Les forces politiques turques réagissent aux révélations de WikiLeaks concernant la Turquie


Deux jours après les révélations de WikiLeaks, le mardi étant de surcroît le jour de réunion des groupes parlementaires, les différentes forces politiques turques ont commencé à faire connaître leurs réactions.

Le CHP, par la voix de son leader, Kemal Kılıçdaroğlu (photo), a annoncé qu’il était en train de mettre en place une commission d’enquête pour examiner l’authenticité des documents livrés, et passer au peigne fin ceux qui ont été ouverts et ceux qui le seront. D’ores et déjà, le parti kémaliste pense que le gouvernement devra impérativement s’expliquer sur un certain nombre d’informations divulguées, en particulier celles qui indiquent que le premier ministre possèderait 8 comptes bancaires en Suisse. Pour sa part, le MHP s’est montré plus prudent à l’égard des fuites diffusées par WikiLeaks. Son leader, Devlet Bahçeli, a estimé notamment ne pas avoir besoin de tels documents (extérieurs et donc suspects, à ses yeux, de chercher à diviser le pays) pour se faire une opinion sur les évolutions de la politique turque. Toutefois, comme le CHP, il a appelé le gouvernement à s’expliquer sur certaines des révélations le concernant, en ne manquant pas de faire lourdement allusion, lui aussi, aux comptes bancaires suisses du premier ministre. Les Kurdes du BDP, qui n’avaient pas vraiment mis les révélations de WikiLeaks à l’ordre du jour de la réunion de leur groupe parlementaire, ce mardi, ont été amenés à aborder le sujet, en répondant à des questions qui leur étaient posées par les journalistes. Ils ont ainsi réagi avec modération, en s’interrogeant sur l’intérêt que les Etats-Unis pouvaient retirer de ce grand déballage.

«S’agit-il d’une affaire qui cherche à mettre les Etats-Unis dans l’embarras ou d’un nouveau style de diplomatie voulue par l’Amérique ? La question mérite d’être posée», a déclaré le leader du BDP, Selahattin Demirtaş, avant d’évoquer, à son tour, les développements des documents américains sur la situation financière personnelle du premier ministre, en ces termes : « Le premier ministre est riche. C’est un millionnaire et certains de ses ministres ou de ses députés aussi. Tout cela est bien connu. Mieux vaudrait s’intéresser à ce qui demeure caché.»

Les fuites de WikiLeaks n’ont pour l’instant pas mis l’AKP dans une position trop inconfortable. Certes, le ministre de la défense, Vecdi Gönül, a dû démentir, sans être très convaincant, le document révélant qu’il avait qualifié son collègue, Ahmet Davutoğlu, «d’individu dangereux». Mais, les documents américains, qui rendent compte, comme étant un coup d’Etat judiciaire du procès engagé, en 2008, contre l’AKP aux fins de le faire dissoudre, donne plutôt une image favorable du parti majoritaire. En tout cas, ils ne confirment pas la version kémaliste selon laquelle le parti de Recep Tayyip Erdoğan serait une entreprise américaine visant à donner corps, au Moyen-Orient, à un modèle de régime politique musulman modéré destiné à supplanter les régimes politiques laïques en place. Ce constat amène certains commentateurs, comme Cengiz Candar du quotidien «Radikal», à considérer que les fuites de WikiLeaks pourraient même à terme avoir des effets électoraux plutôt bénéfiques pour l’AKP ; une opinion un peu téméraire, car les télégrammes américains n’ont pas encore livré tous leurs secrets…

Pour l’heure, le Président Abdullah Gül, quant à lui, a demandé de prendre les informations diffusées avec discernement. Tout en admettant qu’il n’en avait pas la preuve, il n’a pas écarté l’hypothèse d’un complot, ou tout au moins celle que cette affaire ait sa propre logique et des objectifs bien spécifiques. En tout état de cause, en essayant d’atténuer la portée des documents qui évoquent sa rivalité avec Recep Tayyip Erdoğan, il a jugé bon de rappeler que les révélations qu’ils contiennent, ne font que refléter les opinions de diplomates américains, et ne doivent pas être systématiquement prises au pied de la lettre.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.