Nicolas Sarkozy a-t-il changé d’avis sur la Turquie ?

La position du Président Sarkozy temporisant sur la candidature turque à l’Europe a surpris les commentateurs, impressionnés par l’attitude du candidat Sarkozy qui, à la fin de la campagne présidentielle, avait laissé entrevoir un veto français à la poursuite des négociations d’adhésion avec Ankara. Qu’en est-il exactement ?
Pour comprendre cet assouplissement spectaculaire de la position présidentielle, il faut bien sûr rappeler que l’on est passé en quelques jours d’une situation de fin de campagne électorale à une situation de diplomatie active où la France essaye de sortir de l’impasse provoquée par son « non », lors du référendum sur le traité de Constitution européenne.
Le contraste est, il est vrai, saisissant ! Lors du débat de l’entre-deux-tours, le 2 mai dernier, la « question turque », qui a plutôt été en retrait dans les thèmes de la campagne présidentielle jusqu’à présent, donne lieu à une confrontation longue et animée entre les deux candidats. « Si la France dit non , la Turquie ne rentre pas ! » dit Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal qui lui rappelle que des engagements ont été pris. Quelques jours plus tard, au lendemain de son élection, la relance de l’Europe est devenue l’un des premiers soucis de Nicolas Sarkozy qui annonce que « la France est de retour en Europe ». Or, Bruxelles s’inquiète de la position française sur les négociations avec la Turquie. La France bloquera-t-elle, en particulier, l’ouverture des trois nouveaux chapitres de ces négociations, prévue avant la fin de la présidence allemande, le 27 juin ? Dès la visite qu’il rend au Président de la Commission européenne, peu après son investiture, Nicolas Sarkozy lève l’hypothèque. La candidature turque est pour lui une question secondaire qui ne doit pas entraver la relance de la construction européenne et l’élaboration rapide d’un traité simplifié, se substituant au traité de Constitution européenne. En réalité, c’est d’abord l’urgence de la crise européenne qui écarte provisoirement l’épée de Damoclès française, car la relance de l’Europe est pour le président français un impératif politique et économique.
Le « non » à la Constitution, en effet, a fortement isolé la France, en Europe. Il y a quelques semaines, les 18 pays qui ont déjà ratifié la Constitution européenne, se sont réunis à Madrid pour envisager une solution à la crise institutionnelle que traverse l’Europe. C’est la première fois que la France est absente d’un grand sommet européen. Cette humiliation a profondément touché la diplomatie d’un pays qui s’est toujours considéré comme l’un des acteurs indispensables du projet européen. Dès lors, on comprend que le nouveau président ait voulu profiter de son état de grâce pour changer la donne.

« On a perdu trop de temps… il faut maintenant aller vite et le traité simplifié, c’est la seule solution possible pour sortir l’Europe de la paralysie relative dans laquelle elle se trouve à l’heure actuelle »,

a notamment déclaré Nicolas Sarkozy à l’issue de la conférence de presse qu’il a tenue avec le président de la Commission européenne.
Mais il faut voir que cette attitude présidentielle sur l’Europe rencontre aussi des préoccupations d’ordre économique. En effet, pendant la campagne électorale, Nicolas Sarkozy a annoncé un programme de transformations profondes de l’économie française. Or, celle-ci est désormais fortement intégrée à l’Europe et il est capital, dans cette perspective, que la France retrouve la confiance de Bruxelles ainsi que celle des principaux États-membres.
Secondaire dans le contexte actuel, la « question turque » n’est pourtant pas définitivement entendue. Le Président français a d’ailleurs redit, à Bruxelles, son hostilité à l’entrée de la Turquie dans l’UE. Mais il est vrai qu’il a fortement calmé le jeu en dépêchant à Ankara, son conseiller diplomatique, Jean-David Levitte, pour essayer de trouver « une façon de travailler avec les Turcs ». Le statu quo actuel risque, en effet, de durer un certain temps car, bien que l’idée française de traité simplifiée ait reçu un premier accueil favorable, il faut bien voir que cette route risque d’être longue avant qu’elle parvienne à sortir l’Europe de la crise. Beaucoup des pays qui ont ratifié la Constitution seront en fait dans une position idéale pour exercer des pressions sur le contenu de ce nouveau traité.
Il est donc probable que la « question turque » est appelée à rester une question secondaire pour le Président français pendant encore un certain temps. Sans doute ce dernier espère-t-il que le statu quo actuel permettra aux adversaires de la candidature turque de convaincre les partisans de celle-ci de la nécessité d’envisager une solution alternative dont on se demande bien d’ailleurs ce qu’elle pourrait être. Mais l’on peut également penser que les meilleurs soutiens d’Ankara et la Commission européenne en particulier estiment que le pragmatisme provisoire qu’a affiché Nicolas Sarkozy ces derniers jours sur la « question turque » pourrait devenir un phénomène durable…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.