« Crie, que tout le monde t’entende ! »

« Crie, que tout le monde t’entende ! », tel fut le mot d’ordre adopté, il y a vingt ans, par les premières féministes turques. Ce sont les propos malencontreux d’un juge de Çankırı, marqués désormais d’une pierre noire dans l’histoire du féministe turc, qui suscitèrent alors la mobilisation de plus de 1000 femmes, descendues dans la rue pour protester contre la violence conjugale. Ce juge, Mustafa Durmuş, avait en effet refusé le divorce à une jeune femme, enceinte de son quatrième enfant et battue par son époux, en citant un célèbre proverbe turc : « Il ne faut jamais lever le bâton du dos de la femme et ôter l’enfant de son ventre» («Kadının sırtından sopayı karnından da sıpayı eksik etmemek gerek ») et en rappelant que les disputes faisaient partie des aléas de la vie conjugale…. Les femmes s’étaient alors réunies, le 13 mai 1987, dans le Parc de Yoğurtçu à Kadıköy, et tout en réalisant la première manifestation légale après le coup d’Etat de septembre 1980, elles avaient également posé les premiers jalons du féminisme en Turquie. En effet, c’est à la suite de cette manifestation que s’enclencha en Turquie le processus qui conduisit à la création des premières organisations féministes.

Pour se souvenir de l’événement, après une déclaration de presse, faite le 13 mai dernier à Kadıköy, les féministes turques ont célébré, dimanche 20 mai, au « Parc de la Démocratie de Maçka », les vingt ans de leur mouvement. Le réseau féministe est aujourd’hui beaucoup plus étendu et ne se limite plus à la seule ville d’Istanbul. Si l’on se réfère ne serait-ce qu’à ce dimanche 20 mai, par exemple, plus de 50 associations et organisations féministes parmi lesquelles la « Coopérative Filmmor », les revues féministes « Pazartesi » et « Amargi », « Lambda Istanbul » (une organisation de soutien aux gays, lesbiennes, travestis et transsexuels), l’association « eFitne Ficure »… participaient aux festivités de Maçka.

Des concerts de femmes allant de la variété turque de Fulya Özlem au rap d’Ayben ont animé la manifestation tout l’après-midi et ont fait danser les participantes le plus souvent vêtues de violet. À côté des stands d’information des différents centres d’entraide, se tenait une exposition sur l’histoire du féminisme dans la Turquie moderne et également un arbre à vœux. Chaque concert était ponctué d’un discours d’une personnalité représentative du féminisme turc parmi lesquelles Gülnur Savran, Yaprak Zihnioğlu, Nurperi Sancak, Girin Tekeli, Gahika Yüksel, Handan Koç, Canan Arın, Filiz Koçali, Filiz Karakuğ ou encore Banu Paker. La plupart des discours étaient traduit en kurde. La ligne directrice reprise par l’ensemble des féministes était le refus de la société patriarcale et le rejet du modèle des « femmes vierges, silencieuses, bonnes épouses et dociles » qu’elle entend propager. La responsable de l’Association « Lambda » a, quant à elle, pu exprimer, pour la première fois son homosexualité en public et rappeler que cela n’aurait pas été possible, vingt ans auparavant, car « nos corps ne nous appartenaient pas encore alors », a-t-elle dit.

La fondation « Mor Çatı » qui co-gère avec la sous-préfecture de Beyoğlu un foyer pour femmes et qui est souvent à l’origine des campagnes menées contre la violence conjugale figurait parmi les organisations instigatrices de la journée. L’une de ses bénévoles est revenue, non sans réalisme, sur le chemin parcouru depuis vingt ans :

« On était battues derrière les portes et on nous disait : c’est ton mari, il peut et te frapper et t’aimer ! Puis la colère des femmes a éclaté au grand jour lors de la campagne. Nous avons considérablement avancé en l’espace de vingt ans (…) mais la violence masculine continue de s’exercer… ».

En effet, aujourd’hui, la colère peut s’exprimer mais, semble-t-il, seulement pour une frange limitée de la population féminine turque, notamment celle qui est urbanisée et économiquement indépendante ou qui a du moins le capital culturel nécessaire pour pouvoir le devenir. La sociologie de la participation aux meetings et aux campagnes féministes en témoigne largement. À la célébration des vingt ans du mouvement féministe au Parc de Maçka, étaient surtout venues des femmes éduquées, issues des classes moyennes et supérieures. Pour preuve, les féministes présentes n’ont pas manqué d’être surprises par le regard interloqué des (autres ?) femmes qui, loin de se soucier de cette célébration féministe, passaient par là simplement… à l’occasion de la traditionnelle promenade familiale du dimanche.
Emel Kaba


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.