Turquie-Israël : la «diplomatie du Canadair» ?


On sait qu’au cours de la dernière décennie, les nouvelles voies de la diplomatie turque ont souvent usé d’une terminologie évoquant les événements qui les ont ouvertes. Ainsi, il y a deux ans, le processus ambitionnant la normalisation des relations turco-arméniennes avait été appelé «diplomatie du football». Outre le clin d’œil à la célèbre «diplomatie du ping-pong», qui avait vu, au début des années 1970, officiels américains et chinois renouer, suite à une rencontre inédite des pongistes de leurs pays, il y avait là une allusion aux voyages effectués par les présidents turc et arménien, pour assister à des matchs éliminatoires de la Coupe du monde de football, opposant leurs équipes respectives. Il y a un peu plus de dix ans, par ailleurs, la survenance de séismes à quelques mois d’intervalle, en Grèce et en Turquie, avait provoqué un mouvement d’entraide mutuelle, qui avait facilité, dans la foulée, un renouveau des relations entre Athènes et Ankara, baptisé «diplomatie des tremblements de terre».

Suite à un gigantesque incendie dans la région d’Haïfa, en Israël, la semaine dernière, la Turquie a décidé de dépêcher sur place deux avions Canadair, en dépit du différend grave qui l’oppose à l’Etat hébreu, depuis l’arraisonnement du «Mavi Marmara», qui s’était soldé, le 31 mai dernier, par la mort de 9 militants humanitaires turcs. Cette initiative humanitaire, si elle est fructueuse, va-t-elle enrichir le vocabulaire turc d’un nouveau concept diplomatique imagé ?

On inclinerait à le penser à certains égards, en particulier lorsqu’on sait que Benyamin Netanyahou a personnellement appelé son homologue turc, le 3 décembre, pour le remercier et lui proposer une relance des pourparlers entre les deux pays. En effet, cette suggestion n’est pas restée lettre morte, puisque des contacts ont eu lieu à Genève, dès le surlendemain, entre le sous-secrétaire d’Etat turc aux affaires étrangères, Feridun Sinirlioğlu, et le représentant israélien au sein de la Commission des Nations-Unies enquêtant sur l’affaire de la flottille, Yosef Ciechanover, Cette rencontre confidentielle aurait pour objet de remettre sur le métier l’élaboration d’un texte d’excuses validé par les deux pays. Le fait qu’elle ait été suscitée par les chefs de gouvernement en personne incitait certains observateurs à l’optimisme. Mais d’autres estimaient que la divulgation immédiate de la tenue d’une réunion qui devait au départ demeurer secrète, était la preuve que l’aile dure du gouvernement israélien, en particulier le ministre des affaires étrangères d’extrême droite, Avigdor Lieberman, s’employait à faire échouer toute tentative de conciliation. Il est vrai que les divisions internes du gouvernement Netanyahou ont souvent gêné antérieurement les efforts de rapprochement entre les deux pays.

Un autre événement est venu tempérer l’optimisme de ce qu’on appelle déjà la «fire diplomacy», un terme un peu malheureux auquel nous préférons la «diplomatie du Canadair» : il s’agit des déclarations faites par Recep Tayyip Erdoğan dimanche, à Sivas, par lesquelles il a rappelé que les conditions pour une normalisation des relations turco-israéliennes n’avaient pas changé, et qu’elles supposaient qu’Israël présente ses excuses à la Turquie et indemnise les victimes. Mais surtout, en expliquant que l’aide apportée par son pays à Israël était dictée «par un devoir humanitaire et islamique», le premier ministre a dit, en des termes bien peu diplomatiques, que l’on ne devait pas s’attendre à voir la position turque changer, «tant que le sang qui a coulé en Méditerranée n’aura pas été nettoyé.»

D’aucuns diront que ces paroles, plus qu’une déclaration de politique étrangère, sont sans doute un message de politique intérieure, destiné à une partie de l’électorat de l’AKP, et fait pour couper l’herbe sous les pieds des islamistes du Saadet Partisi. Le vieux leader de ces derniers, Necmettin Erbakan, n’a d’ailleurs pas tardé à réagir, en prétendant haut et fort, dans une interview à Zaman, ce lundi, que l’AKP était en fait complice d’Israël, et en n’hésitant pas à traiter Erdoğan «d’hypocrite». Il n’est pas sûr, pourtant, que les Israéliens prennent pour argent comptant les accusations du père fondateur de l’islam politique en Turquie et apprécient la rhétorique de Recep Tayyip Erdoğan. Et ce, surtout lorsque l’on sait que les fuites de WikiLeaks viennent de révéler que l’ambassadeur d’Israël à Ankara a expliqué aux Américains que le problème majeur des relations turco-israéliennes serait le premier ministre turc en personne. Il faudra donc plus que deux Canadairs pour que l’on puisse entrevoir le printemps dont on besoin les relations turco-israéliennes.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.