La deuxième guerre du Karabagh et ses connexions avec le Moyen Orient

Pour citer cet article : Bayram Balcı, "La deuxième guerre du Karabagh et ses connexions avec le Moyen Orient," in Observatoire de la vie politique turque, 22 décembre 2020, https://ovipot.hypotheses.org/15679.

Introduction

Héritage direct de la période soviétique, le conflit du Haut Karabagh mettant en opposition l’Arménie et l’Azerbaïdjan était relativement « gelé » et cantonné au Sud Caucase duquel il débordait assez peu. En effet, il mettait jusqu’ici en opposition deux États ex-soviétiques et était arbitré par la Russie, puissance tutélaire historique et maîtresse de la région, qui maintenait à distance la faible implication de deux autres acteurs, eux aussi descendants d’empires autrefois influents dans les affaires caucasiennes, la Turquie et l’Iran. Cette configuration proprement caucasienne qui fut caractéristique de la première phase ouverte de la guerre du Haut Karabagh (1988-1994) a été chamboulée dans la deuxième phase active du conflit qui a duré 44 jours, entre le 27 septembre et le 9 novembre 2020.

En effet le débordement du conflit caucasien et l’implication de puissances régionales provoquent des secousses jusqu’au Moyen Orient. Cette corrélation résulte à la fois de la plus grande implication de la Turquie dans ce conflit et d’une inédite translation de la rivalité turco-russe en Syrie et Libye dans le théâtre caucasien.

Allié de toujours de l’Azerbaïdjan, la Turquie a constamment soutenu Bakou dans ses diverses tentatives pour récupérer le Karabagh. Mais il se limitait jusqu’ici à un soutien moral, politique et diplomatique. L’épisode militaire de l’automne 2020 marque la rupture avec cette posture. Dès avant le déclenchement des hostilités, Ankara a tenu un discours belliqueux et s’est impliqué militairement dans le conflit aux côtés de son allié. L’encadrement de l’armée azerbaïdjanaise et l’utilisation de drones turcs ont joué un rôle décisif dans la nette victoire militaire face aux forces arméniennes pourtant déterminées à défendre leurs positions au Haut-Karabagh et les autres districts azerbaïdjanais occupés depuis près de 30 ans. Ainsi, la Turquie avance ses pions sur l’échiquier régional, là où elle les retire de l’échiquier européen qui l’a déçue. En s’impliquant dans les affaires caucasiennes et moyen-orientales, la Turquie contribue à la régionalisation, à la « moyen orientalisation » de la guerre du Haut-Karabagh. En effet, en rupture avec ses alliés traditionnels, Europe et États-Unis, la Turquie ne cesse de s’embourber sans les conflits du Moyen Orient et le fait de mener une politique plus militariste dans le Caucase montre et démontre un effort presque désespéré de renverser la tendance et renforcer sa posture ailleurs que dans le théâtre syrien, libyen voire irakien. Quels sont les points chauds du Moyen Orient où l’activisme de la Turquie l’a incitée à agir davantage dans le Caucase ?

En tout premier lieu, la guerre en Syrie met aux prises la Turquie et la Russie. La révolte populaire, insufflée par le printemps arabe, est devenue une guerre civile avec la participation directe ou discrète de plusieurs forces extérieures armant une force par procuration. Ainsi largement impliqués, Moscou et Ankara se trouvent face à face au Moyen Orient, et la confrontation se poursuit maintenant dans la Caucase. A l’émergence assumée de la Russie sur la scène moyen-orientale, la Turquie se défend par une ingérence dans le pré-carré russe du Caucase. Ainsi ces dernières semaines, les paramètres moyen orientaux influencent-ils et calibrent-ils leur politique caucasienne. La Turquie, par son implication militaire dans la guerre du Karabagh espère mettre la pression sur la Russie en Syrie, pour que l’étau se desserre sur les intérêts vitaux turcs mis à mal. La frontière turco-syrienne est fragile et de nouveaux flux de migrants venus de Syrie et hostiles à Ankara inquiètent la Turquie. Parallèlement, pour la Russie, tolérer l’incursion turque dans le Caucase, c’est un moyen d’obtenir d’elle des concessions en Syrie mais aussi en Libye. Nous avons là un phénomène nouveau, amené à se développer pour deux raisons.

La Russie s’implante durablement au Moyen Orient d’où elle avait été « chassée » après la chute du communisme et de son influence idéologique sur les régimes socialistes arabes. Et la Turquie semble s’installer durablement en Syrie dans les zones qu’elle occupe, sans même parler de sa présence de plus en plus affirmée en Irak et en Libye.

La Libye, justement est l’autre théâtre de conflit en Orient où les deux protagonistes de la guerre du Caucase, Turquie et Russie, sont fortement présents pour défendre des options là aussi diamétralement opposées. En effet, la Turquie soutient le Gouvernement d’accord national (GNA) de Fayez el-Sarraj, seule autorité légitime en Libye selon les Nations Unies, là où la Russie soutient le pouvoir du maréchal séditieux Khalifa Haftar. Pour l’un comme pour l’autre, marquer des points dans cette guerre passe par les points gagnés ou perdus dans la guerre du Karabagh. Ainsi, de la Libye au Karabagh, en passant par la Syrie, la Turquie et la Russie sont dans une logique d’entente rivale ou de rivalité cordiale et intéressée, au détriment d’un Occident marginalisé malgré ses propres intérêts économiques, politiques, stratégiques, notamment en Afrique du Nord.

Enfin, troisième et dernier fait majeur dans ce conflit du Karabagh vieux de près de trente ans, et qu’il faut désormais analyser dans une perspective liée au Moyen Orient, le fait mercenaire. Nous disposons encore de trop peu de données solides sur ce phénomène, mais il s’avère indéniable que la Turquie et l’Azerbaïdjan ont fait venir des « miliciens » et « mercenaires » de Syrie pour participer à la guerre du Karabagh pour combattre ou pour apporter une aide logistique sous contrat. Certes ce n’est pas la première fois que des combattants du Moyen Orient participent à la guerre du Karabagh. La perméabilité de ces terrains de guerre avait déjà été constatée durant la première guerre entre 1988 et 1994 où des Arméniens du Liban ou de Syrie étaient allés se battre dans le Caucase. Mais il s’agissait d’Arméniens de la diaspora qui partaient sur la base du volontariat, par solidarité avec leurs frères arméniens. Or, là ce n’est pas le cas. Les Syriens sont en principe peu concernés par les enjeux caucasiens. Ils sont recrutés dans une logique contractuelle pour répondre à des calculs géostratégiques de puissances régionales mandataires comme la Turquie qui diversifie ses modalités d’action pour défendre ses intérêts, éparpillés au Moyen Orient, dans le Caucase et qui sait peut-être demain en Asie centrale et dans la Mer Noire.

Conclusion

Anciennes puissances impériales rivales, la Turquie et la Russie ne sont plus les ennemies héréditaires telles que les présente trop souvent encore la presse occidentale. Elles partagent un sentiment profond de désamour et de rejet occidental qui cimentent une soif de puissance alternative fondée sur les enjeux régionaux comme tremplin. À la faveur d’un contexte où la suprématie occidentale dans la gouvernance mondiale est de plus en plus contestée, Turquie et la Russie se retrouvent donc dans cette ambition commune mais en même temps concurrentielle. Cette compétition cordiale, qui prend de plus en plus la forme de conflits par procuration s’observe dans plusieurs parties du monde, dans le Caucase, en Asie centrale, au Moyen Orient, et reconfigure profondément la scène régionale. Libye, Syrie et Karabagkh sont des échiquiers, où, en l’absence de l’Occident, Moscou et Ankara avancent de concert leurs pions géostratégiques pour monter en puissance. De façon contre-productive, en sanctionnant de nouveau la Turquie, l’UE ne favorise pas son retour dans le giron occidental mais la pousse un peu plus vers l’Est et l’encourage dans la poursuite de cette quête effrénée de puissance, quel qu’en soit le prix humain et politique sur le terrain.

Bayram Balcı

Bayram BALCI est diplômé en science politique et civilisation arabo‐ islamique des Sciences Po Grenoble et Aix en Provence. Sa thèse de doctorat portait sur les mouvements islamistes turcs et leurs activités missionnaires en Asie centrale post-soviétique. Boursier Jean Monnet à l’Institut universitaire européen de Florence, il a poursuivi ses recherches post-doctorales sur les communautés centrasiatiques installées en Arabie Saoudite, dans leur contribution à la réislamisation de l’Asie centrale. Chercheur à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul, il a mis en place son homologue à Bakou pour les études caucasiennes et travaillé sur les relations entre chiisme et sunnisme en Azerbaïdjan et en Iran. De 2006 à 2010, il a dirigé l’Institut français d’études sur l’Asie centrale (IFEAC) à Tachkent. De décembre 2012 à septembre 2014, il a été chercheur invité à la Carnegie Endowment for International Peace, à Washington DC. Ses recherches actuelles portent sur les relations entre islam et politique dans l’espace post-soviétique et sur la Turquie dans son environnement régional, Caucase, Asie centrale, Moyen-Orient.

More Posts - Website


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search