Révolution de palais au CHP ?


Ces derniers jours, la presse turque a été tenue en haleine par les luttes internes du principal parti d’opposition, le CHP. C’est que leurs enjeux dépassent les équilibres politiques internes du parti kémaliste, et pourraient affecter les prochains développements politiques. Résumons les faits : lors du congrès ordinaire du CHP d’avril 2008 (notre photo) ont été adoptés de nouveaux statuts, prévoyant un changement majeur : jusqu’alors élus par l’Assemblée du Parti, les membres du Comité central d’administration (MYK, Merkez Yönetim Kurulu) seraient désormais désignés par le directeur général lui-même. L’application de ces statuts a été reportée à plusieurs reprises, principalement en raison de l’opposition du second homme du parti et secrétaire général depuis 2001, Önder Sav, qui redoutait de voir ses prérogatives entamées. Or, suite à l’injonction du procureur de la Cour de Cassation de se conformer à ses nouveaux statuts, le dirigeant du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu, a nommé un nouveau MYK début novembre, remplaçant au passage le secrétaire général Önder Sav, et nommant le grand concurrent de ce dernier, Gürsel Tekin, jusqu’alors dirigeant de la Fédération d’Istanbul, à un poste-clé. Sav a tenté de résister en réunissant les voix nécessaires pour convoquer un congrès extraordinaire, avant de s’incliner.

Ces développements doivent être lus au regard du renouveau dans lequel est engagé le CHP depuis l’arrivée de Kemal Kılıçdaroğlu à sa tête, en mai 2010 (notre édition du 23 mai). Après les révélations d’une relation extraconjugale, le jusqu’alors inamovible Deniz Baykal, leader du parti de 1995 à 1999 et de 2000 à 2010, a démissionné, probablement dans l’espoir de revenir triomphant, comme il l’avait déjà fait. Coup de théâtre : le puissant Önder Sav, pourtant le bras droit et ami de 50 ans de Baykal, l’a lâché pour soutenir un autre candidat, Kemal Kılıçdaroğlu. Ce dernier bénéficiait d’une grande popularité en raison de l’élan qu’il avait créé lors de sa campagne pour la mairie d’Istanbul en mars 2009, se faisant le champion de la lutte contre la corruption. Il n’empêche que le soutien d’Önder Sav a probablement été décisif dans son élection comme leader du CHP et a contribué à faire basculer l’appareil du parti en sa faveur.

Ce changement de direction, dans un parti réputé très centralisé autour de son leader, a fait naître l’espoir d’un renouveau. En effet, pour beaucoup – à l’intérieur comme à l’extérieur du parti – Deniz Baykal est celui qui a perdu quatre scrutins législatifs consécutifs (1995, 1999, 2002 et 2007), bloque depuis des années le renouveau de la gauche. Dès lors, la question est de savoir si ce parti va pouvoir effectuer une véritable réforme et incarner une opposition crédible au parti au pouvoir depuis 2002, l’AKP, notamment dans la perspective des législatives prévues en juin 2011. Il s’agit de rassembler, au-delà de l’électorat traditionnel du CHP, ceux qui continuent à voter pour lui en se pinçant le nez, mais surtout les déçus du pouvoir AKP. L’arrivée de Kılıçdaroğlu à la tête du CHP a effectivement provoqué le retour au sein du parti d’un certain nombre de personnalités et de militants que l’inamovible leadership de Baykal avait fait fuir. Des sondages ont aussi détecté un regain du soutien au CHP au sein de l’électorat. Cependant, les résultats du référendum constitutionnel du 12 septembre, lors duquel le CHP avait fait campagne pour le «non» qui n’a remporté que 42% des voix, ont été considérés comme décevants.

Kılıçdaroğlu parviendra-t-il à réformer le CHP ? Il déclare vouloir en faire «un parti ouvert à toutes les voix, couleurs et opinions». En quelques mois, il a apporté des inflexions notables, au niveau de la méthode tout d’abord : il a organisé des rassemblements de députés et de cadres du parti, ainsi que des consultations d’intellectuels sur les problèmes du pays. Il a ainsi promis que les candidats du parti aux prochaines législatives seront sélectionnés à la suite de primaires, ce qui contrasterait avec la désignation par la direction nationale du parti, plus courante sous Baykal. Au niveau de la ligne politique ensuite : par rapport à l’équipe sortante, Kılıçdaroğlu a adopté un ton plus « social », en mettant en avant la lutte contre le chômage et la pauvreté. Il se veut moteur du changement et non défenseur de l’existant : il a ainsi proposé d’entamer les travaux parlementaires pour réviser la Constitution, pressant le Premier ministre Tayyip Erdoğan, qui préfère s’y attaquer après les législatives de juin 2011. Enfin, Kılıçdaroğlu ne fait plus de la défense d’une laïcité rigide le principal cheval de bataille du CHP. Il a ainsi lancé un appel au Premier ministre pour achever ensemble la démocratisation du pays, et notamment pour régler une fois pour toutes la lancinante question de l’interdiction du voile à l’université.

Ce changement s’est manifesté lors de la toujours controversée réception donnée par le Président lors de la fête nationale du 29 octobre : alors que son prédécesseur Baykal refusait de se rendre à la présidence tant que la first lady porterait le voile, Kılıçdaroğlu a tenu à souligner qu’il ne boycottait pas le palais présidentiel et à préciser qu’il respectait l’épouse du chef de l’Etat. Certains cafouillages ont cependant montré que le nouveau leader ne tenait pas complètement son parti : ainsi, le porte-parole du CHP avait annoncé que le CHP avait pris une décision de principe pour ne pas se rendre à la réception. Kılıçdaroğlu avait alors désavoué publiquement ce dernier et avait appelé le MYK à prendre une position officielle. Celui-ci avait finalement laissé les députés libres de leur décision.
Certains observateurs s’interrogeaient ainsi sur la capacité de Kılıçdaroğlu à impulser des changements. Ce dernier épisode peut être interprété comme une reprise en main de l’appareil du parti – après son élection, Kılıçdaroğlu avait écarté de la direction du parti quelques fidèles de Baykal, mais non le secrétaire général Önder Sav et sa garde rapprochée, qui conservaient une influence importante. La Cour de cassation a donc indirectement provoqué un changement important – une procédure qui peut laisser pensif. Kılıçdaroğlu aura-t-il désormais les coudées franches ? Seuls les prochains développements permettront de mesurer l’ampleur des changements et leurs effets.

Elise Massicard

Elise Massicard (1976) a fait des études de science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, de turcologie à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, et de sciences sociales à la Freie Universität Berlin. Après un doctorat à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, elle a enseigné à l’Université de Marmara (Istanbul, Turquie). Après son recrutement comme chargée de recherches au CNRS (section 36) en 2003, elle a été rattachée au Centre d’Etudes Administratives, Politiques et Sociales (CERAPS) à Lille, avant d’être affectée à l’équipe Etudes Turques et Ottomanes à l’EHESS Paris, en 2008. Elle est chercheuse associée au Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (CERI, Paris). Ses travaux portent sur la sociologie politique de la Turquie, les mobilisations, et la territorialité politique. Elise Massicard est membre de l’ANR « De la friction culturelle à l’affrontement armé. Seuils, échelles et modalités de conflictualité (Turquie, Iran, Pakistan) », 2007-2009 (UMR Etudes Turques et Ottomanes, EHESS/CNRS/Collège de France). Elle coordonne l’ANR « Ordonner et Transiger: Modalités de gouvernement et d'administration en Turquie et dans l'Empire Ottoman, du XIXème siècle à nos jours », (TRANSTUR), 2008-2011 (UMR Etudes Turques et Ottomanes, EHESS/CNRS/Collège de France). Elle est également membre du projet de recherche coordonné par Claire Visier, « La candidature Turquie à l’Union européenne : La Turquie en réforme ?», Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (2009-2010). Elle est membre fondatrice et membre du comité de rédaction de l’European Journal of Turkish Studies et membre du conseil scientifique de la revue Kırkbudak (Turquie). Elle fait partie du comité de pilotage de l’Institut d’Etude de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM).

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.