Conséquences et non-conséquences du mouvement #MeToo en Turquie : répertoires d’action des organisations féministes turques dans la lutte contre les agressions sexuelles et transnationalisation du mouvement #MeToo en Turquie

Pour citer cet article : Héloïse Russel-Holland, "Conséquences et non-conséquences du mouvement #MeToo en Turquie : répertoires d’action des organisations féministes turques dans la lutte contre les agressions sexuelles et transnationalisation du mouvement #MeToo en Turquie," in Observatoire de la vie politique turque, 13 novembre 2019, https://ovipot.hypotheses.org/15415.

Le 9 novembre 2018 Courrier international publiait un article intitulé « #MeToo en Turquie après la plainte de la chanteuse Sila pour violences conjugales ». L’article avance qu’une « plainte déposée par une icône de la pop turque fait depuis une semaine les titres de la presse turque et déclenche une vague d’indignation dans un pays jusque-là à côté de la vague MeToo »1. Cependant, la sociologue et militante antimilitariste féministe Pınar Selek rappelle dans une tribune au Monde que « le mouvement #metoo n’a pas eu dʼimpact en Turquie ».2

L’objet de ce travail est d’analyser cette non-réappropriation du mouvement #MeToo en Turquie bien que la question des violences sexistes et sexuelles demeure un problème de société majeur comme l’a rappelé très récemment le meurtre d’Emine Bulut tuée par son ex-conjoint sous les yeux de leur fille. Le site internet Kadın Cinayetleri, qui recense et établit une cartographie des féminicides rapportés dans les médias turcs, dénonce ainsi l’assassinat de 1964 femmes en Turquie depuis 20103.

Selon la Global Database on Violence against Women (2016) de UN WOMEN, 38 % des femmes turques de 15 à 59 ans ont été victimes de violence physique et/ou sexuelle, par leur partenaire intime, au cours de leur vie. 11 % des femmes turques de 15 à 59 ans ont été victimes de ces mêmes violences, par leur partenaire, au cours des 12 derniers mois.4 Quant aux femmes mariées, 12 % déclarent avoir été victimes de violences sexuelles au cours de leur vie. 5 % d’entre elles annoncent avoir subi des violences sexuelles au cours des 12 derniers mois.5 La Turquie se situe ainsi au 69e rang de l’Indice d’inégalité de genre et au 130e rang du Global Gender Gap Index Rank. Partie et signataire de la Convention d’Istanbul sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique du Conseil de l’Europe ; le ministère de la Famille et des Politiques sociales turc a adopté, à la suite d’un premier plan d’action couvrant les années 2012-2015, un second plan de lutte contre les violences faites aux femmes, The National Action Plan on Combating Violence Against Women (2016-2020). Il rappelle ainsi, dans sa préface, que la violence sexuelle à l’encontre des femmes, en tant qu’une des formes les plus communes de violence, constitue une violation des droits et libertés fondamentales des femmes.

Encadré : « Prévalence de la violence physique, sexuelle et émotionnelle par le mari ou le partenaire ».
Encadré : « Prévalence de la violence physique, sexuelle et émotionnelle par une personne autre que le mari ou le partenaire intime après l’âge de 15 ans ».6

Définie par l’Organisation Mondiale de la Santé comme « Tout acte sexuel, tentative pour obtenir un acte sexuel, commentaire ou avances de nature sexuelle, ou actes visant à un trafic ou autrement dirigés contre la sexualité d’une personne en utilisant la coercition, commis par une personne indépendamment de sa relation avec la victime, dans tout contexte, y compris, mais sans s’y limiter, le foyer et le travail »7, la violence sexuelle a de nombreuses conséquences négatives sur la santé des femmes, aussi bien génésique, mentale, sur le comportement, que mortelles. Le caractère massif et la reproduction au long des millénaires des violences sexuelles participe à ce que le sociologue Pierre Bourdieu nomme la domination masculine ; forme de domination symbolique par excellence8. Aussi, la reproduction sexuée des rôles comme prolongement normal de données biologiques échappe à la conscience des acteur.ice.s et structure leur inconscient moral. Yves Sintomer, en commentant le travail de Pierre Bourdieu, ajoute : « Si la domination masculine peut avoir cette permanence, c’est parce que l’intériorisation touche ici au plus profond de l’identité des individus, dans un rapport qui commence à la naissance et se répercute tout au long de l’existence. »9 Le rapport hommes/femmes, conscient et inconscient, des individus, appuyé par les principales institutions sociales et de socialisation, est inscrit dans les corps10 et légitime les agressions sexuelles ainsi que les violences herméneutiques, par la perception dominante du corps des autres, par la perception du corps objet féminin par le corps sujet masculin11. La philosophe américaine Catharine MacKinnon évoque également la notion de dominance dans son approche des inégalités : la domination masculine se répercute au travers d’autres manifestations de la violence à l’égard des femmes, à la fois économiques, sociales, ou encore politiques.

Depuis les années 1980, la société turque est le foyer d’émergence de mouvements sociaux contestataires, notamment féministes, actifs et engagés dans la défense des droits humains et des femmes.12 Cet espace militant, et son répertoire d’action, évoluent au tournant des années 2000 et se redéfinissent après les manifestations de Gezi de 2013 autour des nouveaux médias sociaux. De nombreuses plateformes de protection des libertés et droits des femmes s’affirment dans cet espace militant et associatif et s’engagent auprès des femmes contre les violences, abus et agressions sexuelles. Ainsi, en 2015, suite au viol et à l’assassinat d’Özgecan Aslan, étudiante de 20 ans, par un chauffeur de minibus alors qu’elle se rendait à l’école, une mobilisation sociale sans précédent s’est organisée autour de la campagne féministe #sendeanlat (« Raconte, toi aussi ») sur les réseaux sociaux. Cette mobilisation sociale a donné lieu à des manifestations contre les violences sexuelles inédite en Turquie. Cependant, de nombreuses raisons poussent encore les femmes à garder le silence et ne pas signaler la violence sexuelle dont elles ont été ou sont victimes : des systèmes de soutien inadaptés, la honte, la crainte ou le risque de représailles, la crainte ou le risque d’être blâmées ou accusées, la crainte ou le risque de ne pas être crues, ou encore la crainte ou le risque d’être maltraitées et/ou d’être rejetées par la société et ses proches.13 Ainsi 44 % des femmes turques ayant été sujettes à de la violence physique ou sexuelle par leurs maris ou partenaires intimes déclarent n’avoir parlé à personne des violences qu’elles ont subies.14

En 2017, à la suite des révélations d’agressions sexuelles perpétuées par le producteur hollywoodien Harvey Weinstein, l’actrice américaine Alyssa Milano encourage les victimes à sortir du silence et à partager leurs expériences sur les réseaux sociaux. Elle les invite à partager le hashtag #MeToo, repris de la campagne « Me Too » lancée en 2007 par la militante américaine Tarana Burke afin de dénoncer les violences sexuelles. Les associations féministes turques ont alors apporté leur soutien aux actrices et acteurs hollywoodien.ne.s victimes d’agressions sexuelles ainsi qu’au mouvement de dénonciation des violences sexuelles en partageant les tweets. Une militante de Kadın Meclisleri, le conseil des femmes, interrogée sur les conséquences du mouvement #MeToo dans la lutte contre les féminicides en Turquie, déclare :

#MeToo n’est pas déconnecté de la Turquie. Nous avons partagé, retweeté et essayé d’apporter notre soutien aux stars hollywoodiennes comme toutes les organisations féministes dans le monde. Nous pouvons partager différentes valeurs, des idéologies politiques différentes mais au final nous partageons toutEs le potentiel d’être exposéEs à la violence des hommes. Nous partageons un destin commun.

Le mouvement #MeToo a encouragé toutes les femmes autour du monde. La Turquie n’est pas indépendante du monde, donc bien évidemment les femmes turques ont été impactées par le mouvement. #MeToo, qui a donné plus de visibilité aux violences sexuelles. En conséquence, les femmes en ressortent plus courageuses. C’est ainsi que nous analysons ce processus.

La mobilisation sociale transnationale #MeToo a médiatisé et permis à la lutte contre les agressions sexuelles de gagner en visibilité, ainsi que sensibiliser la population mondiale aux violences sexuelles. Mais, bien qu’elle fut reprise et partagée par les associations féministes turques, la campagne #MeToo n’a pas connu l’appropriation qui a pu être observée en France, notamment autour du hashtag #BalanceTonPorc.

Si l’utilisation des médias sociaux dans les répertoires d’action militants turcs joue un rôle prépondérant dans la lutte contre les agressions sexuelles en Turquie, #MeToo n’a pas eu le même retentissement inédit en Turquie. La Turquie avait en effet connu des mouvements similaires dès 2015, qui avaient fortement mobilisé l’opinion publique. Ce type de dénonciation s’éloigne également de la ligne conservatrice en matière de protection des femmes de Parti de la justice et du développement (AKP) et des médias qu’il contrôle. Notre hypothèse est que l’impact moindre du mouvement #MeToo s’explique aussi par la persistance d’une communication à dominance masculine dans les dénonciations d’agressions sexuelles.

Cet article reviendra dans une première partie sur le rôle des médias sociaux dans le mouvement des femmes et pour la lutte contre les agressions sexuelles en Turquie, avant d’étudier la place ainsi que la (non-)réception du mouvement social #MeToo en Turquie.

Répertoires d’action et associations féministes turques : le rôle des médias sociaux dans le mouvement des femmes et pour la lutte contre les agressions sexuelles

Le travail sur les médias comme répertoire d’action dans la diffusion et la transnationalisation des mobilisations sociales s’inscrit dans la sociologie de l’action collective et des mouvements sociaux. Ce concept de répertoire d’action est proposé par le sociologue américain Charles Tilly à la fin des années 1970 afin de regrouper les moyens d’action pour s’exprimer et exprimer des revendications, la pluralité des registres d’action « disponibles », dans le temps et dans les espaces sociaux.15 Tilly énonce que

Toute population a un répertoire limité d’actions collectives, c’est-à-dire des moyens d’agir en commun sur la base d’intérêts partagés. […] Ces différents moyens d’action composent un répertoire. […] On en connaît plus ou moins bien les règles, qu’on adapte au but poursuivi. […] Le répertoire en usage dicte l’action collective.

Charles Tilly, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard 1986, pp. 541-2

Il met également en avant l’idée que les répertoires ne sont pas des choses figées dans le temps et l’espace : les moyens d’action sont préférés pour leur familiarité mais aussi choisis sous contraintes, en fonction des ressources dont dispose un groupe, de la concurrence des autres groupes et des contraintes situationnelles. Le sociologue historique Michel Offerlé qualifie le concept de répertoire comme « un moyen d’action ou la somme des moyens d’action effectivement utilisés ou utilisables par une organisation ou un mouvement, par une catégorie sociale. »16 Érik Neveu, quant à lui, évoque dans Sociologie des mouvements sociaux l’apparition d’une nouvelle génération de répertoires d’action, marquée par « l’internationalisme », « l’expertise » et « la réinvention d’une activité symbolique de mise en scène de l’identité du groupe »17. Les activités comprises dans cette nouvelle génération de répertoire d’action sont empreintes d’un lien fort entre les mouvements sociaux et les espaces médiatiques. L’idée de « transnationalisation de l’action collective » (sous-tendue par l’internationalisation du mouvement #MeToo et l’utilisation des médias sociaux) émerge alors et interroge sur les significations différentes qu’un même moyen d’action peut prendre selon les usages ainsi que sur les liens de solidarité entre acteurs non-étatiques.

Dans ce contexte mondialisé, la Turquie est aujourd’hui une place privilégiée des espaces militants ainsi que des mouvements féministes.18 Depuis les années 1980 le mouvement féministe s’est développé en établissant des liens étroits avec le milieu associatif, notamment autour de campagnes contre la violence domestique.19 L’émergence simultanée des nouvelles technologies de l’information et de la communication a permis l’apparition de nouveaux terrains de lutte politique pour les groupes et voix exclues des médias traditionnels, amplifiant ainsi leurs possibilités d’intervention dans l’espace public, en tant que groupe d’opposition.20 De fait, l’émergence des médias et réseaux sociaux et leur utilisation à des fins militantes marquent une évolution du répertoire d’action féministe et de la manière dont les individus réagissent aux problèmes sociaux. Ils annoncent la création d’un nouvel espace public, dans lequel les femmes peuvent entrer plus facilement en contact entre elles, partager leurs histoires et créer des mouvements de solidarité. En raccourcissant le processus de rassemblement et d’organisation des associations militantes et des organisations sociales, les réseaux sociaux libèrent les individus des limitations physiques et créent un espace de vie alternatif. Ces médias sociaux contribuent à la formation d’une opinion publique en ligne, par laquelle les mouvements sociaux se planifient, s’organisent, s’initient et sont gérés. Ils permettent de rapprocher les individus et peuvent impulser des dynamiques d’engagement hors-ligne. Depuis le mouvement de Gezi de 2013, impulsé et relayé par les réseaux sociaux, les plateformes de médias sociaux apparaissent en Turquie comme l’un des principaux moyens de mobilisation sociale du répertoire d’action militant. Si en 2012 le nombre d’utilisateurs de ces plateformes en Turquie était de 7,2 millions, il atteint 2013 9,6 millions d’utilisateur – une augmentation de 33 % en un an21. C’est également à la suite du mouvement Gezi, diffusé par les réseaux sociaux, que le gouvernement de l’AKP a commencé à renforcer le contrôle et imposer des restrictions sur les médias sociaux, voire à fermer certaines plateformes de réseaux sociaux, telles que Twitter, WhatsApp, Facebook et YouTube.22

Les médias sociaux occupent depuis une place particulière au sein du mouvement des femmes turc, influencé par la quatrième vague du féminisme. Ils s’inscrivent comme la principale plateforme de lutte pour les femmes âgées de 16 à 35 ans.23 En 2013, une étude de l’Institut national de statistique (TÜİK) annonce que 73,2 % des personnes ayant accès à internet l’utilisent afin de rejoindre des groupes sociaux.24 De nombreuses plateformes et associations, telles que Kadın Meclisleri, Kadın cinayetlerini durduracağız platformu, Mor Çatı, Kadının İnsan Hakları- Yeni Çözümler Derneği ou encore Cinsel Şiddetle Mücadele Derneği, développent la visibilité de leurs actions et diffusent leurs engagements à travers l’utilisation des médias sociaux. Les comptes des associations féministes sur les réseaux sociaux sont très suivis. À titre d’exemple, le compte Twitter de l’association Kadın Meclisleri compte près 53 000 abonné.e.s en octobre 2019. Ces plateformes internet ainsi que ces comptes militants sur les réseaux sociaux permettent une médiatisation des enjeux féministes, absents des médias et communications traditionnels. Une membre de l’association Kadın Meclisleri avance :

Les médias sociaux en particulier sont l’un de nos outils les plus importants pour modeler l’opinion publique en Turquie. Beaucoup de femmes sont exposées à la violence. Beaucoup de familles dont la fille ou la femme a été tuée peuvent agir par le biais des réseaux sociaux. Par exemple, ces familles ou ces femmes peuvent s’enregistrer et publier une vidéo sur les réseaux sociaux25. Ce faisant, elles s’insurgent contre ces problèmes en Turquie.

L’utilisation des médias sociaux, en plus d’être un moyen d’apporter de l’aide et du soutien aux victimes de violences sexuelles, permet aux associations féministes de publiciser un phénomène, d’agir ainsi sur la couverture médiatique des violences sexuelles et de sensibiliser l’opinion public à une problématique, en faisant appel à trois répertoires d’action utilisés par les mouvements sociaux : le nombre, l’expertise et le scandale (Offerlé 2008).26 Si la question du nombre est une question traditionnelle pour les régimes politiques, elle constitue également un indicateur de puissance, d’adhésion et de visibilité pour les mouvements sociaux : la capacité de médiatiser un nombre, sa diffusion et sa dispersion mettent en avant l’ampleur de l’influence de la mobilisation. Dans ce sens, les médias sociaux, ont vocation de faire apparaître ce nombre ; par la mise en place de pétition, les publications et les partages. Les médias sociaux permettent également de déployer le répertoire d’action de l’expertise, par la publication et le partage de rapports sur un sujet donné27. Enfin, les médias et réseaux sociaux permettent, par le scandale, levier essentiel de la mobilisation, de médiatiser des revendications. Ainsi, la page Facebook de l’association Cinsel Şiddetle Mücadele Derneği, association de lutte contre les violences sexuelles, est suivie par près de 18 000 personnes. Le compte Twitter de Mor Çatı, refuge de femmes, quant à lui, est suivi par près de 32 400 abonné.e.s. L’association Kadın Meclisleri, suivie par environ 53 000 abonné.e.s, poste également de nombreux tweets, qui sont à leur tour relayés et diffusés. Cela permet de diffuser à une large échelle un contenu militant qui sensibilise les utilisatrices et utilisateurs de ces médias sociaux et met en avant l’importance, par le nombre, du mouvement des femmes en Turquie.

L’impact organisationnel de l’utilisation du répertoire d’action des médias sociaux dans le mouvement des femmes en Turquie est conséquent :

Les médias sociaux ont un fort impact organisationnel pour nous. Nous recevons de nombreuses demandes d’adhésion depuis les réseaux sociaux. Par exemple, des femmes nous envoient un message nous disant : « J’aimerais m’impliquer et agir avec vous, je veux lutter contre ce problème avec vous. » Ça a dont un impact organisationnel très important pour nous.

Quand nous organisons une manifestation, nous publions des appels sur les médias sociaux et ça a un impact. Comme le nombre d’utilisateurs des réseaux sociaux augmente tous les ans, tout le monde peut suivre la manifestation sur nos médias sociaux et peut y participer.

Les sites et plateformes internet de ces associations partagent également du contenu d’expertise et des rapports scientifiques, de sensibilisation ou des matériaux de visibilité. Ces associations et plateformes sensibilisent par la dénonciation des violences sexistes et sexuelles, par une activité de plaidoyer. Avant chaque procès, l’association Kadın Meclisleri partage sur les médias sociaux du contenu afin de mobiliser l’opinion publique :

Avant chaque procès, nous le partageons sur les médias sociaux et nous faisons appel au public en l’invitant à venir et apporter du soutien à la victime. Aussi, après chaque procès, nous faisons une déclaration dans la presse.

Les médias sociaux constituent donc un répertoire d’action majeur des organisations féministes turques. Il permet de diffuser les revendications, démocratiser les enjeux de la lutte contre la domination masculine ainsi que les agressions sexuelles et de mobiliser la population en nombre. L’utilisation d’un répertoire d’action n’est cependant pas exclusive. La lutte contre les agressions sexuelles en Turquie s’organise également autour de pratiques de mobilisation plus traditionnelles par la sensibilisation au quotidien, le plaidoyer, l’organisation d’ateliers de prévention et de sensibilisation, la mise en place de refuges pour femmes, les manifestations.

#MeToo : du « déjà-vu » à la reproduction de pratiques sexistes

Face à l’importance des mouvements féministes en Turquie et devant l’utilisation des médias sociaux comme plateformes d’action et de mobilisation, la réception et l’impact de #MeToo en Turquie interrogent. Deux facteurs expliquent cette non-appropriation du mouvement mondial #MeToo par les femmes turques : l’absence du caractère inédit de #MeToo devant les mobilisations de dénonciation et de lutte contre les agressions sexuelles et sexistes en Turquie ainsi que le mode de communication de ces dénonciations, éloigné de la ligne conservatrice de l’AKP, et la persistance d’une communication à dominance masculine dans les dénonciations d’agressions sexistes et sexuelles.

Le premier d’entre eux, soulevé précédemment, est celui d’un « déjà-vu ». Deux ans avant l’incitation de l’actrice américaine Alyssa Milano à reprendre le hashtag #MeToo et dénoncer les agressions et violences sexuelles dont les femmes sont ou ont été victimes, la Turquie a expérimenté l’influence des médias sociaux dans la mobilisation contre les violences faites aux femmes. Le 14 février 2015, le hashtag #sendeanlat (« Toi aussi, raconte ») émerge sur les médias sociaux à la suite du viol et de l’assassinat d’une étudiante âgée de 20 ans qui se rendait à l’université. Rapidement, plus de 600 000 tweets contenant #sendeanlat ont été posté dans la semaine qui suivait l’assassinat de l’étudiante.28 En tout, 1 079 791 tweets #sendeanlat ont été publiés.29 Si le mouvement #sendeanlat confirme le rôle des médias sociaux dans les mobilisations féministes et contre les violences sexuelles, il a été à l’origine de nombreuses manifestations de masse dans toute la Turquie pour exiger la fin des violences sexuelles à l’encontre des femmes. Des manifestations ont eu lieu le 16 février, appelé « Black Monday » (en référence au hashtag #Özgecaniçinsiyahgiy – « Wear Black for Özgecan ») considérées comme des manifestations féministes historiques en Turquie. Aussi, en 2017, les organisations féministes turques se sont mobilisées autour des mouvements sociaux #KıyafetimeKarışma (Ne te mêle pas de ce que je porte) et #BenimBedenimBenimKararım (Mon corps, mon choix), à la suite de multiples agressions physiques à l’encontre des femmes dans des lieux publics. Des manifestations ont eu lieu dans les principales villes de Turquie, à Istanbul, Ankara et Izmir à la suite de la médiatisation de ces revendications sur les réseaux sociaux et ont incité de nombreuses femmes à s’engager dans la lutte contre les agressions sexistes et sexuelles.

D’autre part, les campagnes de lutte contre les violences sexuelles par le biais des médias sociaux telles que #MeToo ont mis en avant la problématique du phénomène de victim blaming ou victim shaming. Ce phénomène revient à reporter la responsabilité de l’agression sur la victime et déculpabiliser l’agresseur, auteur et responsable des violences. Dans une société dominée par un rapport de genre masculin dominant et intériorisé, les publications postées sur les médias sociaux autour de #sendeanlat et #MeToo sont parfois le reflet de la manière dont le discours dominé par les hommes imprègne les pratiques de vie. Ainsi, de nombreuses critiques du harcèlement sexuel formulées par des victimes sont formulées autour du corps de la femme.30 La manière dont les femmes racontent le récit de leurs agressions sexuelles est marquée par un biais qui reflète la manière dont le discours dominé par les hommes sur le régime du genre a imprégné les pratiques de vie dans leur ensemble. Aussi, parmi les causes de violences sexistes et sexuelles mentionnées par les femmes, 33 % mentionnent les « problèmes avec la famille de l’homme ». Les « raisons liées à l’homme » (28 %) se distinguent ensuite.31

L’utilisation des médias sociaux dans la lutte contre les agressions et violences sexuelles est un outil crucial au service des mouvements féministes en Turquie. Les réseaux sociaux permettent de rapprocher les internautes et de créer des mobilisations sociales en ligne et hors ligne. Les campagnes contre les violences à l’encontre des femmes #sendeanlat et Don’t Mess With My Outfit de 2015 montrent ainsi l’influence des plateformes sociales militantes pour l’évolution des droits des femmes. Cependant, le mouvement mondial #MeToo lancé sur Twitter en 2017 et repris dans de nombreux pays (#BalanceTonPorc en France) n’affiche pas la même réception en Turquie. L’aspect éloigné du quotidien des femmes turques du mouvement #MeToo limite les conséquences de cette mobilisation sociale transnationale.

  1. Hale, Akay. « #MeToo en Turquie après la plainte de la chanteuse Sila pour violences conjugales », Courrier international, publié le 09/11/2018. (Consulté le 1er juillet 2019). https://www.courrierinternational.com/article/societe-metoo-en-turquie-apres-la-plainte-de-la-chanteuse-sila-pour-violences-conjugales []
  2. Selek, Pınar. « Pinar Selek : « Le mouvement « #metoo » est un peu du « déjà-vu » en Turquie », Le Monde, publié le 12/03/2018. https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/03/12/pinar-selek-le-mouvement-metoo-est-un-peu-du-deja-vu-en-turquie_5269687_3232.html []
  3. http://kadincinayetleri.org/ « Türkiye’de 2010’dan bu yana 1964 kadın öldürüldü » []
  4. UN WOMEN, Global Database on Violence against Women – Turkey. (Consulté le 1er juillet 2019) http://evaw-global-database.unwomen.org/fr/countries/asia/turkey []
  5. « The National Action Plan on Combating Violence Against Women (2016-2020) », Republic of Turkey, Ministry of Family and Social Policies, General directorate on the status of Women, Ankara 2016. []
  6. Domestic Violence Against Women in Turkey Summary Report, Ankara, December 2014 []
  7. World Health Organization, Violence against women – Intimate partner and sexual violence against women. Genève, Organisation mondiale de la Santé, 2010. []
  8. Pierre Bourdieu définit la violence symbolique dans le Préambule de La Domination masculine, 1998 comme : « la violence douce, insensible, invisible pour ses victimes même, qui s’exerce pour l’essentiel par les voies purement symboliques de la communication et de la connaissance – ou, plus précisément, de la méconnaissance, de la reconnaissance ou, à la limite, du sentiment. » []
  9. Sintomer, Yves. « Compte-rendu de l’ouvrage de Pierre Bourdieu : La domination masculine », Actuel Marx, vol. 25, no. 1, 1999, pp. 181-186. []
  10. Bourdieu, Pierre. « Nouvelles réflexions sur la domination masculine », Cahiers du Genre, vol. 33, no. 2, 2002, pp. 225-233. []
  11. Ibid. []
  12. Selek, Pınar. Les possibilités et les effets de convergence des mouvements contestataires, sous la répression. Les mobilisations au nom de groupes sociaux opprimés sur la base du genre, de l’orientation sexuelle ou de l’appartenance ethnique, en Turquie, 2014 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01131837 []
  13. « Comprendre et lutter contre la violence à l’égard des femmes », Organisation mondiale de la Santé, 2012 []
  14. Domestic Violence Against Women in Turkey Summary Report, Ankara, December 2014 []
  15. Offerlé, Michel. « Retour critique sur les répertoires de l’action collective (XVIIIe – XXIe siècles) », Politix, vol. 81, no. 1, 2008, pp. 181-202. []
  16. Ibid. []
  17. Erik Neveu 2002, Sociologie des mouvements sociaux, [Repères], Paris, La Découverte p. 24 []
  18. Selek, Pınar, op. cit. []
  19. Eslen-Ziya, Hande. (2013) “Social Media and Turkish Feminism : New resources for social activism”, Feminist Media Studies, 13 :5, pp. 860-870 []
  20. Ibid. []
  21. Kaya, Şehriban. “Kadın ve Sosyal Medya”, Gaziantep Üniversitesi Sosyal Bilimler Dergisi 17(2), pp. 563-576. https://doi.org/10.21547/jss.363932 []
  22. Ibid. []
  23. Berkant, Yılmaz. « Yeni Medya Ortamlarında Örgütlenme Ve Toplumsal Etkileri :#Sendeanlat Örnek Olay İncelemesi », in TOKUÇ, I. Ulusal toplumsal ve kurumsal çatışmalar/çözümler kongresi bildiri kitapçığı, 8-9-10 Ekim 2015 Düzce Üniversitesi, Gölyaka Yüksek Meslek Okulu, Düzce Üniversitesi pp. 325-338. https://www.academia.edu/26693908/YEN %C4 %B0_MEDYA_ORTAMLARINDA_ %C3 %96RG %C3 %9CTLENME_VE_TOPLUMSAL_ETK %C4 %B0LER %C4 %B0_SENDEANLAT_ %C3 %96RNEK_OLAY_ %C4 %B0NCELEMES %C4 %B0 []
  24. Kaya, Şehriban. op. cit. []
  25. https://www.facebook.com/pg/kadinmeclisleri/videos/ ?ref =page_internal Récapitulatif des vidéos publiées sur leur groupe Facebook par Kadın Meclisleri. Beaucoup portent sur la médiatisation et la sensibilisation du féminicide d’Emine Bulut []
  26. Dominique Boullier, « Plates-formes de réseaux sociaux et répertoires d’action collective ». in Najar, Sihem (ed.), Les réseaux sociaux sur internet à l’heure des transitions démocratiques, Actes du colloque Mouvements sociaux en ligne face aux mutations socio politiques et au processus de transition démocratique, avril 2012, Tunis, Tunisie. Paris Karthala, 2013, pp. 37-50. https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-00972856 []
  27. Voir notamment http://www.kadinininsanhaklari.org/yayinlar/ []
  28. Joanna Birkner, “Turkish Women Tweet #MeToo, but is Anyone Listening ?”, Medium 8 novembre 2018. https://medium.com/meddah-a-u-s-turkey-storytelling-project/turkish-women-tweet-metoo-but-is-anyone-listening-19dd79fec9fd []
  29. Berkant, Yılmaz. op cit. []
  30. Özdemir Yeliz Dede 2015. “Tacız Anlatılarında Cinsiyetçi Söylemlerin Yeniden İnşası : #sendeanlat”, Hacettepe Üniversitesi İletişim Fakültesi Kültürel Çalışmalar Dergisi 2 (2), pp. 80-103. https://doi.org/10.17572/mj2015.2.80103 []
  31. Domestic Violence Against Women in Turkey Summary Report, Ankara, December 2014 []

Héloïse Russel-Holland

Étudiante en Master à Sciences Po Lille 2018-2019

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search