les Balkans30. Le début des années 1990 donne également lieu à d’importantes discussions sur le rôle de la Turquie dans ce nouvel ordre, ainsi sur son identité nationale et étatique. L’administration turque fait alors le choix de suivre le chemin européen, tout en étant active dans les régions voisines et en prenant en compte les acteurs ignorés par les grandes puissances, ainsi qu’en mettant l’accent sur l’identité ethnique turque du pays31. Mais c’est aussi une période ou le passé ottoman, ignoré dans la politique étrangère kémaliste traditionnelle, revient au centre des débats. Par peur d’affaiblir les principes républicains, notamment de laïcité, les élites politiques turques ont longtemps délaissé et fermé les yeux sur la destruction de l’héritage ottoman et des vestiges de la culture islamique, notamment en Grèce et en Bulgarie. Cela est également valable pour les populations turco-musulmanes, la Turquie ayant accepté l’organisation d’échanges de populations visant l’homogénéisation démographique des pays balkaniques.32. Il fallut attendre la brutale politique d’assimilation forcée des populations musulmanes sous le gouvernement de Jivkov, appelée « processus de régénération nationale », pour se rendre compte des conséquences tragiques et destructrices de cette politique de l’autruche33. La guerre de Bosnie, dans le prolongement de l’effondrement de la Yougoslavie, officialise le « retour » de la Turquie dans les Balkans, avec une multiplication de ses initiatives (Initiatives au sein de l’ONU, de l’OSCE et de l’OTAN pour convaincre les partenaires occidentaux d’intervenir, organisation d’un meeting extraordinaire de l’Organisation de la Coopération Islamique, efforts pour un accord entre les Bosniaques et les Croates, etc.). Toutefois, dans cette décennie 1990, en dehors d’une coopération militaire importante et d’un soutien diplomatique à la Bosnie-Herzégovine, la Turquie joue un rôle effacé sur les plans économique et culturel. Des accords bilatéraux ont certes été signés pour stimuler le commerce et les échanges avec les pays de la région. La Turquie a beau avoir adhéré à bon nombre d’organisations régionales dès leur création (Processus de coopération du Sud-Est européen, Initiative de coopération du Sud-est européen, Conseil de mise en œuvre de la paix, Conseil de coopération régional…), cette activité diplomatique ne s’est pas traduite par une activité culturelle ou économique intense34, à l’image de l’activité de la TIKA.

Création de la TIKA et limites de son activité

Ce nouvel instrument de la politique étrangère a été initialement créé bien avant l’accession au pouvoir de l’AKP, sous la présidence de Turgut Özal en 1992. L’agence est conçue comme un nouvel instrument servant une politique étrangère turque proactive pour se rapprocher des nouvelles républiques turciques indépendantes (Azerbaïdjan, Ouzbékistan, Turkménistan, Kirghizistan, Kazakhstan) ou des nouveaux États voisins, notamment dans les Balkans, suite à l’écroulement de l’URSS et de la Yougoslavie, pour promouvoir le « modèle turc » et pour répondre aux nombreux défis que rencontraient alors ces nouveaux pays dans les domaines économiques, sociaux et culturels.

Du point de vue institutionnel35, la TIKA a été créée en vertu du décret-loi no. 480 qui a été mis en vigueur avec la publication de la décision du Conseil des ministres en date du 24 janvier 1992 dans le Journal Officiel n ° 21124 du 27 janvier 1992, en tant qu’organisme d’assistance technique relevant du ministère des Affaires étrangères. Les deux objectifs officiels étaient les suivants : fournir de l’aide au développement aux nouvelles républiques turcophones et aux nouveaux voisins de la Turquie suite à la disparition de l’URSS et de la Yougoslavie, ainsi qu’améliorer la coopération avec eux par des projets et des programmes touchant aux domaines économiques, commerciaux, administratif, sociaux, sanitaires, culturels et éducatifs. Mais la volonté des responsables politiques de l’époque était principalement de se concentrer sur les nouvelles républiques turciques et de contribuer à leur state-building en transférant les expériences et le savoir de la Turquie36. Le 28 mai 1999, la TIKA est placée sous l’autorité directe du Premier Ministre de la République de Turquie avec l’adoption de la Loi sur l’Organisation et les Tâches de la Direction de l’Administration de Coopération et Développement de Turquie, publication n°4668 au Journal Officiel 24400 en date du 12 mai 2001.

Toutefois, l’activité de la TIKA reste assez modérée durant cette décennie. En 2002, la TIKA ne possède que 12 bureaux à l’étranger37. De plus, l’activité de la TIKA est plus orientée vers l’Asie centrale et l’Azerbaïdjan que les Balkans. Ainsi, le total  des dépenses de la TIKA s’élèvent en effet à 52 000 US$ sur la période 1992-2002 en Asie centrale et le Caucase, contre seulement 14 000$ pour les Balkans38, et seulement deux bureaux sont ouverts dans les Balkans dans les années 1990 (Serbie en 1992, Albanie en 1996). Il est possible d’expliquer la faiblesse des activités de la TIKA par deux facteurs. Premièrement, la TIKA a initialement été conçu comme un instrument d’influence pour pénétrer dans les nouveaux États turciques caucasiens et centre-asiatiques, par le biais de coopération économique, sociale, culturelle et politique39. En effet, la redécouverte des frères et des cousins lointains donnent lieu à une brève période d’euphorie, avec la tentative de construction d’une « nouvelle identité turque conquérante »40  et de l’émergence d’un « arc turcophone »41. Si ces espoirs sont rapidement déçus (tensions intercommunautaires et narcissisme de la petite différence entre les peuples d’Asie centrale, présence d’acteurs concurrents tels que la Russie ou l’Iran, etc.), il n’en demeure pas moins que c’est la composante ethnique qui domine la politique étrangère turque et ses différentes administrations. La TIKA est effectivement remplie de bureaucrates nationalistes et panturquistes durant cette décennie42. L’approche des Balkans est au contraire plus mouvante et moins cohérente, en raison des multiples tensions qui traversent la société turque43 (courants identitaires ethniques, laïcs et islamiques en concurrence), des différents enjeux stratégiques, de la méfiance de certains États (au premier chef la Grèce et la Bulgarie) et de la complexe mosaïque identitaire des pays balkaniques. Deuxièmement, l’agence est contrainte par le contexte politico-économique. L’instabilité économique, la fragilité des coalitions gouvernementales, l’interventionnisme militaire en politique sont autant de facteurs qui limitent les ressources et la continuité de l’action de la TIKA, ainsi que d’obstacles à toute réelle réorganisation structurelle de l’organisation44. De plus, malgré un nombre de projets d’assistance au développement menés avec succès depuis 1992 (12 bureaux ouverts et 2240 projets menés entre 1992 et 2002), la TIKA est longtemps restés comme l’une des agences d’aide sans responsabilités en ce qui concerne la coordination de l’aide au développement de la Turquie.

Dans la décennie 1990, le retour de la Turquie dans les Balkans s’est vu limité par une forte instabilité gouvernementale et économique, ainsi qu’un manque de cohérence dans l’approche de la région. Ces problèmes ont ainsi limité les ressources de l’agence de développement turc, la continuité de son action ainsi que la possibilité de se réformer. D’autant plus que cette dernière a privilégié la région de l’Asie centrale dans ces interventions. Toutefois, l’arrivée au pouvoir d’un nouveau parti, gouvernant sans interruption depuis 2002, crée de nouvelles conditions propices à une extension des activités et du rôle de la TIKA.

Nouveautés et ruptures dans la politique étrangère de la Turquie : « L’invention d’une diplomatie émergente »45

Renouveau de la doctrine et de l’architecture diplomatique turque

Le début des années 2000 offre de nouvelles perspectives pour la Turquie : l’arrivée au pouvoir de l’AKP en novembre 2002 marque la fin d’une décennie d’instabilité gouvernementale, le nouveau gouvernement poursuit les réformes de stabilisation économiques débutées suite à la crise financière de 2001, et la transition vers un nouvel ordre international plus éclaté post-11 septembre 2001 permet à la Turquie d’opérer des changements dans ses priorités de politique étrangère. Dans ce nouvel environnement, la TIKA bénéficie de l’opportunité de redéfinir sa vision et ses missions, ainsi que de se restructurer sur le plan organisationnel. Le renouveau de la politique étrangère turque est largement impulsé par l’universitaire Ahmet Davutoğlu. Prenant acte des changements entrainés par la fin de la Guerre froide et le passage à un monde multipolaire, il propose une analyse géostratégique et culturelle des nouveaux équilibres géopolitiques dans lesquels la Turquie a une place centrale, en raison de son positionnement géographique, sa profondeur historique ainsi que son identité culturelle (notamment islamique). Dans ce nouveau « désordre politique »46 international, la Turquie doit procéder à une réévaluation de sa puissance pour devenir un État central et non plus périphérique. Pour bénéficier pleinement de sa « profondeur stratégique »47 (stratejik derinilik), c’est à dire de sa capacité à rayonner au-delà de ses frontières, le pays doit s’investir prioritairement dans trois ensembles géographiques : l’environnement terrestre proche, composé du Moyen-Orient, des Balkans et du Caucase ; le bassin maritime proche (mer Noire, mer Adriatique, Méditerranée orientale, mer Rouge, golfe arabique et mer Caspienne, mais aussi les fleuves de l’Euphrate, du Tigre et du Nil) ; et l’environnement continental proche (Europe, Afrique du Nord et Asie centrale et orientale). Mais pour pleinement disposer de ses avantages matériels, la Turquie doit également reprendre confiance en elle et renouer avec la grandeur de son passé, notamment ottoman, car « un État qui n’a pas de conscience ni de mémoire historique est incapable de laisser sa marque et son empreinte sur le théâtre de l’Histoire »48. Dans cette nouvelle dimension d’action, la Turquie doit ainsi promouvoir une diplomatie globale, une économie globale et une culture globale, fondées notamment sur un renouveau du soft power turc.49.

Davutoğlu a ainsi créé en 2010 un Bureau de Diplomatie publique rattaché aux services du Premier Ministre, qui a développé différents projets multilatéraux pour établir un dialogue avec différents groupes et contribuer à une meilleure compréhension de la politique étrangère turque. En 2011, un Département de la Diplomatie publique est également rattaché au ministère des AE. En outre, la Présidence pour les Turcs de l’étranger et les communautés sœurs (Yurtdışı Türkler ve Akraba Topluluklar Başkanlığı, YTB), fondée en 2010, est chargée de « coordonner les activités des Turcs vivant à l’étranger, des communautés sœurs (relations économiques, sociales et culturelles) et des étudiants internationaux boursiers venant étudier en Turquie, et de développer des services et des activités » dans ces domaines50. Concernant la diplomatie culturelle, l’Institut Yunus Emre (Yunus Emre Enstitüsü, YEE), créé en 2009, est chargé de « promouvoir la Turquie, la langue turque, son histoire, sa culture et son art (…) pour améliorer l’amitié entre la Turquie et les autres pays et augmenter les échanges culturels »51. Le réseau compte désormais 55 centres culturels à l’étranger. La TIKA occupe une place essentielle dans cette nouvelle diplomatie multi-vectorielle. Pour répondre aux nouvelles ambitions de la politique étrangère turque de l’AKP, la TIKA a connu un essor important dans les années 2000. De 12 « Program Coordination Offices » en 2002, la TIKA compte aujourd’hui 61 bureaux dans 59 pays52, et entreprend des activités dans 170 pays.

Réformes et essor des activités de la TIKA

L’institution a été réformée pour s’adapter à cette nouvelle architecture institutionnelle, et s’est vue dotée d’un système de coordination avec les autres institutions diplomatiques et ONG. L’agence acquiert un rôle central dans l’organisation de l’aide au développement, puisqu’en avril 2005, le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a promu la TIKA comme la seule institution en charge de coordonner l’aide publique au développement de la Turquie. Enfin, la TIKA a été restructurée en 2011 sous le nom de « Présidence de l’agence de coopération et de coordination turque » (Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı), par le Conseil des ministres en vertu de la Loi n° 62223 du 6 avril 2011, qui organise le fonctionnement de l’agence et ses devoirs53. La TIKA est une entité légale propre et est doté d’un budget propre afin de mener ses différentes opérations. Ses missions sont de :

  • développer les relations économiques, commerciales, techniques sociales, culturelles et éducationnelles dans les pays receveurs d’aide
  • œuvrer à leur développement, de coordonner l’assistance humanitaire quand nécessaire, de réaliser des programmes, projets et activités en coopération avec les institutions publiques, les universités, les établissements non-gouvernementaux et privés des pays bénéficiaires
  • fournir des bourses et des soutiens similaires pour les fonctionnaires et autres individus envoyés en Turquie pour un stage ou une formation
  • conduire des programmes de coopération culturelle à l’étranger et,  lorsque nécessaire, coopérer avec les centres entreprenant des activités concernant la culture turque
  • mener des études ainsi que des projets sociaux et culturels, pour protéger les héritages historiques, culturels et sociaux communs et les valeurs partagées
  • éliminer les préjugés intercommunautaires et renforcer le « dialogue entre les civilisations »
  • s’impliquer dans les efforts de coopération internationale
  • supporter les pays avec lesquels la Turquie a des liens historiques, géographiques, sociaux et culturels peu importe leur niveau de développement, tout en étant ouvert à toute demande de pays ouverts à la coopération.

Ces larges missions socio-économiques et culturelles font de la TIKA une organisation de développement sans équivalent et permettent ainsi à cette agence d’être un acteur central de la diplomatie publique turque. S’agissant des modalités de la mise en place des projets, il doit y avoir au préalable une demande d’une institution, organisation ou ONG en direction de la TIKA54. Concernant l’organisation institutionnelle, l’organigramme de l’agence est le suivant :

Cependant, avec l’adoption de la réforme constitutionnelle de 2017 supprimant le poste de Premier ministre, la TIKA est désormais rattachée au ministère de la Culture et du tourisme.

L’agence élargit ses activités et son environnement géographique d’action. Si elle reste présente en Asie centrale et dans le Caucase, l’action de la TIKA est étendue à l’échelle mondiale. Par exemple, l’APD à destination de l’Afrique passe d’un budget de 3,84 millions $ en 2004 à 249,47 millions $ en 201255. Le nombre de projets menés passe lui de 360 en 2002 à 1879 en 201256. Aussi, la réforme de 2005 permet à la TIKA d’adopter des techniques modernes de statistiques d’aide au développement et d’augmenter son éventail de projets. De même, la coopération avec d’autres agences de développement, telles que l’OCDE ou la United States Agency of International Development permet à la TIKA de gagner de l’expérience et de moderniser ses modes d’action57. Aussi, l’ère AKP de la TIKA ouvre la voie à la restauration du patrimoine turc principalement présent dans les anciens territoires ottomans, pour l’essentiel abandonné et en mauvais état. L’arrivée de Hakan Fidan, déjà très proche d’Erdoğan et de Davutoğlu, à la tête de la TIKA en 2003, incarne le renouveau interne de l’organisation de l’agence. En effet, celle-ci se remplit de fonctionnaires proches de la tradition de l’islam politique turc Milli Görüş, ce qui se reflète dans les nouvelles activités de collaboration avec des organisations islamiques et les restaurations de mosquées ottomanes58. Ceci n’est pas sans poser problème dans les relations entre la TIKA et le ministère des Affaires étrangères dans la décennie 2000, en raison de culture institutionnelle divergente. Ce dernier était encore dominé par une élite kémaliste s’opposant aux projets qui apparaissent comme trop islamique59. Depuis 2011, la TIKA est présidée par Serdar Çam60.

Le travail de la TIKA permet de renforcer deux volets du discours de la diplomatie turque. L’APD traduit en action le discours politique néo-tiers-mondiste de la Turquie, dénonçant l’injustice de l’ordre international actuel et les inégalités dans le monde. Cette matérialisation du discours en actes permet de faire gagner en crédibilité ce discours néo-tiers-mondiste et de renforcer l’identité de la Turquie comme une puissance « empathique » et « bienveillante ». De plus, la logique de coopération sud-sud de façon personnalisée (engageant directement les responsables turcs) donne une impression de proximité avec la population locale, tranchant avec l’image de « miettes » données par les pays riches et avec la conditionnalité des organisations internationales. Concernant les projets de réhabilitation des monuments ottomans, ces derniers servent deux objectifs : d’une part, la mise en valeur d’un passé commun et de liens historiques et culturels avec les régions environnantes permet de justifier les aspirations de puissance régionale, d’autre part, cela légitime la quête de statut de la Turquie sur la scène internationale. Les vestiges sont ainsi la preuve vivante de la gloire passée et de la grandeur civilisationnelle turque. Enfin, il convient ici de mentionner une modalité importante dans les projets de réhabilitation. Si les projets de construction d’infrastructures publiques et d’offre d’aide humanitaire sont directement initiés par la TIKA (sans intermédiaires dans les pays bénéficiaires), les projets de réhabilitation doivent répondre à une demande officielle provenant du pays bénéficiaire. En effet, pour éviter les accusations de « néo-ottomanisme », la Turquie a inventé une procédure spécifique : dans chaque pays, elle s’appuie sur un groupe de personnes influentes et bien placées et leur demande de mobiliser leurs contacts et connaissances au sein du gouvernement de manière à ce que ce dernier fasse parvenir une lettre officielle à la Turquie en lui demandant de l’aider à réhabiliter un monument61.

La nouvelle politique de l’AKP, s’exerçant sans interruption depuis 2002, a ainsi permis une restructuration profonde de l’architecture diplomatique turque, et notamment de la TIKA. Cette dernière se voit garantie un rôle de premier rang dans la coordination de l’aide au développement, et connaît un essor important de ses ressources et de ses activités. La région des Balkans est un cas d’étude intéressant pour comprendre l’impact empirique de ces profonds changements.

Réflexions sur le travail de la TIKA dans les Balkans sous l’AKP

Dans cette nouvelle configuration de politique étrangère, les Balkans prennent une importance considérable. Ahmet Davutoğlu déclarait ainsi en 2009 à Sarajevo « Les siècles ottomans des Balkans ont été un succès qu’il faut réinventer. La Turquie est de retour ! »62 Nombre d’autres déclarations de hauts responsables turcs soulignent le regain d’intérêt pour la région, teinté de nostalgie ottomane. Mais si la rhétorique turque à l’égard des Balkans peut être considérée de « néo-ottomane », la percée de la Turquie dans les Balkans sous l’AKP répond à une stratégie plus pragmatique. Elle s’organise sur trois volets63 :

  • économique : accords de libre-échange signés avec tous les pays de la région, encouragement des entrepreneurs turcs à investir ;
  •  diplomatique : interventions fréquentes comme médiateur régional, que ce soit entre la Serbie et la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et la Bosnie-Herzégovine ou encore entre la Serbie et le Kosovo. Aussi, la Turquie soutient l’adhésion à l’OTAN de la Bosnie-Herzégovine ainsi que de la Macédoine, et a soutenu l’entrée de l’Albanie (2009) et du Monténégro (2017) dans l’organisation ;
  • culturelle et religieuse : L’ensemble de organismes publics (TIKA, Diyanet, YEE, YTB, etc.) et des ONG permettent de mieux pénétrer dans les territoires balkaniques

Il s’agit ainsi de voir quel est le rôle de la TIKA dans ce retour de la Turquie dans les Balkans.

Analyse de l’action générale de la TIKA dans les Balkans

Un rapport de la TIKA intitulé Balkanlar (Balkans en turc), publié sur le site officiel le 30 mai 201864, permet d’avoir une vue globale de l’ensemble des activités menées par la TIKA dans les Balkans.

Pays et date d’ouverture du bureau de la TIKA Nombre de projets Types de projets
Albanie (1996) 435 Infrastructures civiles (117), Éducation (105), Collaboration culturelle (66), Santé (44), Restauration de patrimoine (27), Agriculture (27), Autres (52)
Bosnie-Herzégovine (2008) 845 Éducation (210), Conférences, symposiums et foires (183), Restauration de patrimoine (84), Culture et arts (79), Agriculture (70), Soutien aux ONG (54), Santé (39), Formation professionnelle (36), Autonomisation des organismes gouvernementaux (25), la communication (20), les projets promotionnels, (15  le logement (10), le sport (8), les projets forestiers (7) et la pêche (5).
Croatie (2016) 35 Infrastructures scolaires (14), Infrastructures sociales (9), Héritage historico-culturel (6), Agriculture (3) et Entreprenariat social (2).
Kosovo (2005) 580 Infrastructures administratives et civiles (154), Éducation (137), Collaboration culturelle (117), Restauration et la conservation de patrimoine (34), Communication (34), Santé (16), Commerce (14), Agriculture (14), Eau et installations sanitaires (14), Élevage (12), Business et autres activités (11), Emploi et les services sociaux (8), Transport et le stockage( 6), Protection de l’environnement (1), Logement (1), Énergie (1) et Autres projets (12).
Macédoine (2006) 840 Éducation (280), Infrastructures sociales et services (222), Infrastructures administratives et civiles (190), Collaboration culturelle et sociale (45), infrastructures et équipement scolaires (39), Santé (16), Restaurations (14), Eau et sanitaires (14), Secteur production (11), Transport et stockage (9)
Monténégro (2007) 306 Éducation (91), Collaboration culturelle (72), Infrastructures administratives et civiles (56),  Santé (43), Secteur de la production (16), Restauration (8), Transports (6), Santé (3).
Serbie (1992) 225 Éducation (60), Amélioration des infrastructures administratives et civiles (34), Santé (31), Soutien aux activités de collaboration culturelle (31), Agriculture (27), Restauration de patrimoine (13), Élevage (6), Infrastructures économiques et sociales.

Étant donné les modalités pour mener un projet dans un pays65, nous pouvons émettre l’hypothèse que le nombre de projets reflète la qualité des relations bilatérales et chaque pays balkanique depuis les années 1990. On peut également constater une certaine variation des projets selon les pays. On trouve ainsi plus de projets concernant la restauration de patrimoine dans les pays à majorité musulmane. Une partie très importante du patrimoine rénové concerne en effet des monuments ottomans, mais la TIKA a également restauré des églises, telle que la cathédrale de la Nativité-de-la-Mère-de-Dieu de Sarajevo en Serbie. L’éducation (qui concerne notamment l’encouragement à l’enseignement de la langue turque) semble être le domaine principal d’activité de la TIKA dans tous les pays, de manière invariable. Les projets concernant les infrastructures constituent le domaine d’activité de l’agence, avec des différences de proportion selon les pays. S’agissant des activités comptabilisant le moins de projets, elles concernent surtout des réponses aux besoins spécifiques de chaque pays (élevage, transport, agriculture, pêche, etc.).

Il est également intéressant de se pencher sur la part que représente chaque pays dans l’aide totale fournie par la TIKA. Malheureusement, nous ne disposons que de chiffres sur la répartition du budget de la TIKA par pays jusque 201466.

Pays Part budget TIKA 2009 (en % des dépenses totales) Part budget TIKA 2010 Part budget TIKA 2011 Part budget TIKA 2012 Part budget TIKA 2013 Part budget TIKA 2014
Albanie 1,45% 1,25% 0,75% 1,20% 1,81% 2,3%
Bosnie-Herzégovine 6,54% 2,10% 1,34% 2,60% 4,10% 7,34%
Kosovo 3,19% 2,10% 2,33% 1,00% 0,83% 2,31%
Macédoine 2,33% 15% 2,15% 3,51% 2,30% 3,46%
Monténégro 1,37% 5,74% 1,30% 0,90% 3,56% 1,32%
Serbie 1,62% 1,23% 2,04% 2,77% 1,10% 1,28%

Nous observons donc d’importantes variations selon les années, ce qui nous indique une forte adaptation selon les besoins exprimés par chaque pays et une approche à priori inclusive des différents pays balkaniques.  

Lorsque l’on regarde la place qu’occupent les Balkans dans les dépenses totales de la TIKA, on remarque une très forte progression l’année passée. En 201667, le ratio de dépenses de la TIKA dans ses services régionaux était de 44,51% pour l’Afrique et le Moyen-Orient, contre 11,40% pour les Balkans et l’Europe de l’est, deuxième service le plus dépensier. En 201768, ce même ratio passe à 22,55% pour la zone Afrique – Moyen-Orient, et à 26,95% pour les Balkans – Europe de l’est, ce qui en fait le service régional le plus dépensier. La répartition du budget passe par les demandes des différentes agences locales, évaluées ensuite par l’agence centrale d’Ankara69. Le ratio de dépenses de la TIKA pour les Balkans répond ainsi à la fois à des demandes des institutions dans les États balkaniques, et de la volonté d’Ankara de répondre à ces demandes. Nous pouvons émettre l’hypothèse que cette hausse des activités de la TIKA dans les Balkans est à l’image des bonnes relations entre la Turquie et les différents pays de la région70.

La TIKA, un acteur religieux dans les Balkans?

Une composante du travail de la TIKA la distinguant des autres agences de développement est également son insertion dans les réseaux religieux turcs dans les Balkans71. La présence religieuse de la Turquie dans les Balkans72 s’appuie sur un tissu d’acteurs divers : réseaux intellectuels et personnel, le Diyanet, les mouvements religieux « néo-soufis » (Nurcu, Süleymanci et Fethullahçı/Gülenistes jusqu’à la tentative de coup d’État manqué le 15 juillet 2016) et autres ONG islamiques, mais également certaines municipalités, en particulier celles comprenant de larges communautés d’immigrants en provenance des Balkans (Bursa, Bayrampaşa à Istanbul, etc.). La TIKA, en dehors de ses activités conventionnelles, et en plus des restaurations de mosquées, supporte ainsi des organisations islamiques locales en Albanie et au Kosovo, ou encore l’ONG Merhamet en Macédoine. Autre chose intéressante, la TIKA, alors que ses cadres sont proches de la tradition de l’islam sunnite turc Milli Görüş, a contribué à la construction du Centre Mondial Bektachi à Tirana, notamment pour œuvrer aux bonnes relations avec l’Albanie où la communauté bektachi est importante73. Aussi, les coordinateurs de la TIKA sympathisants du travail fait par les fondations islamiques turques et organisations de charité agissent parfois en tant qu’intermédiaires informels et facilitent les contacts avec la population musulmane locale et les institutions islamiques74. La restauration de nombreuses mosquées depuis le milieu des années 2000, très importantes telles que les « Mosquées du Vendredi » ou des mosquées secondaires, participent également à l’image de la TIKA comme protecteur des communautés musulmanes. Ces initiatives créent d’autant plus d’influence que certaines de ces mosquées ont été la cible des forces serbes en tant que symbole de l’ennemi musulman dans les guerres des années 1990. La restauration du patrimoine ottoman permet également à la Turquie de se réapproprier cet héritage pour mieux justifier ses ambitions régionales dans les Balkans, tout en changeant durablement le paysage architectural de la région75. Cette inflexion religieuse de la TIKA, organisation originellement encline aux idées panturquistes, est clairement liée à l’arrivée au pouvoir de l’AKP. Le rôle de l’islam devient ainsi de plus en plus hégémonique dans l’identité nationale turque et dans le discours politique, insistant sur le « rôle international de la Turquie en tant que pays leader de la civilisation islamique. »76 Le nouvel accent sur la solidarité musulmane sunnite et les nouveaux réseaux tissés n’est pas sans déplaire aux traditionnels nationalistes turquistes77. Mais si la TIKA a un certain rôle dans les Balkans en tant qu’acteur public culturel islamique ou d’intermédiaire avec d’autres institutions islamiques, son rôle religieux reste néanmoins bien moins important que celui de la Direction des affaires religieuses, la Diyanet.

Le travail de la TIKA dans les Balkans vu par l’État turc

Ces interventions, favorisant des groupes religieux particuliers, pourraient laisser penser que la TIKA agit comme une agence politiquement orientée, qui soutient des communautés au détriment d’autres, sur critères religieux. Or, la structure de la mosaïque ethnique et religieuse des Balkans constitue un ensemble complexe aux équilibres fragiles. La région se caractérise par une grande diversité ethno religieuse. Diverses langues78 y sont parlées, les pays y sont soit à majorité catholique (Croatie, Slovénie), orthodoxe (la Bulgarie, la Grèce, la Macédoine, le Monténégro et la Serbie) ou musulmane (Albanie, Kosovo et Turquie), la Bosnie-Herzégovine constituant un cas à part, avec un nombre presque égal de musulmans d’une part, et des deux confessions chrétiennes d’autre part. Les musulmans des Balkans, descendants des populations musulmanes turcophones installées par les autorités ottomanes et des populations locales converties à l’islam, sont d’une part divisés entre différents groupes ethno linguistiques, et d’autre part ne constituent pas un ensemble homogène79. Aussi, on trouve dans tous les pays à majorité chrétienne une proportion importante de minorités musulmanes, souvent victimes de discriminations. Les différents régimes politiques et les divers conflits ont souvent attisé les tensions entre communautés, ce qui a produit un ressentiment présent dans les différentes mémoires collectives80. Il apparait donc comme risqué pour la TIKA de montrer une orientation  pro-musulmane. Mais les cadres de la TIKA  et de la diplomatie turque plus généralement se défendent en deux points. Selon un dirigeant régional de la TIKA81, proche des idées de Davutoğlu, « le rôle de la Turquie n’est pas d’amener l’islam dans les Balkans. Il est de protéger ce qui est présent ». Il est vrai que de nombreux groupes musulmans ont souffert de discriminations historiques dans différents pays de la région. Certains considèrent ainsi cela comme de la discrimination positive82. Le journaliste de l’agence de presse gouvernementale Anadolu Selin Calik Muhasilovic83 rappelle également que les projets de restauration de lieux de culte chrétiens existent, notamment dans les pays où ils sont minoritaires, ce qui montrerait « l’approche inclusive sans aucune discrimination. » Au contraire, la Turquie se présente comme garante de la tolérance dans les Balkans. En 2013, Davutoğlu avait présenté la stratégie de la politique turque dans les Balkans en trois axes : un haut niveau de dialogue politique, de la sécurité pour tous et une intégration économique maximale, ainsi que la préservation de la structure sociale multiculturelle et multiconfessionnelle de la région84. La TIKA, dont les statuts déterminent la mission « d’éliminer les préjugés intercommunautaires et de renforcer le dialogue entre les civilisations »85, porte également cette vision.

Concernant les relations actuelles de l’agence et des autres organismes publics (ministère des Affaires étrangères, YEE, YTB, Diyanet) et des autres acteurs privés présents dans les Balkans, l’entretien86 effectué au bureau de la TIKA à Ankara constitue notre seule source. Selon le fonctionnaire du Bureau des Balkans et de l’Europe de l’est interrogé, les rapports sont désormais bons avec le Ministère des Affaires étrangères. S’agissant des autres institutions publiques, il n’y aurait pas de réelle coordination, étant donné que les agendas sont différents, mais il n’y a priori pas de litiges entre la TIKA et les différents organismes.

La TIKA, acteur central du soft power turc dans les Balkans ?

S’il est évident que la Turquie se sert de l’action de la TIKA pour valider l’image de puissance bienveillante et empathique, et de parfaire la rhétorique du soft power turc, qu’en est-il réellement de la perception du travail la TIKA dans les Balkans ? Si la question de la réception est peu présente dans les études concernant le soft power d’un pays, elle est pourtant essentielle à l’évaluation de l’attractivité d’un pays et de ses politiques mises en place. Ne pas prendre en compte cette réception revient à considérer tout individu ou groupe comme passif. Or, toute initiative, qu’elle soit politique ou culturelle, peut être réappropriée par les destinataires et ne pas avoir les effets escomptés. Michel de Certeau87 montre par exemple que ces derniers peuvent déployer des « arts of doing » selon leur propre agenda et développer des tactiques de défenses, aussi routinières soient-elles (comme la lecture), quand ils sont sujets à des organisations dominantes. Il est donc nécessaire de privilégier une approche interactive entre les individus ciblés et les producteurs de l’initiative. Un travail complet sur le soft power de la TIKA dans les Balkans nécessite ainsi un travail empirique, auprès des différentes populations, institutions ou organisation bénéficiant de l’aide de la TIKA.

Cependant, il est tout de même possible d’émettre quelques suppositions. Il est évident que la restauration de mosquées, notamment de certaines détruites pendant les guerres balkaniques des années 1990, constitue un symbole important aux yeux des communautés musulmanes, faisant apparaître la Turquie comme un protecteur. Si la présence turque visant la valorisation des communautés musulmanes, avec notamment les restaurations de la TIKA, peut être considérée avec méfiance par les communautés chrétiennes, l’impact des projets de développement et de restauration sur le tourisme permettrait de réduire l’appréhension des populations chrétiennes, selon Mahmut Çevik88, directeur du département des Balkans et de l’Europe de l’est de la TIKA. On peut en effet penser que tous les projets de développement de l’agence dans la région, partant d’une requête d’acteurs locaux, témoignent de l’efficacité du travail de la TIKA. 

Ainsi, les activités de la TIKA dans les Balkans ont donc augmenté, avec notamment l’émergence d’un rôle plus religieux. Mais ces activités restent très diversifiées et bénéficient aux différents pays peu importe leur « couleur » religieuse, et sont à l’image des bonnes relations récentes entre la Turquie et les pays de la région. Les représentants de l’État turc se servent du travail de la TIKA dans les Balkans pour appuyer la rhétorique d’une puissance turque bienveillante et empathique, faisant revivre une tolérance, en partie fantasmée, de la période ottomane. Toutefois, sans une approche interactive entre les récepteurs des activités de la TIKA et celle-ci, il n’est pas possible d’évaluer le réel impact de la TIKA sur le prétendu soft power turc dans les Balkans.

Conclusion

Dans cet article, nous avons d’abord vu que malgré une volonté de réinvestir la région des Balkans au sortir de la Guerre froide, la Turquie a fait face à plusieurs difficultés limitant sa politique étrangère notamment l’instabilité gouvernementale et économique ainsi que le manque de cohérence dans l’approche politique des Balkans. Ces problèmes ont ainsi limité les ressources de la TIKA, la continuité de son action ainsi que la possibilité de se réformer, d’autant plus que cette dernière a privilégié la région centre-asiatique dans ces interventions. L’arrivée de l’AKP au pouvoir en 2002, la nouvelle stabilité gouvernementale, l’importante croissance économique et la nouvelle approche en matière de politique étrangère ont permis à la TIKA de se réformer en profondeur, ainsi que d’accroître ses activités et ses responsabilités. Les Balkans sont un cas d’étude intéressant permettant de constater empiriquement l’accroissement des activités de la TIKA et révélant notamment l’orientation plus religieuse de la politique étrangère turque sous l’AKP par rapport au passé. Toutefois, la variété des projets ainsi que l’évolution de la part des pays balkaniques dans le budget total de la TIKA n’indique pas une réelle préférence basée sur des critères religieux. De plus, la hausse importante du budget de la TIKA pour le bureau Balkans – Europe de l’est en 2017 souligne l’amélioration récente des relations entre la Turquie et les pays de la région. Enfin, le travail de la TIKA dans les Balkans permet au gouvernement et à l’administration turque d’assurer la bienveillance et de la tolérance de la puissance turque, valeurs qui seraient ancrées historiquement dans le passé ottoman du pays, en partie fantasmé. Cependant, sans une enquête de terrain, pouvant être basée sur l’opinion de différents représentants politiques, de représentants de différentes communautés (religieuses ou ethniques), ou même sur une base socio-géographique, il n’est pas possible de dresser un tableau exhaustif de la réception du travail de la TIKA. Ainsi, il est difficilement possible de parler du réel impact de la TIKA sur le soft power turc dans les Balkans. Cette présente étude permet néanmoins de comprendre plus empiriquement le renforcement de l’influence de la Turquie dans la région, dans différents champs (économique, social, culturel, etc.)

Bibliographie

Sources primaires

« Les Balkans : une définition géographique et historique », La documentation française (https://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/europe-balkans/historique.shtml), mis à jour le 1er février 2008, consulté le 18 juin 2018.

« History of TIKA », TIKA (http://www.tika.gov.tr/en/page/history_of_tika-8526), consulté le 14 juin 2018.

« Institution », YTB (https://www.ytb.gov.tr/en/corporate/institution), consulté le 19 juin 2018.

« Corporate », YEE (https://www.yee.org.tr/en/corporate/yunus-emre-enstitusu), consulté le 19 juin 2018.

 « Organization Law », TIKA (http://www.tika.gov.tr/en/page/organisation_law-8529), consulté le 14 juin 2018.

Ouvrages et dossiers

ALISSON, Graham, The Essence of Decision. Explaining the Cuban Missile Crisis, Boston : Little, Brown & Co., 1971.

BALCI, Bayram, BIÇAKÇI, Ahmet Sali, Panturquisme : vie et mort d’une idéologie, dans Bayram Balcı (coordinateur) La Turquie en Asie centrale : La conversion au réalisme (1991-2000) (en ligne). Istanbul : Institut français d’études anatoliennes, 2001 (généré le 20 juin 2018). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/ifeagd/140>. ISBN : 9782362450198. DOI : 10.4000/books.ifeagd.140.

BOUGAREL, Xavier, CLAYER, Nathalie, Le nouvel islam balkanique, les musulmans, acteurs du post-communisme 1990-2000, Paris : Maisonneuve et Larose, 2001.

DAVUTOGLU, Ahmet, Stratejik Derinlik : Türkiye’nin Uluslararası Konumu, Istanbul : Küre Yayınlar, 2001.

GANGLOFF, Sylvie, « The Impact of the Ottoman Legacy on Turkish Policy in the Balkans » dans La Perception de l’héritage ottoman dans les Balkans, sous la direction de Sylvie Gangloff, Paris: l’Harmattan, « Varia Turcica », 2005.

GÖKÇEK, Fatma Müge, The transformation of Turkey. Redefining State and Society from the Ottoman Empire to the Modern Era. London & New York : I.B. Tauris, 2011.

NYE, Joseph S., Bound to Lead: The Changing Nature of American Power, New York: Basic Books, 1990.

NYE, Joseph S., Soft Power : The means to Success in World Politics, New York : Public Affairs, 2004.

Articles scientifiques

Gabrielle ANGEY-SENTUC, Jérémie MOLHO, « A critical approach to soft power: Grasping contemporary Turkey’s influence in the world », European Journal of Turkish Studies (en ligne), Vol. 21, 2015. Mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le  12 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/ejts/5287.

Yohanan BENHAÏM, « Recompositions de l’État et coproduction de l’action publique », European Jounral of Turkish Studies (en ligne), Vol. 21, 2015. Mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 12 juin 2018. URL : https://journals.openedition.org/ejts/5262.

Faruk BILICI, « Les Balkans ottomans : un monde englouti », Anatoli (en ligne), 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 06 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/370 .

Nathalie CLAYER, «  Les musulmans des Balkans. Ou l’islam de « l’autre Europe » », Le Courrier des pays de l’Est, n° 1045, Vol. 5, 2015.

Nicholas J. CULL, « Public Diplomacy: Taxonomies and Histories, Public Diplomacy in a Changing World », in Annals of the American Academy of Political and Social Science, Vol. 616, 2008.

Ahmet DAVUTOGLU, « The clash of Interests : An explanation of the World (Dis)Order », Journal of  International Affairs, vol. II, N°4, décembre 1997-janvier 1998.

Birgül DEMIRTAS, « Turkey and the Balkans : Overcoming Prejudices, Building Bridges and Constructing a Common Future », Perceptions, Vol. 18, n°2, 2013.

Hakan FIDAN, « A work in progress : The New Turkish Foreign Policy », Middle East Policy, Vol. 20, n°1,  printemps  2013, URL : https://www.mepc.org/work-progress-new-turkish-foreign-policy.

Hakan FIDAN, Rahman NURDUN, « Turkey’s role in the global development assistance community : the case of TIKA », Journal of Southern Europe and the Balkans, Vol. 10, n°1, 2008.

François GEORGEON, « L’Empire ottoman et l’Europe au XIXe siècle. De la question d’Orient à la question d’Occident », Confluences Méditerranée, Vol. 52, n°1, 2005.

Gérard GROC, « La doctrine Davutoğlu : une projection diplomatique de la Turquie sur son environnement », Confluences Méditerranée, Vol. 83, n°4, 2012.

Sedat LAÇINER, « Ozalism (Neo-Ottomanism): An Alternative in Turkish Foreign Policy? », Yonetim Bilimleri Dergisi, vol. 1, n° 1-2, 2003-2004, pp. 161-202.

Bernard LORY, « Strates historiques des relations bulgaro-turques », Cahiers d’études sur la Méditerrannée orientale et le monde turco-iranien, n° 15, 1993.

Gifford D. MALONE, “Managing Public Diplomacy,” Washington Quarterly, Vol. 8, n°3, 1985 .

Ayhan NURI, Gökmen KILIÇOGLU, « Balkanlar’da YTB ve TIKA’nın Türk Kamu Diplomasisi Kurumları Olarak Faaliyetleri ve Türkiye’nin Bölgedeki Yumuşak Gücüne Etkileri », Finans Ekonomi ve Sosyal Araştırmalar Dergisi, Vol. 2, n°2, 2017.

Kerem ÖKTEM, « New islamic actors after the Wahhabi intermezzo : Turkey’s return to the Muslim Balkans », European Studies Centre, University of Oxford, Vol. 12, 2010.

Kerem ÖKTEM,  « Global Diyanet and Multiple Networks : Turkey’s New Presence in the Balkans », Journal of Muslim in Europe, Vol. 1, n°1, 2012.

Güner ÖZKAN, Mustafa Turgut DEMIRTEPE, « Tranformation of a Development Aid Agency : TIKA in a changing domestic and international setting », Turkish Studies, Vol. 13, n°4, 2012 .

Anne Ross SOLBERG, « The role of Turkish islamic networks in the Western Balkans », Südosteuropa, Vol. 55, n°4.

Articles de presse

Sevil ERKUS, « Turkey’s TIKA changes strategy in favor of development projects », Hürriyet Daily News (http://www.hurriyetdailynews.com/turkeys-tika-changes-strategy-in-favor-of-development-projects-113304), 20 mai 2017, consulté le 2 juillet 2018.

Selin Calik MUHASILOVIC, « Analysis : Turkey’s Balkan policy non interest-oriented », Anadolu Agency (https://www.aa.com.tr/en/turkey/analysis-turkey-s-balkan-policy-not-interest-oriented/509237), 23 janvier 2016, consulté le 8 juin 2016.

Branka TRIVIC (traduit par Jovana Papovic), « Avec Macron, la France contre l’intégration des Balkans dans l’UE? », Le Courrier des Balkans (https://www.courrierdesbalkans.fr/La-France-freine-l-integration-des-Balkans-dans-l-UE-une-aubaine-pour-la), 23 avril 2018, consulté le 5 juin 2018.

Zia WEISE, « Turkey’s Balkan comeback», Politico (https://www.politico.eu/article/turkey-western-balkans-comeback-european-union-recep-tayyip-erdogan/), 5 mai 2018, consulté le 5 juin 2018.

« Turkish Foreign Ministry responds to Macron on Balkans », Hürriyet Daily News (http://www.hurriyetdailynews.com/turkish-foreign-ministry-responds-to-macron-on-balkans-130547), 19 avril 2018, consulté le 6 juin 2018.

« 2. Balkan Buluşması Gerçekleştirildi », TIKA (http://www.tika.gov.tr/tr/haber/2_balkan_bulusmasi_gerceklestirildi-44489), 31 mai 2018, consulté le 19 juin 2018.

Rapports institutionnels et brochures

Alexandre BILLETTE, Jean-Arnault DÉRENS « Les Balkans et la Turquie : impériale nostalgie, pragmatisme de la puissance ou pari sur l’avenir ? », Le Courrier des Balkans, pour la Délégation aux Affaires stratégiques du Ministère de la Défense, juillet 2014, p. 22, URL : file:///Users/MacbookAir/Downloads/CONS2014-L%255C’engagement+turc+dans+les+Balkans.pdf

Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı, « TİKA Faaliyetleri ve Resmi Kalkınma Yardımları », N°1, Août 2013

Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı, « 2016 TIKA Idare Faaliyet Raporu », mars 2017

Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı,  « Faaliyet Raporu 2017 », mars 2018

Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı, « TIKA, Balkanlar », mai 2018

Vidéo

Serdar ÇAM, « Bizim Balkanlara Türkiye Olarak Borcumuz Var », Youtube (https://www.youtube.com/watch?v=_MEy13mtTKg), mise en ligne le 31 mai 2018, consultée le 26 juin 2018

Entretien

Fonctionnaire du Bureau des Balkans et de l’Europe de l’est de la TIKA (anonyme), effectué dans ce même bureau au siège de la TIKA à Ankara, le 23 juillet 2018.

  1. Branka Trivic (traduit par Jovana Papovic), « Avec Macron, la France contre l’intégration des Balkans dans l’UE? », Le Courrier des Balkans (https://www.courrierdesbalkans.fr/La-France-freine-l-integration-des-Balkans-dans-l-UE-une-aubaine-pour-la), 23 avril 2018, consulté le 5 juin 2018 []
  2. « Turkish Foreign Ministry responds to Macron on Balkans », Hürriyet Daily News (http://www.hurriyetdailynews.com/turkish-foreign-ministry-responds-to-macron-on-balkans-130547), 19 avril 2018, consulté le 6 juin 2018. []
  3. D’abord appelé Türk İşbirliği ve Kalkınma Ajansı (Agence turque de coopération et de développement), son nom change en 2011. []
  4. Premier ministre de 1983 à 1989 et président de la République de 1991 à 1993. []
  5. Né à Ankara en 1968, Hakan Fidan est depuis mai 2010 le chef du Millî İstihbarat Teşkilatı (MIT, services secrets turcs). Sergent de l’armée turque de 1986 à 2001, il est nommé à la tête de la TIKA de 2003 à 2007. Docteur en relations internationales, il enseigne par ailleurs dans les universités de Hacettepe et Bilkent. []
  6. Hakan Fidan, « A work in progress : The New Turkish Foreign Policy », Middle East Policy, Vol. 20, n°1,  printemps  2013, URL : https://www.mepc.org/work-progress-new-turkish-foreign-policy []
  7. Ibid. []
  8. Yohanan Benhaïm, « Recompositions de l’État et coproduction de l’action publique », European Journal of Turkish Studies (en ligne), Vol. 21, 2015. Mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 12 juin 2018. URL : https://journals.openedition.org/ejts/5262 []
  9. Voir Graham Allison, The Essence of Decision. Explaining the Cuban Missile Crisis, Boston : Little, Brown & Co., 1971. []
  10. Gabrielle Angey-Sentuc et Jérémie Molho, « A critical approach to soft power: Grasping contemporary Turkey’s influence in the world », European Journal of Turkish Studies (en ligne), Vol. 21, 2015. Mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le  12 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/ejts/5287 []
  11. En 2015, le European Journal of Turkish Studies (EJTS) a publié un numéro s’intéressant à la notion de soft power et de sa pertinence pour comprendre l’influence de la Turquie à l’étranger. Cet article entend ainsi se baser sur les réflexions apportées dans ce numéro de l’EJTS pour mieux appréhender l’impact de la présence de la TIKA dans les Balkans. Beyond Soft Power, European Journal of Turkish Studies (en ligne: https://journals.openedition.org/ejts/5219), Vol. 21, 2015 []
  12. Gabrielle Angey-Sentuc and Jérémie Molho, « A critical approach to soft power: Grasping contemporary Turkey’s influence in the world », art. cit. []
  13. Joseph S. Nye, Bound to Lead: The Changing Nature of American Power, New York: Basic Books, 1990 []
  14. Joseph S. Nye, Soft Power : The means to Success in World Politics, New York : Public Affairs, 2004 []
  15. La diplomatie publique, préexistant au concept de soft power et provenant du champ de la diplomatie, se définit d’abord comme une « stratégie de communication pour induire un changement politique. » Comme l’écrit Malone, la diplomatie publique implique « une communication directe avec des populations étrangères, avec pour objectif d’affecter leurs pensées et finalement, celles de leur gouvernement. » La diplomatie culturelle peut être envisagée comme une sous-catégorie de la diplomatie publique, que Cull définit comme l’effort d’un État de promouvoir et faciliter la diffusion de sa culture à l’international. Gifford D. Malone, “Managing Public Diplomacy,” Washington Quarterly, Vol. 8, n°3, 1985, pp. 199-210, et Nicholas J. Cull, « Public Diplomacy: Taxonomies and Histories, Public Diplomacy in a Changing World », in Annals of the American Academy of Political and Social Science, Vol. 616, 2008 pp. 31-54. []
  16. Dans Gabrielle Angey-Sentuc and Jérémie Molho, « A critical approach to soft power: Grasping contemporary Turkey’s influence in the world », art. cit. []
  17. Ibid. []
  18. Ibid. []
  19. Voir notamment « Les Balkans : une définition géographique et historique », La documentation française (https://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/europe-balkans/historique.shtml), mis à jour le 1er février 2008, consulté le 18 juin 2018 []
  20. Le tracé des frontières, résultant des guerres de la Sublime Porte et des interventions des grandes puissances, l’appellation des populations musulmanes balkaniques de « Turc », l’identité multiculturelle et multi confessionnelle des Balkans, la cuisine, les mots d’origine turque, sont autant de reliques de la présence ottomane. []
  21. Voir notamment Sylvie Gangloff, « The Impact of the Ottoman Legacy on Turkish Policy in the Balkans » dans La Perception de l’héritage ottoman dans les Balkans, sous la direction de Sylvie Gangloff, Paris: L’Harmattan, [Varia Turcica], 2005 []
  22. Nathalie Clayer, « Les musulmans des Balkans. Ou l’islam de l’« autre Europe » », Le Courrier des pays de l’Est, 2004/5 (no 1045), p. 19 []
  23. Bernard Lory parle à ce titre d’« inimitiés constitutives » pour caractériser ce qu’incarnent les minorités turques des Balkans du point de vue des mémoires collectives et des mythes fondateurs. Bernard Lory, « Strates historiques des relations bulgaro-turques », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, n° 15, 1993, p. 150 []
  24. Faruk Bilici, « Les Balkans ottomans : un monde englouti », Anatoli (en ligne), 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 06 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/370  []
  25. François Georgeon, « L’Empire ottoman et l’Europe au XIXe siècle. De la question d’Orient à la question d’Occident », Confluences Méditerranée, Vol. 52, n°1, 2005 []
  26. Avec la pratique du devchirme, littéralement « ramassage », les Ottomans enlevaient des jeunes garçons des familles chrétiennes pour les conduire à la Cour, où ils se convertissaient à l’islam et recevaient une éducation d’élite. Ces nouveaux cadres ottomans formaient ainsi l’essentiel du corps des janissaires, et les plus brillants pouvaient embrasser de prestigieuses carrières administratives, pouvant aller jusqu’au poste de grand vizir. []
  27. Un premier Pacte Balkanique d’assistance mutuelle est signé en 1934 entre la Turquie, la Grèce, la Roumanie et le Royaume de Yougoslavie, mais sa réalisation concrète porte davantage sur la renonciation des revendications territoriales des différents partis que sur la création d’une réelle nouvelle entente régionale. []
  28. Ferhat Kentel, « Les Balkans et la crise de l’identité turque », dans Xavier Bougarel et Nathalie Clayer, Le nouvel islam balkanique, les musulmans, acteurs du post-communisme 1990-2000, Paris : Maisonneuve et Larose, 2001 []
  29. Voir notamment Sedat Laçiner, « Ozalism (Neo-Ottomanism): An Alternative in Turkish Foreign Policy? », Yonetim Bilimleri Dergisi, vol. 1, n° 1-2, 2003-2004, pp. 161-202 []
  30. Dès 1992, la Turquie lance l’Organisation de Coopération Économique de la Mer Noire, incluant notamment l’Albanie, la Bulgarie, la Grèce, la Roumanie, puis la Serbie par la suite. La même année, la Turquie organise un grand sommet balkanique rassemblant pour la première fois tous les leaders des Balkans. []
  31. Birgül Demirtaş, « Turkey and the Balkans : Overcoming Prejudices, Building Bridges and Constructing a Common Future », Perceptions, Vol. 18, n°2, 2013, p. 165 []
  32. Plusieurs accords entre la Turquie et les pays balkaniques organisent d’importants déplacements de populations. La Convention d’échange des populations grecques et turques,  signé pendant la conférence de Lausanne le 30 janvier 1923, aboutit à un transfert des chrétiens orthodoxes, parfois turcophones, vers la Grèce (plus de 900 000), ainsi que de 400 000 musulmans, parfois grécophones, vers la Turquie. En juillet 1938, la Turquie et la Yougoslavie signent la Convention sur l’expatriation des éléments non-slaves, entrainant le départ forcé d’environ 200 000 Albanais et de 28 000 Bosniens. Un nouvel accord est signé entre la Yougoslavie de Tito et la Turquie en 1953, pour « rassembler les familles », poursuivant la volonté politique de désalbaniser et de désottomaniser la Yougoslavie, avec le consentement de l’État turc moyennant compensations financières. []
  33. Faruk Bilici, « Les Balkans ottomans : un monde englouti », art.cit. []
  34. Alexandre Billette, Jean-Arnault Dérens « Les Balkans et la Turquie : impériale nostalgie, pragmatisme de la puissance ou pari sur l’avenir ? », Le Courrier des Balkans, pour la Délégation aux Affaires stratégiques du Ministère de la Défense, juillet 2014, p. 22. []
  35. Ces informations proviennent du site web officiel de la TIKA: « History of TIKA », TIKA (http://www.tika.gov.tr/en/page/history_of_tika-8526), consulté le 14 juin 2018 []
  36. Güner Özkan, Mustafa Turgut Demirtepe, « Tranformation of a Development Aid Agency : TIKA in a changing domestic and international setting », Turkish Studies, Vol. 13, n°4, 2012, p. 649 []
  37. Hakan Fidan, « A work in progress : The New Turkish Foreign Policy », art.cit. []
  38. Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı,TİKA Faaliyetleri ve Resmi Kalkınma Yardımları,” N°1, Août 2013, p. 8. []
  39. Güner Özkan, Mustafa Turgut Demitepe, « Transforming of a development aid agency : TIKA in a changing domestic and international setting », art.cit., p. 648 []
  40. Ferhat Kentel, « Les Balkans et la crise de l’identité turque », in Xavier Bougarel et Nathalie Clayer, Le nouvel islam balkanique, les musulmans, acteurs du post-communisme 1990-2000, op.cit., p. 362 []
  41. Bayram Balcı, Ahmet Sali Bıçakçı. Panturquisme : vie et mort d’une idéologie, dans Bayram Balcı (coordinateur), La Turquie en Asie centrale : La conversion au réalisme (1991-2000) (en ligne). Istanbul : Institut français d’études anatoliennes, 2001 (généré le 20 juin 2018). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/ifeagd/140>. ISBN : 9782362450198. DOI : 10.4000/books.ifeagd.140. []
  42. Kerem Öktem, « New islamic actors after the Wahhabi intermezzo : Turkey’s return to the Muslim Balkans », European Studies Centre, University of Oxford, Vol. 12, 2010, p. 28 []
  43. Ferhat Kentel parle à ce titre de « crise de l’identité turque » pour caractériser la décennie 1990. Ferhat Kentel, « Les Balkans et la crise de l’identité turque », in Xavier Bougarel et Nathalie Clayer, Le nouvel islam balkanique, les musulmans, acteurs du post-communisme 1990-2000, op.cit., p. 357-395 []
  44. Güner Özkan, Mustafa Turgut Demitepe, « Transforming of a development aid agency : TIKA in a changing domestic and international setting », art.cit, p. 648 []
  45. En référence à l’ouvrage de Jana Jabbour, La Turquie : Invention d’une diplomatie émergente, Paris : CNRS, 2017 []
  46. Ahmet Davutoğlu, « The clash of Interests : An explanation of the World (Dis)Order », Journal of  International Affairs, vol. II, N°4, décembre 1997-janvier 1998, p. 1 []
  47. Davutoğlu, Stratejik Derinlik : Türkiye’nin Uluslararası Konumu, Istanbul : Küre Yayınları, 2001 []
  48. Ibid., p. 84 []
  49. La Turquie doit se doter d’une diplomatie visionnaire, long-termiste et orientée vers la paix ; cette diplomatie doit être cohérente et marquée par une coordination des accomplissements entre les différents niveaux d’intervention ; enfin, la diplomatie turque a besoin d’être renouvelée, enrichie de nouveaux concepts, d’une nouvelle langue, d’un nouveau personnel et d’un nouveau style plus multilatéral. À cela s’ajoutent cinq principes opérationnels : l’équilibre entre sécurité et liberté, « Zéro problème avec les voisins », une diplomatie proactive and preemptive (une anticipation des conflits et une recherche de médiation), multidimensionnelle et rythmique, ce qui implique une présence turque dans tous les forums et les instances internationales. Gérard Groc, « La doctrine Davutoğlu : une projection diplomatique de la Turquie sur son environnement », Confluences Méditerranée, Vol. 83, n°4, 2012, p. 80 []
  50. « Institution », YTB (https://www.ytb.gov.tr/en/corporate/institution), consulté le 19 juin 2018 []
  51. « Corporate », YEE (https://www.yee.org.tr/en/corporate/yunus-emre-enstitusu), consulté le 19 juin 2018 []
  52. Si c’est ce chiffre que l’on trouve sur le site officiel, dans la rubrique « Overseas Offices », on ne dénombre cependant que 54 bureaux. Ils sont répartis ainsi : 12 dans les Balkans et en Europe centrale, 2 dans le Caucase, 6 au Moyen-Orient, 8 en Asie centrale, 6 en Asie du Sud et de l’Est, 18 en Afrique et 2 en Amérique centrale et latine. []
  53. Ces informations sont tirées du site web officiel de la TIKA: « Organization Law », TIKA (http://www.tika.gov.tr/en/page/organisation_law-8529), consulté le 14 juin 2018 []
  54. Ayhan Nuri, Gökmen Kiliçoğlu, « Balkanlar’da YTB ve TIKA’nın Türk Kamu Diplomasisi Kurumları Olarak Faaliyetleri ve Türkiye’nin Bölgedeki Yumuşak Gücüne Etkileri » (Les activités de YTB et de la TIKA dans les Balkans en tant qu’agences turques de diplomatie publique, et leur impact sur le soft power turc dans la région), Finans Ekonomi ve Sosyal Araştırmalar Dergisi, Vol. 2, n°2, 2017 []
  55. Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı « TİKA Faaliyetleri ve Resmi Kalkınma Yardımları, » No.1 (August 2013), p. 15. []
  56. Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı, « TİKA Faaliyetleri ve Resmi Kalkınma Yardımları », op.cit., p. 6. []
  57. Hakan Fidan, Rahman Nurdun, « Turkey’s role in the global development assistance community : the case of TIKA », Journal of Southern Europe and the Balkans, Vol. 10, n°1, 2008 []
  58. Kerem Öktem, « New islamic actors after the Wahhabi intermezzo : Turkey’s return to the Muslim Balkans », op.cit., p. 28-29 []
  59. Ibid., p. 29 []
  60. Né en 1966, il est nommé en septembre 2002. Chef de cabinet du bureau parlementaire de Recep Tayyip Erdoğan, nommé Premier ministre en mars 2003. Il devient ensuite chef de cabinet du Président de la Grande Assemblée Nationale turque d’août 2009 à juin 2011, avant d’être nommé à la tête de la TIKA. []
  61. Jana Jabbour, La Turquie : Invention d’une diplomatie émergente, op.cit., p. 165 []
  62. Alexandre Billette, Jean-Arnault Dérens « Les Balkans et la Turquie : impériale nostalgie, pragmatisme de la puissance ou pari sur l’avenir ? », op.cit., p. 28 []
  63. Ibid., p. 27-28 []
  64. Document PDF seulement accessible sur le site en turc. Lien : http://www.tika.gov.tr/upload/2018/BALKANLAR/ikinci_balkan_bulusmasi_kitap.pdf Mis en ligne en mai 2018 []
  65. Pour la plupart des projets, les États et autres institutions font appel à la TIKA pour participer à certains projets. Entretien avec un fonctionnaire du Bureau des Balkans et de l’Europe de l’est de la TIKA, effectué dans ce même bureau au siège de la TIKA à Ankara, le 23 juillet 2018. []
  66. Ayhan Nuri Yilmaz, Gökmen Kiliçoğlu, « Balkanlar’da YTB ve TIKA’nın Türk Kamu Diplomasisi Kurumları Olarak Faaliyetleri ve Türkiye’nin Bölgedeki Yumuşak Gücüne Etkileri », art.cit., p. 126-127 []
  67. Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı, « 2016 TIKA İdare Faaliyet Raporu », mars 2017 p. 28 []
  68. Türk İşbirliği ve Koordinasyon Ajansı Başkanlığı,  « Faaliyet Raporu 2017 », mars 2018, p. 24 []
  69. Entretien avec un fonctionnaire du Bureau des Balkans et de l’Europe de l’est de la TIKA, effectué dans ce même bureau au siège de la TIKA à Ankara, le 23 juillet 2018. []
  70. Voir par exemple Zia Weise, « Turkey’s Balkan comeback», Politico (https://www.politico.eu/article/turkey-western-balkans-comeback-european-union-recep-tayyip-erdogan/), 5 mai 2018, consulté le 5 juin 2018. []
  71. Ce n’est à priori pas le cas pour les autres régions, le rôle de la TIKA comme un acteur religieux n’est par exemple pas mentionné dans Bayram Balcı, Renouveau de l’islam en Asie centrale et dans le Caucase, Paris : CNRS, 2017 []
  72. À ce sujet, voir Kerem Öktem, « New islamic actors after the Wahhabi intermezzo : Turkey’s return to the Muslim Balkans », op.cit., et Kerem Öktem,  « Global Diyanet and Multiple Networks : Turkey’s New Presence in the Balkans », Journal of Muslim in Europe, Vol. 1, n°1, 2012 []
  73. Kerem Öktem, « New islamic actors after the Wahhabi intermezzo : Turkey’s return to the Muslim Balkans », op.cit, p. 29 []
  74. Anne Ross Solberg, « The role of Turkish islamic networks in the Western Balkans », Südosteuropa, Vol. 55, n°4, p. 436 []
  75. Kerem Öktem, « New islamic actors after the Wahhabi intermezzo : Turkey’s return to the Muslim Balkans », op. cit, p.30-31 []
  76. Toni Alaranta, National and State Identity in Turkey, op.cit., p. 14 []
  77. Kerem Öktem, « New islamic actors after the Wahhabi intermezzo : Turkey’s return to the Muslim Balkans », op. cit., p. 30-31 []
  78. L’albanais, l’aroumain, le serbo-croate, le turc, le grec, le bulgare, le slovène, les dialectes roms, et même le yévanique et le judéo-espagnol (parlé par les Juifs romaniotes et séfarades vivant dans la partie orientale des Balkans). []
  79. On y trouve une majorité sunnite, mais aussi des groupes alévis-kizilbash ou bektashis. Nathalie Clayer, «  Les musulmans des Balkans. Ou l’islam de « l’autre Europe » », op.cit., p. 18-19 []
  80. Concernant le passé ottoman, l’image du  « joug ottoman » dans les différents récits historiques nationaux est très négative. Voir notamment Alexandre Billette, Jean-Arnault Dérens « Les Balkans et la Turquie : impériale nostalgie, pragmatisme de la puissance ou pari sur l’avenir ? », op.cit., p. 11-15 []
  81. Kerem Öktem, « New islamic actors after the Wahhabi intermezzo : Turkey’s return to the Muslim Balkans », op.cit., p. 29 []
  82. Ayhan Nuri Yilmaz, Gökmen Kılıçoğlu, « Balkanlar’da YTB ve TIKA’nın Türk Kamu Diplomasisi Kurumları Olarak Faaliyetleri ve Türkiye’nin Bölgedeki Yumuşak Gücüne Etkileri », art.cit. []
  83. Selin Calik Muhasilovic, « Analysis : Turkey’s Balkan policy non interest-oriented », Anadolu Agency (https://www.aa.com.tr/en/turkey/analysis-turkey-s-balkan-policy-not-interest-oriented/509237), 23 janvier 2016, consulté le 8 juin 2016 []
  84. Ibid. []
  85. Voir les devoirs de la TIKA dans la 2e partie. []
  86. Entretien avec un fonctionnaire du Bureau des Balkans et de l’Europe de l’est de la TIKA, effectué dans ce même bureau au siège de la TIKA à Ankara, le 23 juillet 2018. []
  87. Gabrielle Angey-Sentuc and Jérémie Molho, « A critical approach to soft power: Grasping contemporary Turkey’s influence in the world », art. cit. []
  88. Dans Sevil Erkuş, « Turkey’s TIKA changes strategy in favor of development projects », Hürriyet Daily News (http://www.hurriyetdailynews.com/turkeys-tika-changes-strategy-in-favor-of-development-projects-113304), 20 mai 2017, consulté le 2 juillet 2018 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.