Turquie : large victoire du «Oui» lors du référendum du 12 septembre


Le «Oui» l’a très largement emporté hier lors du référendum qui proposait aux électeurs turcs de réviser certaines dispositions de la Constitution de 1982, en particulier de restructurer la hiérarchie judiciaire et de soumettre un peu plus l’autorité militaire à l’Etat de droit. Alors que les résultats officiels n’ont pas encore été proclamés, le dépouillement achevé, pour près de 99% des votes, fait état de 58% pour le «Oui», le «Non» n’obtenant que 42%, tandis que la participation est estimée à 77%, un score qui est inférieur aux taux de participation enregistrés lors des dernières élections législatives de 2007 ou locales de 2009 (plus de 80%), mais qui est largement supérieur à celui observé lors du dernier référendum organisé en octobre 2007 (67%), qui n’avait pas fait l’objet, il est vrai, d’une campagne très active.

Sur le plan géographique, le scrutin d’hier reflète et confirme les tendances relevées lors des consultations électorales qui ont eu lieu depuis 2007. Les départements européens de la Turquie à l’exception d’Istanbul (Edirne, Tekirdağ, Kırklareli), et les façades égéennes et méditerranéennes du pays jusqu’au Hatay ont rejeté la révision proposée. Ces zones sont en général les premières zones d’implantation des kémalistes du CHP et parfois des nationalistes du MHP. En dehors de cette exception européenne et littorale, le reste de la Turquie (y compris les rivages de la mer Noire et le sud-est) a voté massivement «Oui». Seuls échappent à ce raz-de-marée anatolien, les départements de Bilecik et d’Eskişehir, zones traditionnelles d’influence de la gauche laïque, et le département kurde-alévi de Tunceli dont est originaire le leader du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu et qui a voté « Non » à plus de 80%. Dans le reste du sud-est kurde, même si le oui l’emporte, on relève un taux d’abstention souvent très élevé : 67% à Diyarbakır ou 94% à Hakkari. La consigne de boycott du BDP a donc été largement suivie.

Le résultat du référendum du 12 septembre apparaît donc comme une victoire indiscutable de l’AKP, et en particulier du premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, qui s’était fortement impliqué dans la campagne animée qui a précédé le scrutin. Avec 58%, l’avance du «Oui » est en effet plus que confortable et infirme tant les sondages que les commentaires qui évoquaient, ces derniers jours, un résultat disputé en prédisant une situation difficile pour le gouvernement pendant la dernière année de sa seconde législature. Ce qui doit être interprété comme un nouveau succès net de l’AKP vient opportunément conforter la position du parti majoritaire, à moins d’un an des prochaines élections législatives, effaçant les doutes qu’avait fait naître, l’an passé, le résultat en demi-teinte des élections locales où les candidats du parti au pouvoir n’avaient recueilli que 40% des suffrages. En réalisant 54% à Istanbul et Ankara, le «Oui» l’a d’ailleurs largement emporté dans les deux premières villes du pays où, en 2009, les candidats de l’opposition avaient pourtant enregistré une sensible progression. Ce scrutin est ainsi un très sérieux revers pour les partis kémaliste (CHP) et nationaliste (MHP), qui n’ont pas réussi à inquiéter à nouveau le parti au pouvoir, lors d’une consultation qui apparaissait pourtant comme un vote-test. À l’issue de ce référendum, on voit mal en effet, comment l’opposition pourra se poser en challenger crédible de l’AKP, l’année prochaine. Cette lourde défaite risque d’être d’autant plus difficile à surmonter que les kémalistes disposaient d’un nouveau leader et développaient un nouveau discours. Or, alors même que la dynamique AKP du «durmak yok, yola devam» (« ne pas s’arrêter, continuer la route », mot d’ordre de l’AKP pour les élections de 2007) vient de se voir confirmée par les urnes, force est de constater que Kemal Kılıçdaroğlu et son parti, en particulier, n’ont pas réussi à se poser en alternative démocratique au gouvernement actuel, et qu’ils continuent en fait à apparaître, à une majorité des électeurs turcs, comme les tenants d’un système politico-militaire révolu.

La victoire du «Oui» est d’autant plus importante qu’elle va encore affaiblir l’establishment militaro-judiciaire. À l’issue du dernier Conseil militaire suprême, qui a fortement réduit les positions de l’armée dans le système politique turc (cf. notre édition du 10 août 2010), la hiérarchie judiciaire restait la dernière instance susceptible de gêner l’action du gouvernement de l’AKP. En approuvant une réforme importante des compositions du Conseil supérieur de la magistrature (HSYK) et de la Cour constitutionnelle, le référendum d’hier a ouvert un compte à rebours qui aboutira probablement à un déclin, voire à une disparition totale de l’opposition frontale et systématique de la hiérarchie judiciaire qui a été au cœur des tensions politiques et de la polarisation périodique extrême que l’on a pu observer depuis 2007. En ce sens, le résultat d’hier donne le coup de grâce au constitutionnalisme sécuritaire hérité du coup d’Etat de 1980, et réduit à une peau de chagrin les dernières positions dont dispose l’establishment militairo-judiciaire dans ce système.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.