La présidente argentine, Cristina Kirchner, séjourne en Turquie


Après une tournée de plusieurs jours au Koweït et au Qatar, la présidente argentine, Cristina Kirchner, a effectué une visite officielle en Turquie, du 19 au 21 janvier derniers.

Ce séjour, le premier en Turquie d’un chef d’État argentin, depuis 19 ans, a surtout été l’occasion d’œuvrer au renforcement des liens économiques entre les deux pays. Un forum d’affaires turco-argentin s’est d’ailleurs tenu, à cette occasion, le 21 janvier, à l’Hôtel Conrad d’Istanbul. Les deux États émergents, membres du G20, pointent au classement du PIB établi par le FMI et la Banque mondiale, respectivement à la 17ème place (en ce qui concerne la Turquie), et à la 30ème place (en ce qui concerne l’Argentine). L’un et l’autre ont vécu des crises économiques et financières similaires, dans le passé, et connaissent une forte croissance, aujourd’hui. La présidente argentine a insisté sur la nécessité de profiter des opportunités actuelles, tout en veillant à se prémunir contre les effets dévastateurs de la crise globale en cours. De surcroît, résumant ses intentions par la phrase suivante : «Nous ne voulons pas que l’on nous considère seulement comme une vache», elle a également voulu faire comprendre à ses interlocuteurs turcs que son pays était devenu très actif dans des domaines à forte valeur ajoutée, comme l’énergie nucléaire, les biocarburants, ou la production pharmaceutique.

Pour sa part, la Turquie, forte consommatrice de viande, reste très intéressée par la filière agro-alimentaire argentine, mais la visite de Cristina Kirchner était aussi l’occasion, pour elle, de réaffirmer sa vocation internationale ascendante, et de confirmer son intention de prendre pied sur le continent sud-américain.

«Nous voulons développer nos investissements respectifs… des entreprises turques sont déjà présentes en Argentine, nous espérons que des entreprises argentines vont investir en Turquie», a déclaré le président Abdullah Gül,

qui a reçu son homologue argentine et signé avec elle plusieurs accords, notamment, un protocole sur l’aviation civile. Ce dernier devrait contribuer à rapprocher concrètement les deux pays, puisque «Turkish Airlines» devrait bientôt pouvoir ouvrir un vol direct entre Istanbul et Buenos Aires.

Sur le plan politique, les apports de cette visite de Cristina Kirchner sont restés plus limités. Les deux pays entretiennent, en effet, une relation complexe depuis que l’Argentine a reconnu le génocide arménien, en 2004. Ces difficultés ont été ravivées, l’an passé, lors de la tournée de Recep Tayyip Erdoğan en Amérique du Sud. Après sa participation au Troisième Forum de l’Alliance des civilisations au Brésil, le 28 mai, le premier ministre turc avait décidé d’annuler son séjour en Argentine, ayant été informé qu’une manifestation, organisée par la diaspora arménienne, risquait de perturber l’inauguration d’une statue d’Atatürk à laquelle il était convié.

Au-delà de cet incident, on peut observer que les relations politiques que la Turquie entretient avec l’Argentine sont loin d’atteindre celles qu’elle a développées avec le Brésil voisin, au cours des derniers mois. Le 17 mai 2010, à propos du dossier nucléaire iranien, Ankara et Brasilia avaient défié les États-Unis, en signant avec Téhéran, un accord prévoyant un échange d’uranium enrichi, qui prétendait offrir une alternative aux sanctions que les grandes puissances s’apprêtaient à voter contre la République islamique. Par la suite, le 9 juin 2010, la Turquie et le Brésil avaient refusé de soutenir ces sanctions, lors de leur adoption par le Conseil de Sécurité de l’ONU. Les deux pays avaient voulu se poser ainsi, sur la scène internationale, en puissances politiques émergentes, contestant une gouvernance du monde assurée par les seuls membres permanents de l’instance onusienne. Si l’Argentine est loin d’être sur les positions brésiliennes, notamment en ce qui concerne le dossier nucléaire iranien, nul doute qu’elle entend aussi, dans les prochaines années, donner une tonalité politique à son ascension économique. Pour ce faire, le détour turc de sa présidente n’aura sans doute pas été inutile.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.