De Yassıada à l’île de la Démocratie et des Libertés : un microcosme politique, mémoriel, et urbanistique

un article de Jeanne LENA

Article réalisé dans le cadre d’un mémoire de master 2 sur la traduction urbaine du conflit entre la municipalité métropolitaine et le gouvernement central à Istanbul depuis 2019 et d’un stage de quatre mois à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA). Pour étudier cette question, des entretiens semi-directifs avec une dizaine d’habitants des Adalar ont été menés entre janvier et mai 2022.

 

 

INTRODUCTION

            Yassıada, « la Plate », est l’une des neuf îles de l’archipel des Adalar situé dans la mer de Marmara (îles aux Princes) et formant l’un des trente-neuf arrondissements d’Istanbul. L’île de 740 mètres de long sur 185 de large se trouve à environ 12km de Kadıköy, quartier localisé sur la rive asiatique de la métropole. 

La plus petite île de l’archipel servait à l’époque byzantine de lieu de réclusion des prisonniers politiques. L’on y trouve encore la maison de maître du « château » construit par l’ambassadeur britannique Henry Bulwer[1] au XIXe siècle avant qu’il ne vende l’île à Ismaïl Pacha, khédive ottoman d’Égypte et du Soudan. L’île devient une propriété de la République turque en 1923, la marine l’acquière en 1947 et en fait un lieu de formation. En 1960 s’y sont déroulés les procès des membres du Parti Démocrate (dont celui d’Adnan Menderes, premier dirigeant démocratiquement élu de Turquie) après le coup d’État militaire, sur lesquels nous reviendrons. La marine reprend ensuite le contrôle du territoire jusqu’en 1978. L’île est remise en 1993 au département de la vie marine et des produits de la mer de l’Université d’Istanbul, mais peu à peu laissée à l’abandon en raison des contraintes géographiques. Yassıada est jusqu’à la fin des années 2010 une zone fréquentée de façon informelle, un lieu récréatif notamment pour les habitants de l’arrondissement des îles aux Princes.

Une dizaine d’années plus tard, l’île change radicalement de silhouette. Le 27 mai 2020, le président de la République rebaptise Yassıada en Demokrasi ve Özgürlükler adası, l’île de la Démocratie et des Libertés.[2] (fig. 1), dans le sillage du décret présidentiel signé par Abdullah Gül en 2013 rendant possibles les « investissements dans le domaine de la culture et du tourisme [3]» et transférant la gouvernance de l’île au ministère de la Culture et du Tourisme.

 

1 : Indication de la direction du bateau pour se rendre sur l’île, Kadıköy (photo de l’autrice)[4]

 

Pour comprendre ce projet politique de « renaissance » de l’île, il est nécessaire de revenir sur les évènements de 1960. En effet, sur cette île ont eu lieu les procès[5] d’Adnan Menderes, alors Premier ministre du Parti démocrate (DP), Hasan Polatkan (ministre des Finances) et Fatin Rüştü Zorlu (ministre des Affaires étrangères) menés par l’armée après le coup d’État militaire du 27 mai 1960 – menant à l’exécution du Premier ministre sur l’île d’Imralı (sud de la mer de Marmara) en 1961. Lorsque le Parti Démocrate d’Adnan Menderes remporte en 1950 les premières élections multipartites, il succède à trois décennies de pouvoir du Parti Républicain du Peuple (CHP[6]). Cette île symbolise ainsi l’intervention en politique de l’armée turque (de tradition kémaliste) pour les partisans du Parti de la Justice et du Développement (AKP[7]) qui se considèrent comme les héritiers du Parti démocrate. Lorsque le maire d’Istanbul Kadir Topbaş, le gouverneur Hüseyin Avni Mutlu et le ministre de la Culture et du Tourisme d’alors, Ertuğrul Günay, visitent l’île en 2011, ils annoncent l’intention d’y construire un « musée de la démocratie qui soit une leçon pour les générations futures » (Pinguet, 2013). Ce projet a fait l’objet de fortes contestations, notamment de la part d’associations écologiques locales.

L’île de la Démocratie et des Libertés rassemble en une zone close et réduite, de nombreuses caractéristiques de la gestion de l’espace par l’AKP, tant symboliques qu’administratives ou organisationnelles. La période dans laquelle ce projet est inauguré est significative. Depuis l’élection d’un maire CHP à Istanbul en mars puis en juin 2019[8] (opposant au parti présidentiel, l’AKP), la métropole d’Istanbul fait l’objet d’une rivalité entre deux forces politiques. Cette concurrence est accentuée par la place décisive de la métropole dans le paysage politique et économique du pays et son rôle de « tremplin » vers les élections présidentielles à venir en juin 2023 (Öktem, 2021).

La mutation de Yassıada en île de la Démocratie et des Libertés convoque un certain mode de pensée de l’AKP, qu’il s’agit d’appréhender via l’étude de son organisation spatiale. L’île présente la traduction d’un conflit mémoriel dans son aménagement. Le projet gouvernemental fait de cet ilot un lieu emblématique de la construction de l’espace par le parti au pouvoir, mais également une zone symbolique des luttes contre celle-ci dans l’arrondissement des Adalar.

 

La traduction d’un conflit mémoriel dans l’organisation spatiale : l’île de la Démocratie et des Libertés

 

L’île est pensée par le gouvernement comme un lieu de mémoire pour le public turc. Un seul créneau est actuellement ouvert aux visiteurs. Le dimanche, un bateau part de 10h de Kadıköy et dépose les passagers sur l’île après 50min de trajet. Ils ont alors jusqu’à 15h pour visiter les musées et installations immersives célébrant la mémoire du Premier ministre Menderes (fig. 3).    

Les « années Menderes » entre 1950 et 1960 représentent un moment de remise en cause de l’idéologie kémaliste par un apôtre de l’économie de marché et de la liberté religieuse dans un pays sorti de trois décennies de laïcité et d’étatisme. Le père de Recep Tayyip Erdoğan était fidèle au Parti démocrate de Menderes. Ce lieu dans lequel le premier dirigeant élu après le passage d’un système de parti unique au multipartisme a été condamné soulève donc des enjeux presque personnels, faisant écho à l’enfance du président au sein d’un milieu familial conservateur et antirépublicain (Cheviron & Pérouse, 2016).

Dans la réécriture de l’histoire nationale proposée par le lieu, Adnan Menderes est érigé en martyr de la liberté et de la démocratie face aux milieux kémalistes, quand bien même le Premier ministre était issu d’un courant conservateur au sein du CHP. Cette mémoire porte des valeurs nationalistes et religieuses et s’inscrit dans une plus large politique symbolique. La dramatisation présentée par le contenu des musées (fig. 2) insiste sur l’héroïsme du personnage : sa popularité en tant que Premier ministre, son exemplarité morale, religieuse et patriotique, sa résilience lors de son emprisonnement. Le musée éponyme retrace sa biographie depuis son enfance (son foyer, un intérieur modeste et traditionnel, est reconstitué), jusqu’à son arrivée au pouvoir (des photographies le présentent acclamé par la foule des travailleurs), pour finir sur de nombreuses pièces évoquant sa fin tragique.

La citation du président Erdoğan, dont l’emplacement est identifié sur la carte (fig. 3), indique :

« Le flambeau de la démocratie que Menderes et ses compagnons ont allumé, passé d’une main à une autre, porté chaque jour plus haut, est finalement parvenu jusqu’à nous aujourd’hui[9] ».

Cette inscription, en immenses lettres, dresse un parallèle entre la figure de Menderes et celle du président Erdoğan « autour d’un supposé commun destin du héros populaire en proie aux attaques de l’establishment » (Pérouse, 2017).

Recep Tayyip Erdoğan, dans ses discours, établit un parallèle entre la figure de Adnan Menderes et la sienne. Il se place en défenseur de la démocratie, en comparant ses opposants aux militaires ayant renversé le gouvernement en 1960. Faisant référence au cliché d’Adnan Menderes sur le banc des accusés lors de son procès, le président s’exprime ainsi :

« Des événements de Gezi[10] à la tentative de coup d’État judiciaire-sécuritaire du 17 au 25 décembre[11], nous avons maintes fois fait l’objet de tentatives d’intimidation semblables à cette photo[12] ».

 Il assimile ainsi différentes formes de remise en question de son gouvernement à des attaques antidémocratiques pour mieux les décrédibiliser. La personnalité d’Adnan Menderes entre dans le répertoire de figures auxquelles Recep Tayyip Erdoğan s’identifie politiquement, traçant une lignée depuis les mythiques sultans ottomans Abdülhamid II ou Mehmed II, jusqu’à Turgut Özal (qui ouvre la Turquie à l’économie libérale dans les années 1980).

 

2 : L’intérieur du gymnase : reconstitution du procès de Adnan Menderes[13] (photo de l’autrice)

 

Celui du CHP refuse l’aspect mémoriel de Yassıada[14], et ne lui accorde qu’une importance naturelle (biodiversité présente sur l’île), archéologique (donjon de l’époque byzantine) et architecturale (maison aux allures de château gothique de Henry Bulwer,) – ces lieux sont cartographiés en figure 3.  

Le discours de l’AKP, lui, insiste sur son importance politique et mémorielle[15]. Or, ce même enquêté explique que le refus de donner une importance symbolique à ce lieu revient à le laisser à l’opposition.  Il partage ses souvenirs d’enfance en expliquant que son grand-père refusait d’approcher son bateau de Yassıada et craignait l’île « maudite ». Une partie de l’histoire politique locale et nationale, qui reste pourtant ancrée dans les mentalités et les souvenirs des habitants, est ainsi passée sous silence par les partis d’opposition. Alors, dans le cadre d’une île muséifiée, la mémoire s’inscrit dans le bâti et Yassıada devient un lien emblématique de la construction de l’espace par l’AKP.

 

Un concentré archétypique de l’idéologie urbaine de l’AKP 

 

Après cinq années de travaux (2015-2020), l’île est méconnaissable : le béton a remplacé la forêt, et de vastes installations ont été construites. La transformation de Yassıada est emblématique de « l’ordre moral urbain » (Montabone, 2013) porté par l’AKP, dont nous pouvons identifier plusieurs caractéristiques (fig. 3).

 

3 : Yassıada, l’inscription d’un projet politique et mémoriel dans l’espace urbain

 

Le « développentalisme » réside dans l’artificialisation complète de l’île, réalisée en cinq années et dans le gigantisme des bâtiments, pourtant inutilisés.  Ces projets sont pensés en termes de superlatifs. Puisque leur vocation n’est pas pratique mais symbolique et financière, les pouvoirs misent sur la démesure. Les dimensions des installations sont sans cesse rappelées dans les documents d’information : le « phare de la démocratie » est haut de 24 mètres, le complexe hôtelier comprend 123 chambres, le centre de congrès Adnan Menderes a une capacité de 600 personnes tandis que la mosquée peut en accueillir 1200.

Les projets ont mis en place via une méthode de « construction-exploitation ». La métropole est un chantier permanent, dont les retombées économiques bénéficient indirectement ou directement à la classe politique au pouvoir, grâce à une entente entre les milieux politiques et les milieux d’affaires. Cette classe capitaliste et conservatrice, proche du gouvernement, profite de la garantie de retour sur investissement promise par l’État, qui assume les risques de gestion des zones vendues. Ainsi le complexe hôtelier est construit par Customs and Tourism Operations Inc., affilié à l’Union des chambres et des bourses de marchandises de Turquie (TOBB). Des négociations ont commencé pour le transfert des droits d’exploitation de l’hôtel au public, en raison du manque de rentabilité de celui-ci. 

Le projet témoigne également de l’inscription d’un conservatisme politique et religieux dans l’espace urbain. La « remoralisation » de la ville prônée par l’AKP se place dans le sillage de « l’ordre juste » appelé par le Parti de la Postérité (Refah Partisi), parti politique de Recep Tayyip Erdoğan lorsqu’il arrive au pouvoir à Istanbul en tant que maire en 1994. Le parti met alors l’accent sur l’assainissement de la vie urbaine et la défense de l’opprimé religieux. La construction d’une mosquée dans un lieu n’ayant aucun résident, est avant tout symbolique, et le Katre Island Hotel n’a pas de licence pour la vente d’alcool. Le conservatisme se traduit dans les pratiques proposées : les visites ciblent un public familial. Un événement est même organisé le 8 mars 2022 :

« Spécialement pour la journée internationale de la femme, nous offrons nos services de transport, d’entrée et de guide du musée à nos chères femmes ! »[16].

Cette offre ôte toute dimension politique à cette mobilisation, tandis que le gouverneur de la ville interdit les rassemblements féministes sur l’avenue d’Istiklal et cloisonne les abords de la place Taksim[17]. Enfin, si l’île a été presque entièrement recouverte de béton, une végétation décorative et maîtrisée (pelouse, parterres fleuris) recouvre quelques zones et illustre une conception de l’environnement en tant qu’élément décoratif, reproductif, et commercial.

 

4 : Complexe hôtelier de 123 chambres vides (photo de l’autrice)

 

L’île de la Démocratie et des Libertés est en ce sens un concentré d’idéologie urbaine, un cas archétypique poussé à la caricature, alliant bétonisation, gigantisme, néolibéralisme économique et conservatisme politique et religieux. Ce projet politique gouvernemental est également réfuté et combattu par le tissu associatif local.

 

Un espace de lutte contre le projet urbain du pouvoir dans le cadre de l’arrondissement des îles aux Princes

 

Le réseau militant qui se déploie dans les Adalar s’est particulièrement mobilisé contre les travaux qui démarrent en 2015. On constate au sein de l’arrondissement une sociabilité politique et un mode d’organisation très singulier. Les membres des associations ont un fort capital économique et culturel, des revendications politiques d’autogestion, des aspirations à un mode de vie durable (au niveau social et écologique). L’arrondissement est l’une des zones de repli de générations marquées par les évènements de Gezi. Des espaces d’engagement et de solidarité y ont été recréés par les habitants. Ils ont ainsi du temps à consacrer bénévolement, le sentiment d’être détenteur d’un savoir historique et culturel sur Istanbul, un fort attachement aux îles. L’ancienneté de leur résidence a une traduction presque identitaire chez les insulaires. Ces caractéristiques sont assorties du déploiement d’une sociabilité de voisinage et d’une très forte interconnaissance. L’arrondissement se distingue des autres espaces stambouliotes par ses caractéristiques géographiques, historiques, culturelles. Les associations dont les actions portent sur des causes différentes (écologie, droits sociaux, sauvegarde de la culture, protection des animaux) coopèrent du fait de l’interconnaissance favorisée par la taille réduite de l’archipel (cf. article à ce sujet sur le blog de l’OUI).

La construction de l’île de la Démocratie et des Libertés, terminée en mai 2020, est ainsi décriée par des mouvements écologistes, dont l’organisation Défense des îles[18], qui ont mené un rude combat contre la bétonisation de l’île. L’objectif peut être résumé par le slogan utilisé : « laissez-la tranquille » (Bırak işsiz kalsın!). Interrogés sur le projet alternatif qu’ils proposeraient, les habitants militent pour une « absence de projet », ou plutôt un refus d’intervention humaine dans cet ilot, dont la fonction de réserve écologique est soulignée. Ce projet fait écho au nom d’usage de Yassıada et Sivriada – également connues sous le terme de Hayırsız, « qui ne sert à rien », ce qui pourrait rejoindre l’analyse de la mobilisation d’une « philosophie anti-utilitariste », identifiée dans le mouvement de Gezi (Erdi, 2019).

Pour empêcher le « monstre urbain » (Pérouse J.-F. , 2017) d’atteindre la petite île jusqu’alors épargnée, plusieurs modes de mobilisation sont combinés. En mai 2015, alors que le projet se concrétise, une manifestation est organisée à Çengelköy, un quartier de l’arrondissement d’Üsküdar sur la rive asiatique (devant l’entreprise contractant de la construction[19]) tandis que des bateaux de pêcheurs sont affrétés par les protestataires pour se rendre sur Yassıada. Des articles sont rédigés ; les associations alertent l’opinion publique sur les plateformes numériques. Des biologistes réalisent des rapports pour expliquer l’importance d’une île abandonnée pour l’écologie de la ville : la légitimité scientifique des spécialistes est mise en avant. De multiples stratégies et supports d’opposition sont combinés. Pourtant, le projet ne peut être empêché, l’île est renommée, et la réécriture active de l’histoire s’effectue. Un habitant des Adalar, ayant participé aux mobilisations contre le projet, ironise sur le changement de toponyme, qui transformerait une protestation contre le chantier de Yassıada en un refus « la démocratie et des libertés ».

Yassıada peut aussi être considérée comme une « hétérotopie[20] » (Foucault, 1967), pendant ses années à l’abandon. L’île « plate », Plàti de son nom grec, faisait figure de contre-projet dans la ville des projets « fous »[21], d’exception au sein de ce « théâtre de la démesure »  (Pérouse J.-F. , 2017). « Quand l’État a quitté cet espace, c’était un paradis » raconte un habitant de Büyükada, faisant référence à la période entre la fin des années 90 et le début des années 2010 : « il n’y a pas d’État, il n’y a pas de privatisation. »

 

5. La silhouette de Yassıada (photo de l’autrice)

 

CONCLUSION

 

La réorganisation spatiale de Yassıada témoigne de son l’évolution fonctionnelle : espace insulaire singulier, lieu de réclusion carcérale à différentes époques, lieu de mémoire conflictuel sur l’intervention de l’armée turque, zone de propagande présidentielle, microcosme des dérives de pouvoir turc, et vitrine de l’idéologie urbanistique de l’AKP. La « renaissance » de l’île est un projet urbanistique où l’histoire politique turque est instrumentalisée pour servir le pouvoir en place, face auquel les oppositions apparaissent bien faibles. La construction du complexe est une décision présidentielle : par un simple décret, Yassıada devient l’île de la Démocratie et des Libertés. Le pouvoir de renommer les lieux témoigne de cette reconfiguration autoritaire de la ville. Les habitants des Adalar, malgré leurs capacités mobilisatrices, ne peuvent que tenter d’ignorer la silhouette de l’ancienne île « plate » à l’horizon. 

 

 

Bibliographie

BAYRAKTAR, Ulaş, “Présidents avant-gardes: les maires comme patrons des villes Turques,  Confluences Méditerranée , tome 107, no. 4, 2018, p. 111-123, DOI : 10.3917/come.107.0111

CHEVIRON, Nicolas ; PEROUSE, Jean-François, Erdogan: nouveau père de la Turquie?, Paris, Editions François Bourin, 2016

ELICIN-ARIKAN Yeseren, “Municipalités métropolitaines et municipalités d’arrondissement en Turquie” : Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, tome 24, 1997, p. 71-104, DOI : 10.3406/cemot.1997.1399

ERDI, Gülçin. “L’occupation du parc Gezi à Istanbul : un soulèvement pour un « droit à la ville conviviale” ?, Revue du MAUSS, tome 54, n°2, 2019, p. 257-270, DOI : 10.3917/rdm.054.0257

ERDI – LELANDAIS, Gülçin, “L’urbanisation néolibérale et conservatrice au prisme de l’autoritarisme en Turquie,” Mouvements, tome 90, n°2. 2017, p.54-61, DOI : 10.3917/mouv.090.0054

FAUTRAS, Agathe, “Résister en situation autoritaire : le cas des collectifs militants d’après-Gezi à Istanbul (2013-2018),” Carnets de géographes, 2019, DOI : 10.4000/cdg.4916

MASSICARD, Elise, “L’islamisme turc à l’épreuve du pouvoir municipal. Production d’espaces, pratiques de gouvernement et gestion des sociétés locales,” Critique internationale, tome 42, 2009, p. 21-38, DOI : 10.3917/crii.042.0021

MONTABONE, Benoit, “Droit à la ville et contestation de l’ordre moral urbain en Turquie,” EchoGéo, 2013, DOI : 10.4000/echogeo.13567

ÖKTEM, Kerem, “Dilemmas of Subnational Democracy under Authoritarianism, Istanbul’s Metropolitan Municipality”, Social Research: An International Quarterly. Johns Hopkins University Press, tome 88, n°2, 2021, p.501-537, DOI : 10.1353/sor.2021.0023

PEROUSE, Jean-François, Istanbul planète : La ville-monde du XXIe siècle, Paris, Cahiers libres, 2017

PINGUET, Catherine, Les îles des Princes. La Bégude de Mazenc : Éditions Empreinte. 2013

 

 

_____________________________________________________

[1] L’île est alors propriété privée d’un résident britannique.

[2] « Demokrasi ve Özgürlük adası » ; Décret présidentiel du 14/12/2013 (n° 28851). URL : https://www.resmigazete.gov.tr/eskiler/2013/12/20131214-31.htm

[3] Dans les Adalar, les nouvelles constructions étaient interdites depuis 1984 – date du classement en site protégé : « Adaların tamamı 31.03.1984 tarihinde Taşınmaz Kültür ve Tabiat Varlıkları Yüksek Kurulu tarafından sit alanı ilan edildi » (« Toutes les îles ont été déclarées zone protégée par le Haut Conseil du Patrimoine Immobilier Culturel et Naturel le 31.03.1984. ») : « Adaların Koruma İmar Planları geçmişi » (« Historique des plans de développement de la conservation des îles »), Adalar Gazeti, 09/12/2020. URL : https://www.adagazetesi.com.tr/adalarin-koruma-imar-planlari-gecmisi.html

[4] Les photographies ont été prises le dimanche 10 avril 2022.

[5] Les procès se déroulent dans le gymnase de l’école des officiers, que l’on voit sur la carte (fig. 3).

[6] Cumhuriyet Halk Partisi.

[7] Parti au pouvoir depuis 2002, issu de la tradition islamiste, conservateur.

[8] Élections répétées puisque celle du 31 mars 2019 est annulée après un recours déposé par l’AKP. La nouvelle, qui se déroule le 23 juin 2019, présente un écart encore plus significatif entre les partis aux dépends de l’AKP.

[9] « Menderes ve arkadaşlarının yaktıkları demokrasi meşalesi elden ele her geçen gün daha yükseğe taşınmış ve nihayet bugün bizlere kadar ulaşmıştı », citation du président Erdoğan inscrite en lettres géantes sur le mur de la cafétéria de l’île de la Démocratie et des Libertés.

[10] Mouvement protestataire qui débute en mai 2013 dans le parc de Gezi, déclenché par une opposition à la destruction de cet espace vert et s’intensifie en une revendication antigouvernementale à l’échelle nationale.

[11] Scandale de corruption en 2013 au cours duquel des institutions, organisations et agents public (dont quatre ministres) sont accusés.

[12] « Gezi olaylarından 17-25 Aralık yargı-emniyet darbe girişimine kadar, o fotoğraf üzerinden pek çok kez sindirilmek istendik » : https://www.akparti.org.tr/haberler/cumhurbaskanimiz-erdogan-yassiada-mahkemesi-yargilaniyor-programina-katildi-27-05-2022-16-43-53/

[13] Adnan Menderes au centre (Premier ministre, condamné à mort), Fatin Rüştü Zorlu à droite (ministre des affaires étrangères, condamné à mort), Celal Bayar à gauche (alors président du Parti démocrate, condamné à l’emprisonnement à vie)

[14] Aucune indication (de la part de la mairie des îles aux Princes, acquise au CHP en 2009) ne commémore les évènements de 1960 sur Yassıada avant le transfert de l’île au gouvernement central.

[15] La carte indique deux statues : l’une représente les lettres des condamnés de Yassıada qui n’ont pas pu atteindre leurs destinataires. L’autre commémore le « souvenir des martyrs démocratiques », selon la brochure du site.

[16]“8 Mart Dünya Kadınlar Günü”, demokrasi ve ozgurlukler adasi, site officiel : https://www.demokrasiveozgurlukleradasi.com.tr/en/haber-detay/8-mart-dunya-kadnlar-gunu

[17] Lieu de départ du mouvement protestataire qui débute en mai 2013 dans le parc de Gezi, voir note 7.

[18] Adalar Savunması.

[19] 29 mai 2015 : manifestation et communiqué de presse devant le bâtiment de Mesa Holding à Çengelköy : voir images : https://dokuzadabirdeniz.com/?p=1365

[20] En ce que l’île alors abandonnée présente une discontinuité avec la densification du bâti (qui résulte de la clôture du lieu), offre une forme d’idéal tout en étant bien réel.

[21] « C’est mon rêve. Un projet fou. » (29/05/2021) Qualificatif utilisé par le président Erdoğan pour qualifier le projet de canal, Kanal Istanbul, qui doublerait le Bosphore.



Citer ce billet
OVIPOT (2022, 22 septembre). De Yassıada à l’île de la Démocratie et des Libertés : un microcosme politique, mémoriel, et urbanistique. Observatoire de la vie politique turque. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sn1w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search