Après la venue de Recep Tayyip Erdoğan à Diyarbakır, le BDP maintient son appel au boycott du référendum


Comme prévu, Recep Tayyip Erdoğan a tenu, le 3 septembre dernier, un meeting à Diyarbakır (photo), la capitale des Kurdes de Turquie. Devant une foule importante composée de populations locales et de délégations venues de toutes la Turquie, le premier ministre n’a pas véritablement surpris son auditoire en lançant un appel à la poursuite de la démocratisation de la Turquie et au maintien de l’unité de celle-ci. Se disant convaincu qu’une majorité de Kurdes allaient soutenir la révision constitutionnelle qui sera soumise à référendum, le 12 septembre prochain, il a mis au défi les partis d’opposition (CHP et MHP), qui militent pour le «non» de venir s’exprimer, comme lui, à Diyarbakır. Recep Tayyip Erdoğan a promis également l’élaboration prochaine d’une nouvelle Constitution, une annonce qu’il avait déjà faite antérieurement. En revanche, il ne s’est pas prononcé sur les conditions que le BDP (Barış ve Demokrasi Partisi, Parti pour la Paix et Démocratie) avait posé pour lever son appel à l’abstention, conditions incluant notamment la fin des opérations militaires actuellement menées dans le sud-est du pays, la levée du seuil de 10% pour avoir une représentation parlementaire, la libération des responsables politiques kurdes récemment arrêtés…

Ainsi à l’issue de ce meeting et à une semaine du référendum, les positions politiques paraissent figées. Tandis que l’AKP soutient sa réforme en essayant d’obtenir un plus large soutien de la société civile et des intellectuels (le prix Nobel de littérature Orhan Pamuk vient d’ailleurs d’annoncer qu’il voterait «oui»), l’opposition laïque (CHP) et nationaliste (MHP) continuent à appeler à voter «non», et surtout les Kurdes du BDP maintiennent leur mot d’ordre d’abstention.

Rendant compte du meeting du premier ministre comme d’un succès, en estimant qu’une forte proportion de Kurdes s’apprêtent à voter en faveur de la révision constitutionnelle proposée par le gouvernement, la presse pro-gouvernementale estime que le BDP, en continuant à appeler au boycott du scrutin, est en train de se tirer une balle dans le pied. Pour essayer de clarifier la situation et de mieux faire comprendre la position de la formation kurde, Ahmet Türk, l’ex-leader du DTP (la formation qui a précédé le BDP, et qui a été dissoute en décembre dernier par la Cour constitutionnelle), vient de donner une longue et intéressante interview au quotidien anglophone pro-gouvernemental «Today’s Zaman». Répondant à la question : «Supposons que vous soyez à la tête du parti qui gouverne et que vous ayez à traiter un problème qui n’a pas été résolu depuis 80 ans, quelle serait votre approche ?», le leader kurde répond que si ce problème n’a pas été résolu depuis 80 ans, c’est justement parce que «le cœur de ce problème a toujours été ignoré». Selon lui, si les choses sont différentes aujourd’hui, c’est parce qu’il y a «un groupe qui n’accepte plus que l’on ignore sa langue, sa culture et son identité». Ainsi, «l’acceptation de l’identité kurde n’est une faveur ni de l’Etat ni du gouvernement», mais une réalité politique qui s’est imposée progressivement suite aux luttes menées par un peuple qui se sent différent au sein de ce pays. Ahmet Türk admet néanmoins que la situation politique a beaucoup changé en Turquie au cours des dernières années. «Si on compare les années 1980 à aujourd’hui, on doit honnêtement reconnaître qu’on est aux antipodes», déclare-t-il. Mais, selon lui, il y a là une raison de plus pour regretter que pas un amendement de la révision, qui doit être soumise à référendum le 12 septembre, ne concerne directement la question kurde. Alors qu’on lui demande pourquoi le BDP n’a pas soutenu, au Parlement, la disposition rendant plus difficile la dissolution des partis politiques, qui aurait de fait protégé les partis kurdes, Ahmet Türk rappelle que l’AKP avait tout à fait les moyens de faire voter cette mesure, et que ce sont certains de ses membres qui ont empêché son adoption. Interrogé sur le cœur de la révision constitutionnelle projetée qui concerne la hiérarchie judiciaire, en particulier le Conseil supérieur de la magistrature (HSYK) et la Cour constitutionnelle (qui a dissous nombre de partis kurdes), l’ancien leader du DTP répond que le problème, qui est en cause ici, concerne avant tout le développement de la démocratie et «non le transfert du pouvoir» (de l’establishment politico-militaire à l’AKP). Là encore, sans nier les changements politiques récemment intervenus, Ahmet Türk regrette qu’ils ne soient pas plus importants. Alors que la discussion part sur une comparaison avec le cas de l’Espagne, il rappelle que, bien que les cas basque et catalan soient différents, le gouvernement espagnol a eu le courage de s’engager dans des mutations profondes. Or, selon le leader kurde, «le gouvernement de l’AKP, pas plus que les gouvernements Demirel ou Ecevit, n’a eu le cran de dire : «nous avons des Kurdes parmi nos concitoyens et leurs différences sont un atout»». En réalité, Ahmet Türk, certes, «préfère le «oui» d’un point de vue conscient et éthique, s’il est amené à simplement choisir entre «oui» et «non» », mais il regrette que ce choix soit bloqué par un processus référendaire qui en réalité n’aborde pas directement la question kurde qui est pourtant le principal problème politique du pays. C’est bien, en fait, parce qu’ils sont ignorés par ce référendum que les Kurdes devraient à leur tour l’ignorer.

L’appel à l’abstention du BDP, le principal parti kurde, qui est aussi, à l’heure actuelle, la quatrième formation politique représentée au sein du parlement turc (avec l’AKP, le CHP et le MHP), continue à être très débattue, au sein de la société civile et des intellectuels en Turquie. Beaucoup parmi eux estiment que le BDP campe sur des positions trop radicales et pas assez pragmatiques, en refusant de voir l’avancée symbolique que constitue une réforme perçue par une grande partie de la population (dont une part significative de Kurdes) comme une nouvelle avancée vers la démilitarisation et le renforcement de l’Etat de droit. En privilégiant la revendication kurde dans ce débat, le BDP s’exclurait en quelque sorte d’un mouvement en marche. Pourtant, comme le rappelle Ahmet Türk, non sans admettre le changement intervenu, les Kurdes n’ont-ils pas été exclus de cette réforme dès le départ ? On comprend que pour des raisons politiques en général et électorales en particulier, le gouvernement ait évité d’inclure des mesures concernant directement la question kurde dans cette réforme. Mais, même si le résultat du référendum est positif, on peut penser que la question kurde risque de revenir très rapidement sur l’agenda politique turc, et qu’alors tous les protagonistes devront prendre leurs responsabilités.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *