Le retour de Necmettin Erbakan

Comme cela était prévisible après la récente démission de Numan Kurtulmuş (cf. notre édition du 1er octobre 2010), le congrès extraordinaire du Saadet Partisi (Parti de la Félicité islamiste), qui s’est tenu à Ankara le 16 octobre dernier, a élu Necmettin Erbakan à sa présidence. Ainsi à 84 ans, le leader historique de l’islamisme en Turquie est parvenu à revenir à la tête de la formation politique turque, qui continue officiellement à se réclamer de l’islamisme.

Necmettin Erbakan est en effet le fondateur du mouvement islamiste «Milli Görüş» (Perspective nationale) qui, à partir de la fin des années 1960, fut à l’origine de toutes les formations turques, se revendiquant de l’islam politique, successivement crées, dissoutes et recrées : Milli Nizam Partisi (Parti de l’ordre national, fondé en 1970, dissous en 1972), Milli Selamet Partisi (Parti du salut national, fondé en 1973, dissous en 1980), Refah Partisi (Parti de la prospérité, fondé en 1983, dissous en 1999), Fazilet Partisi (Parti de la vertu, fondé en 1999, dissous en 2001), Saadet partisi (fondé en 2001).

Dans les années 1970, Necmettin Erbakan s’allia successivement avec les formations politiques qui dominaient alors la scène politique : le parti kémaliste de centre gauche CHP et l’AP (Adalet Partisi – Parti de la justice), la grande formation de centre droit de l’époque. Il participa ainsi aux gouvernements Ecevit et Demirel qui se succédèrent dans le courant de la décennie, son parti ayant une influence atteignant 10% des suffrages exprimés. Après le coup d’Etat de 1980 et alors qu’une démocratie parlementaire renaissait péniblement en Turquie, Necmettin Erbakan créa le Refah Partisi, qui sembla d’abord pâtir de l’aura du parti de la Mère Patrie (Anavatan Partisi ou ANAP) et de son président Turgut Özal, qui exerçaient alors le pouvoir en se présentant à la fois comme démocrates et attachés aux valeurs de l’islam. Mais, dans les années 1990, après la défaite de l’ANAP, le Refah enregistra une progression spectaculaire, faisant la conquête d’Ankara et d’Istanbul, lors des élections locales de 1994, et devenant, avec plus de 20% des voix, le premier parti de Turquie, lors des élections législatives de 1995.

C’est alors que Necmettin Erbakan connut son heure de gloire, puisqu’en 1996, il devint le chef d’un gouvernement de coalition Refah-DYP (Parti de la juste de voie de Süleyman Demirel et Tanşu Çiller). Cette expérience fut pourtant rapidement interrompue par ce qu’on devait appeler «le coup d’Etat post-moderne». Sévèrement taclé par l’establishment politico-militaire, et notamment par le Conseil de Sécurité National qui lui adressa une sévère mise en garde le 28 février 1997, en le mettant en demeure de respecter les principes de l’Etat kémaliste, le premier chef de gouvernement islamiste turc fut contraint quelques mois plus tard de démissionner, avant de faire l’objet d’un bannissement de la vie politique, lorsque son parti fut dissous un an et demi plus tard. De surcroit, alors même qu’une nouvelle formation, le Fazilet Partisi, avait succédé au Refah, Necmettin Erbakan dut faire face pour la première fois à une vive contestation à l’intérieur de ses propres rangs, une nouvelle génération animée par Recep Tayyip Erdoğan et Abdullah Gül lui reprochant d’avoir mal géré l’expérience gouvernementale de 1996-97, et défendant des positions plus centristes prônant le respect de la démocratie et le soutien à la candidature turque à l’UE. Ainsi après la dissolution du Fazilet en 2001, deux formations devaient émerger : l’AKP et le Saadet. Cette configuration consacrait une scission historique au sein de la mouvance islamiste turque, entre une aile idéologique se voulant la gardienne du temple, et une aile réaliste se présentant comme conservatrice mais démocrate. Les élections de 2002 voyaient une victoire sans appel de l’AKP et une marginalisation du Saadet, une tendance qui n’a fait que s’accentuer depuis.

De fait, le retour de Necmettin Erbakan, plus qu’une renaissance apparaît comme le chant du cygne d’un parti qui n’a jamais réussi à franchir la barre de 5%. Le leader islamiste est apparu très diminué physiquement, lors du congrès de dimanche. L’image de ce pathétique vieillard, amené en chariot et ne parvenant à se lever qu’avec l’aide de ses gardes du corps, a ainsi fait la une de la presse turque de lundi, et risque d’accroître encore l’affaiblissement programmé du «Saadet» lors des prochaines élections. L’AKP semble devoir profiter de ce retour de la statut d’un commandeur qui n’est plus que l’ombre de ce qu’il a pu être.

C’est au parti majoritaire et au premier ministre actuel, appelé familièrement «Tayyip», que Necmettin Erbakan a réservé ses flèches les plus affûtées. Non sans rancœur, il a reproché à celui qui fut jadis présenté comme son fils spirituel, de suivre la ligne qui a été celle de Süleyman Demirel ou de Turgut Özal dans les décennies précédentes. En tout état de cause, et comme «au bon vieux temps», le leader islamiste a fait l’unanimité ou presque des délégués sur la sa candidature unique, obtenant 684 mandats sur 687. Acclamé par des militants enthousiastes, il a également annoncé que son parti arriverait sûrement au pouvoir, lors des prochaines élections qui doivent se tenir en 2011… mais cela bien sûr, si Dieu le veut !
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.