Meeting du TKP le 10 mars à Kartal (Istanbul)

Pour citer cet article : Théo Poirier, "Meeting du TKP le 10 mars à Kartal (Istanbul)," in Observatoire de la vie politique turque, 15 mars 2019, https://ovipot.hypotheses.org/15285.

Le Parti Communiste de Turquie aux élections municipales 2019

Le Parti Communiste de Turquie existe depuis la création de la troisième internationale de Lénine, mais il a été rapidement freiné dans son expansion : en janvier 1921, 15 de ses dirigeants ont été assassinés. Le Türkiye Komünist Partisi (TKP) va exister dans la clandestinité une grande partie de son existence. Il connait une période de renaissance dans les années 1960-1970 à côté d’une multitude d’organisations de gauche mais les répressions de cette période1 puis le coup d’État de 1980 affaiblissent profondément l’organisation. Par ailleurs, suite aux évènements du parc de Gezi, le parti doit faire face à une crise interne lors de son 12e congrès en avril 2014 qui aboutit à la création de deux organisations, le Parti Communiste de Turquie du Peuple (HTKP) dirigé par Erkan Baş et le Parti Communiste (KP) dirigé par Kemal Okuyan. Le 22 janvier 2017, le KP décide de récupérer le nom de TKP et Kemal Okuyan en devient secrétaire général.

Türkiye Komünist Partisi se traduit par Parti Communiste de Turquie et non pas Parti communiste turc, symbole d’une ligne idéologique orthodoxe où l’organisation se voit comme une antenne de la troisième internationale comme l’était la Section Française de l’Internationale Communiste (SFIC) en France. Aujourd’hui le TKP est un parti légal, qui peut s’exprimer ouvertement. La répression semble plutôt toucher le HDP (parti pro-kurde de gauche) qui a vu nombre de ses cadres et de co‑maires arrêtés, et certains emprisonnés

Pour les élections du 31 mars 2019, le TKP se considère en opposition avec les « partis de l’ordre ». « Si les partis de l’ordre et les riches gagnent les élections, les travailleurs seront les perdants. » peut-on lire sur ses tracts. Le parti communiste présente des candidats dans les 81 municipalités de Turquie2, mais les sondages ne le créditent que de quelques voix. À noter que l’actuel maire de Tunceli Fatih Mehmet Maçoğlu, étiqueté communiste et candidat à sa réélection, n’est pas un membre du TKP mais est soutenu par le parti.

Durant cette campagne, le TKP critique l’AKP (parti au pouvoir, néolibéral – conservateur) considéré comme une organisation islamiste qui sert les intérêts du patronat. Quant au CHP (premier parti d’opposition, républicain de centre-gauche), il est jugé trop libéral économiquement et peu offensif sur la question de la laïcité. A noter que le TKP n’évoque pas le HDP  dans ses discours. D’après un entretien avec une militante communiste d’Istanbul, Zeynep3, le HDP serait trop porté sur des questions ethniques et religieuses au détriment d’une analyse socio-économique conforme à la vision marxiste. C’est ce qui expliquerait la défiance du TKP envers le parti kurde.

Extrait du tract de campagne du TKP pour les élections du 31 mars 2019

Pour les élections, le TKP utilise un slogan principal « Paranın sultanatı varsa, halkın TKP’si var! » (S’il y a le règne de l’argent, il y a le TKP du peuple !) et une campagne thématique « Nous ne sommes pas sur le même bateau » qui veut démontrer l’existence de deux classes sociales distinctes en Turquie : les travailleurs et les autres (riches, fascistes, religieux). Toutefois, à la différence du populisme de gauche4 porté en Europe principalement par la France insoumise et Podemos, le TKP ne crée pas des catégories « nous » et « eux » par le discours. Les communistes turcs se réclament d’une étude du capitalisme où deux classes sociales existent objectivement. Leur discours reflèterait une contradiction réelle, ce n’est pas le discours qui crée la contradiction. En cela, le TKP affirme son ancrage dans une tradition de gauche marxiste.

La réunion publique de campagne du TKP à Kartal le 10 mars

L’organisation de l’évènement montre le professionnalisme du TKP. L’État n’autorisant des évènements que dans certaines zones, le parti communiste de Turquie a mis en place de nombreux bus pour amener l’ensemble des militants présents à Istanbul. Des affiches ont été mises dans le quartier populaire de Tarlabaşı à Beyoğlu, indiquant un départ en bus de Taksim à 11h30.

L’évènement a rassemblé environ 2000 personnes à Kartal, dans la partie asiatique de la ville. Le meeting a été mis en ligne en direct sur le compte Twitter du TKP, plusieurs caméras ont permis d’alimenter l’écran géant présent à la tribune. Bien que cet évènement se soit tenu sur une place publique, le périmètre a été minutieusement délimité par des barrières. Des militants du service d’ordre du TKP ont doublé le cordon de sécurité avec une personne tous les 10 m. Aux entrées, des fonctionnaires de police contrôlaient les allés et venus en effectuant une palpation de sécurité sur chaque participant. Sur les toits des bâtiments alentours se trouvaient des militaires armés et équipés de jumelles.

Presque toutes les personnes présentes portaient un élément du TKP (drapeaux, t-shirt, foulard). Les slogans (« Que vive le TKP ! » « Portez haut, plus haut, vos drapeaux ! ») étaient repris par une très grande majorité des participants. On peut en déduire que l’évènement a rassemblé presque exclusivement des militants de l’organisation et peu de personnes extérieures.

Photographie du meeting utilisée par Sol Haber (organe duTKP)

Le meeting a été introduit par un ancien candidat du TKP aux élections législatives, Orhan Aydın : « Bienvenue à vous, amoureux de l’égalité, de la fraternité, bienvenue à vous, les femmes travailleuses… ». Doté d’un grand charisme, il a su captiver son auditoire durant les transitions où se sont succédés les intervenants (6 politiques, 1 groupe de musique, 1 parolier).

Le premier intervenant était le secrétaire général du TKP Kemal Okuyan, qui a réalisé le discours le plus long en rappelant les points forts de la ligne du parti : éducation, transports et hôpitaux gratuits, sortie de l’OTAN, sécurité pour les travailleurs. Il est le seul à avoir interagi avec l’auditoire : « Est-ce que cette situation vous convient ? – Non ! ». Pour conclure, il a répété le slogan du TKP « Paranın saltanatı varsa, halkın TKP’si var ! », repris par la foule.

À noter l’intervention du maire de Tunceli Fatih Mehmet Maçoğlu, figure respectée pour ses actions en faveur des classes populaires. Celui qui se déclare comme « le seul maire communiste du pays » répète les mantras du discours marxiste : lutte contre l’impérialisme et le capitalisme, besoin d’une société socialiste. Sa candidature est unique car il est le seul non-membre du parti et seul capable de remporter une victoire électorale. L’histoire particulière de Tunceli, autrefois appelé Dersim, y est pour quelque chose : la région, où vivent de nombreux zazas alévis, est historiquement un foyer de révolte (soulèvement en 1937) et d’opposition au pouvoir (80,4% de NON au référendum constitutionnel du 16 avril 2017). Par ailleurs, Fatih Mehmet Maçoğlu serait une cause de dissension entre le TKP et le HDP, ce dernier aurait souhaité l’avoir comme candidat.

La dernière intervenante est la candidate pour la métropole d’Istanbul, Zehra Güner Karaoglu. Elle a souligné d’abord le traitement des femmes, les féminicides (kadın cinayeti) et l’islamisation du pays. Elle a rappelé la déclaration du candidat de l’AKP pour Istanbul, Binali Yıldırım : « Obéis et tu seras tranquille ». « Au contraire, nous les femmes nous sommes dans les syndicats, contre le patronat. Nous ne baissons pas la tête (référence à boyun eğme, slogan du TKP visible sur les t-shirt des militants) ». Dans les grandes villes du pays (Ankara, Izmir et Istanbul) le TKP présente des candidates.

Les relations du TKP avec la France

Bien qu’évoluant dans des contextes différents, le PCF et le TKP ont longtemps eu une histoire commune. Aujourd’hui, par l’intermédiaire de la jeunesse communiste Komünist gençlik, le TKP entretient des liens avec le Mouvement des Jeunes Communistes de France5. Toutefois, le PCF n’entretient plus de liens avec le TKP. Généralement, les organisations progressistes européennes critiquent le parti turc pour sa pratique politique sectaire et dogmatique. De plus, son opposition au HDP pourrait faire du TKP un allié objectif de l’AKP. Le PCF pour sa part entretient des relations avec d’autres forces progressistes de Turquie et en particulier le HDP.

À la différence du parti communiste français qui ne possède que peu de militants nés dans les années 1970 et 1980, les participants du meeting du TKP représentent toutes les couches démographiques du pays, avec une grande présence des 18-25 ans. À noter la sous-représentation des personnes âgées, qui peut s’expliquer par la répression des années 1970 et 1980. Si le PCF garde une base militante importante qui fait de lui le premier parti de France en termes de cotisants6, le TKP ne revendique que 5000 adhérents. En réalité, les communistes turcs ne font que très peu d’adhésions car toute nouvelle carte doit être remontée à l’État. L’organisation cherche ainsi à protéger l’anonymat de ses militants. Une habitude qui s’explique par les répressions organisées par l’État contre la gauche.

Lors d’un échange avec Zeynep, la polémique française sur la commercialisation d’un hijab de running par Décathlon est arrivée dans la discussion. Pour rappel, la gauche française a semblé paralysée sur cette question, comme elle l’était sur la polémique du burkini au mois d’août 2016. Pour la militante communiste turque, la réponse est simple : le voile ne doit pas être commercialisé. « Donner la liberté de pouvoir acheter le voile c’est opprimer la femme car ce n’est pas un choix. Une minijupe par exemple, je peux la mettre quand je veux, un jour oui un jour non, pas le voile ! ». Selon elle, la gauche française aurait capitulé idéologiquement pour répondre à la montée de l’extrême droite.

En général, les militants du TKP se sentent trahis par certains partis communistes européens dont le PCF, qui ont porté une ligne dite eurocommuniste, de rupture avec les partis communistes orthodoxes. Symbole de cette divergence idéologique, le livre Comprendre Staline de Kemal Okuyan, qui défend l’Union soviétique sur la période 1924-1953, occupe une place centrale sur la table politique du TKP au meeting de Kartal. Un choix politique qui tranche avec celui du PCF, qui avait publié en 2016 le livre 99 % ((Pierre Laurent, 99 %, Le Cherche-Midi, 2016)) écrit par l’ancien secrétaire national, inspiré par le mouvement américain Occupy Wall Street. Toutefois, la nouvelle direction du PCF élue au congrès de novembre 2018 semble vouloir marquer un retour à une gauche marxiste.

  1. Benjamin Gourisse, La Violence politique en Turquie. L’État en jeu (1975-1980), Karthala, 2014. []
  2. https://tkp.org.tr/tr/haberler/tkp-adaylarini-acikladi []
  3. Le nom a été changé []
  4. Chantal Mouffe, L’illusion du consensus, Albin Michel, 2016 []
  5. Une lettre de soutien a été envoyée pour le congrès du MJCF en janvier 2019 []
  6. https://blogs.mediapart.fr/yamine-boudemagh/blog/180119/parti-communiste-francais-premier-parti-de-france []

Théo Poirier

Diplômé de Sciences Po Toulouse promotion 2018

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.