Référendum en Turquie : la TÜSIAD et le BDP au pied du mur ?


La campagne électorale pour le référendum sur la révision constitutionnelle, qui doit se tenir le 12 septembre prochain, se poursuit en Turquie, et ce début de semaine a été marqué, à cet égard, par deux sujets importants.

En premier lieu, lors d’une émission sur la chaîne de télévision «Habertürk TV», le 16 août dernier, le premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, s’en est pris à la TÜSIAD (Türk Sanaycileri ve İşadamları Derneği – Association des industriels et des hommes d’affaires turcs), principale organisation patronale turque, en lui reprochant de ne pas s’être prononcée clairement pour ou contre la révision constitutionnelle. Ces dernières semaines, en effet, la TÜSIAD, n’a cessé de critiquer la réforme, mais surtout en soulignant ses lacunes, et sans donner de consignes de vote explicites. Pour Recep Tayyip Erdoğan, «si elle n’approuve pas ce référendum, la TÜSIAD doit aller plus loin et dire clairement «non», tout en expliquant pourquoi. Si elle ne peut pas dire « non », alors il faut qu’elle soutienne le paquet constitutionnel.»

Organisation du grand patronat occidentalisé, présidé actuellement par Mme Ümit Boyner (que l’on voit à droite sur la photo en compagnie du premier ministre), la TÜSIAD est, depuis les années 1960, l’un des principaux lobbies turcs qui s’emploie à défendre la candidature turque à l’UE. Elle dispose notamment de sièges à Bruxelles, et dans d’autres capitales européennes. Sans être un parti politique, elle s’est souvent impliquée dans la politique turque. Lors des élections présidentielles de 2007, par exemple, elle avait notamment appelé Recep Tayyip Erdoğan à ne pas se présenter (cf. notre édition du 18 avril 2007). Plus récemment, elle a critiqué le gouvernement, en estimant que sa politique d’ouverture démocratique en direction des Kurdes était un échec (cf. notre édition du 19 juillet 2010) ou, ces derniers jours encore, en regrettant sa décision de reporter la réforme fiscale. Dans l’ensemble, ses membres, issus des classes sociales les plus élevées, sont plutôt hostiles au gouvernement actuel et aux organisations économiques et sociales qui le soutiennent. Mais elle observe une certaine réserve, et ne prend pas systématiquement de positions politiques trop marquées.

Dès lors, le référendum est l’occasion pour le gouvernement d’essayer de mettre la TÜSIAD au pied du mur. Reprenant les propos du premier ministre, la presse gouvernementale (notamment le quotidien «Zaman») a rappelé que l’Union Européenne avait approuvé la révision constitutionnelle. Elle estime que le référendum contraint la TÜSIAD à dévoiler sa nature profonde, et qu’en ne prenant pas parti, celle-ci risque de se retrouver en contradiction avec les objectifs et les valeurs européennes qui sont les siennes. Pour sa part, l’organisation patronale a qualifié de «malencontreuses» les déclarations du premier ministre, en rappelant une indépendance qui l’amène à se démarquer de la campagne de charme que le gouvernement a engagée pour avoir le soutien du milieu des affaires. Il est probable que ce dernier n’aura donc pas l’appui de la TÜSIAD, même s’il a déjà celui d’un certain nombre d’instances représentant le nouveau patronat anatolien, et qui sont en général proches de l’AKP (TUSKON, MÜSIAD…). Il aura cependant réussi à mettre dans l’embarras une institution qu’il considère en fait comme l’un de ses adversaires les plus coriaces.

Un autre acteur politique est actuellement en porte-à-faux, il s’agit du parti kurde BDP (Barış ve Demokrasi Partisi – Parti pour la paix et la démocratie), quatrième formation parlementaire turque, qui pour l’instant a appelé à l’abstention. Cette position découle à la fois de l’échec de «l’ouverture démocratique» lancée l’année dernière, mais aussi de la dégradation récente de la situation dans le sud-est où les violences ont repris depuis ces derniers mois. En outre, la révision constitutionnelle projetée n’inclut pas de dispositions concernant directement la question kurde. Le seul amendement projeté était à cet égard une mesure qui devait rendre plus difficile la dissolution des partis politiques. Mais elle n’a finalement pas été adoptée, des parlementaires de l’AKP craignant qu’elle ne rende plus difficile la dissolution des partis séparatistes ! Dès lors, le BDP a appelé au boycott de cette réforme qui, selon lui, n’en est pas une. Pourtant, le problème est qu’une bonne partie de son électorat (près de la moitié selon certains sondages), qui souhaite qu’un coup supplémentaire soit porté à l’Etat et à l’establishment politico-militaire, s’apprêterait à voter «oui». En outre, de nombreuses ONG kurdes ont pris position en faveur de la réforme. C’est ce qui explique que des responsables du BDP aient laissé entendre récemment que leur formation pourrait revoir sa position initiale, si le premier ministre annonçait notamment des mesures en faveur des Kurdes, lors du meeting qu’il doit tenir à Diyarbakır, le 3 septembre prochain.

En réalité, les principaux partis d’opposition (CHP, MHP) développent surtout une campagne de rejet du gouvernement, alors que le premier ministre nie au référendum sa valeur de test sur la politique gouvernementale et présente avant tout ce scrutin comme une nouvelle étape dans l’approfondissement de la démocratie et de l’Etat de droit. Il entend ainsi gagner des voix dans toutes les familles politiques et dans tous les milieux sociaux. L’embarras actuel d’institutions aussi différentes que la TÜSIAD et le BDP est finalement très révélateur de l’efficacité de cette stratégie…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.