Fatma Şahin : portrait électoral d’une candidate AKP face aux questions de genre à Gaziantep

Tract de campagne de Fatma Şahin pour les élections municipales 2019
Pour citer cet article : Camille Julienne, "Fatma Şahin : portrait électoral d’une candidate AKP face aux questions de genre à Gaziantep," in Observatoire de la vie politique turque, 27 mars 2019, https://ovipot.hypotheses.org/15315.

Fatma Şahin serait-elle à l’épreuve du plafond de verre qui semble empêche l’ascension féminine aux postes clés de la politique locale en Turquie ? Ancienne ministre de la Famille et des Politiques sociales entre 2011 et 2013 sous le gouvernement Erdoğan III, et l’une des 12 femmes fondatrices de l’AKP, cette femme politique qui candidate aujourd’hui à sa réélection a été la seule femme élue à la mairie d’une grande municipalité en 2014 dans sa ville natale de Gaziantep. Alors que les partis renouvellent leurs promesses de favoriser des femmes aux postes municipaux turcs, elle fait partie des seules 30 femmes (la seule issue de l’AKP) à concourir pour le poste de maire d’une des 81 provinces de Turquie.

Née en 1966, elle est diplômée de la Faculté de Chimie et de Métallurgie de l’Université Technique d’Istanbul. Après une vingtaine d’années dans le secteur privé en tant qu’ingénieure, elle s’engage en politique avec son mari Izzet en cofondant l’AKP, qu’elle représente en qualité de députée durant 3 mandats de 2002 à 2015. Elle est élue à la direction de la branche féminine de l’AKP en 2007, et elle a participé à la Commission sur l’Industrie, le Commerce et l’Énergie, le comité d’harmonisation de l’Union européenne ainsi que le TGNA (Tribune-Honor Murders and Violence Against Children)1

Nous chercherons à savoir dans quelle mesure le fait d’être une femme, et a fortiori une des rares femmes à un poste politique clé au sein d’un parti conservateur islamiste, impacte sur la manière de traiter les questions de genre dans sa campagne électorale. Si cette problématique est au cœur de son discours et des projets d’urbanisation du programme des deux mandats de Fatma Şahin, les pratiques politiques de l’AKP impulsent des lignes directrices au niveau local qui conditionnent les choix politiques des élus. Où se positionne donc cette femme politique dans le cadre tracé par le parti, la situation de la femme turque et les problématiques propres à la province de Gaziantep ?

Un « modèle » inclusif d’urbanisme comme argument de campagne

Les candidats à la mairie de la province de Gaziantep devront faire face à trois préoccupations principales. De par sa proximité avec le conflit syrien, la ville à fait face ces dernières années aux conséquences de l’insécurité et de l’arrivée massive de réfugiés syriens. Au 7 février 2019, 427 000 Syriens bénéficient du statut de protection temporaire à Gaziantep, soit 21 % de la population totale de la grande municipalité, devenant ainsi la troisième province d’accueil en Turquie.2. Le tourisme, et plus largement l’économie, en ont pâti, avec pour conséquences notables un taux de chômage non-institutionnel en croissance constante depuis 2013 jusqu’à attendre 15,1 % en 2017 selon les chiffres du TUIK.

Fatma Şahin est donnée grande favorite de ces élections face à ses deux concurrents principaux. Forte de l’expérience acquise lors de son premier mandat et de ses années en tant que députée, elle peut compter sur un soutien important pour l’AKP dans sa province. En 2014 déjà, elle obtient 54,7 % des voix (la moyenne nationale des votes pour le parti étant alors 45,6 %)3, alors que les dernières élections présidentielles de juin voient l’AKP obtenir 63,9 % des suffrages (pour une moyenne nationale de 52,6 %).4

Elle fait face à une opposition divisée par les tensions politiques entre ses partis. Son premier adversaire, le président du club de football Gaziantepspor Celal Doğan, fût le maire de la municipalité de 1989 à 2004 pour le CHP, puis député HDP. Il concoure aujourd’hui pour le parti DSP (Parti de la gauche démocratique) avec le soutien du HDP, après avoir été pressenti pour la liste CHP. C’est finalement Ejder Demir, député IYI Parti pour la province les deux dernières législatures de la République de Turquie, qui représentera la coalition de l’Alliance nationale en partenariat avec le CHP. Selon le discours de ces deux politiques, le mandat de Fatma Şahin se serait soldé d’une augmentation de la pollution et de l’insécurité au sein de la province, avec notamment le développement de réseaux criminels. Doğan dit ne plus reconnaître la ville qu’il a gérée alors, la qualifiant de socialement divisée.5

Au contraire, le cœur de la campagne Şahin porte sur les aménagements urbains entrepris ces cinq dernières années comme vecteur d’intégration, d’unité et de sécurité. La ville de Gaziantep et les multiples projets entrepris ou planifiés en son sein seraient un « modèle » de développement municipal en Turquie. Une ville sure, pensée pour les femmes, les jeunes, les personnes handicapées, propice à la vie des familles, qui prendrait en compte la protection de l’environnement et la présence massive de réfugiés syriens. Au programme, 27 projets achevés à plus de 90 % ont été lancés durant son premier mandat6 : routes, transports en communs, approvisionnement en eau7 , centre scientifique, installations de crèches et de centres de formation communs pour les enfants et leurs mères, développement des capacités hospitalières… Ils s’accompagnent de nombreuses initiatives de protection des femmes et des enfants face aux violences et aux mariages forcés, ainsi que des ateliers et des campagnes de valorisation des initiatives féminines dans l’économie de la ville. Le développement culturel et culinaire est également à l’ordre du jour pour donner un élan touristique à cette région historiquement riche : des musées sont construits, des pièces d’art sont réimportées depuis l’étranger vers leur ville d’origine tandis que les évènements se multiplient à travers la municipalité. L’opération est efficace puisqu’en 2018, Gaziantep a attiré 1 million de touristes. Et la maire annonce vouloir doubler ce chiffre tous les ans.8

A l’approche des élections, la maire et le président Recep Tayyip Erdoğan lancent la promotion de la nouvelle ambition de développement urbain au sein du Yükselen Gaziantep Vizyon Projeleri (Vision Gaziantep Émergente) : Medeniyet Şehri (Cité de la civilisation) en partenariat avec TOKI, qui prévoit le démantèlement des 10 millions de mètres carré de zone militaire au centre de la ville. La moitié de l’espace accueillera des espaces verts publics, tandis que l’espace restant sera consacré à l’édification de bâtiments imitant l’architecture traditionnelle de la province9, toujours dans un esprit de promotion du capital culturel de la région. En parallèle, dans un effort de soutenir les secteurs de l’éducation et d’assurer la sécurité de la ville, la construction d’une zone de résidence pour les enseignants et les agents de police est envisagée.10. Au-delà d’un simple développement urbain, cette démilitarisation permet de faire passer le message fort que la guerre est sur le point de s’achever et que la région est en passe dans passer dans une nouvelle ère.

L’engagement local féminin au sein de l’AKP

Il est parfois difficile de faire la part des choses entre discours politiques, réalité des réformes mises en place et idéologies fondamentales du parti de la Justice et du Développement sur la question de l’émancipation féminine dans la société turque. Car c’est au sein même de cet environnement qu’évoluent les militantes AKP et les femmes qui représentent leurs intérêts en politique, et sur laquelle elles basent leur engagement. D’un côté, notamment dans le cadre des négociations pour l’entrée dans l’Union européenne jusque dans les années 2010, les avancées ne sont pas à nier : réformes du code du travail, du code pénal et même de la Constitution en 2004 pour assurer à la femme un rôle économique, la sécurité face aux violences les visant et la reconnaissance constitutionnelle de l’égalité entre les sexes comme fondements de la société turque.1112La question du port du voile est également un point central, puisqu’il permet aux femmes musulmanes jusque-là mises à la marge d’une société laïque de pouvoir concilier leurs pratiques religieuses et leurs ambitions dans les sphères publiques au même titre que les femmes non voilées.

Le poids électoral des femmes turques ne peut être oubliés, et fait donc l’objet de nombreuses déclarations, de promesses et de réformes plus ou moins cosmétiques. Des promesses qui se multiplient pendant ces élections : Recep Tayyip Erdoğan reconnaît que les femmes sont sous-représentées localement et clamait dans une réunion de la branche féminine AKP à Ankara en octobre 201813 vouloir augmenter la part de représentants féminins dans les élections locales pour tendre à une représentation plus juste de la population. Mais finalement, alors qu’il annonçait vouloir atteindre un objectif de 3 candidates à la direction de province, seule la maire de Gaziantep a finalement vu sa candidature validée par l’AKP.14

D’une manière générale, les droits des femmes sont envisagés à travers le prisme de la famille. La femme est avant tout une mère, une épouse, une sœur au sein du cadre familial, répondant à une définition de la femme choisie et restrictive que l’on retrouve dans les discours politiques. Exemple largement repris dans ses différentes communications, les mots utilisés sur Tweeter par Fatma Sahin pour la journée de la femme le 8 mars 2019 sont évocateurs : les caractéristiques attribués à la femme sont l’« intelligence émotionnelle » (duygusal zekasını), l’« empathy » (empati)15, qu’elle résume par « Sevgi, şefkat, sabır ve fedakarlığın sembolüdür kadın »16 (La femme est un symbole d’amour, de compassion, de patience et de sacrifice).

Si l’accès des femmes à des postes de responsabilité reste limitée, l’implication féminine au sein même de processus de vote est très forte. La constitution de la branche féminine de la AKP, première du pays avec ses 4,6 millions d’adhérentes17, est reconnue par ses dirigeants comme un atout du parti, notamment au niveau local via leurs activisme de quartier, leurs connaissances des électeurs, leur activisme caritatif et les réseaux clientélistes qu’elles entretiennent avec l’électorat.((Prunelle Aymé, Engagement féminin conservateur et inclusion à la sphère politique, Mémoire IEP Paris, 2017)) Néanmoins, cela ne va pas forcement de pair avec une volonté de leurs donner un réel pouvoir dans les politiques publiques locales. S’il serait réducteur de considérer les figures féminines de l’AKP comme de simples vitrines instrumentalisées, on ne peut nier que l’émancipation des femmes n’est pas le moteur principal qui amine les réformes des leaders de l’AKP. Les branches permettent donc un empowerment féminin dans le registre permis par l’AKP, mais qui partage des valeurs communes à ces femmes dont l’engagement n’est, finalement, pas si paradoxal.

Fatma Şahin, femme politique ou politique pour les femmes ?

Prendre en compte les femmes dans l’urbanisme de la municipalité et tendre à améliorer leurs accès à l’éducation, la santé et à un rôle économique au sein de leurs familles ne fait bien sûr pas de Fatma Şahin une militante des valeurs du féminisme « à l’occidentale ». Ainsi, alors ministre de la Famille et des Politiques sociales, elle soutient le président Recep Tayyip Erdoğan dans ses positions anti-avortement. Aujourd’hui, bien que toujours techniquement légal, les hôpitaux publics pratiquent de moins de moins l’IVG, rendant son accès difficile.18 Être une femme au sein de l’échiquier politique turque entraine mécaniquement des attentes féministes, une obligation projetée par l’observateur de défendre « la cause ». Lorsque la part de représentation masculine, perçue comme plus susceptible de reproduire un modèle patriarcal favorisant le développement des privilèges et des intérêts masculins, est si écrasante au niveau local, chaque élue est jugée sur sa condition de femme plus que de politique et sur sa capacité à impulser un mouvement égalitaire entre les genres, voire à mettre ces réformes au cœur même de son programme. Cette pression induit paradoxalement un poids dans le cheminement politique de ces femmes et une tension entre l’opportunité de propulser un changement de paradigme dans les régions où elles exercent et la nécessité de coller aux lignes directrices du parti pour assurer l’avancement de leurs carrières politiques.

Fatma Şahin semble avoir fait un choix médian : si l’inclusion des femmes et des jeunes est un axe sur lequel elle travaille et communique, ses positions féministes restent modérées et sa stratégie sans risques. Elle ne s’écarte pas des chemins tracés par le parti, et ne met pas à profit les initiatives politiques et civiles pour l’émancipation des femmes en Turquie lorsqu’elles sont perçues comme opposées à l’AKP du point de vue partisan : alors que les organisations féministes d’origine kurde sont actives dans la région, leur association présumée ou avérée au parti HDP et au PKK est vue comme rédhibitoire. De même, si les réformes ouvrant l’économie aux femmes et les aménagements leur permettant de concilier vie de famille et vie professionnelle sont menée par Fatma Şahin et son équipe municipale, elles s’inscrivent également dans la politique d’incitation à la natalité de l’AKP résumée par le président par sa déclaration : « La vie d’une femme est défaillante et incomplète si elle n’a pas réussi à être mère. Une femme devrait avoir au minimum trois enfants »19. Ces initiatives ont pour but d’enrailler la baisse du taux de natalité en Turquie induite par l’entrée des femmes dans le marché du travail.

La maire de Gaziantep fait donc figure d’exception dans une course électorale qui fait, une fois de plus, peu de place aux femmes. Si elle est effectivement réélue, la question des femmes dans la région sera certes centrale mais avancera pour les 5 années à venir dans la direction politique pointée par le parti et son dirigeant.

  1. « Fatma Şahin Biyografisi », Haberler https://www.haberler.com/fatma-sahin/biyografisi/, consulté le 18 mars 2019 []
  2. Direction Générale de la gestion des Migrations, Ministère de l’Intérieur de la République de Turquie, http://www.goc.gov.tr/icerik6/temporary-protection_915_1024_4748_icerik, consulté le 20 mars 2019 []
  3. Haberler, https://secim.haberler.com/2014/, consulté le 13 mars 2019 []
  4. Yeni Şafak, https://www.yenisafak.com/en/secim-cumhurbaskanligi-2018/secim-sonuclari?linkName=gaziantep, consulté le 13 mars 2019 []
  5. Ayşe Sayın, « Yerel Seçim 2019: Gaziantep’te Celal Doğan faktörü dengeleri değiştirebilir mi? », BBC https://www.bbc.com/turkce/haberler-turkiye-47574403, 16 mars 2019, consulté le 16 mars 2019 []
  6. Son Güncelleme, « 1 Nisan’da ustalık dönemimiz başlıyor », Türkiye Gazatesi https://www.turkiyegazetesi.com.tr/gundem/609149.aspx, 8 mars 2019, consulté le 11 mars 2019 []
  7. Mehmet Torun, « #Yükselen Gaziantep », Gaziantep Pusula https://www.gazianteppusula.com/haber/yukselen-gaziantep-haberi-64006.html, 2 février 2019, consulté le 19 mars 2019 []
  8. Anadulo Ajansi, « Gaziantep’te 2019 turizm hedefi belirlendi », NTV https://www.ntv.com.tr/seyahat/gaziantepte-2019-turizm-hedefi-belirlendi,UyejDGz8sEaMqAkCThqCCg , 13 mars 2019, consulté le 21 mars 2019 []
  9. Özgenur Sevinç, « New projects to rejuvenate Gaziantep, says Erdoğan », Daily Sabah https://www.dailysabah.com/politics/2019/03/16/new-projects-to-rejuvenate-gaziantep-says-erdogan, 16 mars 2019, consulté le 19 mars 2019 []
  10. Anadolu Ajansi, « Gaziantep’te öğretmenlere toplu konut müjdesi », Memurlar https://www.memurlar.net/haber/814351/gaziantep-te-ogretmenlere-toplu-konut-mujdesi.html, 8 mars 2019, consulté le 14 mars 2019 []
  11. Perrine Lacoste, « La situation de la femme turque, enjeu encore et toujours des réformes les plus urgentes », Observatoire de la Vie Politique Turque https://ovipot.hypotheses.org/524, 5 mai 2008, consulté le 27 mars 2019 []
  12. Anne Laure Mahé, « Les métamorphoses de la Constitution de 1982 : retour sur les révisions constitutionnelles des trois dernières décennies », Observatoire de la Vie Politique Turque https://ovipot.hypotheses.org/1490, 25 juin 2010, consulté le 27 mars 2019 []
  13. Anadolu Ajansi, « Erdoğan: AK Party will sweep March 2019 municipal elections », Daily Sabah https://www.dailysabah.com/elections/2018/10/23/erdogan-ak-party-will-sweep-march-2019-municipal-elections, 22 octobre 2018, consulté le 5 mars 2019 []
  14. « AK Party aims to increase women’s role in local politics for March 2019 », Daily Sabah https://www.dailysabah.com/elections/2018/11/16/ak-party-aims-to-increase-womens-role-in-local-politics-for-march-2019, 15 novembre 2018, consulté le 5 mars 2019 []
  15. Fatma Şahin sur Twitter https://twitter.com/FatmaSahin/status/1103979036009791488 []
  16.   Fatma Şahin sur Twitter https://twitter.com/FatmaSahin/status/1103870974846353408 []
  17. Anadolu Ajansi, « Erdoğan: AK Party will sweep March 2019 municipal elections », Daily Sabah https://www.dailysabah.com/elections/2018/10/23/erdogan-ak-party-will-sweep-march-2019-municipal-elections, 22 octobre 2018, consulté le 5 mars 2019 []
  18. Delphine Minoui, « En Turquie, l’offensive contre l’avortement des islamo-conservateurs », Le Figaro http://www.lefigaro.fr/international/2019/02/20/01003-20190220ARTFIG00229-en-turquie-l-offensive-contre-l-avortement-des-islamo-conservateurs.php, 20 février 2019,consulté le 21 mars 2019 []
  19. Discours prononcé par Erdoğan le 5 Juin 2016 lors de l’inauguration de l’association KADEM (Femmes et Démocratie) dans Prunelle Aymé, Engagement féminin conservateur et inclusion à la sphère politique, Mémoire IEP Paris, 2017, p. 26 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.