Haut-Karabagh : après trente ans de conflit, nouvelles dynamiques régionales et nouveau rôle de la Turquie

Pour citer cet article : Mitat Çelikpala, "Haut-Karabagh : après trente ans de conflit, nouvelles dynamiques régionales et nouveau rôle de la Turquie," in Observatoire de la vie politique turque, 22 décembre 2020, https://ovipot.hypotheses.org/15682.

Après 45 jours d’une guerre éclair brutale pour le contrôle du Haut-Karabagh, ce grand conflit « gelé » du Caucase qui dure depuis 30 ans, commence une nouvelle ère entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Un cessez-le-feu a été signé par les deux parties sous l’égide de la Russie et prévoit la restitution par l’Arménie à l’Azerbaïdjan de territoires qu’elle occupait depuis le début des années 1990. Outre ses districts adjacents au Karabagh, l’Azerbaïdjan a également repris le contrôle d’une grande partie de la province du Haut-Karabagh, notamment la ville de Shousha.

L’accord signé sous l’égide de la Russie instaure une force de maintien de la paix pour laquelle 2000 soldats sont mandatés. Ces forces russes sont censées assurer la sécurité de la population arménienne vivant dans le Haut-Karabagh désormais sous contrôle azéri, mais aussi la libre circulation le long du corridor de Lachin qui relie cette enclave à l’Arménie. L’accord signé permet certes pour l’instant la cessation des hostilités mais rien n’indique qu’il apportera une solution définitive au problème et qu’il règlera le différend entre les deux parties.

Il est trop tôt pour faire de la prospective sur ce que sera l’avenir du Karabagh, sur la manière dont la population arménienne sera intégrée à l’Azerbaïdjan et sur le possible retour à une certaine normalisation sans affrontement armé. Du point de vue azerbaïdjanais, comme l’a déclaré à plusieurs reprises le président Aliyev, la question d’un statut particulier du Karabagh n’a désormais plus sa place dans les négociations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Il semble quasiment acquis que Bakou ne voudra pas accorder une large autonomie territoriale au Haut-Karabagh, mais il sera bien amené à reconnaître certains droits politiques afin de permettre le retour à la normale.

Dans ce nouveau processus politique, la Turquie va avoir le droit d’occuper une place à part, grâce au rôle qu’elle a joué déjà avant la guerre mais aussi pendant, du fait de son soutien politique et militaire qui fut déterminant durant les hostilités. Par ailleurs, Ankara, qui ces derniers temps n’a cessé de clamer son désir de mener une politique régionale autonome, a confirmé durant ce conflit que désormais le recours à la force militaire faisait partie à part entière de sa nouvelle politique étrangère, ce dont elle avait déjà fait la preuve en Libye et en Syrie.

Pour Ankara, une chose est certaine : ce qui vient d’être vécu entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie à propos du Karabagh résulte du fait que les organisations internationales, à l’instar du Groupe de Minsk de l’OSCE, et bien évidement le droit international, ont échoué pendant 30 ans à apporter la moindre solution. De plus, estime-t-on dans le couple turco-azerbaïdjanais, l’autre élément déclencheur de la guerre est le fait que Nikol Pashinyan, arrivé au pouvoir suite à une révolution de couleur en 2018, au lieu d’adopter une attitude de retenue constructive sur le dossier, s’est mis au contraire à parler, à propos du Karabagh et ses districts adjacents, de « territoires libérés » alors que la communauté internationale elle-même reconnait leur appartenance à l’Azerbaïdjan. Pour Bakou, de tels propos étaient le signe que le nouveau pouvoir à Erevan ne voulait pas négocier, rendant ainsi inévitable le recours à la voie militaire par l’Azerbaïdjan. On constatera qu’ici comme au Moyen Orient, depuis quelques années le recours à la voie militaire pour régler les conflits semble se généraliser pour accélérer la solution politique. Cette vision militariste du conflit a modifié la réalité sur le terrain, entamant une nouvelle équation et ouvrant une nouvelle ère dans le jeu des rivalités régionales.

Dans cette nouvelle équation caucasienne, la Turquie, pour la première fois depuis la fin de la guerre froide, agit de façon non concertée avec l’Occident, en relative autonomie et avec un recours à la force armée, s’imposant ainsi comme une puissance régionale. Si la Turquie a pu devenir un acteur si influent, c’est aussi parce que la coopération économique trilatérale menée avec la Géorgie et l’Azerbaïdjan ces derniers temps a porté ses fruits. Ainsi, un nouveau Caucase est en train de voir le jour grâce à la mise en place de nouvelles alliances fondées sur la coopération en matière d’énergie, et de routes commerciales maritimes et terrestres. Le fait que cette coopération trilatérale a pris aussi une dimension militaire et défensive a contribué à l’émergence d’un nouvel équilibre dans le Caucase.

On constate aussi que ce conflit refaçonne de manière particulièrement approfondie et diversifiée, la coopération entre l’Azerbaïdjan et la Turquie autour du concept “une nation/deux états”. Le fait que cette coopération ait été mise au service d’une politique étrangère autonome et assertive a contribué à l’escalade vers la guerre, permettant la victoire des deux parties. Il est ainsi certain que le soutien politique et militaire apporté par la Turquie à l’Azerbaïdjan a eu un rôle déterminant dans le déclenchement de l’option militaire par Bakou et dans la victoire qui a suivi. Une telle approche turque a obligé la Russie, dont la politique depuis 30 ans consiste empêcher l’intrusion dans son ex-empire de toute puissance étrangère, à réviser sa vision stratégique et accepter le nouveau rôle prééminent de la Turquie.

Il est indéniable que dans cette posture affirmative turque, le rapprochement turco-russe, plus particulièrement depuis l’incident de l’avion russe abattu par la Turquie, a joué un rôle crucial. Mais au-delà de ça, il y aussi le fait que la Russie n’a pas bien anticipé la nouvelle donne caucasienne ces derniers temps. Ainsi, on peut dire que Moscou s’est laissé surprendre par l’ingérence militaire de la Turquie qui pour la première fois de son histoire franchissait la ligne de démarcation économique et politique de son aide à l’Azerbaïdjan en lui fournissant ouvertement une aide militaire, notamment des drones dont on a vu le rôle décisif dans le résultat de la guerre.

L’assistance militaire de la Turquie à l’Azerbaïdjan repose sur deux cadres légaux. Premièrement, l’accord de coopération mis en œuvre dès l’accession de l’Azerbaïdjan à l’indépendance, permettant à la Turquie de moderniser l’armée azerbaïdjanaise. Deuxièmement, la signature en 2010 entre les deux parties d’un accord de coopération stratégique. Cet accord, en conformité avec l’article 51 de la Charte des Nations Unies, prévoit que les parties signataires s’entraident et que en cas de besoin se fournissent une assistance militaire.

À ce propos, on a pu ces derniers temps entendre des déclarations officielles d’Ankara dénoncer l’occupation et l’agressivité de l’Arménie vis à vis de l’Azerbaïdjan, de même qu’on a été témoin des prises des positions du Conseil National de Sécurité turc en faveur de l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan et la nécessité pour les forces arméniennes de libérer les territoires occupés. Le soutien apporté à Bakou pendant la guerre a bien montré que les propos et déclarations n’étaient pas de vains mots et suivis d’actes.

Même si l’après-guerre montre à quel point la Russie contrôle encore la situation sur le terrain, le fait que la Turquie a commencé à déployer une force militaire en Azerbaïdjan, et qu’elle ait été associée à l’instauration d’un cessez-le-feu, montre que la solidarité entre Bakou et Ankara a atteint son plus haut niveau. Cet état de fait conforte l’idée que la Turquie renforce son influence dans cette nouvelle ère, tout particulièrement dans la sphère diplomatique et à la table des négociations. Dans la situation actuelle, même s’il est admis que la Russie conserve son rôle prééminent de juge-arbitre, la Turquie s’impose comme un acteur non négligeable dans la recherche d’une solution politique pour le Haut-Karabagh.

Quant aux Occidentaux, États-Unis et Union Européenne, déjà marginalisés ces derniers temps dans la question du Karabagh, ils se désinvestissent de la solution définitive qui doit être apportée à ce conflit. Depuis un certain temps déjà, l’UE n’est plus du tout un acteur majeur dans cette question. Le groupe de Minsk dans le cadre de l’OSCE est disqualifié par l’absence de neutralité de sa co-présidente, la France qui n’inspire plus aucune confiance à l’Azerbaïdjan, depuis que le Sénat français a décidé de reconnaître l’indépendance du Karabagh, et que cette décision, sans aucune conséquence politique, confirme le manque de neutralité de la partie française. Focalisée sur ses difficultés internes, notamment le Brexit, mais aussi le Covid, l’Europe n’est pas prête de retrouver voix au chapitre dans la question du Karabagh.

À vrai dire, il n’y a chez les acteurs européens aucune volonté sincère de manifester un réel intérêt et encore moins de proposer un mécanisme de solution à ce conflit. Déjà en tension avec la Russie et la Turquie, l’Europe va fixer sa relation avec ces pays en partie à l’aune de la crise du Karabagh dont elle a été exclue. Pourtant, l’Europe a encore une chance de pouvoir produire des idées et des solutions pour le maintien de la paix et pour rapprocher les parties belligérantes. Ces dernières semblent en faveur d’une possible association avec l’Europe et surtout l’Allemagne, perçue comme le moteur de l’Union. Les acteurs occidentaux, que ce soit dans un cadre européen ou onusien, peuvent encore trouver une place dans la nouvelle équation caucasienne, en tant qu’acteurs constructifs et porteurs d’idées pour une solution au problème à condition qu’ils en expriment la claire volonté politique dans une certaine neutralité.

Dans cette affaire du Karabagh, tous les acteurs concernés, dont la Turquie, doivent aussi s’intéresser à une autre problématique urgente qui est la situation économique et politique de l’Arménie. Désinformée avant et pendant le conflit de la vraie situation sur le terrain, la société arménienne a été profondément traumatisée par le cessez-le-feu et l’ampleur de la défaite dont le caractère inéluctable a été caché à la population. Face à cette débâcle, il faut veiller à ce que l’Arménie ne sombre pas dans l’instabilité et n’accuse la faillite de l’État. Pour cela, il faut entre autres, que la communauté internationale se focalise sur la construction d’une paix solide et durable entre Bakou et Erevan, dans le cadre de relations bilatérales normalisées, mais aussi dans un esprit de coopération régionale renforcée.

En cela, la Turquie aussi a un rôle à jouer et des devoirs à respecter dans sa politique étrangère et régionale. Comme on le sait, la Turquie justifiait la fermeture de sa frontière avec l’Arménie en représailles de l’occupation des territoires azerbaïdjanais. Maintenant que cette occupation n’est plus, la construction de la paix entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan doit passer par une normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie. Ainsi, les tentatives de normalisation qui avaient échoué en 2009, doivent reprendre pour avoir une chance d’aboutir et avoir un impact positif sur la région.

Mitat Çelikpala

Dr. Mitat Çelikpala is a Professor of International Relations and Vice-rector at Kadir Has University, Istanbul. He teaches graduate and undergraduate courses on Eurasian security, energy, and critical infrastructure security/protection, Turkish foreign and domestic policy, and the Caucasus. Prof. Çelikpala is the board member of the Centre for Economics and Foreign Policy Studies (EDAM), the International Relations Council of Turkey and the Managing Editor of the Journal of International Relations: Academic Journal. He previously served as an academic advisor to NATO’s Center of Excellence Defense against Terrorism in Ankara (2009-2012), especially on the regional security and the critical infrastructure protection; and was the board member to the Strategic Research and Study Center (SAREM), Turkish General Staff (2005-2011); Academic Adviser to the Center for Strategic Research (SAM), Turkish Foreign Ministry (2002-2010) and Caspian Strategy Institute, Istanbul Turkey (2012–2013). He was a Senior Associate Member at St Antony’s College, Oxford University, UK (2005-2006). He has written for a number of academic publications including Middle Eastern Studies, International Journal of Turkish Studies, Insight Turkey, and Journal of Southeast European and Black Sea Studies. He also contributed many conference papers on Turkish foreign policy, Turkish-Russian relations, Eurasianism and Turkish geopolitics.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search