Turquie : avec la rentrée parlementaire, l’agenda politique se précise et se complique…


Ce début de mois d’octobre 2010, qui voit la vie politique turque marquer une certaine pause, après les semaines agitées ayant précédé le référendum du 12 septembre dernier, est aussi l’occasion de se préparer à de nouvelles échéances.

Le 1er octobre a été marqué par l’ouverture de la session parlementaire et le discours prononcé à cette occasion par le président de la République, Abdullah Gül. Ce dernier a tenu des propos en demi-teinte, plaidant certes pour la démocratie et le pluralisme, mais renvoyant dos-à-dos la plupart des acteurs politiques turcs auxquels il a reproché leur ton trop rigide et leur incapacité à se parler posément. Pour surmonter ce problème récurrent, le chef de l’Etat a appelé à une élaboration consensuelle de la prochaine constitution, en demandant à ce que toutes les sensibilités de la société turque puissent participer à l’entreprise ; une requête qui a été perçue aussi comme une critique implicite du maintien de la barre des 10% exigée pour avoir une représentation parlementaire. En effet, si cette règle continue de prévaloir, lors des prochaines élections, le parlement, qui élaborera le nouveau texte fondamental, risque de n’être pas assez représentatif. De toute façon, la majorité et l’opposition ne sont pas d’accord sur l’agenda de cette prochaine élaboration constitutionnelle, car alors même qu’il semble acquis, pour le gouvernement, que celle-ci ne doit pas intervenir avant les prochaines élections, le CHP souhaite désormais que l’on entame ce processus de réforme au plus haut niveau sans plus attendre.

Pour sa part, avant de partir en visite officielle en Bulgarie, le 4 octobre, Recep Tayyip Erdoğan, a enfin mis un terme aux incertitudes qui entouraient encore la date des élections législatives de 2011. Elles seront avancées au début du mois de juin, alors même qu’elles devaient avoir lieu au cours de la deuxième quinzaine de juillet, c’est-à-dire pendant la période des congés d’été. Pour le reste, de Sofia, cette fois, le premier ministre a rappelé le même jour que l’objectif de son pays restait bien une adhésion pleine et entière à l’Union Européenne. Un rappel qui fait écho à ceux qu’ont émis plusieurs responsables turcs au moment où l’on célébrait en creux le 5e anniversaire de l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE (cf. notre édition du 4 octobre 2010). Le 1er octobre, dans son discours d’inauguration de la session parlementaire, le président Gül n’avait pas manqué de répéter que les nouvelles orientations de la diplomatie turque ne remettaient pas en cause un objectif européen décrit comme une stratégie «transgénérationnelle», et deux jours plus tard, Egemen Bağış, le ministre, négociateur en chef avec l’UE, avait réaffirmé le projet européen de son pays, dans une déclaration écrite.

Le week-end qui vient de s’écouler a été aussi contrasté en ce qui concerne les questions identitaires. Alors que la prolongation de la trêve du PKK venait d’être confirmée, 25 responsables du parti kurde BDP ont été arrêtés… Suite au référendum du 12 septembre dernier, plusieurs initiatives avaient laissé espérer une reprise rapide des efforts faits pour parvenir à un règlement politique de la question kurde (cf. notre édition du 29 septembre 2010). Cette nouvelle vague d’arrestations amène donc à nuancer l’optimisme ambiant des derniers jours. Par ailleurs, la tenue, vendredi dernier, d’une prière musulmane, dans la cathédrale du site historique arménien d’Ani (extrême-Est de la Turquie), initiative présentée par les nationalistes du MHP qui l’ont organisée, comme une réponse à la tenue d’une messe dans l’église d’Akhtamar sur le lac de Van, le 19 septembre dernier (cf. notre édition du 20 septembre 2010), risque d’affaiblir la portée des gestes symboliques effectués récemment en direction des minorités chrétiennes (outre la messe d’Akhtamar, celle notamment de Sümela le jour de l’Assomption, cf. notre édition du 16 août 2010).

Un autre conflit couve actuellement sous la cendre, celui du port du foulard dans les universités. Maintenue officiellement par une décision de la Cour constitutionnelle, qui en juin 2008, avait annulé une révision qui tentait de la lever, l’interdiction du foulard a néanmoins été écornée le 3 octobre 2010 par un communiqué du YÖK (Conseil supérieur de l’enseignement supérieur) demandant aux personnels de sécurité des universités de ne plus expulser les étudiantes se présentant la tête couverte sur les campus. Face à l’émoi provoqué par cette requête, Recep Tayyip Erdoğan a demandé, le lendemain, à toutes les forces politiques turques d’œuvrer pour que le problème soit résolu de façon consensuelle. Mais le CHP, en dépit de déclarations soulignant aussi sa volonté de résoudre pacifiquement le conflit, est loin d’être sur la même longueur d’onde que le gouvernement. Alors même que le premier ministre évoque l’intervention d’un médiateur qui serait désigné au sein de la direction des affaires religieuses pour traiter de la question, le leader de l’opposition, quant à lui, se déclare attaché aux décisions de la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui ont reconnu le droit de la Turquie d’interdire le voile dans les universités. Recep Tayyip Erdoğan s’en est pris aussi au souhait du leader kémaliste, Kemal Kılıçdaroğlu, de voir les femmes turques voilées adopter un couvre-chef moins strict que le turban en faisant allusion à celui choisi dans d’autres pays musulmans. “Il n’est pas nécessaire de chercher des modèles en Iran ou au Pakistan, et il n’y a pas besoin, ni d’exploitations, ni de designers en la matière”, a déclaré le premier ministre avant de s’interroger : «Va-t-on demander à celles qui ne portent pas le foulard pourquoi elles portent des pantalons stretch ou des pantalons baggy, ou des robe-tablier !» Décidemment les questions d’habillement restent une valeur sûre du débat politique en Turquie.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.