Relations turco-iraniennes : tout n’est pas si simple…


Le gouvernement turc n’a pas apprécié les propos du vice-président iranien, Hamid Baghaei qui lors d’une conférence internationale, en Iran, le 25 août dernier, a déclaré «qu’il y a 100 ans, l’Empire ottoman avait commis un génocide envers un certain nombre d’Arméniens». Deux jours plus tard, le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, a appelé son homologue iranien, Manouchehr Mottaki, par téléphone, pour lui demander des explications. Le chef de la diplomatie iranienne a répondu que la position de Téhéran sur la question n’avait pas changé et que la République islamique continuait à ne pas reconnaître officiellement le génocide de 1915. Selon lui, les propos de Hamid Baghei auraient été mal compris et sortis de leur contexte. Loin de se satisfaire de cette explication, le chef de la diplomatie turque a insisté pour obtenir une mise au point du vice-président iranien lui-même, ce que Manouchehr Mottaki aurait promis.

Faut-il interpréter cet accrochage comme le résultat d’un mouvement d’humeur passager ou comme un indice de l’instabilité des relations entre deux pays qui ont souvent été caractérisées par la fameuse maxime «ni amis, ni ennemis» ? Actuellement les responsables de la République islamique sont exaspérés de l’ampleur prise par la campagne de solidarité internationale en faveur de Sakineh Mohammad, cette iranienne accusée d’adultère et menacée de lapidation. La Turquie a récemment appelé l’Iran à la clémence, et la réaction du vice-président iranien est peut-être une manière de renvoyer Ankara dans les cordes, en lui rappelant ses propres turpitudes. Toutefois, cet incident est sans doute révélateur aussi d’un agacement de Téhéran à l’égard d’un voisin turc qui, en dépit du soutien récent qu’il lui a apporté sur le dossier nucléaire, se pose en pôle de stabilité dans la région, en lui contestant le leadership. Après les initiatives diplomatiques spectaculaires qui ont vu Ankara proposer, avec le Brésil, ses propres solutions diplomatiques à la crise nucléaire et refuser de soutenir les sanctions américaines au Conseil de Sécurité, l’heure est pour la Turquie à la modération et à l’apaisement avec les Etats-Unis. Des indices concordants indiquent que, sous égide américaine, la Turquie et Israël tentent de trouver une issue au conflit qui les a opposés après l’affaire de la flottille (contacts secrets israélo-turcs, acceptation d’une commission d’enquête internationale par Tel-Aviv, réutilisation du terme «amis» pour parler de soi mutuellement, déplacement aux Etats-Unis d’une importante délégation diplomatique turque…). On peut penser que tout cela agace des dirigeants iraniens qui supportent mal de voir ceux qui leur ont ravi la vedette dans la rhétorique anti-israélienne en mai et juin derniers, s’attacher désormais à arrêter la détérioration de leurs relations avec l’Etat hébreu, en s’efforçant de sauvegarder leur alliance avec Washington.

On a appris par ailleurs que la Turquie s’apprête à rayer l’Iran de la liste des pays qui constituent pour elle une menace. Il est vrai que cette décision concerne aussi la Grèce, l’Irak et la Russie et qu’elle reflète la politique de bon voisinage à laquelle le ministre turc des affaires étrangères attache une grande importance. Certains commentateurs s’inquiètent pourtant d’une telle évolution, et observe que l’Iran vient encore de faire une démonstration de force en ouvrant sa première centrale nucléaire et en révélant qu’il disposait de nouvelles armes (notamment les fameux drones aériens armés dont seuls disposent les Etats-Unis, la France et Israël). En dépit des convergences qui se sont manifestées à l’occasion du dossier nucléaire, et qui, soit dit en passant, ont permis à la Turquie de montrer un peu plus la marge de manœuvre dont elle dispose à l’égard de son allié américain, les deux pays apparaissent désormais comme deux puissances régionales susceptibles de se retrouver en situation de concurrence sur un certain nombre de dossiers chauds. Cette hypothèse mérite d’autant plus qu’on s’y attarde que des mutations importantes dans les équilibres de la région sont à l’ordre du jour avec la réduction de la présence américaine en Irak, la reprise des pourparlers entre Israéliens et Palestiniens, et l’affaiblissement du régime pakistanais face aux Talibans… Dans un tel contexte, plus que le médiateur du dossier nucléaire, la Turquie pourrait bien devenir avant tout le représentant d’un islam sunnite inquiet de la dimension prise par la puissance iranienne. Mais souhaite-t-on vraiment jouer ce rôle, à Ankara ?
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.