Dynamiques socio-territoriales et élections « locales-nationales » d’Istanbul du 23 juin 2019

Tous les observateurs ont été, à des degrés variables, surpris par l’ampleur de la victoire du candidat de l’Union de la Nation (Millet İttifakı), dans cette « élection de trop » pour l’AKP, suite à l’annulation le 7 mai 2019 par le Conseil Supérieur des Elections (YSK) d’une des quatre élections du 31 mars 2019, celle pour choisir le maire métropolitain d’İstanbul. Mais avant de se livrer à une analyse des résultats de ce drôle de scrutin et de leurs expressions et variations spatiales, il convient de prendre un certain nombre de précautions. En effet, pour déceler des évolutions, des continuités ou des ruptures, la seule comparaison acceptable ne peut être dressée qu’avec le scrutin organisé quelques mois auparavant à la fin mars 2019, ainsi que, dans une certaine mesure, avec les résultats des élections présidentielles de juin 2018 (pour lesquelles déjà la coalition présidentielle AKP-MHP-BBP était déjà constituée). Comparer avec les élections locales de 2014 ou de 2009 s’avère périlleux, compte tenu du fait que pour ces scrutins passés, chaque parti présentait son propre candidat. Et se risquer à agréger les résultats de 2009 ou 2014 en fonction des alliances négociées ultérieurement (pour les élections présidentielles de juin 2018, en l’occurrence), dans des contextes différents (quand le parti officiellement associé au CHP, à savoir le parti İYİ n’existait même pas), nous paraît pour le moins discutable. De la même manière, il ne faudrait pas oublier trop vite les résultats des autres scrutins de fin mars 2019, ceux pour désigner les membres des assemblées des municipalités d’arrondissement et les maires d’arrondissement (qui appartiennent, à ce jour, à l’Union de la Présidence en large majorité, soit 25/39). S’il faut comparer ce qui est comparable, il faut aussi tenir compte de l’écart important possible entre les résultats pour l’élection du maire d’arrondissement et ceux pour l’élection du maire métropolitain. En mars 2019 par exemple, les candidats « locaux » de l’union présidentielle ont obtenu en moyenne de 3 à 8 % de moins que le candidat de la même union à la mairie métropolitaine1. L’alliance passée entre le MHP et l’AKP relève de logiques d’abord nationales ; elle ne s’est pas systématiquement répercutée au niveau local. Preuve que les facteurs « échelle » et « candidat » ne sont pas à négliger, sauf à manquer sciemment la complexité des dynamiques locales. De la même façon, ce n’est pas parce que dans un arrondissement le candidat métropolitain de l’Union de la Nation a obtenu plus que celui de l’autre union fin juin 2019 que l’arrondissement a pour autant basculé dans l’opposition (il reste géré pour 5 ans par l’AKP et/ou son partenaire MHP).

Ces points rappelés, dans la lignée de nos essais antérieurs « à chaud », voyons ce que ces résultats de mars-juin 2019 révèlent des dynamiques socio-spatiales qui travaillent la métropole d’Istanbul, en observant les résultats à l’échelle des 39 arrondissements et à la lumière des dynamiques socio-territoriales spécifiques de chacun d’entre eux.

Un raz-de-marée du candidat CHP de l’Union de la Nation ?

Quand nous parlons du 23 juin 2019, nous parlons d’élections pour désigner un maire métropolitain, pour lesquelles l’AKP – associé au MHP dans le cadre de l’autre union, celle « de la Présidence » – a présenté à nouveau suite à un processus d’invalidation pour le moins douteux, un candidat fatigué, peu convaincant et sans grande légitimité locale, contre le candidat de l’Union de la Nation, plus jeune, doté d’une légitimité locale (après une expérience en tant que maire d’arrondissement), lui-même à la tête d’une coalition hétéroclite dont son parti était certes le moteur mais pas le seul acteur. Nous parlons d’une élection de trop pour l’AKP, dans la campagne de laquelle le président de la République s’est excessivement impliqué, la dévoyant en quelque sorte, en la détournant de sa dimension locale. En ce sens, les résultats frappants de ce scrutin – la victoire incontestable de l’Union de la Nation avec un écart de 800 000 voix – doivent être lus à l’aune de ces conditions exceptionnelles et du sens « national » qu’a voulu lui imposer R. T. Erdoğan ; sens qui s’est en quelque sorte « retourné » contre ce dernier et son parti. Avec des conséquences encore au-delà, du fait que dans le cadre du système présidentiel effectif depuis le lendemain des élections de juin 2018, il est à la fois président de la République et chef du parti (ici perdant largement). Autrement dit, par ses interventions incessantes et ses déclarations comminatoires surtout en fin de campagne, il a suscité des réactions de désadhésion chez nombre de ses anciens électeurs et contribué à transformer la défaite locale de son parti en défaite nationale… et personnelle. Si chaque parti ou composante informelle du camp hétéroclite opposé à la coalition présidentielle a tendance à tirer la victoire à lui/elle, il ne faudrait pas se livrer à une lecture trop partisane de ce résultat, et oublier les puissants effets de conjoncture et les effets de rejet que la désastreuse campagne de l’AKP et de son partenaire MHP ont contribué à amplifier. Ceci précisé, au-delà de ces constats, on se gardera dans cette note de tirer trop d’enseignements nationaux de ce scrutin, pour éviter de sombrer dans des spéculations hâtives teintées plus ou moins inconsciemment de vœux pieux.

Tout ceci rappelé, entre le 31 mars et le 23 juin 2019, le nombre d’électeurs est resté presque le même (737 de moins seulement – sur 10 520 939 fin mars 2019 –, après nettoyage des listes), le nombre des abstentionnistes a assez peu diminué (58 439 personnes de plus sont néanmoins allées voter), malgré les efforts de la Présidence et de son parti pour mobiliser à son profit ces derniers. En revanche, l’écart entre les deux candidats s’est considérablement creusé au profit du candidat de l’Union de la Nation, passant de 14 000 à plus de 800 0002.

Comme il l’a déjà été amplement souligné, le recul de Binali Yıldırım est général entre les deux scrutins (il perd près de 5 % par rapport à mars), mais c’est dans des arrondissements où le MHP est influent que le recul semble le plus important : -8 % à Pendik -7 % à Çatalca ou Şile, -6 % à Büyükçekmece ou Silivri. On peut, pour ces arrondissements, faire l’hypothèse que la tentative ultime d’instrumentaliser le leader du PKK pour pousser les électeurs kurdes à la neutralité a suscité une réaction négative dans la composante ultra-nationaliste de la coalition présidentielle. Et qu’en conséquence une partie de ceux qui avaient voté Yıldırım en mars, s’est donc reportée sur İmamoğlu (à travers l’İYİ Parti peut-être) en juin. Les cas des Îles-aux-Princes ou Adalar (-6 %) et de Beyoğlu (-8 %) mériteraient une attention particulière. De ce fait, l’échec de la stratégie de la coalition présidentielle durant l’entre-deux scrutins est flagrant. Car malgré les moyens de campagne disproportionnés qu’elle avait à sa disposition et dont elle a usé et abusé (l’ensemble de l’appareil d’État étant mobilisé dans l’entreprise), cette stratégie du pire n’a abouti qu’à rejeter dans l’autre camp des électeurs outrés ou excédés par les tentatives désespérées de la Présidence de discréditer l’autre camp ou de rallier indécis ou déçus. Dans le cas de Büyükçekmece, arrondissement placé au centre des manœuvres de contestation des résultats des élections de mars 2019 par le pouvoir central, on peut faire l’hypothèse que la forte érosion enregistrée par le candidat de la coalition présidentielle révèle une forme de réaction locale au soupçon jeté et à des ingérences répétées des services de l’État pendant l’entre-deux-élections destinées à prouver que les scrutins de mars 2019 y avaient été truqués.

Le recul de la coalition présidentielle entre mars et juin est sensible même dans les arrondissements acquis au CHP (comme à Bakırköy où son candidat perd près de 5 points). Il est plus réduit dans ce qui reste des bastions de l’AKP, dont certains résistent bien : Sultanbeyli, Sultangazi, Gaziosmanpaşa et Arnavutköy perdent chacun seulement un peu plus d’un point. Cependant, Kağıthane et Güngören perdent 4 points chacun. Les dernières lignes du tableau 1 semblent constituées d’arrondissements pris dans des dynamiques de transformation sociale qui pourraient aboutir à assez court terme à une accélération de leur décrochage relatif par rapport au bloc des bastions AKP. Ümraniye, arrondissement emblématique de l’islam politique municipal des zones de gecekondu et apartkondu dans les années 1990, est devenu dans les années 2010 un arrondissement d’affaires, avec ses centres décisionnels abritant les sièges de grands groupes étrangers, ses shopping malls et autres supermarchés spécialisés et ses complexes résidentiels de standing construits par Kiptaş (à l’instar des luxueux « Yeşilvadi Konakları » ouverts en 20073 ) ou par des compagnies de construction organiquement liées à l’AKP (comme Ağaoğlu, qui a été un des pionniers de la transformation des quartiers de Ihlamur Kuyu et de Tepeüstü). On trouve même un quartier d’Ümraniye (Yenişehir, en l’occurrence) parmi les 50 quartiers d’İstanbul qui ont le plus massivement voté İmamoğlu, à 83,7 % (voir tab. 7) ! La desserte de l’arrondissement par le métro depuis fin octobre 2018 a en outre contribué à ouvrir de nouvelles opportunités aux développeurs immobiliers. De même Kağıthane – municipalité aux mains du parti de la Prospérité, ancêtre et matrice de l’AKP, dès 1992 –, peut être considéré comme un des laboratoires de la gestion locale islamiste, à partir desquels s’est opérée la conquête du grand Istanbul en mars 1994. Or depuis la fin des années 2000, l’arrondissement n’a de cesse de se désindustrialiser et de fixer de nouvelles populations et activités (« propres »), notamment le long de la rivière éponyme. Les nouveaux habitants de Vadistanbul, vaste ensemble résidentiel flambant neuf aménagé à l’extrême nord de l’arrondissement, au pied du nouveau stade de Galatasaray, comme ceux des tours géantes de Skyland n’ont en majorité certainement pas voté pour Yıldırım. Il en va de même pour Güngören, petit arrondissement jadis industriel et ouvrier – situé à proximité du premier périphérique autoroutier –, désormais sujet à une restructuration de sa base économique, au profit d’activités tertiaires de commandement et théâtre de nombreux projets immobiliers.

Tab. 1 : Les arrondissements encore peu contestés de l’AKP (Elections locales de mars 2009 et de mars 2014, élections présidentielles de juin 2018, élections du 31 mars et du 23 juin). (en vert sur la carte, fig. 1)

Arrondissement

AKP-mars 2009

AKP-mars 2014

ERDOĞAN-06 18

Cİ-03 19

Cİ-06 19

Sultanbeyli

50,97

61,2

68,90

66,54

65,83

Arnavutköy

41,65

51,7

66,05

62,11

60,22

Esenler

47,53

62,3

67

63,73

61,08

Sultangazi

48,36

58,5

62,31

58,85

57,63

Bağcılar

49,21

57,2

61,84

59,25

56,63

Gaziosmanpaşa

44,44

51,3

58,82

55,99

52,88

Ümraniye

 

 

56,46

54,61

51,60

Başakşehir

39,02

50,1

54,76

53,75

51,26

Kağıthane

44,94

51,3

55,86

54,25

50,54

Güngören

43,8

50,2

55,58

54,01

50,23

Cİ : Cumhur İttifakı, soit l’Union du Peuple (coalition présidentielle).

Il ne faudrait pas pour autant oublier que lors des élections – non annulées – des maires d’arrondissements le 31 mars 2019, si la coalition présidentielle a perdu deux arrondissements passablement importants par leur poids démographique (Esenyurt et Küçükçekmece) – chacun d’entre eux ayant plus de 530 000 électeurs –, elle en a gagné deux aux dépens de l’Union de la Nation, Silivri et Çatalca, tous deux situés aux marges occidentales de la métropole et tous les deux caractérisés par une présence forte du MHP. À Çatalca, le fait que le candidat de la coalition présidentielle fût une figure reconnue du MHP a certainement à voir avec la victoire de cette coalition (le MHP avait obtenu 17 % des suffrages valables aux élections locales de mars 2014 remportées alors dans cet arrondissement par le CHP).

Fig. 1 : Nouvelle typologie des arrondissements après le 23 juin 2014

Les « petits basculements symboliques » : des symptômes de recompositions profondes ou des phénomènes éphémères et conjoncturels ?

Tab. 2 : Les arrondissements symboliquement perdus fin juin 2019 (en ocre sur la fig. 1)

Arrondissement

Mars 2009_AKP

Mars 2014_AKP

Juin 2018_Cİ

Mars 2019_Cİ

Juin 2019_Cİ

Beykoz

37,30 (MHP : 9,80)

44,6 (MHP : 9,6)

56,12

52,91

49,25

Şile

45,2

  50,93 (MHP : 23,40)

53,17

56,64

49,35

Fatih

42,80 (Saadet : 13,40)

48,6 (Saadet : 6,4)

54,0

53,27

49,06

Bayrampaşa

44,46

50,4

55,74

52,71

48,52

Çekmeköy

43,40

48,6

53,81

50,81

48,6

Bahçelievler

47,5

48,80

51,95

50,48

47,26

Pendik

43,3

52,9

58,45

55,85

46,07

Zeytinburnu

44,4

49,82

52,71

51,22

47,13

Beyoğlu

37,40 (Saadet : 12,80)

47,8 (Saadet : 3,2)

52,20

59,99

47,67

Sancaktepe

39,90 (Saadet : 9,20)

49,1 (HDP : 7,3)

51,55

50,20

47,58

Tuzla

44,46

50,4

51,89

49,70

45,96

Eyüp(sultan)

37,20 (MHP : 13,6)

46,7

50,8

48,95

45,22

Üsküdar

37,90 (Saadet : 20,5)

47,41

49,09

48,77

44,87

Les « petits basculements symboliques » se sont produits dans des arrondissements longtemps associés à l’islam politique en Turquie, où pour la première fois depuis des décennies les partis islamistes semblent avoir perdu de leur superbe. Concrètement, entre mars et juin 2019, la coalition présidentielle a perdu symboliquement (et sans conséquence pour la mairie d’arrondissement !) la majorité dans des arrondissements comme Beyoğlu, Fatih, Üsküdar, Beykoz, Eyüp(sultan), Zeytinburnu, Bahçelievler ou Bayrampaşa (auxquels on peut ajouter Sancaktepe, Tuzla et Çekmeköy). Ces basculements symboliques s’inscrivent dans un processus amorcé dès 2014, voire avant : déjà en mars 2014, le sort d’Üsküdar et même de Beyoğlu s’était révélé étonnamment disputé et avait fait l’objet de spéculations. Ils ont à voir avec l’éloignement de certains Kurdes conservateurs par rapport à une coalition présidentielle dont le ton semblait être donné avant tout par le partenaire ultra-nationaliste (jusqu’à la contre-productive tentative d’instrumentalisation d’Öcalan). Par ailleurs, dans plusieurs de ces arrondissements (comme Fatih, Üsküdar ou Beyoğlu), la composante Saadet y était importante en 2004 et 2009 ; ce qui ressort donc en 2019 c’est le divorce croissant entre Saadet et AKP/MHP, qui s’est même traduit par des glissements du Saadet vers le candidat de l’Union de la Nation.

Ces basculements symboliques ont aussi à voir avec les changements sociaux qui affectent ces arrondissements placés pour certains au cœur des politiques de transformation urbaine et dont le tissu urbain et social s’est pour partie renouvelé ces dernières années. L’arrondissement de Bahçelievler, longtemps associé au couloir d’usines et de fabriques s’étirant le long de la rivière Ayamama, a ainsi été récemment le théâtre d’investissements immobiliers de taille destinés à valoriser les terrains libérés par l’industrie repoussée plus en périphérie de l’aire urbaine.

Autrement dit, on peut faire l’hypothèse que les groupes sociaux ascendants visés de facto par les politiques urbaines de l’AKP et de ses partenaires privés ont eu pour effet de bouleverser des bases électorales jusque-là relativement stables et contrôlées, et d’exacerber certaines contradictions.

On pourrait ajouter à ces arrondissements du tab. 2 symboliquement conquis par l’opposition, ceux de Çatalca et de Silivri, que l’on peut considérer d’un certain point de vue comme symboliquement reconquis puisqu’après avoir été perdus par le CHP en mars aux élections des maires d’arrondissement, ils ont rebasculé dans le camp du CHP pour les élections métropolitaines du 23 juin (tab. 3).

Mais gare aux surinterprétations : autrement dit, annoncer que tel ou tel arrondissement jusque-là considéré comme une « chasse gardée de l’AKP » a été « perdu » par ce parti parce que le candidat İmamoğlu y a recueilli plus de voix que Binali Yıldırım le 23 juin 2019 nous semble rapide, voire abusif. Pour l’Union de la Nation et pour le CHP en particulier, l’objectif principal va dès lors être de conserver voire consolider ce revirement symbolique dans ces arrondissements encore gérés par l’AKP, en vue de le transformer prochaines élections locales.

À cet égard, le basculement effectif des mairies d’arrondissement de Küçükçekmece et d’Esenyurt le 31 mars – passant d’une mairie locale AKP à une mairie CHP – paraît en partie procéder des mêmes dynamiques locales affectant ces arrondissements où les projets immobiliers ont été de grande ampleur ces dernières années, à même de bouleverser la base électorale locale, par l’installation dans les complexes résidentiels privés qui s’y sont multipliés de classes moyennes et moyennes supérieures peu enclines à voter pour l’AKP au discours de plus en plus prolétarisé. Mais gare aux lectures trop linéaires et téléologiques des changements aussi, comme si le mouvement de conquête par le CHP était inéluctable et que, de façon concomitante, le recul de l’AKP l’était tout autant. Comme on l’a vu avec le cas de Çatalca et Silivri, à l’échelle locale, le jeu des alliances vient souvent contredire les grands récits nationaux, simplificateurs et unilatéraux ! En outre, les deux municipalités concernées ont été par le passé gérées par un maire socialiste (Esenyurt, entre 1989 et 2004) ou social-démocrate (Küçükçekmece, entre 2009 et 2014) : les résultats du 31 mars sont de ce fait localement interprétés comme la fin d’une « parenthèse-AKP » plus ou moins longue.

Tab. 3 : Les arrondissements qui ont réellement basculé en mars 2019, dans un sens ou dans l’autre (pois rouge ou vert sur la carte).

Arrondissement

Mars 2009_AKP

Mars 2014_AKP

06 2018_Cİ

Mars 2019_CI

Juin 2019_CI

Esenyurt°

42,20

31,70

47,50

45,51

42,07

Küçükçekmece°

47,18

41,9

46,17

44,37

39,74

Çatalca*

28,6

35,5

42,87

46,69

39,91

Silivri *

40

43,51

42,65

43,35

37,50

(°) : En faveur de l’Union de la Nation
(*) : En faveur de la coalition présidentielle

Tab. 4 : Les arrondissements perdus auparavant par l’AKP (en violet sur la carte)

Nom

AKP-09

AKP-14

06-2018_Cİ

Mars 2019_Cİ

Juin 2019_Cİ

Büyükçekmece

43,8

44,9

45,5

46,14

40,76

Kartal

37,9

42,8

45,12

45,05

40,66

Ataşehir

39,70

49,8

44,45

43,51

39,36

Sarıyer

31,8

39,2

43,69

42,69

38,35

Beylikdüzü

32,10

39,6

42,83

40,84

37,62

Avcılar

37,4

40,9

42,69

42,69

37,37

Maltepe

37,9

38,1

40,43

40,33

36,18

Le cas de Beylikdüzü est exemplaire de cette catégorie. Conquis en mars 2014 par le CHP et son candidat İmamoğlu entré en politique en 2008 seulement, il est devenu un bastion en puissance du nouveau CHP et une référence obligée en matière de gestion locale pour le nouveau maire métropolitain. La montée du CHP dans cet arrondissement est passée par une marginalisation/absorption du MHP, du Saadet et du parti kurde (pour parler vite), qui tous les trois représentaient en mars 2009 près de 15 % des suffrages valides. Fils d’entrepreneur en bâtiment et entrepreneur lui-même4, İmamoğlu symbolise le nouvel Istanbul post-gecekondu, dont le tissu et la morphologie sociale ne se sont cristallisés que dans les années 2000. Devenu arrondissement à part entière en mai 2008 – précisément au moment même où İmamoğlu entrait en politique en devenant le responsable du parti pour le nouveau district5 –, Beylikdüzü est un condensé de toutes les formes verticales de logement collectif privé, comme de tous les faciès de l’immigration à Istanbul. C’est à Beylikdüzü qu’İmamoğlu a appris à parler simultanément et sans exclusive ni contradiction aux originaires de Trabzon (dont il est) et à ceux de Sivas ; deux des départements qui ont alimenté le plus l’immigration interne à Istanbul. C’est aussi, avec Esenyurt, l’arrondissement où les achats et investissements immobiliers étrangers sont les plus élevés à Istanbul ces dernières années.

Tab. 5 : Les arrondissements acquis de longue date au CHP (en rouge sur la fig. 1)

Arrondissement

Erdoğan_UP-06 2018

Union présidentielle mars 2019

Union présidentielle juin 2019

Beşiktaş

18,50

19,15

15,75

Kadıköy

20,43

20,61

17,60

Bakırköy

24,02

25,08

20,16

Şişli

29,90

29,30

25,95

Adalar

27,13

34,79

28,63

Dans ces arrondissements stabilisés et identifiés depuis des décennies comme des bastions du CHP, on note une amplification du vote pour l’Union de la Nation entre mars 2019 et juin 2019 – mouvement très net pour les Îles-aux-Princes et pour Bakırköy en particulier. C’est aussi dans ces arrondissements que l’on trouve les valeurs les plus fortes, à l’échelle du quartier6, obtenues par cette même Union, qui correspondent de surcroît aux zones où le niveau de revenu des populations est le plus élevé : citons seulement les trois premiers : Teşvikiye (90,9 % des votes pour İmamoğlu), Fenerbahçe (90,3 %), et Caddebostan (89,9 %).

Tab. 6 Quartiers (mahalle) où İmamoğlu réalise ses scores les plus élevés
Source Twitter: https://twitter.com/NOnurkuru/status/1143791743307014144?s=03
Tab. 7 : Quartiers (mahalle) où İmamoğlu réalise ses scores les plus élevés
Source Twitter: https://twitter.com/NOnurkuru/status/1143791743307014144?s=03

Avec İmamoğlu et l’Union de la Nation, ce qui s’est produit c’est donc une sortie de ces bastions du CHP et une sortie de milieux sociaux et de mouvances idéologiques que ce parti semblait principalement voire exclusivement représenter. Le nouveau CHP d’İmamoğlu et Kaftancıoğlu a désormais l’ambition d’être un parti s’adressant à l’ensemble du spectre géographique, social et idéologique de Turquie ; les alliances formelles et informelles qu’il a conclues le contraignent d’ailleurs à opérer cette mutation, en intégrant davantage les segments conservateurs, ultra-nationalistes, kurdes ou libéraux qui semblent ne plus pouvoir se reconnaître dans l’AKP actuel et son partenaire MHP.

En conclusion, l’analyse des résultats des élections du 23 juin 2019 à l’échelle des arrondissements fait apparaître la forte dimension « nationale » de ces élections et une variabilité des comportements électoraux selon le contexte politique, la morphologie sociale des arrondissements concernés, et les enjeux très hétéroclites associés localement à ce scrutin. Si le recul symbolique de la coalition présidentielle est incontestable, il ne s’opère pas selon la même intensité dans tous les arrondissements et ne peut être interprété trop rapidement comme une défaite locale de l’AKP. Si c’est une défaite, c’est surtout pour l’instant une défaite d’abord symbolique, à implications nationales indéniables, les mairies d’arrondissement restant en grande majorité aux mains de la coalition présidentielle. Ces élections de trop pour l’AKP constituent aussi un moment de rupture (irréversible ?) pour l’AKP, qui traduit une crise de confiance et des doutes sérieux et de plus en plus ouvertement partagés dans l’opinion, par rapport aux modes d’action et de justification de l’AKP et, sans aucun doute, par rapport à un système présidentiel qui n’a pas apporté les bienfaits promis dans un petit où plus du tiers des ménages ne dispose pas d’un revenu stable.

Néanmoins, il nous semble abusif de soutenir que le recul frappant de la majorité présidentielle enregistré entre mars et juin 2019 signifie une perte d’Istanbul pour l’AKP. Si la mairie métropolitaine a bien été perdue, et de manière cinglante, les « bastions » tiennent encore assez bien et le pouvoir central a les moyens de réduire la marge de manœuvre de ladite mairie. C’est plutôt du côté des transformations de la morphologie urbaine produites par les politiques urbaines de l’AKP qu’il faut chercher pour saisir les raisons principales d’une désaffiliation de certains groupes sociaux engagée en fait au moins dès 2014. À ce titre, comme nous l’avions suggéré7, par ses politiques ultra-libérales de grand projet et de développement immobilier spéculatif l’AKP semble avoir lentement creusé sa tombe, pris dans des contradictions croissantes entre une base électorale de plus en plus réduite aux ménages les plus modestes et dépendants et des groupes sociaux ascendants qui ont de plus en plus de mal à s’identifier à la vision du monde caricaturale, manichéenne et paranoïaque défendue par le leader de ce parti. Un désaveu sérieux s’est exprimé selon une intensité variable le 23 juin, un désamour aussi, mais pour des raisons très différentes selon les électeurs et leur terreau. Ceci dit, la question de la résolution ou de la gestion des fortes contradictions internes à la coalition du refus dont İmamoğlu a su habilement se faire le porte-parole demeure entière. Elle appelle à l’évidence bien d’autres analyses, dont cette note n’était pas l’objet.

  1. Du fait de la palette de candidats aux élections pour la mairie d’arrondissement et des enjeux locaux plus perceptibles, l’écart entre le candidat Cumhur İttifakı (Union du Peuple, Cİ) pour l’arrondissement et celui pour la métropole était le 31 mars (à la faveur du dernier) de plus de 7 % à Sultanbeyli et plus de 5 % à Arnavutköy. []
  2. Voir pour une analyse détaillée des résultats, le rapport de la société de sondage KONDA : http://konda.com.tr/wp-content/uploads/2019/07/23Haziran2019_Istanbul_Sandik_Analizi.pdf []
  3. Voir : http://www.yesilvadikonaklari.com/hakkimizda []
  4. Le portefeuille immobilier de la famille, centré sur Beylikdüzü, est assez impressionnant par le nombre des biens possédés ; il a été révélé dans le détail aux lendemains de la victoire du 24 juin, conformément aux promesses faites lors de la campagne. []
  5. Voir : Şirin Mine Kılıç (2016 pour la première édition), Benim Sevgili Başkanım Ekrem İmamoğlu. Sıradışı bir başarı ve liderlik öyküsü, İstanbul : Humanist, 220 p. []
  6. Istanbul compte actuellement 961 quartiers administratifs ; le 23 juin 2019, İmamoğlu l’a emporté dans 578 de ce total. []
  7. Voir par exemple notre : « Les élections locales de mars 2014 à Istanbul », Pôle Sud 2014/2 n° 41, 183-194 (URL : https://www.cairn.info/revue-pole-sud-2014-2-page-181.htm ) []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.