Le devenir des établissements d’enseignement militaire suite à la tentative de coup d’État en Turquie. Regard sur l’Université de la Défense Nationale (MSÜ)

Source de l’image : www.msu.edu.tr
Pour citer cet article : Salomé Larsonneau, "Le devenir des établissements d’enseignement militaire suite à la tentative de coup d’État en Turquie. Regard sur l’Université de la Défense Nationale (MSÜ)," in Observatoire de la vie politique turque, 2 mars 2020, https://ovipot.hypotheses.org/15557.

La création de l’Université de la Défense Nationale : une initiative gouvernementale qui s’inscrit dans la refonte de l’armée et de ses institutions

La tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 a conduit à une importante transformation de l’institution militaire turque. Dans le contexte de l’état d’urgence, les purges que l’armée a subies ont conduit à une baisse drastique des effectifs militaires. Témoins de la stratégie du président Recep Tayyip Erdoğan de rallier l’institution militaire à l’idéologie conservatrice de l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi)1, les purges furent également accompagnées d’une nouvelle politique de recrutement et de formation du personnel militaire, dont l’objectif est de contrôler davantage et de sélectionner le profil des militaires de carrière. A cet effet, l’Université de la Défense nationale (Milli Savunma Üniversitesi – MSÜ) a été créée par le ministère de la Défense nationale. Elle a officiellement été ouverte en février 2017, à l’issue de la cérémonie d’inauguration à l’Académie des forces navales (à Tuzla, Istanbul). Adopté dans l’urgence, le décret-loi du 30 juillet 2016 (Kanun Hükmünde Karaname) portant sur la réforme de l’armée, décida de la fermeture des académies militaires, des écoles préparatoires de sous-officiers et des lycées militaires ainsi que du transfert de leurs étudiants à la nouvelle Université de la Défense Nationale. Tout le personnel, le patrimoine et les biens des anciens établissements d’enseignement militaire furent ainsi transférés et leur organisation restructurée au sein du rectorat de MSÜ. En d’autres termes, avec la suspension du commandement de l’Académie militaire, les institutions chargées de l’éducation militaire passèrent sous la tutelle du ministère de la Défense nationale. Parallèlement, le même décret-loi décida que les commandements militaires seraient désormais affiliés au ministère de la Défense nationale et le Chef d’État-major directement affilié à la présidence.

« Il est d’une importance vitale pour les intérêts nationaux que le TSK [Forces armées turques, Türk Silahlı Kuvvetleri] soit doté des capacités et des opportunités qui répondent aux exigences de l’époque moderne, qu’une bonne gestion et une planification future puissent être mises en place, et qu’un système qui gère tous ces processus sur une base efficace, scientifique et objective puisse être construit ».

Cette citation est tirée d’un rapport établi par le Think tank SETA (Foundation for Political, Economic and Social Research)2, publié en août 2016. Celui-ci présente la réforme des forces armées turques comme une réponse au souci de gagner en efficacité face à l’émergence de nouvelles formes de guerre et d’armées de plus en plus perfectionnées. L’initiative gouvernementale ayant mené à la création de l’Université de la Défense Nationale, prône en effet sa volonté de moderniser et de professionnaliser l’armée, mais elle s’inscrit aussi dans le processus entamé par le gouvernement, de « nettoyage et d’éradication » des membres de la communauté Gülen3 infiltrés dans l’institution militaire. Lors de la cérémonie de fin d’année de MSÜ du 5 juillet 2019, le président Recep Tayyip Erdoğan a lui-même rappelé l’importance de l’enseignement fourni par la nouvelle université, car c’est principalement au sein des institutions de l’armée que les membres de l’organisation Gülen, accusés d’être responsables de la tentative de coup d’État, s’étaient infiltrés.

Ce présent article a pour objet d’étudier la restructuration organisationnelle de la formation militaire turque, débutée à la suite du coup d’État manqué de juillet 2016. Il cherchera à mettre en lumière les objectifs de cette réforme ainsi que le nouvel aménagement du recrutement et de la formation du personnel militaire. Il défendra enfin l’hypothèse que cette réforme s’inscrit dans la politique du gouvernement actuel de modernisation et de civilisation de l’institution militaire, c’est-à-dire l’ouverture des forces armées à la présence, voire l’ingérence de civils.

Les conditions d’admission de MSÜ : un meilleur contrôle du recrutement du personnel militaire

Les différentes académies militaires et les écoles professionnelles fonctionnent toujours selon leur propre règlement intérieur, mais la sélection des étudiants à l’entrée est déléguée au Centre de mesure, de sélection et de placement, des étudiants de la République de Turquie (ÖSYM4). Conformément au protocole du 20 décembre 2017 signé entre l’ÖSYM et le ministère de la Défense nationale, le ministère impose des conditions supplémentaires pour la sélection des étudiants souhaitant intégrer MSÜ, ainsi qu’un droit de regard sur l’ensemble de la procédure. Les critères d’admission pour intégrer un établissement d’enseignement militaire ont toujours été différents de ceux des autres universités turques, mais ils sont désormais fixés en grande partie par le gouvernement, qui laisse peu de pouvoir de décision au corps militaire dans le mode de recrutement5. La première session de candidature a eu lieu en mars 2018, et a attiré 293 432 élèves au passage des épreuves, selon les chiffres officiels de l’ÖSYM.

Les candidats qui souhaitent intégrer MSÜ doivent au préalable posséder un dossier judiciaire vierge6. Ils doivent passer l’examen des établissements d’enseignement supérieur (YKS), qui se subdivise en deux parties : une partie théorique et une partie pratique. Le premier test de compétence intellectuelle évalue les connaissances du candidat dans trois domaines principaux : la langue turque, les mathématiques et les sciences sociales ; et requiert également une bonne appréhension de la géographie, de l’histoire, de la philosophie, et de la culture religieuse. Le second test de compétence physique s’aligne aux critères mentionnés dans le règlement de qualification sanitaire commun aux forces d’armées turques, au commandement des garde-côtes et au commandement général de la gendarmerie. Il s’agit de répondre à des critères physiques en termes de taille, de poids et de structure corporelle, voire de capacités spécifiques (ex : capacité d’appréhension visuelle). À noter que les candidats souhaitant rejoindre l’académie de la force aérienne doivent, en plus, passer un test psychomoteur. La dernière étape de la sélection et la plus importante est l’entretien oral, au cours duquel les candidats sont amenés à prouver leur motivation et montrer leur force de caractère devant un jury.

Si ces conditions d’admission paraissent ordinaires pour un établissement d’enseignement militaire, d’autres clauses supplémentaires, nouvellement introduites lors de la création de MSÜ, sont notables car elles en disent beaucoup sur la volonté du gouvernement de contrôler le recrutement du personnel militaire. Chacune des trois forces armées ainsi que les forces spéciales accueillent un nombre d’étudiants précis, selon les quotas imposés chaque année par le ministère de la Défense nationale. Seuls les candidats ayant été diplômés d’un lycée à partir de 2016 (inclus) peuvent être éligibles à l’entrée de MSÜ. Les candidats ne doivent également pas avoir été renvoyés, transférés de l’armée ou l’avoir quittée de manière volontaire7. Ils ne doivent pas avoir fréquenté les écoles du mouvement Gülen et ne doivent pas (ni eux ni leur famille proche) avoir des liens avec des « organisations terroristes » (sous-entendu l’organisation de Fethullah Gülen), le Parti des travailleurs du Kurdistan ou bien avec DAECH. On notera également que les élèves issus de lycées religieux (imam hatip) ou professionnels peuvent désormais postuler à une carrière militaire, ce qui n’était pas le cas avant la réforme8. Outre le fait que ces conditions restreignent l’accès à la nouvelle université, elles reflètent le dessein du gouvernement d’exclure des forces armées toute personne qui représenterait une menace pour la sécurité du pays ou pour l’omnipotence de l’AKP.

L’ambition de MSÜ : harmoniser l’enseignement militaire turc pour cultiver l’image d’une armée moderne et « civilisée », et améliorer sa visibilité à l’international

L’ensemble du recrutement et de l’enseignement du personnel militaire est désormais effectué par les différents établissements, qui pour la plupart existaient déjà avant 2016. Ils sont cependant désormais rattachés à un rectorat unique. MSÜ regroupe ainsi, les trois académies ou écoles de guerre (Harp Okulları) représentant l’ensemble des forces armées turques traditionnelles : l’académie militaire turque c’est-à-dire la force terrestre (Kara Harp Okulu), l’académie navale turque (Deniz Harp Okulu), et l’académie de la force aérienne turque (Hava Harp Okulu). L’académie de gendarmerie et de garde-côtes (Jandarma ve Sahil Güvenlik Akademisi) ayant également été fermée en juillet 2016, est désormais une sous-unité de l’Université de la Défense nationale, mais affiliée au ministère de l’Intérieur. Chaque école de guerre dispense un enseignement de premier cycle de 4 ans. À MSÜ sont également rattachées plusieurs écoles professionnelles (Meslek Yüksek Okulları) dispensant un enseignement de 2 ans : l’École professionnelle de sous-officiers (Kara Astsubay Meslek Yüksekokulu), l’École professionnelle de sous-officiers de la Marine (Deniz Astsubay Meslek Yüksekokulu), l’École professionnelle de sous-officiers aériens (Hava Astsubay Meslek Yüksekokulu), l’École professionnelle de sous-officiers de fanfare (Bando Astsubay Meslek Yüksekokulu). MSÜ comprend enfin dix instituts universitaires ou instituts de guerre (Enstitüler), soit apparentés à une force armée (2 ans d’enseignement dispensés), soit généralistes (temps d’enseignement variable). Ils constituent les fenêtres scientifiques de l’université et de l’armée turque en général.

Les Instituts de guerre de MSÜ

Dans le cadre de la restructuration du système d’enseignement militaire turc, toutes les activités des huit instituts universitaires existants avant 2016 sont passées sous la direction du bureau du recteur de MSÜ. En tant que fenêtres scientifiques de la nouvelle Université de la Défense nationale, ces instituts ont pour ambition d’être des lieux de référence pour l’enseignement et le monde de la recherche, en particulier dans les domaines de la défense, de la sécurité et de la stratégie9. Ils dispensent à la fois une formation universitaire adressée aux étudiants et une formation postuniversitaire de troisième cycle grâce à des programmes de certification et de formation continue.

En tant qu’instituts de recherche, ils mènent des activités de recherche et de développement dans les sciences sociales liées à la défense, soutiennent des projets de recherche menés par des organisations publiques dans ce domaine, et coopèrent avec des institutions scientifiques et professionnelles similaires dans les pays étrangers.En tant qu’instituts de conseil académique, ils fournissent des connaissances et des compétences aux cadres supérieurs civils et militaires sur les questions de sécurité nationale. Leurs programmes de formation et leur production scientifique sont organisés afin de répondre aux besoins du ministère de la Défense nationale turque. Ils contribuent en cela à accroître la compétitivité internationale de la Turquie et à l’amélioration de la qualité de son expertise civilo-militaire, nécessaire au maintien de sa force armée.En tant qu’instituts universitaires, ils soutiennent les étudiants en formation dans les académies et les écoles militaires, en contribuant à leur inculquer une culture militaire et en leur apportant une aide méthodologique pour la rédaction de leurs projets et/ou leur mémoire de maîtrise et/ou leur thèse.

Les activités des instituts sont diverses : organisation de séminaires, voyages de recherche, ateliers de réflexion ; accueil de cérémonies (ouverture de formation, remise de diplômes, commémoration), tournois sportifs (tennis de table, échec) ; publications scientifiques nationales et internationales ponctuelles et/ou régulières (ex :l’Institut Hezârfen de l’aéronautique et des technologies spatiales publie un magazine deux fois l’an, écrit en anglais : Havacılık ve Uzay Teknolojileri Dergisi10). Certains instituts accueillent également des étudiants étrangers en recherche, dans le cadre du programme Erasmus+ (ex : l’Institut Alparslan des sciences de la défense (Alparslan Savunma Bilimleri Enstitüsü11)).Les domaines de recherche des instituts sont également divers : certains instituts sont spécialisés en fonction de la force armée (terre, mer, air), soit en politique de défense (ex : Institut naval de guerre (Deniz Harp Enstitüsü)), soit en ingénierie (ex : Institut Barbaros des sciences de la Marine et de l’ingénierie (Barbaros Deniz Bilimleri ve Mühendisliği Enstitüsü)). D’autres instituts sont plus généralistes (ex : Institut Atatürk d’études stratégiques (Atatürk Stratejik Araştırmalar Enstitüsü), Institut de recherche en histoire de la guerre de Fatih (Fatih Harp Tarihi Araştırmaları Enstitüsü), créés à l’issue de la réforme en 2016).

La première mission affichée de MSÜ est de former des officiers et des sous-officiers qui soient

« attachés aux principes de l’État de droit démocratique, laïque et social, à la patrie et à la nation (…) dotés d’un sens du devoir, de l’honneur, de loyauté, de responsabilité (…) et adoptant les principes et les réformes d’Atatürk »12.

Témoins d’une administration civile soutenue par la bureaucratie du ministère de la Défense nationale, le recteur, Erhan Afyoncu, ainsi que deux des quatre vice-recteurs de l’université sont des civils. Les vice-recteurs et les commandants des écoles de guerre sont nommés par le ministère de la Défense nationale, tandis que le recteur de MSÜ est directement nommé par le président de la République.

Erhan Afyoncu

Source de l’image : www.msu.edu.tr

Diplômé de la faculté d’éducation Atatürk de l’Université de Marmara en Sciences sociales-Histoire en 1988, Erhan Afyoncu a soutenu deux thèses : « Necati Efendi – Histoire de la Crimée (Ambassade de Russie) » (Necati Efendi Tarih-i Kırım (Rusya Sefarat¬namesi)) ; et « Defterhâne-i Âmire dans l’organisation d’État ottomane (XVIe-XVIIIe siècles) » (Osmanlı Devlet Teşkilatında Defterhâne-i Âmire (XVI-XVIII. Yüzyıllar)13. Assistant de recherche à l’Université de Marmara puis professeur agrégé à partir de 2008, il enseigne à la fois l’histoire et les sciences sociales. Il occupa en parallèle plusieurs fonctions administratives : d’abord chef adjoint du département d’Histoire puis chef du département d’Histoire moderne de l’Université de Marmara. Il est nommé en 2012 au conseil d’administration de l’Institution supérieure Atatürk pour la culture, la langue et l’histoire, par le président alors au pouvoir Abdullah Gül. En 2016, il est doyen de la faculté des sciences et des lettres de l’Université de Marmara, avant d’être nommé en octobre de la même année directeur de l’Université de la Défense Nationale (MSÜ) par le président de la République Recep Tayyip Erdoğan14.

Erhan Afyoncu est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire de l’Empire ottoman, traduits en anglais, allemand, chinois, serbe, macédonien, albanais, arabe, coréen et roumain. Il est également l’auteur de nombreux articles pour Journal of Turkish Studies (Türklük Bilgisi Araştırmaları) et d’articles encyclopédiques pour la Fondation de la Diyanet (Türkiye Diyanet Vakfı), Direction aux Affaires religieuses15. Il signe actuellement une chronique sur l’histoire de l’Empire ottoman et de la Turquie pour le journal Sabah.

La seconde mission de MSÜ est de contribuer au potentiel scientifique et culturel des forces armées turques et de la nation turque au sens large. La création d’une seule et même structure regroupant l’ensemble des établissements d’enseignement militaire est aussi un moyen pour le président Erdoğan de faire gagner l’institution militaire en visibilité, afin que celle-ci conserve son image forte de symboles pour la nation turque. Lors de la cérémonie de remise de diplômes à l’Institut de guerre interarmées en juillet 2019, il rappelait le slogan de l’armée turque « Si je meurs cʼest en martyr, si je reviens cʼest en vétéran » (« ölürsem şehit, kalırsam gazi »)16 afin de promouvoir les valeurs de l’engagement et du sacrifice de chaque soldat défendant la nation et son héritage. Le Dr. Erhan Afyoncu, recteur de MSÜ, définit le parcours de l’université comme une

« route nationale s’étendant sur 2200 ans de traditions étatiques turques, de Mete Han à Alpaslan, de Fatih Sultan Mehmet à Mustafa Kemal Atatürk »

« Mete Han’dan Alpaslan’a, Fati·h Sultan Mehmet’ten Mustafa Kemal Atatürk’e uzanan ve 2 bin 200 yıllık Türk devlet gelenekleri·ne dayanan milli yol17 »

La place importante de l’institution militaire en Turquie s’explique par des traditions historiques, que MSÜ souhaite conserver. Si le nombre d’heures consacrées à la formation militaire et aux cours militaires dans les écoles de guerre a été augmenté, les cours consacrés à l’histoire de la République turque ont également vu leur quota horaire renforcé.

L’ambition déclarée de l’Université de la Défense Nationale, à travers les institutions qu’elle représente, est également de « devenir l’une des principales universités de défense au monde, reconnue et respectée sur la scène internationale18 ». La nouvelle université entend rivaliser avec ses homologues étrangers grâce à l’amélioration de ses infrastructures : outils informatiques, équipements sportifs, ressources numériques etc. Permettant aux étudiants d’atteindre des niveaux élevés dans les domaines de la défense, de la stratégie et de la sécurité, MSÜ participe également au rayonnement de la Turquie. Selon les mots du recteur de l’université, Erhan Afyoncu, les jeunes qui reçoivent l’enseignement de MSÜ formeront les rangs d’une des armées les plus puissantes du monde et participeront ainsi à la construction de l’avenir de la Turquie.

« Ülkemizin geleceği olan siz gençlerimizi tarihi şanlı zaferlerle dolu, dünyanın en güçlü ordularından Türk Silahlı Kuvvetlerinde subay ve astsubay olarak yerlerini almaya davet ediyoruz.19 »

Cette volonté de gagner en reconnaissance en s’internationalisant s’exprime aussi à travers l’engagement de MSÜ à développer ses partenariats avec des établissements étrangers. En effet, l’université s’engage à fournir à 70 % de son personnel académique des activités de mobilité, et vise à signer au moins 100 accords avec des établissements d’enseignement supérieur, des universités, des collèges militaires et des centres de recherche à travers l’Europe20. Elle souhaite aussi participer aux projets de coopération et de collaboration avec des partenaires européens, notamment dans les domaines de l’ingénierie, de l’aéronautique, de l’aviation, des technologies navales et de l’éducation musicale. Afin de contribuer aux connaissances scientifiques sur les domaines de terrain mentionnés, l’objectif est également de participer aux projets internationaux avec ses laboratoires et diffuser les résultats de ces derniers en ligne afin qu’ils puissent être accessibles à tous.

Grâce à sa participation au programme Erasmus +, MSÜ reconnaît les cours dispensés à l’étranger pour les étudiants sortants, et aide les étudiants entrants avec du soutien académique, des cours de langue et de culture turques dispensés gratuitement. Pour les étudiants entrants et le personnel académique, l’université fournit un soutien à l’hébergement dans les dortoirs de cadets et dans les hôtels des clubs officiers. De plus, le nouveau programme Erasmus+ (2014-2020), qui regroupe sept anciens programmes européens (2007-2013)21 bénéficie également aux académies militaires de MSÜ. Il a pour objectif de soutenir un ensemble de synergies et de coopérations à travers différents champs de l’éducation, de la formation, de la jeunesse et du sport. Toujours associé à l’étude à l’étranger et à la coopération européenne, le nouveau programme vise à améliorer l’efficacité du programme Erasmus+ actuel, notamment en : simplifiant les règles et les procédures d’application ; en augmentant les garanties et les subventions accordées aux étudiants, enseignants, éducateurs ; et augmentant le nombre de partenariats entre les établissements.

Conclusion

La création de l’Université Nationale de la défense s’inscrit dans le processus de réforme des institutions étatiques, entamé par le gouvernement d’Erdoğan, à la suite de la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016. Concernant l’institution militaire, elle répond à la volonté de moderniser l’armée et de la réduire à son rôle « civil » de défense nationale. Avec une structure unique regroupant tous les anciens établissements d’enseignement militaire et avec des techniques d’enseignement plus modernes, MSÜ veut former des futurs officiers et sous-officiers hautement qualifiés, qui incarneront la qualité de la formation militaire turque et le prestige de l’armée sur la scène internationale. Avec une nouvelle administration répondant aux directives du ministère de la Défense nationale, MSÜ rompt avec la tradition qui prédominait jusqu’alors au sein de l’institution militaire, en accordant de plus en plus de place aux acteurs civils.

Pour cette raison, la réforme est considérée par les partis de l’opposition (ex : Cumhuriyet Halk Partisi) comme une atteinte à l’héritage kémaliste et ottoman de la Turquie. En effet, parce que c’est elle qui a assuré la transition entre la chute de l’Empire ottoman et la République, et parce qu’elle a toujours conservé des hommes de main au sein des institutions politiques et judiciaires depuis la création de la République (1923), l’armée est restée dans la tradition un pilier essentiel de l’histoire contemporaine de la Turquie22.

Si cette réforme de civilisation de l’armée la fait simplement ressembler à n’importe quelle armée occidentale finalement ; sa récente transformation semble irriter la population turque, très attachée aux principes fondateurs d’Atatürk. Elle s’inscrit, en somme, dans la continuité de la ligne politique suivie par lʼAKP depuis son arrivée au pouvoir dans les années 2000, à savoir diminuer l’influence de l’armée dans la politique d’un pays, qui voit se succéder les putschs militaires depuis soixante ans.

  1. Sümbül Kaya, « Anatomie de l’armée en Turquie après la tentative du coup d’État du 15 juillet 2016 », Mouvements 90, 2017 []
  2. Arda Mevlütoğlu, « Türkiye’nin savunma reformu. Tespit ve önerliler » Analiz 164, 08/2016 URL : https://setav.org/assets/uploads/2016/09/20160901200637_turkiyenin-savunma-reformu-pdf1.pdf []
  3. Fethullah Gülen est un intellectuel musulman turc, en exil volontaire aux États-Unis depuis 1999. Accusé d’être à la tête d’une organisation terroriste, son mouvement a été sévèrement réprimé par le gouvernement turc, surtout après le coup d’État manqué dont la responsabilité lui est imputée. []
  4. Créé en 1974, Türkiye Cumhuriyeti. Ölçme, Seçme ve Yerleştirme Merkezi Başkanlığı (ÖSYM) est le centre d’examen unique de Turquie qui permet la sélection des élèves dans l’enseignement supérieur. Depuis 1981, il est une filiale du Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK). Sa création a répondu à la nécessité d’harmoniser et de rendre plus égalitaires les modalités dʼaccès aux différentes universités qui, face à l’augmentation du nombre de candidats, avaient commencé à développer leurs propres procédures de sélection. []
  5. Barış Terkoğlu, « Harbiye’de neler oluyor ? » Cumhuriyet, 23/01/2020 []
  6. https://polisnoktasi.com/msu-goz-muafiyet-sartlari-nelerdir/ Traduction personnelle []
  7. Sümbül Kaya, « Régime de sécurité et de lutte contre le terrorisme : les alliances à la carte de la Turquie », Orients Stratégiques, « La Turquie et ses nouveaux ‘alliés’ », 2019 []
  8. Sümbül Kaya, op cit, 2017 []
  9. https://msu.edu.tr/sayfadetay?SayfaId=552&ParentMenuId=4 Traduction personnelle []
  10. http://www.jast.hho.edu.tr/index.php/JAST/about []
  11. http://www.kho.edu.tr/akademik/enstitu/erasmus.html []
  12. www.msu.edu.fr/sayfadetay?SayfaId=330&ParentMenuId=3 Traduction personnelle []
  13. https://www.timeturk.com/erhan-afyoncu/biyografi-808125 Traduction personnelle []
  14. https://msu.edu.tr/sayfadetay?SayfaId=10&ParentMenuId=3 Traduction personnelle []
  15. https://web.archive.org/web/20150528052509/https://abb.marmara.edu.tr/cv/1562/erhan-afyoncu []
  16. Slogan de la lutte nationale en référence à la libération de la ville de Gazi Antep (Sud-Est de la Turquie), pendant la guerre d’indépendance. []
  17. www.sabah.com.tr/dunya/2020/01/24/milli-savunma-universitesinde-mezuniyet-toreni-yapildi []
  18. Site officiel de l’Université de la Défense nationale : www.msu.edu.fr/sayfadetay?SayfaId=330&ParentMenuId=3 Traduction personnelle []
  19. Site officiel de l’Université de la Défense nationale, Op cit, traduction personnelle []
  20. Site officiel de l’Université de la Défense nationale, Op cit, traduction personnelle []
  21. Anciens programmes européens (2007-2013) : Éducation et formation tout au long de la vie, Jeunesse en Action, Erasmus Mundus, Tempus, Alfa, Edulink, Programme de coopération avec les pays industrialisés []
  22. Elie Saïkali, « Comment l’AKP a dompté l’armée turque » L’Orient-Le Jour, 18/02/2019 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.