Un regard critique sur la politique étrangère turque actuelle

Pour citer cet article : Mitat Çelikpala, "Un regard critique sur la politique étrangère turque actuelle," in Observatoire de la vie politique turque, 30 octobre 2020, https://ovipot.hypotheses.org/15661.

La politique étrangère de la Turquie, puissance régionale moyenne, a connu au cours des 10 dernières années de profondes mutations. Après avoir basé sa politique sur l’établissement et le maintien de relations de bon voisinage et adopté le soft power comme outil principal de développement de son influence dans les années 2000, la Turquie a récemment adopté une approche plus assertive sous l’influence de l’instabilité et de la multiplication des conflits à ses frontières. Naguère fidèle à la devise kémaliste « paix dans le pays, paix dans le monde » qui dictait la ligne officielle du ministère des Affaires étrangères, alors principal acteur de la politique étrangère du pays, les nouvelles orientations observables depuis 2015, en dépit de leur appellation « entrepreneuriale et humanitaire », témoignent d’un recours plus fréquent au hard power.

En effet, la fabrique d’une politique étrangère appuyée par la puissance militaire sur une zone s’étendant de la Syrie à la Libye crée dans l’espace géographique allant du Caucase à la mer Noire une perception différente de la Turquie par rapport à la période précédente. Cette perception nouvelle de la Turquie est nourrie par son activisme visible dicté par une logique thématique et régionale en fonction de ses nouveaux réseaux de relations et alliances. Les relations proches qu’elle a notamment entretenues ces dernières années avec la Russie et l’Iran concernant la crise syrienne ont mis la Turquie en porte-à-faux vis-à-vis de ses alliés traditionnels que sont les États-Unis et les pays de l’Union Européenne. L’approfondissement des relations avec ses nouveaux partenaires a eu des répercussions sur ses relations politiques antérieures et sa sécurité, déterminées depuis près de 70 ans par son adhésion à des organismes occidentaux tels l’OTAN. Ces relations avec les « nouveaux alliés », parce qu’elles créent ou renforcent des liens économiques autant que sécuritaires et politiques, entraînent par conséquent une nouvelle perception de la politique étrangère turque. D’autre part, les changements de politique intérieure et les mutations institutionnelles en Turquie ajoutent un degré de complexité supplémentaire. On peut dire que le nouveau système politique qui a émergé avec la transition vers le système présidentiel a radicalement affecté la structure institutionnelle et laissé des empreintes profondes sur les processus décisionnels. Pour résumer, nous pouvons dire que la République de Turquie, qui fêtera son 100e anniversaire en 2023, développe une politique étrangère différente d’autrefois sous la double influence décisive de développements interne et externes.            

Les facteurs affectant la politique étrangère

Certains facteurs internes et externes déterminent les processus d’élaboration de la politique étrangère actuelle. Au premier rang des facteurs externes, le discours politique et économique fondé sur des valeurs libérales qui a dominé le système international après la fin de la guerre froide et s’est imposé sous le nom de nouvel ordre mondial, n’offre pas de solutions aux grands problèmes mondiaux et régionaux. La récente montée des populismes dans le monde a également affecté la Turquie. La priorité de la politique étrangère turque d’adhérer au monde occidental et de devenir membre à part entière de ses institutions et organisations en particulier de l’Union européenne n’en est désormais plus une en raison de la vision unilatérale façonnée par la xénophobie chez les alliés occidentaux sous l’influence des développements au Moyen-Orient. Un des facteurs ayant le plus affecté la politique étrangère de la Turquie est le sentiment grandissant d’insécurité engendré par le tour transfrontalier qu’a pris la lutte contre la menace terroriste en raison des développements des conflits en Syrie et en Irak. Dans sa lutte, on peut dire qu’Ankara, qui s’estime incomprise par ses alliés occidentaux qui ne tiennent pas suffisamment compte de ses intérêts vitaux, a opéré un rapprochement tactique avec la Russie – et l’Iran dans une certaine mesure.

Il est peu probable que ce rapprochement transforme les relations commerciales et économiques établies avec la Russie au cours des deux dernières décennies en une alliance durable et permanente. Compte tenu du fait que les deux acteurs sont en concurrence permanente dans leur espace géopolitique et ne partagent pas la vision quant à la résolution des problèmes régionaux, on peut en déduire que cette coopération avec la Russie ne sera pas stable. En effet, les tensions liées à la présence du PKK/YPG à Idlib et à l’est de l’Euphrate ont muté en rivalité entre les deux pays sur les terrains syrien, libyen et en Méditerranée orientale depuis le début de l’année 2020. Le Caucase peut être ajouté à cette liste de rivalités au vu des développements actuels dans le Haut-Karabagh. Bien que ces divergences aient peu de chances de  se transformer en une grande crise diplomatique au sommet entre les deux dirigeants Erdoğan et Poutine, il y aura toujours le risque que la rivalité entre les deux pays dégénère un jour en une crise grave.

Le rapprochement entre la Turquie et la Russie fait l’objet de critiques de la part des alliés occidentaux, États-Unis en tête. Il est compréhensible que les réorientations périodiques de la Turquie ou son intérêt renouvelé pour l’Eurasie créent une certaine controverse. Dans ce contexte, les tensions apparues depuis le milieu des années 2010 avec l’allié traditionnel que sont les États-Unis, à propos notamment de la question de l’est de l’Euphrate, des missiles S-400 et des F-35, ont généré un climat tendu entre les deux pays que même les tentatives de dialogue entre le président Erdoğan et le président américain Trump n’ont pu améliorer. En effet, dans l’opinion publique turque, les États-Unis sont considérés depuis longtemps comme un « pays peu fiable » qui soutient le terrorisme en Irak et en Syrie. La possibilité d’un éventuel changement de pouvoir lors des prochaines élections américaines qui accentuerait encore davantage ces divergences de vues nous amène à penser qu’une période difficile s’annonce pour la relation bilatérale. C’est pourquoi la question sur la place de la Turquie au sein de l’OTAN et sa politique de sécurité seront les principaux déterminants  de la politique extérieure turque à venir.

Abandon de l’axe européen

L’un des principaux sujets considérés comme un problème dans l’évolution de la politique étrangère turque est son éloignement d’avec l’axe de l’Union européenne. Bien que l’opinion publique turque se montre encore favorable d’une courte majorité à l’idée d’adhérer à l’UE, on constate que les tensions avec les États membres poussent l’UE hors de l’équation dans le chef de la politique étrangère turque. Les questions liées à l’UE et l’Union elle-même ont commencé à être considérées comme des sujets problématiques en Turquie, dominées par la perception que la différenciation fondée sur la religion et l’identité en est la cause principale. Parmi ces désaccords avec l’Europe, la désormais classique question chypriote vient à l’esprit en premier lieu, ainsi que les récentes rivalités en Méditerranée orientale. En y ajoutant la situation en Libye, la Turquie se trouve désormais en opposition frontale avec la France, la Grèce et l’administration chypriote grecque. La solidarité et la coopération affichés par l’UE à ses trois États membres sur cette question n’a fait que la complexifier davantage. Et plus récemment, l’accroissement des activités de forage de la Turquie en mer Méditerranée et l’accord maritime signé avec la Lybie a littéralement limité la politique étrangère turque aux questions de sécurité. Dans le cadre des accords signés avec la Libye, les thèses de la Turquie ont été confortées tandis que les îles grecques de la Méditerranée orientale ne se voient reconnues que des zones maritimes limitées qui s’opposent aux prétentions de la Grèce, qui compte de nombreuses îles dans la région.

Énergie et de sécurité

La découverte du plus grand gisement de gaz naturel en Méditerranée orientale ces derniers temps au large de l’Égypte en 2015 a monopolisé l’agenda de la politique étrangère turque. Le rôle des grandes entreprises énergétiques dans l’exploitation et la production de ces ressources a attiré les acteurs européens, principalement la France et l’Italie. Les équilibres en la matière ont été modifiés car le pétrolier italien ENI, qui gère l’exploitation des gisements égyptiens et qui a découvert des parcelles au large de Chypre, prévoit de regrouper le gaz égyptien, chypriote et israélien afin de réduire les coûts d’exploitation, d’assurer le transfert du gaz sous forme de gaz liquéfié (GNL) via l’Égypte et de l’insérer sur les marchés internationaux, en particulier européen. Le géant français de l’énergie, Total, est quant à lui entré en lice en 2018 en partenariat avec ENI pour ses activités au large de Chypre. En découleront les accords gaziers signés entre Chypre, Israël et l’Égypte pour le projet GNL et les accords d’alliance militaire qui les soutiennent rassemblant sept pays dans une structure institutionnelle baptisée « Forum gazier en Méditerranée ».

Ces développements, placés dans un contexte où la Turquie se sent exclue du processus d’adhésion européenne ; où sa politique étrangère et sécuritaire sont guidées par la crainte vis-à-vis de son intégrité territoriale induite par les bouleversements dans son environnement immédiat ont profondément influencé la perception de cette question en termes de survie dans une Turquie politiquement instable et extrêmement polarisée. Par ailleurs, la détérioration des relations avec Israël, la rupture avec l’Égypte, les relations syro-irakiennes qui se réduisent à la lutte contre le terrorisme en plus de la politisation croissante des tensions avec les États-Unis et l’Union européenne plongent la Turquie dans l’isolation.

La politique énergétique, qui fait depuis longtemps partie intégrante des politiques étrangère et de sécurité et en est un déterminant a elle aussi été affectée négativement. L’avènement de nouvelles alliances en Méditerranée orientale qui excluent la Turquie perturbe également ses ambitions à devenir un hub énergétique dans le corridor est-ouest et nord-sud. N’ayant pas d’autre alternative que le gazoduc en Méditerranée orientale pour le transfert vers le marché européen, la Turquie s’est soudainement retrouvée exclue du jeu. Cette situation qui implique une éventuelle solution à Chypre tout en dans le même temps reléguant en arrière-plan les intérêts et droits fondamentaux de la République turque de Chypre du Nord fait sortir les décideurs turcs de leur léthargie. Cependant, à ce stade, la Turquie qui ne fait plus partie de l’équation, a perdu une occasion face au front administration grecque de Chypre du Sud-Égypte-Israël-Grèce sur le plan diplomatique. En dépit des critiques et des protestations de la Turquie, les petits acteurs de la région, soutenus par la France l’Italie et les États-Unis, se sont un à un ajoutés au front d’opposition avec leurs propres attentes.

Mutations institutionnelles

Un autre facteur important qui s’ajoute aux questions externes et aux problèmes de politique étrangère mentionnés ci-dessus réside dans le mode de gouvernance du pays. Le système présidentiel entré en vigueur avec le changement apporté à la Constitution a provoqué des changements radicaux dans le système administratif turc, avec des impacts considérables sur la conduite de la politique étrangère. Le processus décisionnel est désormais directement et entièrement sous le contrôle du Président. Nous sommes donc entrés dans une période où les questions de politique étrangère, qui sont perçues au-delà de la sphère politique et idéalisées par différents groupes politiques, commencent à déterminer l’agenda de la politique intérieure, les institutions traditionnelles étant parfois exclues de ce processus. Il ne fait aucun doute que les conséquences de ces mutations institutionnelles ont un effet déterminant sur l’actuelle politique étrangère du pays.

Conclusion

En conclusion, nous sommes dans une période où la politique étrangère turque, qui a récemment connu des transformations considérables, crée un débat autour du changement de l’agenda et de l’actualité de la Turquie. Aujourd’hui, pour comprendre comment la politique étrangère turque influe sur ses relations avec ses partenaires traditionnels et ses nouveaux alliés, il sera nécessaire de traiter en détail les divers sujets qui en découlent. Cela ne sera possible qu’avec l’analyse détaillée des réactions de la Turquie et des acteurs régionaux ou mondiaux, des divers intérêts et de la perception du sentiment de menace de la Turquie. Pour résumer, il ne sera pas surprenant que la Turquie, qui fêtera son 100e anniversaire en 2023 entre dans une configuration tout à fait nouvelle.

Mitat Çelikpala

Dr. Mitat Çelikpala is a Professor of International Relations and Vice-rector at Kadir Has University, Istanbul. He teaches graduate and undergraduate courses on Eurasian security, energy, and critical infrastructure security/protection, Turkish foreign and domestic policy, and the Caucasus. Prof. Çelikpala is the board member of the Centre for Economics and Foreign Policy Studies (EDAM), the International Relations Council of Turkey and the Managing Editor of the Journal of International Relations: Academic Journal. He previously served as an academic advisor to NATO’s Center of Excellence Defense against Terrorism in Ankara (2009-2012), especially on the regional security and the critical infrastructure protection; and was the board member to the Strategic Research and Study Center (SAREM), Turkish General Staff (2005-2011); Academic Adviser to the Center for Strategic Research (SAM), Turkish Foreign Ministry (2002-2010) and Caspian Strategy Institute, Istanbul Turkey (2012–2013). He was a Senior Associate Member at St Antony’s College, Oxford University, UK (2005-2006). He has written for a number of academic publications including Middle Eastern Studies, International Journal of Turkish Studies, Insight Turkey, and Journal of Southeast European and Black Sea Studies. He also contributed many conference papers on Turkish foreign policy, Turkish-Russian relations, Eurasianism and Turkish geopolitics.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search