L’engagement militaire turc en Libye : entre aide et défense de ses propres intérêts

Pour citer cet article : Salomé Larsonneau, "L’engagement militaire turc en Libye : entre aide et défense de ses propres intérêts," in Observatoire de la vie politique turque, 10 avril 2020, https://ovipot.hypotheses.org/15635.
« Looking back » Peinture de Najlaa el-Ageli. Source: London’s P21 Gallery

Introduction

Le 4 janvier 2020, le Parlement turc a été amené à approuver une motion permettant au président Recep Tayyip Erdoğan d’envoyer des forces militaires en Libye pour soutenir le Gouvernement d’Union Nationale libyen (GUN) de Fayez El-Sarraj, qui se bat contre les forces du maréchal dissident Khalifa Haftar. Depuis plusieurs années, la Libye pâtit d’une dualité de pouvoir entre le GAN, basé à Tripoli et reconnu par l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Union Européennes (UE), et le Parlement élu, installé à l’est du pays à Tobrouk, sous la protection de l’Armée nationale libyenne. Le conflit libyen provoque des rivalités régionales entre les pays voisins, qui soutiennent l’un des deux camps : l’Algérie et la Turquie se rangent du côté du gouvernement de Fayez El-Sarraj tandis que l’Égypte, les Émirats arabes unis, et l’Arabie Saoudite soutiennent le maréchal Haftar. Aussi, en mars 2011, la Turquie avait vivement critiqué l’intervention militaire internationale, autorisée par la résolution 1973 du Conseil de sécurité1, qui se voulait soutenir le soulèvement populaire en Libye. Elle avait finalement participé à l’exclusion aérienne et au blocus maritime après que l’opération ait été reprise par l’OTAN, mais en apportant une aide principalement humanitaire afin de rester en dehors de toute action militaire. Puis, affirmant officiellement son soutien envers le soulèvement populaire, elle s’était prononcée en faveur de la démission de Mouammar Kadhafi, fermé son ambassade à Tripoli et soutenu financièrement le Conseil National de Transition (CNT), participant ainsi à la reconstruction du pays auprès du gouvernement qu’elle jugeait comme étant désormais le gouvernement officiel de la Libye (voir notre édition du 26 août 2011).

Depuis l’offensive du maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli, débutée le 4 avril 2019, la situation de la Libye préoccupe de nouveau la communauté internationale : plus de 280 civils et 2 000 combattants ont été tués, et plus de 170 000 habitants ont été déplacés, selon les chiffres de l’ONU. Les livraisons d’armes aux belligérants se sont accentuées, et ce malgré la prolongation de l’embargo sur les armes en Libye décidée en juin 20192. L’envoi d’armes et de soldats turcs sur le sol libyen par le gouvernement d’Erdoğan apparaît comme un revirement d’attitude par rapport à l’ancienne position de la Turquie qui, jusqu’alors, s’était toujours opposée à intervenir directement dans le conflit et qui, continue de déclarer que l’option militaire n’est pas celle qui permettra une résolution de la crise en Libye.

Ce présent article a pour objet d’expliquer les motivations qui poussent la Turquie à intervenir militairement en Libye depuis la reprise des velléités sur le terrain en avril 2019. Il cherchera à mettre en lumière la manière dont le gouvernement turc justifie sa présence en Libye, tout en défendant la voie diplomatique comme étant l’unique moyen de parvenir à un cessez-le-feu. L’article montrera également les réactions des acteurs régionaux et internationaux suscitées par ce revirement d’attitude.

L’engagement militaire turc en Libye : une apparente contradiction entre les discours et les actes

Le 19 janvier 2020, la Conférence de Berlin a rassemblé les dirigeants des principaux pays concernés, directement ou indirectement, par le conflit, à savoir : les chefs d’État d’Algérie, Turquie, Égypte, Émirats arabes unis, Russie, Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, ainsi que les représentants de l’ONU et de l’UE. Tous se sont engagés à respecter l’embargo sur les armes et à renoncer à toute ingérence étrangère directe dans le conflit armé ou les affaires intérieures de la Libye. Si les deux hommes forts du pays, Fayez El-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar ont refusé de se rencontrer, ils ont accepté de donner chacun cinq noms afin de former une commission militaire mixte de suivi. Le président Erdoğan a réaffirmé qu’il n’existait pas selon lui de solution militaire au conflit. Lors d’une conférence de presse conjointe avec le président algérien Tabbun, le 26 janvier 2020, il avait déclaré que « la Libye ne [devait] pas tomber dans le jeu des organisations terroristes et des barons de guerre » et que les facteurs clés pour assurer la stabilité permanente dans le pays étaient « le dialogue, la réconciliation et l’inclusion »3. Dans un communiqué datant du 12 janvier 2020, avant même la Conférence de Berlin, et à l’issue de la visite du président russe Vladimir Poutine à Istanbul, le Ministère turc de la Défense nationale annonçait que la Turquie souhaitait la cessation des combats en Libye et qu’elle veillerait à ce que « les pratiques de cessez-le-feu soient étroitement surveillées »4.

Si la Turquie parle volontairement d’une solution politique plutôt que militaire à entreprendre en Libye, elle n’exclue pas paradoxalement l’usage de la violence. Dans un de ses rapports, le think tank SETA (Foundation for Political, Economic and Social Research) proche du gouvernement, écrivait que « l’attentat d’avril avait révélé que la solution politique pour la Libye ne serait possible qu’en modifiant les équilibres militaires en faveur du Gouvernement d’Union Nationale libyen sur le terrain. »5. En effet, depuis plusieurs mois, la Turquie envoie des armes par porte-conteneurs dans le port de Misrata en Libye, pour soutenir les forces armées de El-Sarraj. On se souvient des images, en mai 2019, de Tripoli qui faisait entrer dans son port 58 véhicules blindés turcs anti-mines6. La Turquie n’est pas le seul pays en cause, car la Russie et les Émirats arabes unis sont aussi accusés d’appuyer le maréchal Khalifa Haftar par l’intermédiaire de livraisons d’armes. Pour autant, lors de la Conférence de Berlin, la Turquie fut la plus montrée du doigt. En effet, aux accusations de violation de l’embargo sur les armes, se sont jointes celles d’avoir envoyé récemment des soldats turcs et des mercenaires étrangers pour renforcer l’armée de El-Sarraj. Si les déclarations officielles du gouvernement turc restent très vagues quant au nombre et à la provenance des soldats envoyés sur le terrain, la presse occidentale, elle, parle de plus de plus de 1300 hommes qui auraient été déployés immédiatement après l’annonce du gouvernement turc en janvier 20207. À la fin du mois de décembre, des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, avaient montré des soldats de groupes d’opposition syriens prétendant avoir été envoyés se battre contre Haftar, par une société de sécurité turque. Les éditions turques de la BBC (BBC Turkçe), avaient alors confirmé ces informations en relayant les allégations de l’opposition syrienne et de l’Observatoire syrien sur les droits de l’Homme. Dès le mois de décembre 2019, plus de 500 hommes en provenance de la seconde division de l’Armée nationale syrienne auraient été transférés vers Tripoli par la Turquie8. Les autorités turques avaient alors répondu que la présence de ces soldats syriens relevait de leur propre initiative et que ce transfert n’avait pas été effectué sous le contrôle de la Turquie. Dans une interview accordée à Independent Turkish en décembre 2019, Adnan Tanrıverdi, le patron de la société de sécurité SADAT et conseiller militaire du président Erdoğan, avait également rejeté de telles allégations en déclarant que « la SADAT [fournissait] des services de conseil et d’équipement de formation aux forces armées de certains pays » et qu’au contraire, ils « [n’opéraient] pas sous le statut de mercenaires comme des sociétés militaires privées »9.

Cette opération survient après la signature d’un accord militaire et maritime, entre Ankara et Tripoli, le 27 novembre 2019, qui prévoyait une coopération renforcée en matière de sécurité entre les deux parties ainsi que la démarcation de nouvelles frontières entre celles-ci. La Turquie se disait alors incapable de ne pas répondre à « l’appel » à l’aide des libyens, qu’elle considère comme un « peuple frère »10. Le ministre de la défense, Hulusi Akar, avait déclaré : « Il ne nous est pas possible d’être indifférents à la victimisation de nos frères libyens. »11. Lors d’une rencontre avec les journaux et les télévisions d’Ankara, le 15 janvier 2020, soit trois jours après le déploiement des premières troupes turques sur le sol libyen, Hulusi Akar, précisa que l’accord de coopération militaire avec la Libye visait avant tout à favoriser « l’éducation militaire, le partage d’information et le conseil » entre les deux pays12. Il ajouta que la Libye étant faite de Libyens, ses problèmes devaient être résolus par les Libyens eux-mêmes, mais que la crise libyenne parce qu’elle concerne aussi la sécurité des Nations Unies, justifiait également la présence de forces étrangères sur le terrain. Du fait de la nature de ses liens historiques avec la Libye, la Turquie n’entend pas se retirer du pays tant que la situation ne s’améliore pas. « C’est notre devoir. Nous soutenons nos amis. Nous avons suffisamment d’outils, d’armes, de munitions et de personnel », selon les mots du ministre Akar13.

Si le gouvernement turc justifie l’envoi d’armes et de troupes militaires en Libye dans le seul but de prodiguer une aide humanitaire à un pays allié, il semble également que l’accentuation de sa présence en Méditerranée orientale répond à d’autres préoccupations géopolitico-stratégiques.

Une aide humanitaire apportée au peuple libyen qui nourrit les intérêts politiques et économiques de la Turquie dans la région

Les incursions de la Turquie en Afrique du Nord et au Moyen-Orient sont parfois perçues comme répondant à une stratégie néo-ottomane, qui se voudrait faire retrouver à la Turquie les anciens territoires de l’empire turc. En effet, le président Erdoğan met régulièrement en scène ses oppositions avec ses ennemis et sa volonté d’incarner le renouveau de la puissance turque. Dans cette logique, un des enjeux pour la Turquie est de ne pas laisser le champ libre, à la fois militairement et diplomatiquement, à ses pays rivaux dans la région nord-africaine, c’est à dire aux pays qui soutiennent le maréchal Khalifa Haftar. « Que viennent-ils faire en Libye ? »14 dénonçait Erdoğan en janvier 2020, en citant notamment l’Égypte et les Émirats arabes Unis. Selon SETA, la présence de ces pays en Libye maintient les négociations pour recouvrer la paix en Libye au point mort, car elle ne fait que soutenir les forces d’un gouvernement jugé illégitime par la communauté internationale.

 La première raison affichée par le gouvernement turc pour justifier l’envoi de troupes en Libye, est d’ « assurer la stabilité du pays, soulager le conflit (…), contribuer à la résolution des négociations politiques dans le cadre du conflit libyen »15. En effet, SETA décrit l’intervention militaire comme « proactive » et destinée à « empêcher l’émergence d’une situation difficile » pour l’avenir de la Libye. La Turquie ayant répondu à l’appel du GAN, elle se dit prodiguer en cela et en vertu du droit international, une « intervention sur invitation ». Concernant les accusations qui portent sur la violation de l’embargo sur les armes en Libye, SETA avance que l’intervention militaire turque est conforme aux directives inscrites dans la résolution 1973 de l’ONU16, qui précise qu’il est possible pour les États de prendre « toutes les mesures nécessaires » pour protéger les civils en Libye. Ainsi, l’envoi de soldats turcs sur le terrain a pour objectif la « protection des civils » et l’empêchement d’une « tragédie humanitaire ». De plus, elle vient pallier l’incapacité de la communauté internationale à répondre à la crise, alors que des organisations terroristes comme Daech et Al-Qaïda ont gagné du terrain en Libye. Lors d’une conférence de presse tenue à l’aéroport d’Atatürk, avant la visite du président Erdoğan au Sommet de Berlin, le 19 janvier 2020, ce dernier avait déclaré :

« Les attaques ont atteint un niveau qui menace la stabilité de l’ensemble de la Méditerranée, en particulier des pays voisins ainsi que de la Libye. Malheureusement, la communauté internationale n’a pas montré la réaction nécessaire face aux attaques téméraires du putschiste Haftar. Les actions d’Haftar et de ses partisans qui violent publiquement les décisions du Conseil de sécurité de l’ONU ont longtemps été ignorées »17.

Il déplorait ensuite que la réunion des chefs d’État concernés par le conflit se tienne neuf mois après la reprise des hostilités sur le sol libyen.

Les motivations de la Turquie en Libye, sont cependant également d’ordre économique. Si le SETA présente la situation en Libye comme affectant « directement la sécurité nationale de la Turquie et ses intérêts économiques »18, sans mentionner plus de détails, les motivations du gouvernement turc s’inscrivent en réalité au coeur des rivalités déjà existentes autour du contrôle des gisements de gaz en Mer Méditerranée. Le rapprochement entre la Turquie et le GAN répond à la volonté actuelle du gouvernement turc de diversifier ses ressources énergétiques. Depuis la fin de l’année 2019, en effet, la Turquie avait accentué ses activités d’exploration marine en Méditerranée, en envoyant notamment des navires de forage dans la zone économique exclusive (ZEE) de Chypre (malgré les sanctions européennes)19. L’accord du 27 novembre signé entre Ankara et Tripoli, dans son volet maritime, fait valoir des droits à la Turquie sur l’exploitation des hydrocarbures dans de vastes zones maritimes en Méditerranée orientale. On notera ici, que la Turquie a su profiter de l’ambiguïté du droit de la mer pour augmenter de 30 % la superficie de son plateau continental et de sa zone économique exclusive. En effet, celui-ci précise peu comment les États doivent délimiter leur zone économique exclusive (ZEE)20. Aussi, tandis que certains partis d’opposition au gouvernement turc dénoncèrent l’accord comme étant asymétrique voire illégal, le ministre de la Défense nationale, Hulusi Akar, à l’issue du Forum de Doha (Qatar) en décembre 2019, avait déclaré :

« Nous avons fait et continuons de faire ce qui doit être fait dans le cadre de la loi, avec notre droit maritime et sa pertinence. Nous ne protégeons que nos droits et lois découlant du droit international, et nous continuerons de les surveiller »21.

L’enjeu du gouvernement turc est de montrer son intérêt croissant pour le gaz dans la région, pour contrer les ambitions des pays rivaux. Alors que la France et l’Italie ont d’ores et déjà des investissements importants en Méditerranée et en Libye, l’Égypte, elle, avait récemment lancé un message fort à la Turquie, en l’excluant de la création du Forum du gaz en Méditerranée orientale en janvier 2019. La ruée turque envers les hydrocarbures dans la région est telle qu’elle provoqua une réaction des dirigeants grec, israélien et chypriote, qui conclurent officiellement, le 2 janvier 2020, l’accord « EastMed », un projet qui avait été présenté en 2013. Ce projet de construction d’un gazoduc long de près de 2000 km permettrait d’acheminer du gaz naturel depuis les réserves de Méditerranée orientale jusqu’au sud de l’Europe. Si cet accord est historique dans la mesure où il élargit grandement la chaîne d’approvisionnement énergétique de l’Europe, il intervient sans nul doute sur un fond de tensions avec la Turquie qui cherche à s’imposer.

Le poids politique de la Turquie dans le conflit libyen : source d’inquiétudes

Avant son engagement militaire dans le conflit libyen, la Turquie bénéficiait d’une bonne image à Tripoli en tant qu’alliée du GAN. Mais son poids grandissant dans la politique régionale inquiète de plus en plus les acteurs locaux et risque de fermer le jeu politique interne. Depuis l’offensive de Haftar contre Tripoli en avril 2019 et l’arrivée dans la capitale de milices extérieures, l’ouverture du champ politico-militaire avait favorisé l’émergence d’acteurs alternatifs à El-Sarraj22. Mais l’intervention turque a contrarié cette dynamique d’ouverture en modifiant les rapports de force, risquant dès lors d’intensifier des batailles ou de créer de nouveaux fronts. En fournissant à nouveau des lots d’armes et désormais des hommes au gouvernement de El-Sarraj, la Turquie augmente la possibilité d’une contre-offensive, qui déstabiliserait davantage la situation, favoriserait l’infiltration d’éléments terroristes et ferait ainsi craindre une vague de migrations vers les pays voisins de la Libye et vers l’Europe.

L’engagement militaire de la Turquie en Libye impacte également les rapports de force entre les acteurs internationaux qui soutiennent les différentes parties au conflit. La Russie, par exemple, par l’intermédiaire de la société militaire privée Wagner, possède entre 2000 et 2500 hommes en soutien au maréchal Haftar sur le terrain ; et la présence désormais de troupes turques crée le risque d’une confrontation directe entre la Russie et la Turquie. Les rencontres sont régulières entre Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine et traduisent leur volonté commune de maintenir des relations d’entente entre leurs deux pays. Avant l’intervention de l’armée turque en janvier, le ministre turc de la défense, Hulusi Akar, avait rappelé dans un communiqué du ministère de la Défense nationale, que la Turquie allait « essayer de résoudre les problèmes [en Libye], en discutant, en poursuivant le dialogue [avec la Russie], en exprimant leurs souhaits, leurs espoirs et leurs attentes respectives »23. Toutefois, les récents événements à Idlib (Syrie) ont quelque peu raidi la relation turco-russe ; la riposte turque contre Damas à la suite des raids aériens responsables de la mort de 33 soldats turcs, fin février dernier, ayant mis à mal les ambitions de Moscou de se poser comme une force d’équilibre et de paix auprès de son allié Bachar al-Assad. Aussi, dans ce contexte, l’accentuation de la présence turque en Méditerranée renforce aussi désormais la concurrence avec la Russie, pour le contrôle des gisements de gaz dans la région. Même si les deux États se disent capable de maintenir une coopération économique malgré l’existence de divergences politiques, ils entreprennent chacun en Libye une logique de démonstration de force. La crise libyenne est devenue très importante pour la lutte pour le pouvoir en Méditerranée orientale au-delà de son contexte interne.

Sur le front, les combattants tripolitains sont soulagés de recevoir une aide face à l’ampleur des ingérences étrangères qui sont venues renforcer les rangs de l’Armée nationale libyenne. Pour autant, l’arrivée de soldats issus de mouvances nationalistes syriennes dans le pays est susceptible d’éveiller l’inquiétude et de provoquer le désordre. Compte tenu de leur lien avec la Turquie et son influence islamique, et de l’imaginaire de la guerre civile en Syrie, ces soldats de renfort sont facilement assimilés à des djihadistes porteurs d’un islamisme radical. Or, cette suspicion encourage la rhétorique de Haftar qui consiste à dire qu’il mène sa guerre au nom de la lutte contre le terrorisme. De plus, le GAN pâtit désormais d’un soutien décroissant de la part de plusieurs pays européens, qui condamnent vivement l’intervention armée de la Turquie. Si le GAN bénéficie toujours de la reconnaissance officielle de l’ONU, il se retrouve désormais dans une impasse diplomatique face aux accusations de Tobrouk, qui lui reproche de « sponsoriser » les mercenaires sur son propre territoire. Dans une interview donnée à Sputnik arab en février 2020, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement libyen de Tobrouk, exprimait sa volonté que la communauté internationale, y compris la Russie et la Turquie, révoque sa reconnaissance du gouvernement de Tripoli24.

Si pendant un certain temps, le président Erdoğan hésitait à parler d’une Turquie en guerre, contre les forces du maréchal Haftar, aujourd’hui son discours est plus clair. Il y a quelques semaines, lors d’une conférence tenue le 25 février à Ankara, il déclara : « Bien sûr, nous avons plusieurs martyrs en Libye. Mais en échange de quelques-uns de nos martyrs, nous avons neutralisé près de 100 légionnaires. »25. L’engagement et le sacrifice des soldats turcs envoyés sur le sol libyen est reconnu et salué par le gouvernement, au nom de leur participation à la lutte contre le terrorisme. Le 22 février 2020, le colonel Okan Altınay ainsi que trois autres soldats turcs ont été tués sur le front libyen. Par ailleurs, dans son discours lors de la cérémonie de mise en service du nouveau dépôt de munitions militaires en janvier dernier, le président Erdoğan avait rappelé les pays dans lesquels la Turquie était actuellement engagée sur le terrain, à savoir la Syrie, la Libye, mais également au Qatar, au Kosovo ou en Somalie. Il avait alors loué la modernisation de l’armée turque et la nouvelle place du pays sur la scène internationale en tant que puissance militaire engagée pour la paix :

« Nous avons montré à tout le monde, ennemi ami, que de grandes luttes peuvent être menées en suivant la morale et la vertu. En plus de la force du cœur et du poignet de notre soldat, notre place dans les technologies de l’industrie de la défense a également grandement contribué à nos succès »26.

Néanmoins, alors que la Turquie subit également des pertes sur le sol syrien, les réactions se multiplient dans la presse turque d’opposition quant à l’envoi de soldats turcs à l’extérieur des frontières nationales au nom de prétendus combats pour l’élimination du djihadisme ou pour des indépendances. Selon le quotidien BirGün, un des médias d’opposition au gouvernement, Erdoğan mène à l’extérieur comme à l’intérieur de son pays une logique de « chaos ». Alors que la politique intérieure du pays se construit sur « la polarisation et la vengeance »27, comme l’ont montré les dernières actualités autour des événements de Gezi, l’intervention militaire en Libye est perçue comme une politique similaire à celle menée en Syrie, servant uniquement les intérêts nationaux d’une Turquie en quête de grandeur. Toujours selon BirGün, il semble difficile d’établir une relation entre l’engagement de l’armée turque en Libye ainsi qu’en Syrie et la défense de la patrie. « Protéger les islamistes n’est pas la responsabilité des citoyens de ce pays », conclut le journal dans un article publié en février dernier28. Le journal Evrensel, rappelle l’opposition qu’avait d’ailleurs suscité l’annonce de l’envoi de soldats turcs en Libye, par le Président Erdoğan en décembre 2019. Les partis d’opposition comme le Parti républicain du peuple (Cumhuriyet Halk Partisi, CHP), le Parti démocratique des peuples (Halkların Demokratik Partisi, HDP) ou encore le Bon Parti (Iyi Parti, IYI) avaient alors manifesté leur crainte qu’un tel engagement militaire n’entraîne des risques sécuritaires pour la Turquie même, pour autant, le projet de loi avait été accepté par le Parlement avec 325 voix contre 18429. En décembre 2019, le Parti du travail (Emek Partisi, EMEP) dénonçait de la même manière l’accord maritime et militaire signé avec Tripoli, comme privilégiant uniquement les intérêts d’Ankara et son ambition de renforcer sa mainmise sur les ressources énergétiques dans la région. « Alors que le gâteau du pétrole et du gaz en Méditerranée se partage entre les États régionaux et les pays impérialistes qui tentent d’obtenir la part la plus grande, l’administration Erdoğan, tente-t-elle aussi de tirer parti de sa position géographique, en signant un accord sur les frontières maritimes et sous-marines avec la Libye. », écrivait le journal Evrensel.30.

Conclusion

La question de la lutte de pouvoir en Méditerranée orientale est devenue une question vitale pour la Turquie aujourd’hui, comme elle ne l’avait jamais été jusqu’alors. Si le président Recep Tayyip Erdoğan justifie son intervention militaire en Libye par la nécessité de venir en aide aux victimes civiles de plus en plus nombreuses sur le terrain ; le poids politique accru de la Turquie dans la région sert d’autres intérêts stratégiques, politiques et économiques.

La liberté d’action que s’est accordée la Turquie malgré la permanence de l’embargo sur les armes en Libye ainsi que la condamnation de ses actes par la communauté internationale, ne fait que confirmer l’échec des négociations de paix entreprises par les organisations internationales depuis 2011. Le 23 février 2020, la Mission des Nations Unies en Libye a indiqué dans un communiqué que :

« La MANUL et les deux parties prenantes [avaient] préparé un projet d’accord de cessez-le-feu pour faciliter le retour en toute sécurité des civils dans leurs zones avec la mise en place d’un mécanisme de surveillance conjoint sous les auspices de la Mission de l’ONU en Libye ainsi que la Commission militaire mixte »31.

S’il est encourageant pour l’avenir de la Libye que le dialogue entre les deux hommes forts du pays se poursuive, parvenir à un cessez-le-feu durable ne sera pas possible tant que les deux belligérants continuent de revitaliser leurs forces armées grâce à leurs alliés respectifs. L’UE se contente actuellement de réprimandes quant à l’agissement de la Turquie en Mer Méditerranée, or le gouvernement turc ne cessera de poursuivre ses intérêts nationaux et régionaux dans la région si aucune sanction émanant d’une autorité supranationale ne lui est imposée.

  1. Site officiel de l’Organisation des Nations Unies > Couverture des réunions & communiqués de presse > Conseil de sécurité > 17 mars 2011. URL : https://www.un.org/press/fr/2011/CS10200.doc.htm []
  2. Site officiel de l’Organisation des Nations Unies > Couverture des réunions & communiqués de presse > Conseil de sécurité > 10 juin 2019. URL : https://www.un.org/press/fr/2019/cs13832.doc.htm []
  3. Site officiel de la présidence de la République. Türkiye Cumhuriyeti Cumhurbaşkanlığı > Basın açıklamaları > « Cumhurbaşkanı Erdoğan, Cezayir Cumhurbaşkanı Tebbun ile ortak basın toplantısı düzenledi », 26/01/2020. Traduction personnelle. URL : https://www.tccb.gov.tr/haberler/410/116398/cumhurbaskani-erdogan-cezayir-cumhurbaskani-tebbun-ile-ortak-basin-toplantisi-duzenledi []
  4. Site officiel du ministère de la Défense nationale. Türkiye Cumhuriyeti Millî Savunma Bakanlığı > Tüm haberler > « Libya ve İdlib’deki Ateşkes Yakından Takip Ediliyor », 21/01/2020. Traduction personnelle. URL : https://www.msb.gov.tr/SlaytHaber/1212020-80851 []
  5. Emrah Kekilli « Berlin Konferansı ve Libya Krizinin Geleceği », SETA, 25/01/2020, URL : https://www.setav.org/analiz-berlin-konferansi-ve-libya-krizinin-gelecegi/. Traduction personnelle. []
  6. « Libye : un accord international pour aller vers la paix mais des doutes demeurent », RFI, 19/01/2020 URL : http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200119-libye-accord-embargo-armes-arr%C3%AAt-interf%C3%A9rence-%C3%A9trang%C3%A8re-berlin []
  7. « Exclusive : 2000 Syrian fighters deployed to Libya to support government » The Guardian, 15/01/2015. URL : https://www.theguardian.com/world/2020/jan/15/exclusive-2000-syrian-troops-deployed-to-libya-to-support-regime []
  8. Ece Göksedef, « Suriyeli muhalifler neden Libya’ya savaşmaya gidiyor? », BBC Türkçe, 10/01/2020. Traduction personnelle. URL : https://www.bbc.com/turkce/haberler-turkiye-51068160 []
  9. Op cit. Ece Göksedef, BBC Türkçe, 10/01/2020. Traduction personnelle. []
  10. Site officiel du ministère de la Défense nationale. Türkiye Cumhuriyeti Millî Savunma Bakanlığı > Tüm haberler > « Bakan Akar, Canlı Yayında Soruları Cevapladı », 31/12/2019. Traduction personnelle. URL : https://www.msb.gov.tr/SlaytHaber/31122019-77111 []
  11. Op cit, Türkiye Cumhuriyeti Millî Savunma Bakanlığı > communiqué de presse du 31/12/2019. Traduction personnelle. []
  12. Site officiel du ministère de la Défense nationale. Türkiye Cumhuriyeti Millî Savunma Bakanlığı > Tüm haberler > « Bakan Akar, Gazete ve Televizyonların Ankara Temsilcileriyle Bir Araya Geldi », 15/01/2020. Traduction personnelle. URL : https://www.msb.gov.tr/SlaytHaber/1512020-60510 []
  13. Op cit, Türkiye Cumhuriyeti Millî Savunma Bakanlığı > communiqué de presse du 15/02/2020. Traduction personnelle. []
  14. « Intervenir en Libye, un enjeu régional pour Erdogan », RFI, 02/01/2020. URL: http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200102-intervenir-libye-enjeu-regional-erdogan []
  15. Veysel Kurt, « 5 Soru: Türkiye’nin Libya’ya Asker Gönderme Tezkeresi », SETA, 02/01/2020. Traduction personnelle. URL : https://www.setav.org/5-soru-turkiyenin-libyaya-asker-gonderme-tezkeresi/ []
  16. Résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU. Définition d’une zone d’exclusion aérienne, 17 mars 2011 []
  17. Site officiel de la présidence de la République. Türkiye Cumhuriyeti Cumhurbaşkanlığı > Basın açıklamaları > «Türkiye sahada ve diplomaside yürüttüğü mücadeleyle Libya’da barışın anahtarı olmuştur», 19/01/2020. Traduction personnelle. URL : https://www.tccb.gov.tr/haberler/410/115324/-turkiye-sahada-ve-diplomaside-yuruttugu-mucadeleyle-libya-da-barisin-anahtari-olmustur- []
  18. Op cit, Article de Veysel Kurt, SETA, 02/01/2020. Traduction personnelle. []
  19. Shaimma Ezzat «Pourquoi la Turquie va envoyer ses troupes en Libye», France 24, 02/01/2020. URL: https://www.france24.com/fr/20200102-pourquoi-la-turquie-va-envoyer-ses-troupes-en-libye []
  20. Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (Montego Bay, 1982) []
  21. Site officiel du ministère de la Défense nationale. Türkiye Cumhuriyeti Millî Savunma Bakanlığı > Tüm haberler > «Bakan Akar, Libya Ulusal Mutabakat Hükümeti Başkanlık Konseyi Başkanı El-Saraj İle Görüştü», 14/12/2019. Traduction personnelle. URL : https://www.msb.gov.tr/SlaytHaber/14122019-30001 []
  22. Ali Bensaad « Libye. Le fatal soutien de la Turquie » OrientXXI, 20 janvier 2020. URL : https://orientxxi.info/magazine/libye-le-fatal-soutien-turc,3558 []
  23. Site officiel du ministère de la Défense nationale. Türkiye Cumhuriyeti Millî Savunma Bakanlığı > Tüm haberler > « Bakan Akar, Canlı Yayında Soruları Cevapladı », 31/12/2019. Traduction personnelle. URL : https://www.msb.gov.tr/SlaytHaber/31122019-77111 []
  24. « Libya’nın doğusundaki geçici hükümetin dışişleri bakanı: Türkiye, Libya’ya bin paralı asker gönderdi », Sputnik Türkiye, 19/02/2020. Traduction personnelle. URL : https://fr.sputniknews.com/afrique/202002191043095434-la-turquie-a-transfere-en-libye-des-milliers-de-mercenaires-denonce-un-ministre-dhaftar—exclusif/ []
  25. Fikri Sağlar, «Savaşta mıyız!», BirGün, 25/02/2020. Traduction personnelle. []
  26. Site officiel de la présidence de la République. Türkiye Cumhuriyeti Cumhurbaşkanlığı > Basın açıklamaları > « Elde ettiğimiz başarılarda askerimizin bilek gücü yanında, savunma sanayiinde geldiğimiz yerin de büyük katkısı vardır », 05/02/2020. Traduction personnelle. URL : https://tccb.gov.tr/haberler/410/116551/-elde-ettigimiz-basarilarda-askerimizin-bilek-gucu-yaninda-savunma-sanayiinde-geldigimiz-yerin-de-buyuk-katkisi-vardir- []
  27. Erk Acarer « İçte: ‘Gezi’ olmazsa, ‘Darbe’ veriyor, Dışta: Avrasyacı yatıp NATO’cu kalkıyor », Birgün, 22/02/2020. Traduction personnelle. URL : https://www.birgun.net/haber/icte-gezi-olmazsa-darbe-veriyor-dista-avrasyaci-yatip-nato-cu-kalkiyor-288986 []
  28. Güven Gürkan Öztan « Çıkış ne Washington’da ne Brüksel’de ne de Moskova’da », BirGün, 24/02/2020. Traduction personnelle. URL : https://www.birgun.net/haber/cikis-ne-washington-da-ne-bruksel-de-ne-de-moskova-da-289139 []
  29. «Libya tezkeresi muhalefetin itirazlarına karşın TBMM’de 325 oyla kabul edildi», Evrensel. Traduction personnelle. URL : https://www.evrensel.net/haber/394494/libya-tezkeresi-muhalefetin-itirazlarina-karsin-tbmmde-325-oyla-kabul-edildi []
  30. « EMEP: Doğu Akdeniz’den elinizi çekin, Libya’daki ateşi körüklemeyin », Evrensel, 18 décembre 2019. Traduction personnelle. URL : https://www.evrensel.net/haber/393371/emep-dogu-akdenizden-elinizi-cekin-libyadaki-atesi-koruklemeyin []
  31. Site officiel des Nations Unies, Communiqué de la Mission des Nations Unies en Libye (MANUL), 22/02/2020. URL : https://news.un.org/fr/story/2020/02/1062471 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. henri freddy belinga dit :

    salut j’apprecie vos analyses et commentaitres je serai honorer d’etre en contact avec vous . henri freddy belinga depuis le cameroun

Répondre à henri freddy belinga Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search