Une rupture de la coopération militaire privilégiée entre la Turquie et les États-Unis d’Amérique ?

Pour citer cet article : Théo Poirier, "Une rupture de la coopération militaire privilégiée entre la Turquie et les États-Unis d’Amérique ?," in Observatoire de la vie politique turque, 29 mars 2019, https://ovipot.hypotheses.org/15330.

Le désaccord entre la Turquie et les États-Unis sur la décision d’Ankara d’acheter les systèmes de défense antimissile russes S-400 prend de l’ampleur, et peut s’apparenter à une nouvelle crise dans les relations turco-américaines, qui relancerait le débat si oui ou non la Turquie est bien dans l’alliance occidentale.  

Pour rappel, la Turquie envisage l’installation d’un système de défense antiaérien performant depuis les années 1990. Bien que l’idée d’une production nationale soit constamment évoquée, le projet n’a jamais été réalisé à cause de son budget excessif. En 2013, le pays avait annoncé devenir le seul membre de l’OTAN à déployer des systèmes de défense antiaérien de fabrication chinoise sur son sol ; mais Ankara s’est finalement rétracté. En décembre 2017, un accord de vente a été dévoilé avec la Russie sur l’acquisition de S-400 pour un montant de 2,5 milliards de dollars. Après la Chine et l’Inde, la Turquie deviendrait le troisième pays à s’équiper du système de défense russe et surtout le premier pays membre de l’OTAN. A noter toutefois que la Bulgarie et la Slovaquie possèdent des S-300, héritages de leur passé communiste.

Les réactions de l’Alliance atlantique et particulièrement des officiels américains ne se sont pas fait attendre. Bien que personne ne puisse nier à un pays souverain son autonomie dans le choix d’acquisition de son matériel militaire, une telle décision alimente le débat sur la place de la Turquie au sein de l’OTAN. Depuis l’été 2018 et le rattachement de toutes les administrations à la présidence, R.T.  Erdoğan possède la décision finale sur le dossier. Dans ses déclarations, il semble déterminé à finaliser la livraison des S-400 : « Il n’y a pas de retour en arrière, car un geste aussi immoral serait inconvenant. Si nous concluons un accord, nous le respectons », a-t-il déclaré le 24 mars sur la chaîne TGRT Haber,1 soulignant la « duplicité » des États-Unis accusés de ne pas respecter leurs engagements. Si la Turquie maintient l’accord de vente, les premiers S-400 devraient être livrés avant 2020 à la Turquie.

L’affirmation de l’indépendance d’initiative militaire de la Turquie

Le besoin de diversification dans l’approvisionnement du matériel militaire s’explique par la dépendance de la Turquie envers le matériel américain depuis l’arrivée au pouvoir du Parti Démocrate en 1950. Lors de l’intervention militaire à Chypre en 1974, les États-Unis imposent un embargo sur l’armement pour 4 ans, ce qui paralyse l’appareil militaire turc. En réponse, la Turquie lance une politique volontariste, donnant un essor à l’industrie d’armement qui connaît un pic en 1986 où une administration de soutien et de développement de l’industrie de défense est créée, afin de soutenir l’essor de la BITD turque2 . Toutefois, un écart se maintient avec les autres forces de l’OTAN qui se traduit par une frustration permanente : comment une grande puissance comme la Turquie peut ne pas être autosuffisante en matériel militaire ? Pour atteindre l’objectif affiché d’indépendance d’initiative militaire, la Turquie cherche à diversifier ses sources d’approvisionnement pour ne pas dépendre d’une puissance étrangère et soutient une montée en puissance de son appareil productif dans le domaine de la défense.

L’arrivée de l’AKP au pouvoir en 2002 se traduit par une accélération de la politique volontariste d’autosuffisance militaire. Ainsi le 3 août 2018 le président Erdoğan a dévoilé un plan d’action pour les 100 premiers jours de son mandat en soulignant l’importance de soutenir la BITD : « À notre arrivée au gouvernement, la part de notre industrie nationale dans la défense turque n’était que de 25% et aujourd’hui elle plafonne à 65%. Nous devons continuer dans cette direction. »3. Parmi les 400 projets énumérés, 48 concernent l’industrie de défense, tels que le développement de l’avion de combat TF-X qui sera produit entièrement en Turquie (budget initial évalué à 4,8 milliards de TL) avec la participation de 30 ingénieurs britanniques dans le cadre de l’accord signé avec BAE Systems.

L’entreprise Baykar Makina, qui fabrique et exporte4 des drones à usage militaire, est un exemple illustratif des transformations à l’œuvre dans le pays. Auparavant, la Turquie se fournissait en drones israéliens pour un montant de 60 millions de dollars par unité. Aujourd’hui, les drones « made in Turkey » sont à la pointe dans le domaine, ont réussi toutes les batteries de test et leur utilisation dans la lutte contre le terrorisme leur donne le label combat proven ((Selon le site du fabricant : http://baykarmakina.com/home/)). Globalement, les différentes études sur l’industrie de défense turque confirment sa progression. Chaque année, Defense News magazine publie le « Defense News Top 100 » en utilisant les données de ventes de l’année précédente5. Quatre entreprises turques sont dans le classement 2018 : Aselsan, TAI, Roketsan et STM. Elles sont, dans l’ordre, 55e, 64e, 96 e, et 97e. Aselsan continue de progresser dans le classement et reste l’entreprise du secteur de défense la plus importante de Turquie. Roketsan est rentrée l’année précédente dans le classement et STM rentre pour la première fois.

Defense News Top 100, 13 août 2018

Malgré ces réussites, une faiblesse a toujours existé en Turquie sur les systèmes de défense anti-missile. Selon les autorités turques, depuis les années 1990 le pays est vulnérable aux tirs de croisière et balistiques. Le manque de soutien de l’OTAN, et particulièrement de Washington, expliquerait une telle situation. En effet pour Turan Oğuz, expert turc sur la défense, la Turquie ne reçoit pas de transfert technologique de la part de ses alliés et fait face à un écart de 30 ans6. Toutefois, Ankara peut difficilement lancer une production domestique de système de défense anti-missile car la conjoncture actuelle n’y est pas favorable. Les purges importantes au sein des entreprises de défense7 et l’inflation de la lire qui rend les importations très couteuses fragilisent la BITD. La Turquie a donc fait le choix d’importer un système de défense anti-missile auprès de la Russie. Sans prendre en compte les conséquences négatives pour sa place dans l’Alliance et sa relation avec les États-Unis, l’achat des S-400 pourrait répondre partiellement aux besoins sécuritaires de la Turquie. Alors qu’une part importante du matériel étranger utilisé par les forces turques est d’origine américaine, le choix russe confirme la volonté d’autonomie du pays.

Durcissement de la position américaine

Toutefois, la position américaine s’est récemment durcie à l’encontre de la Turquie. Le 19 février 2019, le président Donald Trump a signé un projet de loi de dépense qui bloque le transfert des 100 F-35 commandés par la Turquie8. La livraison est gelée jusqu’à ce que le secrétaire d’État et le secrétaire à la Défense soumettent une mise à jour au rapport remis par le Pentagone en novembre 2018. Celui-ci a déclaré que l’achat turc des missiles russes pourrait déboucher sur une potentielle expulsion d’Ankara du programme F-35 et pourrait également affecter d’autres acquisitions d’armes déjà utilisées par la Turquie9 ainsi que les missiles sol-air Patriots qu’elle souhaite obtenir. Le document signé par le président américain demande l’ajout d’une description détaillée des possibilités de mise en place de sanctions par l’intermédiaire du Countering Russian Influence in Europe and Eurasia Act of 2017. ((Public Law 115–44 qui a pour objectif de sanctionner l’Iran, la Corée du Nord et la Russie en interdisant à tout pays d’avoir des échanges avec l’industrie d’armement russe.)) Le Congrès demande aux secrétaires américains de rendre un rapport au plus tard le 1er novembre 2019.

Extrait du projet de loi de dépense signé par D. Trump

Le vice-président Mike Pence a également lancé un avertissement en février dernier lors de la conférence de Munich, affirmant que les États-Unis ne « resteraient pas les bras croisés pendant que les alliés de l’OTAN achètent des armes à leurs adversaires ». A noter que le projet de loi bloquerait également la vente d’armes pour les gardes de sécurité de la présidence turque, suite aux évènements de mai 2017 où aucune condamnation n’a été prononcée10.

Début mars, l’administration américaine a affiché un durcissement de sa position sur la question des S-400 russes. Le 4 mars 2019, le président Donald Trump a adressé une lettre au Congrès pour lui demander de mettre fin au traitement commercial préférentiel accordé à la Turquie. Depuis 1975, la plupart des exportations de la Turquie vers les États-Unis bénéficient d’une exonération de droits de douane. Le 5 mars 2019, le général Curtis Scaparrotti, commandant suprême des forces alliées de l’OTAN, a déclaré devant la commission des forces armées du Sénat américain : « Mon meilleur conseil militaire serait de ne pas continuer le programme F-35 avec un allié qui utilise des systèmes russes, en particulier des systèmes de défense antiaérien. »11

Auparavant, l’administration américaine se gardait de critiquer ouvertement les décisions de leur allié. Lors des transgressions d’Ankara, Washington ne manquait pas de rappeler le partenariat privilégié et nécessaire pour assurer la sécurité de l’Alliance sur son flanc sud. Cette période pourrait marquer un tournant dans les relations entre la Turquie et les Etats-Unis. Aujourd’hui, une position hostile envers la Turquie semble s’ancrer dans l’administration et la presse américaines. Pour Michael Rubin de l’American Enterprise Institute12, le départ en décembre 2018 du secrétaire à la Défense James Mattis marque un changement fort car celui-ci était partisan « [d’un] statu quo vis-à-vis de la Turquie et bloquait les mesures punitives. »

La Turquie maintient son cap

De nombreuses personnalités (chercheurs, anciens diplomates ou militaires) s’expriment sur le les conséquences négatives relatives à la cohabitation S-400 et F-35 : incompatibilité des S-400 avec les systèmes intégrés de l’OTAN, systèmes mutuellement exclusifs, possibilité de collecte d’informations sur le matériel américain, risque pour la sécurité des pilotes de F-3513. Pour sa part, la Turquie déclare avoir été contrainte de se tourner vers la Russie à cause du manque de soutien de Washington pour l’acquisition de systèmes Patriot. Ankara a également souligné que l’accord de vente des S-400 impliquerait une production conjointe et un transfert de technologie, ce que les Américains refusent de fournir. Il est difficile d’avoir des informations précises sur les clauses qui accompagnent la vente des systèmes de défense russes. Selon certains observateurs, le contrat ne comporte pas de transfert de technologie, un consentement de Moscou serait nécessaire pour toute modification. Les systèmes pourraient fonctionner en circuit fermé, la Russie craignant que l’OTAN obtienne des informations technologiques par la Turquie.

Au début du mois de janvier 2019, l’administration américaine a proposé de vendre à la Turquie des missiles Patriot pour un montant de 3,5 milliards de dollars, sans doute pour empêcher la livraison des S-400. Ankara n’a pas donné suite à une telle offre car la capitale turque n’a aucune intention de mettre en péril ses liens géostratégiques avec Moscou. Par ailleurs, dans un pays où l’anti-américanisme peut rapporter de nombreuses voix, le parti AKP utilise un langage nationaliste et indépendantiste à l’approche des élections municipales du 31 mars.14 Ainsi, l’accord sur les S-400 cristallise des intérêts internationaux et nationaux pour la Turquie. Il est donc peu envisageable que la Turquie montre un quelconque signe de revirement dans la période actuel. Mais l’enjeu électoral passé, une telle obstination pourrait porter préjudice aux besoins sécuritaires de la Turquie et plus globalement pourrait questionner la place du pays au sein de l’OTAN. A noter que pour certains observateurs, la Russie pourrait accepter une annulation de vente des S-400 si elle peut obtenir des concessions turques, en Syrie par exemple.

Malgré le durcissement de la position américaine, les officiels turcs semblent décidés à réaliser l’accord de vente avec la Russie. L’épisode actuel, s’il ne marque pas une rupture complète avec l’Occident, est un signal fort de l’intérêt que porte la Turquie à la Russie. Depuis la tentative de coup d’État de 2016, le camp atlantiste présent au sein de l’administration et de l’appareil militaire semble avoir perdu du poids face aux eurasianistes. La formation d’officiers turcs en Russie pour le maniement des S-400 pourrait être la première étape de substitution d’une culture militaire otanienne par une culture militaire russe15

  1. https://www.youtube.com/watch?v=L_MwsQ3Axmo []
  2. Cette administration est l’ancêtre de la SSB actuelle qui occupe des missions proches de la DGA française. []
  3. https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/12/turkey-defense-industry-hidden-problem-dependence.html []
  4. https://www.defensenews.com/unmanned/2019/01/14/turkish-firm-to-sell-drones-to-ukraine-in-69-million-deal/ []
  5. https://people.defensenews.com/top-100/ []
  6. https://www.dailysabah.com/diplomacy/2018/08/27/turkey-addresses-own-defense-needs-in-absence-of-support-from-allies []
  7. https://odatv.com/aselsandaki-fetoculerin-sirri-20121842.html []
  8. Le pays doit acquérir 100 appareils F-35 pour un montant unitaire de 103 M$. Dans ce projet, la Turquie n’est pas seulement cliente de Lockheed Martin mais a également réussi à s’imposer comme un important contributeur industriel et un hub de sous-traitants pour la fabrication de l’appareil. Une dizaine de sociétés turques, dont Aselsan, Alp, Ayesas, Kale, Mikes, Roketsan et TAI produisent des parties de l’appareil et du moteur, ainsi que des systèmes électroniques. []
  9. Sont concernés : les hélicoptères Chinook CH-47F, les avions de chasse F-16 et les hélicoptères UH-60 Black Hawk. []
  10. https://www.youtube.com/watch?v=oIiBY_u0vaw []
  11. https://www.defenseone.com/business/2019/03/dont-sell-f-35-turkey-if-it-buys-russian-sams-top-nato-general/155318/ []
  12. https://knews.kathimerini.com.cy/en/news/will-the-us-and-turkey-break-up-over-russian-s-400 []
  13. Sur ces questions, voir les publications de Yusuf Buluc, Burak Bekdil, et Sinan Ulgen. []
  14. https://nationalinterest.org/feature/why-turkish-president-revels-conspiracy-theories-46347 []
  15. http://www.ekathimerini.com/238410/opinion/ekathimerini/comment/will-the-us-and-turkey-break-up-over-russian-s-400 []

Théo Poirier

Diplômé de Sciences Po Toulouse promotion 2018

More Posts


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 juin 2019

    […] au sein de sa stratégie de défense : achat des S-400 (voir nos éditions des 18 février et 29 mars 2019), coopération dans la résolution des guerres en Syrie… Enfin, à l’Est, l’obtention du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.