Départ anticipé du Président du Diyanet

Le président du Diyanet (Diyanet işleri Başkanliği, Direction des affaires religieuses), Ali Bardakoğlu (à droite sur la photo), a démissionné le 10 novembre dernier, deux mois avant l’expiration de son mandat. Il occupait ce poste depuis 2003, et achevait son second mandat. Officiellement, ce départ s’est fait à la demande de l’intéressé, avant une restructuration de l’institution. C’est Mehmet Görmez (à gauche sur la photo), qui occupait les fonctions de vice-président jusqu’à présent, qui a succédé à Bardakoğlu, tandis que le ministre en charge des cultes, Faruk Çelik affirmait que ce remplacement avait été conduit dans la perspective de réformes dont l’institution doit être l’objet prochainement, et assurait que la personne du président sortant et son action n’étaient pas en cause.

Pourtant, nombre d’observateurs estiment que ce départ précipité est la conséquence de pressions politiques plus que d’impératifs de convenance personnelle. Il faut dire qu’il intervient au moment même où la querelle du foulard islamique ne cesse de rebondir en Turquie. Au début de l’année universitaire, le YÖK (Conseil de l’enseignement supérieur) a demandé au personnel enseignant de ne plus exclure, de ses cours, les étudiantes portant le foulard ; une initiative qui a rouvert une polémique latente, les milieux laïques faisant observer que le voile est toujours officiellement interdit sur les campus du fait d’une jurisprudence de la Cour constitutionnelle, confirmée en 2008. De surcroît, alors même que le débat sur le foulard à l’université a également fait rage pendant la campagne pour le référendum du 12 septembre, le premier ministre a proposé récemment que la question soit tranchée par le Diyanet. Mais Ali Bardakoğlu a refusé d’endosser cette responsabilité en appelant les hommes politiques à régler ce problème par le dialogue. Bien que le Diyanet dépende du premier ministre, son ex-président a estimé, en outre, que son institution ne devait pas agir à la requête du pouvoir politique, et expliqué que le port du foulard devait être regardé comme un choix personnel, ne permettant pas de présumer des convictions de celles qui le portaient ou ne le portaient pas.

Ali Bardakoğlu est aussi connu pour avoir approuvé la suppression de la mention de la religion, qui figurait antérieurement sur les cartes d’identité turques, et on l’a dit hostile à deux réformes que le gouvernement a mises à l’étude : celle de la diffusion du sermon du vendredi en kurde et celle de la représentation des alévis au sein du Diyanet. Plus récemment encore, le président partant s’est fait remarquer, en déclarant au quotidien kémaliste «Cumhuriyet» qu’Atatürk avait été le chef d’Etat qui avait porté le plus d’attention au Diyanet et en ne participant pas à la réception unique organisée, cette année, par le président de la République, à l’occasion de la fête nationale.

Ainsi le départ de Bardakoğlu s’expliquerait par le décalage de plus en plus important, existant entre la conception assez administrative et donc peu spirituelle que cette personnalité se fait du Diyanet, perpétuant ainsi la tradition kémaliste, d’une part, et un désir gouvernemental de voir au contraire cette institution s’engager de façon plus nette sur des sujets touchant aux modes de vie et à des questions de sociétés, d’autre part.

Acteur fondamental de la laïcité turque, le Diyanet est en charge de la gestion d’un véritable islam d’Etat. Il contrôle notamment la formation, la nomination et les sermons des imams, fixe les fêtes religieuses et gère les mosquées. Directement rattaché au premier ministre, cette institution se voit allouer le 7ème budget de l’Etat et organise également l’islam turc à l’étranger. Pourtant, le Président du Diyanet s’est toujours refusé à jouer un rôle spirituel qui impliquerait notamment qu’il lance en permanence des fatwas à tonalité morale, sociale voire politique, un peu comme peut le faire le Cheikh d’Al Azhar, en Egypte. Il s’est ainsi toujours plus considéré comme un haut fonctionnaire gérant de la religion majoritaire que comme un chef religieux à proprement parler.

Au moment où la Turquie connaît une profonde transformation des rapports de force au sein de son système politique (recul de l’armée, de la hiérarchie judiciaire, de hiérarchie universitaire laïques… ), le départ d’Ali Bardakoğlu anticipe-t-il une mutation de la place et du rôle du Diyanet ?
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.