Turquie-Europe : le monde des affaires y croit toujours


Depuis l’ouverture des négociations entre la Turquie et l’Union européenne en Octobre 2005, le secteur turc des affaires, dont une bonne partie suivait déjà avec attention les développements des relations turco-communautaires, redouble d’intérêt pour la question. Et pour cause, tant le processus d’harmonisation de la législation turque avec l’acquis communautaire que l’éventuelle participation de la Turquie à l’Union européenne auront de fortes incidences sur les activités des entreprises et des industries turques.

Le secteur privé turc souhaite de façon quasi unanime l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Il escompte de ce scénario une amélioration des conditions du marché et plus généralement de la situation économique du pays, ce qui lui serait bien évidemment profitable. S’ajoute bien sûr à cela le souhait d’achever la démocratisation de la Turquie. Témoignent notamment de ces nobles préoccupations, les activités largement pro-européennes de la TÜSIAD, principale organisation patronale turque mais aussi groupe d’intérêt des plus actifs auprès de l’Union européenne. Un peu moins connus mais tout aussi dynamiques sont les travaux de l’IKV (Iktisadi Kalkınma vakfı, « Fondation pour le développement économique »), un institut de recherche sur les affaires européennes, chargé de mener des études pour le compte du monde des affaires. Cette fondation conduit, elle aussi, une politique de « lobbying » auprès de l’UE, au nom de l’ensemble du secteur privé turc, depuis 1984.

Fort opportunément, l’IKV a organisé, le 23 mai 2007, un séminaire à l’intention des entreprises, afin de promouvoir un programme de formation à l’utilisation des « analyses d’impact » (un outil destiné à permettre de déterminer les conséquences positives et négatives du processus d’harmonisation des lois sur tel ou tel secteur d’activité). Le but est ici de se préparer à la possible adhésion de la Turquie et d’être en possession de toutes les informations nécessaires pour faire valoir les intérêts turcs dans les négociations en cours avec l’UE. Car si les hommes d’affaires turcs souhaitent ardemment l’adhésion, ils ne veulent pas être pris au dépourvu par ses effets, ni la voir se faire à n’importe quel prix.

Cette préparation des entreprises turques à l’adhésion ne se fait pourtant pas indépendamment des négociations menées par les autorités étatiques. Elle entend au contraire y contribuer activement. Car, comme l’a rappelé, en préambule de ce séminaire, le Président de l’IKV, Davut Ökütçü, le processus de négociations ne concerne pas seulement les autorités étatiques, mais aussi le monde des affaires, les ONG ou les représentants de la société civile. Cette réunion de l’IKV était donc, en dehors de la sensibilisation des entreprises turques aux « analyses d’impact », l’occasion d’un dialogue entre le secteur privé et l’Etat, en l’occurrence représenté par Ali Babacan, Ministre d’Etat de l’Économie et négociateur en chef de la Turquie à Bruxelles et l’Ambassadeur Oguz Demiralp, responsable du Secrétariat turc aux Affaires européennes. Cette session de travail fut aussi l’occasion de rappeler les positions officielles de la Turquie sur l’adhésion à l’Union européenne dans le contexte actuel.

Secteur privé et autorités étatiques ont semblé d’ailleurs en parfait accord sur la voie à suivre. Aussi bien Messieurs Babacan et Demiralp que le président de l’IKV se sont accordés pour dire que si le processus de négociations stagnait en ce moment, la faute en incombait principalement à l’Europe. Alors que M. Ökütçü a souligné « l’erreur » de l’Union européenne d’avoir lié l’ouverture de nouveaux chapitres de négociations au règlement de la question chypriote, Messieurs Babacan et Demiralp ont insisté d’avantage, quantà eux, sur la « crise » que vit actuellement l’Europe, notamment depuis le rejet de la Constitution européenne par la France et les Pays-Bas. Pour lui, les Etats membres de l’Union préfèrent accuser la Turquie de tous les maux plutôt que de reconnaître leurs propres torts.

« Ce n’est donc pas en raison d’un manque de performance de la Turquie, mais bien à cause d’un manque de performance de l’Union européenne que le processus stagne »,

a expliqué le responsable du Secrétariat turc aux Affaires européennes. La France a été également sévèrement jugée, suite aux résultats des élections présidentielles. Sans la nommer explicitement, M. Babacan a accusé ainsi la France d’avoir cédé à la « tentation du populisme ». Davut Ökütçü, plus direct, n’a lui pas hésité à dire que le Président français se trompait en basant sa politique européenne sur un rejet de la Turquie pour n’avoir pas à s’attaquer aux vrais problèmes de l’Europe. Toutefois, ces trois personnalités ont tour à tour affirmé que les différends politiques devaient rester distincts du processus de négociations qui est lui de nature essentiellement technique.

« Mais que tout cela ne nous détourne pas de notre marche vers l’Europe » ont répété comme un seul homme les intervenants de ce séminaire. Par ailleurs, tous les orateurs n’ont pas manqué d’énumérer la liste des avantages dont l’Union européenne bénéficierait en acceptant d’intégrer la Turquie. Ils ont aussi souligné qu’elle était un candidat appliqué et motivé. Revenant sur les excellentes performances économiques de la Turquie, le Ministre d’Etat de l’Économie et le responsable du Secrétariat turc aux Affaires européennes ont mis en avant la récente adoption par les autorités turques d’un plan de réforme sur 7 ans, destiné a rendre la Turquie fin prête pour l’adhésion d’ici 2014. Une nouvelle preuve, selon eux, de la volonté turque de continuer les réformes malgré le gel actuel des négociations.

À l’occasion de ses condoléances aux familles des victimes de l’attentat d’Ankara du 22 mai, Ali Babacan a insisté sur la menace terroriste qui est aujourd’hui le lot de tous les Etats du monde. Il a affirmé que de tels actes ne parviendraient pas à détourner la Turquie de son chemin vers l’Europe en insistant sur le fait que l’Europe ne pouvait ignorer dans un tel contexte l’opportunité de stabiliser le Moyen-Orient en intégrant la Turquie.

Mais, derrière cette apparente volonté de poursuivre l’effort d’intégration, le scepticisme des autorités étatiques, partagé par une part croissante de la population turque, était perceptible. Le Ministre de l’Économie, Ali Babacan, a repris en particulier une thématique très en vogue en ce moment qui témoigne de l’inflexion progressive du discours officiel sur la question de l’adhésion. Le propos consiste à dire que la Turquie ne fait pas ses réformes parce qu’elle a besoin d’entrer dans l’UE mais qu’elle les fait avant tout pour elle-même.

« Nous avons besoin de ces réformes, a dit Monsieur Babacan, « et cela sera à l’avantage de la Turquie toute entière » a-t-il poursuivi. « Chacune de ces réformes améliorera le bien-être des citoyens turcs […] Nous ne voulons pas faire partie de l’Union européenne pour faire partie à tout prix de cette organisation mais parce que nous en avons besoin pour améliorer la situation de notre pays.».

Ainsi, alors que le monde turc des affaires s’active pour être prêt à une éventuelle adhésion, l’Etat turc semble se mettre à réviser ses positions, mais sans jamais renoncer à l’objectif de l’intégration. Cela n’a rien d’étonnant. Dans l’histoire tourmentée des relations turco-européennes, le politique a toujours fluctué plus que l’économique. Même dans les périodes de fortes tensions entre l’Europe communautaire et le gouvernement turc, le secteur privé, pragmatique, n’a jamais relâché son attention à l’égard de cette dynamique européenne de la Turquie, sans doute conscient du fait que la politique, elle aussi, a ses raison que la raison ne connaît pas…
Philippe Maurel


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Dédé dit :

    Recopié sur l’abondante littérature qui existe déjà sur le sujet.

  2. Jacky dit :

    Un très bon article de Sophie Shihab sur les liens entre l’armée et le monde des affaires.[…]”Ces activités permettent à un universitaire turc, Taha Parla, de critiquer l’Union européenne (UE) et son peu d’insistance, à s’intéresser à cet aspect central du rôle dominant des militaires dans la politique d’un pays qu’elle critique par ailleurs. L’armée est également liée, selon M. Parla, par le biais d’autres partenariats de l’OYAK, aux deux premières sociétés holdings du pays, celles des familles Koç et Sabanci. La nomination d’officiers à la retraite à des postes de direction de sociétés privées fait aussi partie de la tradition et renforce les liens entre armée et monde des affaires.L’OYAK, qui repose sur une alliance des élites militaires, d’affaires et de la bureaucratie d’Etat, bénéficie de privilèges comme l’exemption d’impôts, l’organisme étant considéré comme un fonds de pension. Plus de 200 000 membres, tous militaires, lui reversent en outre 10 % de leurs salaires. Dirigé par un civil, son conseil d’administration accueille une majorité de militaires et son président est un général en retraite.”[…]

Répondre à Jacky Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.