Pourquoi l’AKP a choisi la confrontation


Depuis le début des débats qui ont précédé la tenue de l’élection présidentielle finalement annulée, on ne peut manquer d’être étonné par l’obstination qu’a eu l’AKP à maintenir le cap pour poursuivre sa démarche de conquête de la présidence. Que ce parti considère qu’il est normal que, dans une démocratie parlementaire, le parti majoritaire puisse élire le candidat de son choix est une chose, mais, compte tenu de ses stratégies antérieures et du tour pris par les événements, on peut penser qu’il aurait été plus réaliste de présenter un candidat acceptable par tous. L’opposition et « l’establishment » étaient d’ailleurs apparemment prêts à accepter une personnalité membre de l’AKP, à condition qu’elle soit consensuelle et que son épouse ne soit pas voilée. Pourquoi donc avoir choisi de suivre le camp laïque dans l’escalade qui l’a conduit à faire de la Présidence un symbole ? Peut-être parce que la Présidence est aussi un symbole pour l’AKP…
Mais si la question de savoir pourquoi l’AKP a pris le risque de la confrontation mérite aussi d’être posée, c’est parce que l’attitude du parti de Recep Tayyip Erdoğan a toujours été dominée antérieurement par le pragmatisme et la recherche du compromis. Rappelons en effet que la fondation de l’AKP a pour origine les critiques émises par une tendance modernisatrice du « Refah », dans les derniers mois d’existence de la formation islamiste (fin 1997), à l’encontre de la stratégie adoptée par Necmettin Erbakan lorsqu’il était chef de gouvernement en 1996/97. Ces critiques mettaient en avant le fait qu’un gouvernement islamiste ne pouvait pas se permettre d’engager un bras de fer permanent avec « l’establishment », qu’il devait jouer au contraire la carte du compromis. Ces mêmes critiques furent encore à l’ordre du jour pendant le court épisode du « Fazilet Partisi », notamment lors du seul congrès que tint ce parti avant d’être dissous à son tour, en 2001. La préoccupation globale qui a accompagné la marche de l’AKP vers le pouvoir a été en fait l’idée selon laquelle le parti islamiste, de formation protestataire devait se muer en parti de gouvernement et abandonner la référence à l’islamisme.
Or, depuis le début de la polémique suscitée par la possible candidature de Tayyip Erdoğan à la Présidence, tout s’est passé comme si l’AKP avait un but atteindre, une revanche à prendre et une nouvelle étape à ouvrir dans la perspective de la prochaine législature. Pour beaucoup, il y avait là le signe que l’ère de la démocratie sécuritaire était en train de s’achever et qu’on allait voir le bout des interventions militaires dans le système politique turc. Mais certains indices comme la forte présence et les interventions saillantes de Bülent Arinç (l’éminence grise de Milli Görüş), dans les semaines qui ont précédé la tenue de l’élection et à des moments déterminants de surcroît, peuvent aussi laisser craindre que d’autres enjeux moins avouables aient été à l’ordre du jour.
Dans cette stratégie de la confrontation, le pas a été franchi avec la candidature d’Abdullah Gül à la Présidence. Le choix inattendu du Ministre des Affaires étrangères a clairement signifié que le renoncement de Tayyip Erdoğan ne signifiait nullement une abdication de l’objectif fixé. Abdullah Gül, dont l’épouse voilée a poursuivi la Turquie devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, à la fin des années 90, n’est en rien un candidat de compromis et sa candidature a accru encore la tension existant au sommet de l’Etat. L’échec de la candidature du ministre des Affaires étrangères lors du premier tour de l’élection, le 27 avril, n’a pas entamé non plus la détermination de l’AKP, Abdullah Gül s’est présenté une nouvelle fois devant l’Assemblée, le 6 mai, et à l’issue de ce second échec, l’AKP a fait adopter par le Parlement une révision constitutionnelle tendant à faire élire le Président au suffrage universel. Ce projet ayant été bloqué par le veto du Président Sezer, l’AKP l’a refait voter par le Parlement et l’a présenté à nouveau au Chef de l’Etat et ce, alors même que la conduite de cette réforme semble être à terme très incertaine. En effet, si Ahmet Necdet Sezer soumet dans 15 jours le texte à référendum après avoir refusé de l’entériner, il faudra qu’au moins 120 jours s’écoulent pour que ce référendum puisse se tenir. Entre temps le nouveau Parlement aura peut-être déjà réélu un Président. Élaboré dans l’urgence dans un contexte de tension, ce texte accroît les incertitudes auxquelles est confrontée depuis plusieurs semaines la vie politique turque. Il n’est jamais bon de conduire des réformes fondamentales en période de crise. Alors pourquoi le faire au risque d’accroître l’instabilité actuelle quand on est un parti soi-disant responsable, mûr et démocrate ?
La conduite aventureuse de cette réforme constitutionnelle notamment amène sérieusement à s’interroger sur la maturité l’AKP qui, après avoir décidé d’abandonner le terrain du compromis semble avoir choisi de jouer la carte de la victimisation. Il y a là un comportement que l’on avait déjà pu observer chez l’AKP au pouvoir, souvenons-nous il y a deux ans du débat sur la pénalisation de l’adultère… En proposant des projets voués à l’échec, c’est-à-dire inacceptables non seulement par l’opposition laïque mais aussi par de larges fractions de la société turque, le parti de Tayyip Erdoğan essaye de se poser en victime lorsque finalement les projets en question échouent. La démarche est d’autant plus payante que le parapluie européen fonctionne désormais souvent en faveur du Premier Ministre et de ses partisans. L’Europe qui pendant longtemps avait eu peur des islamistes du « Refah » a été séduite par les post-islamistes de l’AKP. En tout cas, c’est ce que pensent ces derniers dont les leaders ne cessent d’expliquer qu’ils ont le soutien des gouvernements européens. Or la situation est beaucoup complexe, disons ici pour aller vite, que l’Europe se pose encore des questions sur l’AKP, que tous les partisans de l’AKP ne sont pas de parfaits démocrates convaincus des vertus de la laïcité et que tous les membres de l’opposition ne sont pas des militaires en mal de putsch.
Il est vrai que la crise présidentielle et la convocation d’élections législatives anticipées contribuent à polariser les tensions. Mais, alors même que cette crise n’a pas débouché sur une rupture de l’ordre social et politique, on dirait que ses protagonistes s’épuisent actuellement à reproduire les conflits politiques d’antan. Les uns jouent ainsi au coup d’Etat tandis que les autres jouent à en être les victimes. Il est notamment amusant de voir qu’actuellement les militants de l’AKP essayent de mobiliser l’opinion en prétendant que l’on a empêché l’élection d’un « président pieux » tandis que ceux du CHP s’emploient, pour leur part, à convaincre ceux qui seraient tentés de voter pour l’AKP qu’ils risquent de jeter leur suffrage aux orties car l’armée ne permettra pas à ce parti de demeurer au pouvoir.
En dépit des tensions actuelles, soyons optimistes, cette reproduction atténuée des drames du passé est sans doute le signe d’une forme de pacification des rapports politiques. Car fort heureusement, l’armée est dans ses casernes et le gouvernement n’est pas en prison. Mais les Turcs attendent peut-être autre chose de leurs responsables politiques… entre autres qu’ils mettent enfin en scène la démocratie et pour de bon !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.