Égypte : Recep Tayyip Erdoğan sort enfin de son mutisme


Alors même qu’une manifestation rassemblant plus d’un million de personnes avait lieu au Caire, en ce mardi 1er février 2011, Recep Tayyip Erdoğan s’est enfin exprimé sur les événements qui se déroulent en Egypte depuis une semaine. Saisissant l’occasion de la traditionnelle réunion hebdomadaire de son groupe parlementaire, le chef du gouvernement turc a appelé le président égyptien, Hosni Moubarak, à entendre «le désir de changement» exprimé par son peuple. «Dans le monde d’aujourd’hui, l’aspiration à la liberté ne peut être ni reportée, ni ignorée», a-t-il déclaré, avant d’insister, avec des accents religieux, sur les responsabilités qui incombent au président égyptien dans le contexte actuel :

«Nous sommes mortels. Nous devrons tous mourir et nous serons jugés alors par ceux qui resteront… Ce qui importe c’est que l’on se souvienne de nous avec respect. Nous devons écouter la voix de notre conscience et la voix de notre peuple, et nous tenir prêts à être bénis ou maudits. Nous agissons pour le peuple, nous sommes à son service.»

Le premier ministre a présenté ses propos comme «un très sincère conseil et une très sincère mise en garde», adressés au chef de l’État égyptien, tout en appelant les manifestants à ne pas avoir recours à la violence :

«…je dis au peuple égyptien, tenez-vous à l’écart des armes dans ce processus de résistance, et en même temps, protégez votre histoire et votre culture. Privilégiez votre lutte pour gagner la liberté. C’est cela votre droit démocratique. »

Cette prise de position plus claire en faveur du changement en Égypte, intervient dans un contexte où les experts et les analystes s’étonnaient, avec de plus en plus d’insistance, du silence et de la prudence du premier ministre turc et de son célèbre ministre des affaires étrangères, d’habitude plus prompts à réagir sur les sujets forts de l’actualité internationale et sur leurs développements régionaux. Beaucoup de voix, en Turquie, faisaient observer, ces derniers jours, que ce mutisme était en décalage, tant avec les ambitions et les valeurs affichées par la nouvelle politique étrangère turque, qu’avec les mutations survenues depuis l’arrivée de l’AKP au pouvoir. Or, si Recep Tayyip Erdoğan vient enfin de s’exprimer sur la nécessité du changement en Egypte, il a aussi mis en exergue l’expérience turque de démocratisation et l’intérêt qu’elle pouvait présenter pour les pays arabes en pleine mutation ; une tentation à laquelle les officiels turcs avaient plutôt paru ne pas vouloir céder jusqu’à présent.

Le changement d’attitude qu’induit cette récente déclaration de Recep Tayyip Erdoğan doit être également analysée à l’aune des préoccupations stratégiques qui demeurent celles de la Turquie dans la région. On sait, en effet, que depuis vendredi, le premier ministre turc a été en relation téléphonique avec le président Obama. Il est donc probable que «sa mise en garde» au président égyptien, qui rejoint les critiques américaines voilées adressées à l’immobilisme du Rais dès la semaine dernière, indique qu’une transition politique est inévitable en Egypte, et que la Turquie se tient prête à l’accompagner. Le premier ministre turc a d’ailleurs évoqué publiquement ses contacts avec le président américain, en expliquant que ce dernier avait estimé important d’entendre le point de vue d’un pays démocratique de la région.

Il reste que l’embarras initial du gouvernement turc vis-à-vis de la crise égyptienne, comme celui de la plupart des gouvernements occidentaux, dévoile ce que les révolutions tunisienne et égyptienne vont peut-être changer dans les relations internationales au Moyen-Orient, si elles triomphent. Il va devenir plus difficile qu’avant de faire primer ses intérêts stratégiques de façon cynique sur les valeurs que l’on prétend défendre. Les régimes autoritaires des pays arabes ont pu longtemps compter sur le soutien de démocraties soucieuses de la défense étroite de leurs intérêts, et persuadées qu’au fond la démocratie et l’Etat de droit n’étaient pas à l’ordre du jour au Proche-Orient. Le séisme politique qui secoue l’Egypte depuis une semaine est en train de prouver que même les situations immuables ont une fin et que le raisonnement, soit-disant pragmatique, qui les ont entretenues, va devoir sérieusement évoluer.
JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20 janvier 2012

    […] des événements qui se déroulent en Egypte« . et 1er février 2011 « Égypte : Recep Tayyip Erdoğan sort enfin de son mutisme.« ). Par chance, Ben Ali avec lequel la Turquie avait peu de contacts n’avait pas […]

  2. 12 janvier 2019

    […] apporté son soutien à la Révolution égyptienne au début du mois de février 2011 (cf. notre édition du 1er février 2011). Gêné à nouveau par l’intervention internationale en Libye, puis par le soulèvement contre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.