Rien ne va plus chez les islamistes turcs


Numan Kurtulmuş, le fringant leader du Saadet partisi (le parti islamiste de la Félicité) a démissionné, vendredi 1er octobre 2010, suite à une décision de justice le dessaisissant de la gestion de son parti et ordonnant la tenue d’un nouveau congrès. Le départ de Kurtulmuş n’est en réalité qu’une demi-suprise, tant la situation est délétère au sein de la formation islamiste turque depuis son dernier congrès de juillet 2010. Au cours de celui-ci, en effet, les velléités de Numan Kurtulmuş de tourner définitivement la page de l’ère Erbakan, en éliminant les proches de celui-ci de la direction du parti, se sont heurtés à une très vive résistance. Par la suite, mettant en cause, par un recours en justice, la régularité de ce congrès, les partisans de Necmettin Erbakan n’ont eu de cesse de présenter Kurtulmuş comme un imposteur et de contester la légitimité de son leadership. Ainsi, pendant le dernier Ramadan, à l’occasion d’un «iftar» organisé par le Saadet, ils l’avaient chahuté en l’arrosant copieusement de couteaux, de fourchettes et de salières pour lui signifier leur désir de le voir quitter la direction du parti. Pour sa part, Numan Kurtulmuş ne faisait plus mystère, ces derniers temps, de son intention de donner un tour nouveau à sa carrière politique, et des rumeurs confirmées lui prêtent le projet de rallier les rangs de l’AKP.

En fait, la démission de Numan Kurtulmuş de la direction mais aussi de son parti, risque de marginaliser un peu plus ceux qui continuent à se dire véritablement islamistes en Turquie. Pour retracer l’itinéraire de ce déclin, il faut remonter à l’apparition des premières dissensions au sein de la mouvance islamiste turque, en l’an 2000, lors du premier et du seul congrès du Fazilet Partisi (Parti de la Vertu). Au cours de ce congrès, Necmettin Erbakan, le leader emblématique des formations issues du mouvement Milli Görüş (Milli Nizam Partisi –Parti de l’ordre national-, Milli Selamet Partisi –Parti du Salut national-, Refah Partisi –Parti de la Prospérité- , Fazilet Partisi, -Parti de la Vertu-) fut contesté par une tendance emmenée par Abdullah Gül et Recep Tayyip Erdoğan. La dissolution du Fazilet par la Cour constitutionnelle, en juin 2001, évita probablement une scission entre la direction de ce parti et la tendance réaliste Gül-Erdoğan qui reprochait à Erbakan un discours resté trop idéologique et son échec à la tête du gouvernement en 1996-97. Ce conflit déboucha néanmoins, après la dissolution du Fazilet, sur la création de deux nouvelles formations : le Saadet Partisi (Parti de la Félicité), un mouvement légitimiste se revendiquant toujours de l’islamisme d’Erbakan ; et l’AKP, un parti pragmatique délaissant l’étiquette islamiste et se présentant comme conservateur, attaché à la démocratie et favorable à l’entrée de la Turquie dans l’UE. Lors des élections de novembre 2002, l’AKP devait triompher et former un gouvernement monocolore, tandis que le Saadet faisait un score de 2,5% ne lui permettant même pas d’avoir une représentation parlementaire. Depuis, handicapé en outre par les ennuis judiciaires de Necmettin Erbakan, le Saadet n’a jamais vraiment réussi à sortir de l’ornière. Crédité de 2,3% des voix lors des législatives de 2007, il a fait ses meilleurs scores lors des élections locales de 2004 (4,77%) et de 2009 (4,71%).

À moins d’un an des élections législatives qui doivent se tenir en 2011, le départ de Kurtulmuş de la direction du Saadet va encore renforcer la position de Recep Tayyip Erdoğan et lui donner une plus grande marge de manœuvre politique. Certes, la formation islamiste n’a jamais constitué une réelle menace pour le leader de l’AKP, mais sa présence même marginale dans le paysage politique turc incitait malgré tout le parti majoritaire à ne pas tourner complètement le dos à la rhétorique islamiste pour ne pas ouvrir à son rival des opportunités qu’il aurait pu saisir pour développer son assise électorale. Au début de l’offensive israélienne contre Gaza, par exemple, on avait vu le Saadet et les organisations qui lui sont proches, mettre un temps l’AKP dans une position délicate, en lui reprochant d’abandonner les musulmans de Palestine et en l’accusant de se faire le complice du gouvernement israélien. Par la suite, le fameux «One minute» de Davos et la riposte gouvernementale turque à l’arraisonnement du Mavi Marmara par l’armée israélienne ont largement coupé l’herbe sous les pieds aux militants du Saadet…

Aujourd’hui, alors même que le Saadet semble vouloir renouer avec les spectres de son passé et achève de s’abîmer dans des querelles d’appareil, l’AKP, confortablement installé au cœur de l’échiquier politique turc, sur les décombres des anciennes formations de centre droit, va pouvoir jouir de sa position, sans craindre les débordements des enfants terribles de la mouvance dont il est issu.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.