La politique étrangère turque : d’une campagne d’aide internationale durant la pandémie au confinement diplomatique extrême

Pour citer cet article : Uğur Kaya, "La politique étrangère turque : d’une campagne d’aide internationale durant la pandémie au confinement diplomatique extrême," in Observatoire de la vie politique turque, 28 avril 2021, https://ovipot.hypotheses.org/15697.
Uğur Kaya

« C’est difficile de s’en rappeler maintenant, mais il était impossible d’entendre à Washington la moindre critique contre la Turquie, Erdoğan et l’AKP dans les années 2011 et 2012. [Au contraire,] maintenant, il est dur de trouver un seul allié d’Ankara » rapporte Steven A. Cook pour décrire le climat dans la capitale américaine à l’égard du gouvernement turc1. Le problème pour Ankara est que cette image négative n’est pas circonscrite seulement à l’autre côté de l’Atlantique. Ses rapports avec les membres de l’Union européenne, déjà tumultueux ces dernières années, sont entrés dans un état de crise permanente. D’autant plus que la Méditerranée orientale est devenue le théâtre de « la diplomatie de la canonnière » entre la Turquie et ses partenaires occidentaux, Grèce et France en premier.

Les ennuis d’Ankara ne s’arrêtent pas là : le front oriental n’est pas moins rude. Erdoğan et ses critiques contre « l’Occident impérialiste » au nom de « l’Orient victime » ne suscitent pas la sympathie de la plupart des capitales arabes. Les relations entre la Turquie et l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU) et l’Égypte ne cessent de s’aggraver dès le début les printemps arabes ; depuis quelques années, elles ont dégénéré en une guerre par procuration dans les théâtres syrien et libyen. Cet antagonisme trouve ses échos dans d’autres scènes de la Méditerranée orientale jusqu’à la Somalie où la position turque est à front renversée de celle de ces pays du Golfe.

En 2013, İbrahim Kalın2, figure notable du pouvoir en sa qualité de conseiller de M. Erdoğan Premier ministre et président, évoque une « solitude précieuse3 » face aux critiques de l’opposition concernant l’isolement diplomatique de la Turquie, en conséquence de l’orientation politique d’Erdoğan. M. Kalın souligne ainsi la valeur spirituelle de la politique du pays. Cependant, aujourd’hui, cette « solitude précieuse » devient insoutenable pour le gouvernement. Alors que la Turquie s’est félicitée durant des décennies d’être le seul havre de stabilité au Moyen-Orient et le seul État à pouvoir dialoguer avec tous les acteurs de la région, ce qui était en effet le cas à la veille des « printemps arabes », elle se trouve aujourd’hui profondément isolée, voire prise en étau dans plusieurs litiges. Elle ne dispose plus actuellement d’Ambassadeur en Égypte4, en Israël et en Syrie ; de facto, il en va de même pour le Liban, les EAU et l’Arabie saoudite. Le Qatar reste désormais le seul allié d’Ankara.

Cette situation n’est pas née subitement et n’est pas le seul malheur de l’année 2020, année jugée maudite par nombre de personnes en Turquie. Depuis longtemps, personne ne définit la Turquie comme « l’étoile montante5 » ; bien au contraire, la popularité internationale d’Erdoğan est en chute libre, et avec lui, l’image de la Turquie est ternie.

Pourtant, l’État turc a entrepris une campagne de secours au début de la pandémie du coronavirus, en apportant une aide médicale à 125 pays6, parmi lesquels l’Italie, l’Espagne, la Grande-Bretagne, les États-Unis et la Chine. Pour certains analystes, cette campagne d’aide démontre une volonté d’apaiser les relations diplomatiques avec nombre de pays7. De même, les analystes proches du gouvernement d’Erdoğan publicisent cette opération car elle donne une image positive du pays et démontre la grandeur du pays capable de se comparer à d’autres puissances comme la Russie ou la Chine8. En effet, cette action de solidarité est remerciée par des instances officielles des autres États et louée dans les articles des journaux dans divers pays9.

Cet article analyse la situation de l’État turc sur la scène internationale où il fait face à une multitude de litiges entremêlés. Il vise à décrire les champs de manœuvres du gouvernement pour sortir de son isolement diplomatique. Le décryptage de tous les dossiers de disputes et de leurs interférences dépasse toutefois les limites de cet article. Nous nous contenterons de proposer une analyse de l’articulation des dynamiques internes et de la politique étrangère. Notre article décrit les motivations et les moyens du gouvernement turc qui a gardé sa posture et son discours pugnace malgré son isolement et répercussions économiques de celui-ci. Cette question semble d’autant plus nécessaire qu’Ankara est décrite dans maintes analyses comme dépourvue des moyens pour atteindre ses ambitions. Ces descriptions rajoutent que les motivations du gouvernement reposent essentiellement sur son besoin de masquer ses échecs économiques10. S’il est vrai que le pays endure des difficultés financières graves et que ceci joue certainement sur la politique d’Erdoğan, la compréhension des manœuvres de son gouvernement exige une analyse plus nuancée et approfondie qui prenne en compte sa politique étrangère désormais plus que jamais soumise à sa politique intérieure.

Afin de mener cette analyse, nous décoderons la base des tournants de la diplomatie turque ainsi que les ressorts principaux de la stratégie du Président Erdoğan et les motifs de ses revirements. Dans un premier temps, nous repérerons les moments et les éléments majeurs de la confrontation à laquelle la Turquie s’est engagée. Ce faisant, l’accent sera mis sur la scène moyen-orientale, bien que l’isolement de la Turquie découle aussi de ses litiges avec les gouvernements des pays occidentaux. Ensuite, nous essayerons d’anatomiser les mécanismes internes de l’élaboration de la politique étrangère turque pour voir comment la situation politique intérieure se répercute sur la formation de la politique étrangère du gouvernement. Dans un troisième temps, nous exposerons les métamorphoses des objectifs de la politique étrangère qui sont à considérer comme une conséquence des revirements de la politique intérieure. Enfin, nous essayerons décrypter la crise en Méditerranée orientale, devenue particulièrement aiguë en 2020, et qui se manifeste comme le chevauchement de plusieurs litiges.

Les tournants vers la rupture

La politique régionale des gouvernements AKP succesifs depuis son accession au pouvoir en 2002 manifeste des variations saillantes. Elle est marquée d’abord par un déploiement économique avec la devise doctrinaire de « zéro problème avec les voisins », contentant les milieux d’affaires à une époque où le cours du pétrole est en forte progression. Par la suite, deux événements importants apparaissent comme les tournants entrainant la position actuelle du gouvernement d’Erdoğan dans l’arène internationale : le premier concerne le changement d’approche du pouvoir politique en Turquie vis-à-vis du Moyen-Orient, suite auquel il commence à être perçu par plusieurs régimes comme une vraie menace, et engendre une opposition frontale entre la Turquie et certains pays arabes, comme les EAU, l’Arabie saoudite et l’Égypte. Le second évènement, lui, concerne les péripéties à l’intérieur de la Turquie, où le Président turc, se sentant menacé, adopte une posture combative.

Certes, l’affaire de la flottille humanitaire Mavi Marmara en route pour Gaza en 2010 constitue un épisode préliminaire11 : il provoque une crise qui persiste encore aujourd’hui entre la Turquie et Israël, tout en ayant des répercussions importantes sur les relations turco-occidentales. Notons que cet événement révèle au grand jour, pour la première fois pour l’opinion publique, une divergence d’opinion entre Recep Erdoğan et Fethullah Gülen, critique de l’action qu’il avait qualifiée d’acte irresponsable12. Néanmoins, c’est au moment des « printemps arabes » que la politique d’Erdoğan prend un virage remarquable.

Alors que le pouvoir politique turc envisage les printemps arabes comme une opportunité pour augmenter sa stature régionale dans un cadre idéologique, comme l’avaient fait les Occidentaux alliés de la Turquie au départ, les EAU les perçoivent comme une menace existentielle pour le régime et se présentent, avec l’Arabie saoudite, comme l’un des porte-drapeaux de l’axe contre-révolutionnaire printanier, et donc contre l’AKP considéré comme une branche de la confrérie en Turquie. Depuis, la posture idéologique du gouvernement turc provoque une hostilité croissante non seulement de la part de plusieurs pays voisins, mais aussi de la part des pays occidentaux.

Si Erdoğan continue avec zèle d’utiliser le geste Rabia pour montrer son ralliement à la résistance [des Frères musulmans] contre les autorités égyptiennes13, plusieurs pays arabes ont interdit la confrérie et conduisent une politique vouée à la restreindre : en 2013, le Caire la classe comme organisation terroriste, et Abou Dhabi, Riyad et Manama font de même en 2014. La Jordanie ferme à son tour les sièges en 2016, puis dissout la branche locale des Frères musulmans en 2020.

Le second tournant ayant provoqué un changement net de la politique extérieure de l’AKP découle des dynamiques internes à la Turquie et concerne les événements par lesquels Erdoğan se considère visé. Les incidents du 17-25 décembre 201314 et la tentative de coup d’État de 2016 sont vus par Erdoğan comme des actes de guerre ou comme des attaques meurtrières ratées contre son pouvoir et contre sa personne. Le gouvernement inculpe les EAU15 de financer le coup d’État et de soutenir les putschistes ; il incrimine aussi les pays occidentaux de soutenir les putschistes et de fournir un refuge à ceux qui se sont enfuis de Turquie. Cela dit, l’implication des puissances étrangères dans ces épisodes est un truisme communément admis dans le pays, y compris par les milieux d’opposition.

C’est dans ce contexte qu’au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale se mettent en place deux axes : d’un côté, la Turquie ayant le Qatar comme seul allié, et, de l’autre, une coalition formée à travers l’adversité avec la Turquie et son allié, c’est-à-dire l’Arabie saoudite, les EAU, l’Égypte de Sissi. Les protagonistes adoptent une posture guerrière dans un jeu à somme nulle. On est dans un cadre où tout est permis et l’isolement politique et les problèmes économiques de la Turquie encouragent ses adversaires à rentrer dans un jeu d’alliances. De plus, les problèmes non résolus dans le passé sont à nouveau remis sur la table.

La construction de la politique étrangère comme répercussion des rapports de force internes

Traditionnellement, la politique étrangère de la Turquie était conçue et dirigée par le gouvernement, le ministère des Affaires étrangères et l’armée. Cependant, l’armée, qui avait perdu beaucoup de poids dans les mécanismes décisionnels au début des années 2000, s’est éclipsée davantage après la tentative de coup d’État de 2016. Le déclin du ministère des Affaires étrangères, lui, est moins évoqué dans les analyses par rapport à celui des militaires, mais il est peut-être plus raide.

Les changements des règlements intérieurs au Ministère ont réduit son autonomie institutionnelle dans les recrutements et les promotions. Plusieurs membres ou proches de l’AKP n’ayant ni carrière ni expérience diplomatique sont nommés ambassadeurs, y compris dans des pays importants comme la Chine, l’Autriche, le Koweït ou la Malaisie. La haute bureaucratie diplomatique est écartée du processus d’élaboration de la politique étrangère. L’appareil diplomatique est ainsi réduit à un secrétariat de correspondance diplomatique : les déclarations sur les affaires étrangères viennent surtout d’Erdoğan lui-même. Le ministre des Affaires étrangères garde un profil bas sur son domaine de compétence, et fréquemment son rôle est partagé avec des personnages comme İbrahim Kalın, le porte-parole de la présidence, le ministre de la Défense, voire Fahrettin Altun, interlocuteur avec les médias et responsable de la communication au nom de la présidence.

Parallèlement à ces processus de rétrogradation des deux institutions, on observe la concentration du pouvoir dans les mains d’Erdoğan, devenu tout-puissant dans l’État. La nouvelle architecture constitutionnelle issue du référendum de 2017 renforce la centralisation des pouvoirs dans les mains de la présidence, sans garantir une séparation saine et réelle des pouvoirs entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire16. Entre temps, la plupart de personnages importants du parti, ayant joué des rôles essentiels lors de la fondation et des premiers mandats du gouvernement de l’AKP, soit sont écartés soit ont pris la retraite politique17. Dans ce cadre national et dans l’atmosphère régionale produite par les printemps arabes, le Président turc rompt avec la politique traditionnelle turque de neutralité dans les litiges entre pays arabes, en commençant à soutenir les groupes et les partis religieux proches des Frères musulmans.

Cependant, le changement des rapports de forces intérieurs conduit le Président à modifier sa politique intérieure et étrangère18. La pérennité du gouvernement d’Erdoğan repose, depuis les élections de 2015, sur le soutien du parti d’extrême-droite nationaliste MHP (Parti de l’Action nationaliste). Les répercussions de ce remaniement des rapports de force au niveau national se manifestent sur la façon qu’a le gouvernement de traiter la question kurde ainsi que sur sa politique concernant les zones kurdes d’Irak et de Syrie19. La coalition entre l’AKP et le MHP devient structurelle après la tentative de coup d’État de 2016, et lors des élections présidentielles de 2018.

Mais c’est le revers de l’AKP aux élections municipales de 2019 qui agit véritablement comme un coup de semonde pour le président Erdoğan qui avait pesé de tout son poids dans la campagne. En dépit des ressources étatiques mobilisées par le gouvernement, l’alliance de l’opposition arrache les villes principales du pays (Istanbul, Ankara, Antalya, Adana, Mersin, et une dizaine d’autres) à l’AKP et au MHP. L’AKP perd alors la base des mécanismes des relations clientélistes après 25 ans. Cette défaite est le fruit d’une coalition des partis d’opposition, CHP (centriste-laïc) et İYİ Parti (centre droite-conservateur-nationaliste) soutenue de façon informelle mais explicite par le HDP (alliance du mouvement pro-kurde et de la gauche)20.

On peut penser que l’enjeu des prochaines élections (prévues en 2023) pour le Président turc dépasse le cadre du jeu d’alternance démocratique. Les rangs de l’AKP redoutent une campagne de règlement de comptes, voire une vendetta en cas d’une perte du pouvoir. D’autant plus que certains milieux d’opposition évoquent des poursuites judiciaires pour corruption, abus de pouvoir, même pour haute trahison, y compris contre le Président Erdoğan. Bien qu’il soit impossible de prévoir jusqu’où iront les confrontations en cas de défaite électorale, il paraît difficile pour Erdoğan de concevoir un retour au pouvoir a posteriori, et les élections se présentent comme une épreuve où le Président turc jouera son va-tout.

Sachant que l’AKP reste le premier parti de Turquie et qu’Erdoğan conserve un soutien populaire important, une éventuelle défaite de l’actuel Président aux élections dépendrait d’une union massive de l’opposition derrière un candidat commun. Le talon d’Achille d’un projet de coalition anti-AKP réside dans les divergences entre les groupes nationalistes et les groupes kurde et de gauche. Ainsi, le gouvernement cherche à déstabiliser le bloc d’opposition, à remonter son soutien populaire à travers un discours et une politique étrangère nationalistes afin d’augmenter ses chances pour gagner les futures élections. En effet, dans un contexte national très polarisé, tendu et souffrant de la crise économique, la politique étrangère apparaît au Président comme le dernier domaine dans lequel il dispose d’une marge de manœuvre.

La promotion du nationalisme dans la politique étrangère

Les modifications des rapports de force nationaux entraînent Erdoğan à remanier sa posture politique. Pendant longtemps, à travers une représentation manichéenne du monde, les discours d’Erdoğan reflétaient des revendications d’« empire à vocation universelle » en Orient contre un Empire occidental déstabilisateur. Erdoğan reproduit les schèmes des structures familiales pour représenter une société où il cherche un statut de père-président comme garant de la sécurité du pays et de l’espace musulman et de l’oumma. Après les printemps arabes, il met de plus en plus l’accent sur l’oumma. Cette orientation idéologique diverge légèrement par son style de celle des mouvements islamiques conservateurs turcs marqués par une sorte de nationalisme néo-ottomaniste selon lequel la Turquie devrait guider ou inspirer l’oumma islamiyya21.

Toutefois, en raison de la dégradation de l’assise de son pouvoir à partir de 2015, mais aussi du changement du contexte régional notamment en matière de sécurité, Erdoğan adopte une rhétorique nationaliste selon laquelle la Turquie conduirait une nouvelle guerre d’indépendance face à un front international impérialiste et ses auxiliaires régionaux. Ce faisant, il cherche, d’un côté, à s’assurer le soutien des milieux nationalistes et/ou eurosceptiques et, de l’autre, à imputer les crises économiques et politiques aux ingérences étrangères. Désormais, les allocutions du Président ponctuent davantage les menaces qui visent le pays, la nation turque et la patrie que celles qui visent l’oumma.

Le gouvernement et son intelligentsia continuent à désigner l’Occident, et notamment l’Union européenne, comme des entités idéalisées à tort. Les médias proches du gouvernement scandent des nouvelles sur les problèmes ou les dysfonctionnements économiques, sanitaires et politiques dans l’UE. Ce dénigrement de l’Occident et de l’Union européenne se fait davantage en mettant en exergue son inimitié réelle ou supposée à l’égard de la Turquie, à l’image des années ayant suivi la Première Guerre mondiale.

C’est ainsi que la campagne d’aide au début de la pandémie paraît vraisemblablement viser d’abord l’opinion publique turque que celle des pays occidentaux. Il ne semble pas réaliste de penser, comme certains commentateurs le voient, que le gouvernement aspire à travers cette campagne de résoudre ses différends avec les gouvernements occidentaux pour trouver une voie de sortie à l’isolement diplomatique du pays et pour trouver des solutions financières à la crise. Il est en effet plus plausible de penser qu’il cherche à transmettre le message à l’opinion turque et moyen-orientale que la Turquie est dans une situation plus enviable que les pays occidentaux. De même, l’objectif serait de façonner l’image selon laquelle la politique étrangère turque est élaborée sur des bases éthiques et des valeurs humanistes, dont la générosité. Ainsi, on dessine une représentation négative de l’Occident qui est d’habitude envié dans l’opinion publique en insinuant que cette envie est injustifiée.

Cette manœuvre du gouvernement semble réussir à canaliser une partie des protestations vers les acteurs externes. Certains milieux qui ont critiqué la position du gouvernement après les printemps arabes s’alignent désormais sur la politique étrangère nationaliste du gouvernement en Syrie ou en Méditerranée orientale22. En outre, une frange importante de l’opinion publique qui blâme la politique étrangère du gouvernement s’accorde sur les reproches que celui-ci adresse aux États étrangers, notamment occidentaux. Lorsque par exemple, le gouvernement est vilipendé pour sa responsabilité dans l’afflux migratoire depuis la Syrie, la conduite des pays européens à ce propos est également dénigrée. L’opinion publique en Turquie s’indigne, par exemple, quand le Conseil des affaires étrangères de l’Union, réuni en mars 202023 au moment de la crise à Idlib, ne se focalise que sur la frontière turco-gréco-bulgare, sans s’efforcer de définir une politique concrète pour résoudre la crise humanitaire à sa source, soit Idlib même. C’est alors que le jeu d’Ankara d’ouverture et de fermeture (mais plutôt d’ouverture) des frontières trouve son approbation au sein de la population qui fondamentalement n’a jamais approuvé la politique d’accueil des réfugiés décidée par Erdoğan.

Les passes d’armes entre dirigeants turcs et européens sur les dossiers relatifs à la Syrie ou la Libye renforcent l’euroscepticisme (qui confine parfois à l’hostilité envers l’Occident) en Turquie, ce qui est habilement instrumentalisé par le gouvernement turc. De fait, on assiste à une dialectique entre les antagonistes en Turquie et en Europe ; les deux cotés exploitent les tensions à des fins de politique intérieure, et on pourrait penser avec Patrick Wintour, l’éditeur diplomatique de The Guardian, que les dirigeants européens ont, eux aussi, intérêt à entretenir la dispute avec Erdoğan, notamment afin faire face à la montée des partis populistes et de droite dans leur pays24. Erdoğan, lui, exploite les politiques de deux poids, deux mesures des pays occidentaux non seulement envers des pays moyen-orientaux comme l’Arabie saoudite, les EAU ou Israël, mais aussi envers les politiques de certains pays occidentaux. D’ailleurs, il ne parait pas normal dans l’esprit de l’opinion publique turque que « l’Occident impérialiste » qui intervient partout dans le monde, et en l’occurrence en Syrie et en Libye, reproche à la Turquie son interventionnisme.

Dans le même cadre et conformément à la nouvelle rhétorique, le Président Erdoğan renoue avec les causes nationales traditionnelles qui entrainent mécaniquement le soutien des sphères nationalistes opposées qui lui étaient opposées auparavant. Les enjeux nationaux traditionnels (comme Chypre, la mer Égée ou la question kurde) retrouvent leur centralité dans la politique étrangère. Dans un climat où les frontières idéologiques entre « kémalistes », « conservateurs », « modernistes » ou « laïcs » deviennent floues, le nationalisme, l’euroscepticisme et les ambitions expansionnistes apparaissent comme les éléments les plus adéquats pour comprendre le soutien au gouvernement d’Erdoğan.

Il faut dire que le gouvernement turc a été habile à recalibrer sa position en Syrie et en Libye à la nouvelle rhétorique. La question de « soutien à la démocratie » dans le contexte des printemps arabes dans d’autres pays de la région semble désormais oubliée et remplacée par des considérations plus sécuritaires auxquelles la Turquie doit supposément faire face. Si le gouvernement était accusé par l’opposition d’entraîner le pays dans ces deux conflits pour des motifs n’ayant rien à voir avec la défense de la patrie mais pour « protéger les islamistes », aujourd’hui les enjeux de ces engagements extérieurs sont lus à travers un prisme nationaliste. Le risque d’émergence d’une région autonome kurde en Syrie offre au pouvoir une meilleure chance d’obtenir le soutien des rangs nationalistes dans le pays. Cependant, la situation en Syrie ne permet pas à l’heure actuelle de prendre des nouvelles initiatives. En revanche, comme nous allons le voir, les enjeux en Méditerranée orientale captent en 2020 l’attention du gouvernement en matière de politique étrangère.

La Méditerranée orientale : nouvel champ de confrontation depuis 2019

Rappelons que les États turc et grec sont en désaccord depuis longtemps à cause de la délimitation du plateau continental et de la mer territoriale. La mer Égée est parsemée d’îles, d’îlots et de rochers qui compliquent le règlement de la dispute. L’apparition de différends portant sur la souveraineté de certaines îles ne fait que complexifier le problème. La proximité des îles grecques habitées par rapport à la côte turque constitue une source de nombreuses difficultés lorsqu’il s’agit de délimiter la mer territoriale respective des deux pays. Les deux États ont porté à l’heure actuelle leur mer territoriale à six milles nautiques dans la mer Égée. Mais Athènes cherche depuis longtemps à l’augmenter à 12 milles en défendant le principe de l’équidistance, et entend l’appliquer strictement aux îles. Ankara, elle, rejette une telle application, en arguant la situation géographique particulière de cette zone et propose résoudre la question avec le principe de l’équité25. À plusieurs reprises (en 1976, 1984, 1987 et 1996), les deux pays ont frôlé la guerre en raison de ces différends. Face aux déclarations -et à la décision parlementaire- d’augmenter la mer territoriale de la Grèce, le parlement turc déclare en 1995 qu’il considérerait comme un casus belli automatique une extension des eaux territoriales grecques de 6 à 12 milles.

Cependant, la question de la délimitation maritime dépasse le contexte gréco-turc et s’est élargie ces dernières années à la Méditerranée orientale. La situation prend une tournure de crise plus grave avec l’apparition d’autres litiges impliquant d’autres acteurs en Méditerranée. Ainsi s’entremêlent chaotiquement les rivalités qui se poursuivent sur les théâtres de guerre syrienne et libyenne, celles qui sont apparues avec les découvertes de champs gaziers, les disputes surgies à la suite des printemps arabes, ou encore des querelles anciennes comme la question chypriote ou les problèmes des frontières maritimes d’Israël. Par ailleurs, des pays comme la France, les EAU et l’Arabie saoudite se positionnent sur l’échiquier.

Le tableau antagonique commence à se dessiner au début des années 2000, avec l’accord sur les Zones Économiques Exclusives (ZEE) entre la République de Chypre (RdC) et l’Égypte en 200326. Cet accord suscite l’objection de la Turquie, principalement sur la partie occidentale de la ligne dessinée par l’accord. Mais la réaction d’Ankara reste mesurée. La RdC promulgue en 2004 une loi sur la ZEE fixant ses délimitations extérieures27, puis conclut des accords avec le Liban en 2007 et avec Israël en 2010. Encore une fois, les contestations d’Ankara restent relativement modérées. Selon la Turquie, la délimitation de cette zone doit se faire par des accords entre les États concernés de la région. De surcroît, Ankara refuse la monopolisation de la représentation de l’île par Nicosie, partie reconnue internationalement, qui ignore les droits de la partie du nord, la République turque de Chypre-Nord (RTCN). La question de la RTCN, reconnue uniquement par la Turquie, devient encore plus épineuse après le rejet du plan de réunification proposé par les Nations unies voté par les Chypriotes grecs lors du référendum du 24 avril 2004, et après l’adhésion de la partie grecque de l’île à l’Union européenne le 1 mai 2004.

Les démarches pour fixer les ZEE de certains pays se sont multipliés après la découverte de champs gaziers en Méditerranée orientale en 200928. Israël, la RdC et l’Égypte notamment développent des stratégies pour profiter de cette richesse. Plusieurs compagnies pétrolières, au rang desquelles ENI (italienne) et Total (française) mais aussi, ExxonMobil et Noble Energy (nord-américaines) entrent en jeu. Nicosie, le Caire et Tel Aviv concluent en décembre 2018 un accord pour construire le plus long gazoduc sous-marin du monde (plus de 2000 km) baptisé EastMed, pour acheminer ce gaz vers les marchés européens via la Crète.

L’État turc, non sans lien avec sa politique moyen-orientale depuis les années 2010, se voit de plus en plus écarté des projets et des démarches concernant la Méditerranée orientale. Pourtant, l’un des premiers plans pour l’acheminement du gaz vers les marchés était le gazoduc Israël-Turquie qui consistait à connecter le champ baptisé « Léviathan » au port de Ceyhan en Turquie et qui aurait dû ensuite confluer dans les marchés européens via le réseau existant. Bien que le coût de ce projet soit moindre que EastMed (dont l’estimation s’élève à environ 6-8 Md€), plus personne ne l’évoque aujourd’hui.

En janvier 2019, les ministres de l’énergie égyptien, jordanien, palestinien, israélien, chypriote (RdC), grec et italien annoncent la création du Forum du gaz de la Méditerranée orientale (EastMed Gas Forum ou EMGF). La France demande officiellement à le rejoindre, et les États-Unis sollicitent le statut d’« observateurs permanents ». Se trouvant exclue, Ankara perçoit cette démarche comme une formation malintentionné à son égard, voire hostile. Ce sentiment est entretenu par les multiples accords de coopération militaire et sécuritaire, notamment entre l’Égypte, la Grèce, la République de Chypre et Israël qui ont entre-temps vu le jour.

L’État turc adopte à son tour une doctrine militaro-stratégique maritime baptisée « Mavi Vatan » (Patrie Bleue), dont les architectes sont des officiers de la marine, distants des cercles idéologiques du gouvernement, voire connus pour leurs tendances nationalistes-laïques, mais qui demeurent méfiants vis-à-vis des pays occidentaux29. La conception de cette doctrine date de 2005-2006, mais son adoption officielle par le gouvernement d’Erdoğan survient après 2016. Ainsi, le Président turc se rallie à une doctrine conçue par des cercles idéologiquement opposés à lui, dont une partie a été la cible des poursuites judiciaires entreprises entre 2008-2014 et emprisonnés avant d’être libérés en 201430. Il s’agit d’un revirement tant idéologique que stratégique qui ne peut se comprendre qu’en ayant à l’esprit l’évolution du contexte sécuritaire au Moyen Orient qui a aussi eu un impact sur les alignements en politique intérieure.

La doctrine « Patrie Bleue » est présentée par les médias turcs comme une riposte à la nouvelle tentative des puissances occidentales d’imposer la « version maritime du Traité de Sèvres ». C’est ainsi que les instances étatiques présentent la Carte de Séville pour exposer l’agressivité de la « menace impérialiste ».

La Carte de Séville, dressée par l’Université du même nom en 2004 pour être présentée à la Commission européenne, n’a aucune valeur officielle ni juridique pour l’UE. Les États-Unis déclarent également qu’elle n’a pas de valeur légale. Elle est pourtant souvent citée dans les documents utilisés par des instances de l’Union européenne comme base des revendications grecques31. Ces dernières années, elle est devenue un instrument de pression et de communication pour Athènes qui profite de l’isolement actuel d’Ankara. De même, l’étude technique du projet d’EastMed dont l’itinéraire s’aligne sur l’idée de la Carte de Séville est financée depuis 2015 par l’Union européenne32. Les responsables turcs critiquent les instances de UE de ne pas faire de déclarations explicites et officielles sur la nullité de la Carte.

La Carte de Séville accorde des délimitations maximales pour la Grèce et Chypre, au détriment de la Turquie, en attribuant les pleins droits maritimes et côtiers à toutes les îles grecques (habitées ou inhabitées), ce sans considérer ni leur taille ni leur proximité à la Turquie33. Selon cette Carte, la Grèce pourrait étendre ses ZEE plusieurs centaines de kilomètres grâce à Kastellórizo, la plus orientale des îles grecques située à deux kilomètres des côtes turques, qui compte une population d’à peine quelques centaines habitants sur une superficie de 9 km2. De cette manière, les ZEE de la Grèce et de la République de Chypre seraient contiguës. La Turquie verrait sa ZEE résuite de plusieurs dizaines de milliers de km2 et aurait une juridiction maritime en Méditerranée orientale uniquement autour du golfe d’Antalya.

La Turquie, qui accuse la Grèce et les pays qui la soutiennent de vouloir l’enfermer, construit sa stratégie offensive sur trois volets. En premier, elle élabore sa propre carte des ZEE, aussi maximaliste que la Carte de Séville qui prive des zones maritimes non seulement des petites îles grecques mais aussi l’île de Crête, dont la population est pourtant importante et la superficie considérable. La ZEE de Chypre se trouve aussi extrêmement réduite. La différence de superficie de la ZEE de la Turquie entre les deux cartes est d’à peu près 100 000 km2. Sa version originale a été conçue par l’amiral Cihat Yaycı au début des années 201034, et s’inscrit dans la perspective de la doctrine « Patrie Bleue ». Après quelques remaniements, cette carte devient un document officiel de l’État turc, en vue de constituer la base de ses revendications maritimes. Celle-ci est déposée auprès des Nations unies le 18 mars 2020 pour établir une base juridique.

Deuxièmement, le gouvernement turc cherche à conclure des accords de délimitation maritime avec les autres pays afin de renforcer des cadres juridiques et judiciaires pour consolider les ZEE qu’il revendique. Le problème est que l’isolement diplomatique du pays n’offre guère d’options pour Ankara qui conclut un accord de délimitation maritime avec la RTCN en 2011. Pourtant, celui-ci ne crée aucun effet concret en raison de la non-reconnaissance internationale de la RTCN. La signature de deux accords fin novembre 2019 entre Ankara et le Gouvernement d’Union Nationale de Libye (GNA), basé à Tripoli et reconnu par l’ONU35 créent des remous. Le premier consiste en des coopérations militaires et sécuritaires entre les deux pays. Cet accord arrive à un moment où la capitale libyenne subit le siège de l’armée nationale libyenne (LNA) dirigée par Khalifa Haftar. Ce dernier, appuyé par des pays arabes comme l’Égypte, les EAU, l’Arabie saoudite, mais aussi la France et la Russie, table sur une victoire rapide après son offensive de 201936. Mais le soutien du gouvernement turc au GNA prend une nouvelle tournure avec l’implication active et militaire de la Turquie au début 2020, et change la donne avec le succès des forces du GNA en quelques mois.

Le deuxième accord consiste à délimiter les ZEE des deux pays qui deviennent contiguës. Sa signature provoque des protestations furieuses de la part de la Grèce, de la RdC et de la France. Il est jugé nul et non avenu par plusieurs pays et l’UE. Cet accord qui vise à redessiner les dynamiques maritimes en Méditerranée orientale, pousse à précipiter la signature de l’accord gazier validant le projet EastMed, effectuée en janvier 202037. Mais cette réaction hâtive soutenant un projet compliqué peut devenir davantage une réussite du gouvernement turc que de ses adversaires. Dans la foulée, en riposte à l’accord turco-libyen, la Grèce et l’Égypte concluent en août 2020 un accord similaire ; c’est alors au tout d’Ankara de déclarer que ces deux pays « ne partagent aucune frontière maritime et que cet accord est nul et non avenu »38. Concernant les deux accords, David Satterfield, ambassadeur des États-Unis en Tuquie, affirme qu’« aucune carte ni déclaration unilatérale impactant les droits d’une partie tierce n’est valable dans le cadre d’un règlement d’une dispute maritime »39.

Par ailleurs, des interrogations surgissent sur la viabilité des projets, EastMed au premier chef. En effet, l’ampleur des richesses en hydrocarbures est assez spéculative pour entrainer les entreprises et plusieurs pays occidentaux et régionaux dans un affrontement coûteux. Le volume total du gaz découvert entre 2009 et 2019 est environ 2,5 trillions m3 (tmc), un peu en-deçà de l’Azerbaïdjan (2,8 tmc), moins de la moitié de celui de l’Algérie, mais extrêmement plus limité par rapport à celui de la Russie (38 tmc), de l’Iran (32 tmc) ou du Qatar (25 tmc)40. Le service géologique des États-Unis (US Geological Survey) estime les réserves de gaz récupérables dans le bassin du Levant à environ 3,5 tmc41.

Les problèmes juridiques et politiques peuvent retarder les projets ou décourager les partenaires. L’accord avec la Libye, bien qu’il soit considéré comme illégal par les pays européens et par les partenaires du projet, peut ralentir la réalisation d’EastMed, par le fait qu’il peut permettre à Ankara de faire valoir certaines entraves juridiques à l’exploitation du gazoduc. Du reste, Israël, le Liban et la Syrie n’ont signé́ aucun accord de délimitation de leurs frontières maritimes respectives avec des pays adjacents et opposés, ce qui reste un problème. La question est de savoir si EastMed pourra assurer un financement de construction si élevé avec autant des complications politiques, juridiques et sécuritaires. L’Italie s’éloigne déjà du projet42.

Enfin, dans le troisième volet de sa stratégie, le gouvernement turc intensifie ses activités militaires et d’exploration pour démontrer sa capacité d’intervention. En 2011, la Turquie et la RTCN signent un accord garantissant des droits sur le forage off-shore de gaz et de pétrole sur les ZEE revendiquées par la RTCN alors que l’État turc refuse que la République de Chypre s’arroge les richesses gazières avant le règlement de la division de l’île. D’un côté, Ankara développe sa capacité technique en acquérant trois navires de forage et de recherche sismique, et, de l’autre, elle intensifie sa présence militaire en Méditerranée orientale. En 2016, l’armée turque lance les plus grandes manœuvres de l’histoire navale, baptisées « Mavi Vatan », qui sont devenues depuis un exercice annuel planifié dans les trois mers entourant le pays.

Depuis 2018, les actions réciproques et la tension montent d’un cran. Les vaisseaux de guerre turcs commencent à contraindre les navires de forage et d’exploration de diverses entreprises qui opèrent au Sud de Chypre, dans le cadre des contrats signés par la République de Chypre, dans certaines zones controversées entre la Turquie et Chypre. En 2019, la Turquie commence à envoyer des navires de forage et de recherche d’hydrocarbures sous-marins escortés et protégés par la Marine turque dans les eaux situées entre Crête et Chypre, en dépit des condamnations des pays occidentaux et des menaces de sanctions européennes. L’été 2020 est aussi marquée par les affrontements NAVTEX (système d’information maritime automatique) entre la Grèce et la Turquie. La tension s’aggrave à la fin d’août, lorsque les deux pays effectuent des manœuvres militaires rivales.

Conclusion

Le gouvernement turc changera-t-il sa position, pourra-t-il résister face aux pressions massives venant non seulement du front occidental, mais également oriental ? Des pays comme la France brandissent la menace de sanctions ; les EAU, l’Arabie saoudite et le Maroc soumettent la Turquie à un embargo commercial ; le poids économique de deux guerres, en Syrie et en Libye, est lourd à supporter. La réponse réside dans le jeu des différents acteurs, en premier – peut-être – d’Erdoğan. En effet, les intérêts derrière les confrontations sont différents, et ils entraînent des investissements et des prises de risque des acteurs très hétérogènes.

Si les politiques du Président Erdoğan sont marquées par des éléments idéologiques, l’enjeu essentiel pour lui semble être la préservation du pouvoir gouvernemental. On a vu que ses stratégies en politique étrangère manifestent des oscillations entre manœuvres pragmatiques et positionnements idéologiques au gré des rapports de force et des circonstances. En dépit de commentaires ubuesques sur l’autoritarisme d’Erdoğan, le régime électoral fonctionne toujours dans le pays tant bien que mal, malgré des pratiques fortement antidémocratiques. Nous avons déjà souligné que les prochaines élections, prévues en 2023, se présentent pour l’actuel président comme un tout-ou-rien.

Dans une situation inconfortable, il a besoin de victoires ou de nouvelles dynamiques afin de restaurer sa position avant les élections. C’est dans ce cadre qu’il opte pour les politiques nationalistes classiques qui ont été longtemps l’apanage de l’aile nationaliste et occidentalo-sceptique de la haute bureaucratie militaire et diplomatique, avant qu’elle soit limogée par le gouvernement. Il faut dire que l’évolution décevante au Moyen-Orient, pour le gouvernement turc, n’a pas vraiment laissé d’espace de manœuvre. Si la polarisation internationale entraîne un isolement de la Turquie, elle nourrit parallèlement le scepticisme contre l’Occident et le monde arabe, ce qui crédibilise le discours du Président Erdoğan.

Par ailleurs, l’un des points forts du Président est sa capacité à mobiliser les ressources politico-étatiques et l’opinion publique lors des crispations internationales. À la recherche de sa victoire, il a tendance à camper sur la ligne dure et semble prêt à miser plus haut que ses adversaires : cette posture ferme ne doit pas être interprétée comme un aventurisme aveugle guerrier. La politique conduite en Méditerranée orientale, par son exagération, est à entendre plus comme une poursuite d’une position de négociation ; d’autant plus que l’attitude rivale, elle-même hyperbolique, n’est pas tenable.

L’État turc dispose également d’autres instruments majeurs. Avant tout, la question migratoire, qui provoque déjà des désaccords au sein de l’Union européenne, présente des enjeux tout aussi importants que les frontières des ZEE, voire plus importants pour plusieurs pays européens, d’autant plus qu’elle ne cessera pas avec la fin de la guerre en Syrie. Ensuite, la réussite militaire en Libye promeut le gouvernement de Tripoli et son allié turc dans les négociations. La stabilité de la Libye occidentale est aussi déterminante pour la question de l’immigration illégale.

Enfin, l’une des manœuvres, tout autant possibles que tragiques, qui peuvent produire des conséquences politiques et sociales imprévisibles, c’est la rupture structurelle des rapports entre la Turquie et l’UE, même si ce sujet peut paraître maintenant comme une comédie insensée.

  1. Cook, Steven A., « Syria Is Turkey’s Problem, Not America’s », Foreign Policy, 6 mars 2020, https://foreignpolicy.com/2020/03/06/syria-turkey-us-problem-idlib-crisis/ []
  2. İbrahim Kalın, nommé en 2009 conseiller diplomatique principal du premier ministre Erdoğan, devient en 2014 le porte-parole de la Présidence turque, avec l’élection de ce dernier à la présidence. Depuis 2018, il occupe aussi les fonctions de vice-président du Conseil de sécurité et de politique étrangère de la Présidence turque et de conseiller principal du Président de la Turquie. []
  3. La formule de Kalın renvoie à l’expression de « splendide isolement » (splendid isolation) utilisée pour désigner la position britannique consistant à se tenir à l’écart des affaires européennes à la fin du XIXe siècle. []
  4. La situation semble toutefois bouger, en témoignent les déclarations politiques récentes []
  5. Expression utilisée par Stephen Kinzer pour faire référence à la situation en Turquie au début des années 2000, reprise souvent dans les médias occidentaux de l’époque. Kinzer, Stephen, Crescent and Star: Turkey Between Two Worlds, New York, Macmillan, 2001. []
  6. « Dışişleri Bakanı Çavuşoğlu: Türkiye 125 ülkenin yardım talebini karşıladı », Agence Anadolu, 09 Juin 2020, www.aa.com.tr/tr/politika/disisleri-bakani-cavusoglu-turkiye-125-ulkenin-yardim-talebini-karsiladi/1870453. []
  7. Perrin, Natacha, « Turquie : la politique de « zéro problème avec les voisins » à l’ère du Covid-19 », Le Journal International, 30 Avril 2020, www.lejournalinternational.info/turquie-la-politique-de-zero-probleme-avec-les-voisins-a-lere-du-covid-19/. []
  8. Duran, Burhannettin, « Salgında Hangi Ülke Neden Yardım Ediyor? », SETA, 04 avril 2020, www.setav.org/salginda-hangi-ulke-neden-yardim-ediyor/ ; Kızılay, Şeyma, « Pandemi Sürecinde Türkiye’nin Dış Yardımları », Uluslararası Politika Akademisi, 18 mai 2020, http://politikaakademisi.org/2020/05/18/pandemi-surecinde-turkiyenin-dis-yardimlari/. []
  9. Nacho Sanchez Amor, le rapporteur pour la Turquie au Parlement européen, remercie l’État turc pour les aides apportées et affirme que la campagne a été une opération politiquement vertueuse par ses effets positifs sur l’image de la Turquie au niveau international www.haberler.com/avrupa-parlamentosu-ndan-turkiye-ye-pandemi-13360051-haberi/. Le ministre bulgare de la Défense, Krasimir Donchev Karakachanov, a lui aussi remercié la Turquie pour son aide pendant la pandémie de coronavirus tout en critiquant l’Union européenne pour son manque de soutien www.redaction.media/articles/coronavirus-turquie-se-mobilise-solidarite-nationale-internationale/. []
  10. Keridis, Dimitris « Containing Turkey », Ekathimerini, 27 aout 2020; « Recep Tayyip Erdoğan, le sultan pyromane », Le Monde, 26 octobre 2020 ; www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/26/recep-tayyip-Erdoğan-le-sultan-pyromane_6057395_3232.html ; Pierini, Marc (Ancien ambassadeur de l’UE en Turquie), « L’UE doit convaincre la Turquie des conséquences désastreuses d’une tactique de disruption permanente », Le Monde, 22 septembre 2020 ; www.lemonde.fr/idees/article/2020/09/22/l-ue-doit-convaincre-ankara-des-consequences-desastreuses-d-une-tactique-de-disruption-permanente_6053109_3232.html. []
  11. Les relations turco-israéliennes se dégradent avec l’amélioration des rapports entre la Turquie et les pays moyen-orientaux à partir de 1999, donc avant l’arrivée au pouvoir de l’AKP. L’incident tragique qui vit les forces israéliennes donner l’assaut, le 31 mai 2010, dans les eaux internationales, à une flottille affrétée par une ONG islamique turque à destination de Gaza ne fait que s’ajouter à une série de crises de plus en plus fréquentes entre Ankara et Tel Aviv. []
  12. Lauria, Joe, « Reclusive Turkish Imam Criticizes Gaza Flotilla », The Wall Street Journal, 4 Juin 2010 ; « Başbakan Erdoğan : “Pensilvanya’nin medyasi Hopa’daki saldırıya sahip çıktı” », Milliyet, 16 juillet 2014. []
  13. Le geste connu sous le nom de « R4bia » (Rabia) qui signifie quatre ou quatrième en arabe, occupe une place importante dans l’espace public, non seulement en Égypte mais aussi dans d’autres pays arabes et musulmans. Il est devenu aussi le signe de ralliement des partisans des Frères musulmans. []
  14. Opérations policières révélant une série de scandales politico-financiers impliquant les dirigeants de l’AKP. Une importante vague d’arrestations frappe, le 17 décembre, des cercles proches de l’AKP, dont les membres des familles des ministres et les hommes d’affaires proches du gouvernement. Parallèlement, plusieurs enregistrements d’appels téléphoniques issus des mis sur écoute des milliers de personnes, dont Recep Tayyip Erdoğan, sont également publiés sur Internet, mettant personnellement en cause le Premier ministre dans le scandale de corruption qui éclabousse son régime. Les conversations de Recep Tayyip Erdoğan, du ministre de l’Intérieur et du chef des services secrets turcs auraient été illégalement enregistrées depuis 2011. []
  15. « Darbe girişiminde BAE parmağı », Yeni Şafak, 30 Juillet 2016, www.yenisafak.com/dunya/darbe-girisiminde-bae-parmagi-2501887 ; « Flaş iddia… 15 Temmuz darbe teşebbüsünün finansörü BAE mi? », Sözcü, 30 juillet 2016, www.sozcu.com.tr/2016/dunya/flas-iddia-15-temmuz-darbe-tesebbusunun-finansoru-bae-mi-1334472/ ; « Turkey adds former Palestinian politician Dahlan to most wanted list », The Guardian, 13 Décembre 2019, www.theguardian.pe.ca/news/world/turkey-adds-former-palestinian-politician-dahlan-to-most-wanted-list-387797/. []
  16. Commission européenne, « Principales conclusions du rapport 2020 sur la Turquie », 6 octobre 2020, https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/country_20_1791. []
  17. Parmi plusieurs personnages, on peut citer comme exemple: Abdullah Gül, Abdüllatif Şener, Bülent Arınç, Hüseyin Çelik, Beşir Atalay, Cemil Çiçek. []
  18. Le Président et son parti perdent continuellement leur soutien électoral : le premier grand signal arrive aux élections de juin 2015, lorsque l’AKP perd sa majorité parlementaire absolue pour la première fois depuis 2002. Toutefois, l’échec des partis de l’opposition à former un gouvernement de coalition entraine l’organisation d’élections anticipées le 1er novembre 2015. Après cinq mois pendant lesquels la Turquie est prise dans une spirale de violence, l’AKP obtient à nouveau la majorité́ absolue au Parlement. []
  19. Après trois ans de non-action, l’armée turque entreprend des opérations militaires contre les forces du PKK en Irak en 2015. Puis, en 2016, elle effectue l’opération « Bouclier de l’Euphrate » en Syrie. Dans la même foulée, le gouvernement turc place le PYD (Parti de l’Union démocratique) sur sa liste des groupes terroristes. Pour une analyse sur les motivations de la politique du gouvernement turc et sur les dynamiques de la guerre syrienne, voir : Kaya, Uğur, « Alliés, stratégies et objectifs de la Turquie dans le conflit syrien », Orients Stratégiques, no. 9, 2019, pp. 105-120. []
  20. La direction du HDP, sans présenter de candidats ni à Istanbul ni à Ankara, a encouragé son électorat à voter en faveur du candidat unique de l‘opposition, une alliance entre le CHP et le IYI parti. []
  21. Yavuz, Hakan, « Millî Görüş Hareketi: Muhalif ve Modernist Gelenek », in T. Bora & M. Gültekingil (dir.), Modern Türkiye’de Sîyasî Düşünce: İslamcılık, İletişim Yay., Istanbul, 2005, pp. 591-603 ; Çalış, Şaban H., « Uluslararası İlişkilerin Dini Politiği », in T. Bora & M. Gültekingil (dir.), Modern Türkiye’de Sîyasî Düşünce: İslamcılık, İletişim Yay., Istanbul, 2005, pp. 887-903. []
  22. Par exemple, Engin Altay, député du CHP et le chef du groupe parlementaire de son parti, affirme : « Je m’adresse à Erdoğan. Ne fais pas des compromis ; nous serons derrière toi. Tu dois rester debout [face aux États-Unis], si les États-Unis nous demandent d’abandonner nos droits et intérêts à la Méditerranée orientale » (« CHP’li Altay’dan ABD’ye : Sen karışma », BirGün, 11 fevrier 202. []
  23. European Council Council of the European Union – Press release, Statement of the Foreign Affairs Council, 6 mars 2020, www.consilium.europa.eu/en/press/press-releases/2020/03/06/statement-of-the-foreign-affairs-council-on-syria-and-turkey/. []
  24. Wintour, Patrick, « France Recalls Ambassador to Turkey after Erdoğan Questions Macron’s Mental state », The Guardian, 25 octobre 2020, www.theguardian.com/world/2020/oct/25/france-recalls-ambassador-to-turkey-after-Erdoğan-questions-macrons-mental-state. []
  25. Eaux Territoriales En Méditerranée te en mer Noire, Étude faite par la Direction Générale des Politiques Internes – Département thématique B : politiques structurelles et de cohésion, 2009, p.98. []
  26. L’accord recourait à une ligne médiane à huit points, dont les points 1 et 8 pouvaient être révisés lors de futures délimitations de la ZEE avec d’autres États voisins. []
  27. La loi de 2004 précise que, lorsque sa ZEE « chevauchera celle d’un autre État dont les côtes sont opposées à celles de la République de Chypre, la délimitation entre ces deux zones sera réalisée sous la forme d’un accord ». []
  28. En fait, l’histoire du gaz de la Méditerranée orientale commence avec les champs de Noa en 1999 et Mari-b en 2000 par Israël. Mais ces premières trouvailles furent modestes. []
  29. Pour un entretien avec l’un des idéologues de cette doctrine, Cem Gürdeniz (amiral en retraite de la marine turque), voir : Caillaud, Matthieu « Qu’est-ce que la « patrie bleue » ? Une conversation avec l’idéologue de la doctrine géopolitique turque », Le Grand Continent, 26 octobre 2020, legrandcontinent.eu/fr/2020/10/26/cem-gurdeniz-geopolitique-maritime-turque/. []
  30. Pour plus de détail sur le processus judiciaire, voir : Marcou, Jean « Les 230 condamnés de l’affaire Balyoz sont libérés », OVIPOT-IFEA, 20 juin 2014, (https://ovipot.hypotheses.org/10311. []
  31. Entre autres, la carte est utilisée par l’« Atlas of Maritime Europe : Jurisdictions, Uses and Management, Barcelona, (Ediciones del Serbal) » qui est un projet de l’UE. Voir : Gürdeniz, Cem, « The Map of Seville and the plot to cut Turkey off from the Aegean and Mediterranean seas », UWI, 17 September 2020, https://uwidata.com. []
  32. Eaux Territoriales en Méditerranée et en mer Noire, Étude faite par la Direction Générale des Politiques Internes – Département thématique B : politiques structurelles et de cohésion, 2009, p.101. []
  33. Tanchum, Michaël, « How Did the Eastern Mediterranean Become the Eye of a Geopolitical Storm ? », Foreign Policy, 18 août 2020, https://foreignpolicy.com/author/michael-tanchum/. []
  34. Yaycı, Cihat, « The Problem of Delimitation of Maritime Areas in Eastern Mediterranean and Turkey », Bilge Strateji: Jeopolitik, Ekonomi-Politik ve Sosyo-Kültürel Araştırmalar Dergisi, 2012, tome 4, no 6, pp. 1-70. Dans la carte de Cihat Yağcı, les frontières de la ZEE de la Turquie s’étendent jusqu’aux eaux situées à l’Est de Chypre, entre Chypre et Israël et le Liban. Elle implique une côte opposée entre Israël – Turquie et Liban – Turquie. []
  35. Le protocole d’accord turco-libyen de novembre 2019 est reconnu par l’ONU. Cependant, il n’est qu’un « protocole d’accord » et non un accord au sens du droit international, car il est ratifié par le Parlement turc mais pas encore approuvé par le Parlement libyen. []
  36. La position américaine reste ambiguë. Si le Président américain Trump, après son appel téléphonique à Khalifa Haftar en avril 2019, indique qu’ils sont –Trump et Haftar– sur une « vision commune pour la transition de la Libye vers un système politique démocratique et stable », l’administration américaine informe que cela ne signifie en aucun cas un changement de la politique libyenne des États-Unis. Également, les médias sont officieusement informés que l’administration des affaires étrangères et de la défense ne sont pas au courant de cet appel.  « Trump officials snub strongman Khalifa Haftar as US shifts course on Libya », The Guardian, 8 juin 2019, www.theguardian.com/us-news/2019/jun/08/libya-civil-war-khalifa-haftar. []
  37. Michaud, Pierre, « Projet Eastmed : l’appât du gaz », Euronews, 6 janvier 2020, https://fr.euronews.com/2020/01/06/projet-eastmed-l-appat-du-gaz. []
  38. « La Grèce ratifie l’accord de délimitation maritime signé avec l’Égypte », Anadolu Agency, 28 août 2020, www.aa.com.tr/fr/politique/la-grèce-ratifie-laccord-de-délimitation-maritime-signé-avec-légypte/1956072. []
  39. « La Grèce annonce que le dialogue avec la Turquie va reprendre pour la première fois depuis 2016 », Le Monde, 22 septembre 2020. []
  40. « Natural gas – Total proved reserves », Statistical Review of World Energy 2020, BP (British Petroleum). []
  41. « Assessment of undiscovered oil and gas resources of the Levant Basin Province », Eastern Mediterranean: U.S. Geological Survey Fact Sheet 2010-3014, https://pubs.usgs.gov/fs/2010/3014/pdf/FS10-3014.pdf. []
  42. « Italy’s foreign minister expresses doubts over feasibility of EastMed pipeline », Times of Israel, 18 janvier 2020, www.timesofisrael.com/italys-foreign-minister-expresses-doubts-over-feasibility-of-eastmed-pipeline/. Papadimitriou, Jannis, « EastMed gas pipeline flowing full of troubling questions », Deutsche Welle, 02 janvier 2020, https://www.dw.com/en/eastmed-gas-pipeline-flowing-full-of-troubling-questions/a-51871424. []

Uğur Kaya

Enseignant-chercheur à l’Université de Nişantaşı ; chercheur associé à l’IFEA

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search